Doc en packs au Toboggan

ECRANS | Cinquième édition à Décines pour ce festival consacré aux documentaires sur grand écran. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 17 mars 2015

Pour sa cinquième édition, Les Écrans du doc se fraie un chemin entre les festivals de cinéma lyonnais du moment — Les Reflets au Zola, qui continuent cette semaine, le Festival du cinéma européen, qui débute ce vendredi à Meyzieu — et tire largement son épingle du jeu. L'idée étant de monter des doubles programmes thématisés pour mettre en perspective la production documentaire actuelle, plutôt foisonnante.

Ainsi, Mehran Tamadon sera mis à l'honneur ce mercredi avec ses deux films, Bassidji et Iranien, où lui, l'athée, se confronte coup sur coup aux défenseurs extrêmes de la République islamiste et à quatre mollahs, dans un dialogue de sourds qui serait drôle s'il n'était aussi tragique dans ses conséquences — Tamadon ne peut désormais plus retourner en Iran. Il sera présent pour débattre avec les spectateurs au cours de la soirée.

Complémentaires aussi, les deux documentaires projetés le jeudi 19 qui montrent le calvaire des demandeurs d'emploi : côté pile, l'enfer bureaucratique de Pôle emploi vu depuis le quotidien de ses employés (Pôle emploi, ne quittez pas) ; côté face, quatre chômeurs de vingt ans qu'un cabinet de placement tente de "formater" dans leur recherche d'emploi (Les Règles du jeu).

Enfin, pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu — c'est mal ! ne ratez pas Spartacus et Cassandra, un des plus beaux films de ce début d'année, qui sera présenté le dimanche 22 mars à 14h par Camille Brisson, la trapéziste au grand cœur et à la grande gueule du film.

Christophe Chabert

Les Écrans du doc
Au Toboggan du mercredi 18 au dimanche 22 mars

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Écrans du doc : au-delà du réel

ECRANS | Y-a-t-il meilleur filon que le réel pour les cinéastes en quête d’un sujet solide ? Parce qu’elle se revendique en prise directe avec ledit réel — ce qui ne (...)

Vincent Raymond | Mardi 19 mars 2019

Les Écrans du doc : au-delà du réel

Y-a-t-il meilleur filon que le réel pour les cinéastes en quête d’un sujet solide ? Parce qu’elle se revendique en prise directe avec ledit réel — ce qui ne l’empêche pas d’être écrite ni scénarisée — et affirme des regards singuliers, la veine documentaire est souvent privilégiée pour réfléchir le passé comme le présent. Mieux : elle rassemble en salles un public régulier, demandeur d’échanges. Au Ciné-Toboggan, le festival Les Écrans du Doc cultive cette intelligence du regard et de la parole à travers une petite semaine où chaque jour correspond à une thématique développée en deux films — récents lorsqu’ils ne sont pas inédits. Après une ouverture centrée sur “écrire et filmer le réel“ avec L’Époque de Matthieu Bareyre et le discutable Depuis Mediapart de Naruna Kaplan de Macedo, c’est “l’écologie, regard sur le monde“ qui est observée à travers L’Illusion verte de l’Autrichien Werne

Continuer à lire

Sur les barricades

ECRANS | C’est la lutte initiale ! Fenêtre sur le monde et l’Homme, Les Écrans du doc témoignent d’une prise de conscience des enjeux socio-politiques (...)

Julien Homère | Mardi 21 mars 2017

Sur les barricades

C’est la lutte initiale ! Fenêtre sur le monde et l’Homme, Les Écrans du doc témoignent d’une prise de conscience des enjeux socio-politiques contemporains, par le peuple et pour le peuple. Un soulèvement civil et salutaire. Ouverture toute trouvée, Silvia Munt lancera les hostilités avec son brûlot Afectados, témoignant de la révolte aussi intime que collective des Indignés espagnols. Le combat continuera avec Food Coop de Tom Boothe, consacré à la réussite d'un supermarché coopératif à New York. Pour alimenter le débat et distribuer leurs avis, les membres du projet Demain ou les Amis du Monde Diplomatique basés à Lyon viendront partager leur point de vue. Swagger d’Olivier Bab

Continuer à lire

Quoi de neuf, en doc ?

ECRANS | Dans le documentaire comme dans les autres genres, certains arbres au feuillage outrageusement vert et au tronc gentiment creux captent (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 mars 2016

Quoi de neuf, en doc ?

Dans le documentaire comme dans les autres genres, certains arbres au feuillage outrageusement vert et au tronc gentiment creux captent indument une lumière méritant de se répandre sur d’autres pousses de la forêt. Heureusement, il existe des manifestations telles que Les Écrans du Doc pour aller au-delà de cette canopée et faire état d’une diversité parfois insoupçonnée. En une petite semaine, quatorze films vont se succéder au Toboggan décinois, pour la plupart accompagnés par des animations. Si la moitié de la programmation est constituée d’avant-premières — dont Il m’a appelé Malala de Davis Guggenheim et No Land’s Song de Ayat Najafi à l’occasion de la soirée d’ouverture, coïncidant avec la Journée internationale des Droits des Femmes —, on se réjouit des coups de projecteurs braqués sur des œuvres nécessaires telles que les récents Merci patron ! de François Ruffin, astucieuses représailles à l’avidité des milliardaires, ou

Continuer à lire

L'Œil du Petit Bulletin #3

ECRANS | Chaque mois, Le Petit Bulletin vous recommande ses coups de cœur cinéma ! Au sommaire de ce troisième numéro (...)

Christophe Chabert | Lundi 2 février 2015

L'Œil du Petit Bulletin #3

Chaque mois, Le Petit Bulletin vous recommande ses coups de cœur cinéma ! Au sommaire de ce troisième numéro : Spartacus et Cassandra de Ioanis Nuguet Réalité de Quentin Dupieux Vincent n'a pas d'écailles de Thomas Salvador Birdman d'Alejandro Gonzalez Iñarritu Hungry hearts de Saverio Costanzo

Continuer à lire

Spartacus et Cassandra

ECRANS | Jusqu’au 7 janvier, les Roms étaient le sujet polémique numéro un, cristallisant l’opinion, entraînant déclarations politiques enflammées, expéditives et (...)

Christophe Chabert | Mardi 3 février 2015

Spartacus et Cassandra

Jusqu’au 7 janvier, les Roms étaient le sujet polémique numéro un, cristallisant l’opinion, entraînant déclarations politiques enflammées, expéditives et démagogiques. Aujourd’hui, la doxa médiatique et populaire s’est trouvé une nouvelle cible et les Roms sont retournés dans l’anonymat de la misère. Heureusement, le cinéma est là pour œuvrer à contre-courant et maintenir vives des questions contemporaines, sans oublier évidemment de tordre le cou aux idées reçues. Rien de tel pour cela que de sortir des généralités et de braquer sa caméra sur des individus qui, au départ, ne représentent qu’eux-mêmes. Spartacus et Cassandra sont donc deux enfants roms arrivés de Roumanie avec leurs parents, traînant de camps en camps avant d’atterrir dans un squat chapiteau où ils sont pris en charge par Camille, acrobate qui, même du haut de son trapèze, garde les pieds sur terre. Comprenant que les deux enfants ont un potentiel et une envie de trouver leur place dans la France d’aujourd’hui, elle rentre donc dans un combat avec le père, alcoolique et totalement irresponsable — il reproche à la France de ne l’avoir jamais aidé et pense que l’Espagne va lui offrir une maison — pour leur

Continuer à lire

Cap au nord pour les Rencontres

ECRANS | Soyons honnêtes : cela faisait un bail que Drôle d’endroit pour des rencontres n’avait pas proposé d’édition aussi excitante. L’exploit est d’autant plus (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 janvier 2015

Cap au nord pour les Rencontres

Soyons honnêtes : cela faisait un bail que Drôle d’endroit pour des rencontres n’avait pas proposé d’édition aussi excitante. L’exploit est d’autant plus notable que l’année 2014 n’a pas été un grand cru pour le cinéma français, artistiquement parlant en tout cas. Est-ce à dire que l’embellie se profile ? Possible… On reparlera dès la semaine prochaine du film d’ouverture, le splendide Spartacus et Cassandra, merveille de documentaire entre Terrence Malick et Ken Loach sur deux enfants roms tiraillés entre les impasses de leur famille naturelle — un père alcoolique et irresponsable, une mère qui sombre dans la folie — et la perspective d’un futur sous l’aile bienveillante d’une jeune acrobate, Camille Brisson — qui viendra présenter le film aux spectateurs. Réussite aussi : le premier film de et avec Thomas Salvador, Vincent n’a pas d’écailles, ou comment inventer un super-héros français sans chercher la surenchère avec les écuries Marvel et DC Comics, mais en restant au plus près d’un quotidien crédible et néanmoins réenchanté. À suivre : le deuxième film d’Alix Delaporte après

Continuer à lire

Gondry, star du doc

ECRANS | Période faste pour le documentaire français en ce moment… Du coup, Les Écrans du doc, le festival consacré au genre au Toboggan de Décines n’a eu qu’à se pencher (...)

Christophe Chabert | Mardi 8 avril 2014

Gondry, star du doc

Période faste pour le documentaire français en ce moment… Du coup, Les Écrans du doc, le festival consacré au genre au Toboggan de Décines n’a eu qu’à se pencher pour ramasser les beaux fruits de cette production. Parmi eux, les très réussis L’Escale, Se Battre et La Cour de Babel, sans oublier le dernier film-fleuve de l’immense Frederick Wiseman, le plus français des cinéastes américains, At Berkeley. La soirée à ne pas rater durant le festival sera celle consacrée à Michel Gondry — vendredi 11 avril, avec la projection de L’Épine dans le cœur et, en avant-première, du remarquable Conversation animée avec Noam Chomsky. C’est une belle occasion pour revenir sur le cas Gondry, qui alterne depuis ses débuts des projets commerciaux d’envergure avec des petites formes aventureuses et expérimentales, où le documentaire a t

Continuer à lire

Quoi de neuf, docs ?

ECRANS | Alors que le mois du film documentaire bat son plein, deux festivals complémentaires y seront exclusivement consacrés durant les quinze jours à venir. (...)

Christophe Chabert | Lundi 12 novembre 2012

Quoi de neuf, docs ?

Alors que le mois du film documentaire bat son plein, deux festivals complémentaires y seront exclusivement consacrés durant les quinze jours à venir. Histoires vraies.doc au Ciné Duchère tire le premier, avec parmi les reprises proposées De mémoires d’ouvriers de Gilles Perret, sur la naissance de la classe ouvrière dans les Alpes ou encore le beau film de Safinez Bousbia sur El Gusto, ce groupe de papys du chaâbi algérois façon Buena Vista Social Club. La musique sera au cœur de cette édition avec Les Fils du vent, sur les héritiers de Django Reinhardt, Traviata et nous, ou comment Nathalie Dessay et Jean-François Sivadier se sont confrontés au monument de Verdi et enfin, en avant-première, un documentaire sur la rencontre entre les Pockemon Crew, troupe de danseurs hip-hop lyonnais et Emelthée, un chœur spécialisé dans la musique baroque et contemporaine. Du côté de Décines, Les Écrans du doc ouvrira sa troisième édition avec l’avant-première des Invisibles de Sébastien Lifschitz, témoignage d’une

Continuer à lire

Le cran des écrans

CONNAITRE | Commencé avec une soirée consacrée à Christian Rouaud, la veille de la sortie de son Tous au Larzac, le festival Les Écrans du doc se poursuit cette semaine au (...)

Dorotée Aznar | Lundi 21 novembre 2011

Le cran des écrans

Commencé avec une soirée consacrée à Christian Rouaud, la veille de la sortie de son Tous au Larzac, le festival Les Écrans du doc se poursuit cette semaine au Toboggan de Décines avec plusieurs films inédits ou en avant-premières. Remarqué à la Quinzaine des réalisateurs, La Nuit elles dansent des Canadiens Isabelle Lavigne et Stéphane Thibault suit une famille de danseuses orientales égyptiennes au Caire d’avant la Révolution. Un documentaire qui n’hésite pas à chercher le romanesque mais aussi à se rattacher à la tradition du grand mélodrame égyptien. Il y a une décennie, Serge Halimi avait fait trembler les murs médiatiques avec son petit livre rouge Les Nouveaux chiens de garde. Le combat continue sur le grand écran avec un documentaire éponyme signé Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, qui dénonce la mainmise des groupes industriels sur les médias et l’apparition d’une génération de «journalistes» gardiens de l’ordre économique et apôtre du marché. Engagé aussi, Laïcité Inch’Allah fait beaucoup parler de lui depuis sa sortie ; le film tombe à point nommé, puisqu’il a été réalisé pendant la Révolution tunisienne, et que son angle d’attaqu

Continuer à lire

Les Rencontres Documentaires, plongée dans le réel

CONNAITRE | Cette optique militante de la programmation est également renforcée par l'organisation de débats, conférences qui échelonneront les projections. Les (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 26 novembre 2010

Les Rencontres Documentaires, plongée dans le réel

Cette optique militante de la programmation est également renforcée par l'organisation de débats, conférences qui échelonneront les projections. Les intervenants membres d'associations, historiens, réalisateurs permettront ainsi d' élargir les horizons, forger les positions et affiner les idées. Ces "Premières éditions des Rencontres du Doc" portent à nos regards de spectateurs des problématiques multiples, économiques essentiellement. Un enjeu qui contraint les existences et dont on ne se lasse pas d'observer les conséquences. Les focales sont diverses : ici, c'est un grand format, "La Fin de la pauvreté ?" interroge ainsi Philipe Dias parcourant territoires et continents dans une vision surplombante apte à démêler les mécanismes. Là, Jocelyne Lemaire Darnaud prend sa caméra et enquête tout simplement sur la circulation de son argent, un petit ruisseau qui produit une grande rivière : "Moi, la finance et le développement durable", où comment son petit compte en banque peut financer de «très grandes choses». Qui dit finance, dit pouvoir, politique certes, mais aussi médiatique. Le 27 novembre, une grande soirée carte blanche à et en présence du journaliste et documentariste Pierr

Continuer à lire