"Celui qu'on attendait" : Tintin en Arménie

ECRANS | de Serge Avédikian (Fr/Arm, 1h35) avec Patrick Chesnais, Arsinée Khanjian, Robert Harutyunyan…

Vincent Raymond | Mardi 7 juin 2016

Photo : © DR


Parler de l'Arménie d'aujourd'hui sans négliger celle d'hier, en évitant le piège du folklore touristique ; sans brandir l'antagonisme avec la Turquie (pour une fois, c'est l'Azerbaïdjan qui est cité)… Serge Avédikian a réussi son coup avec cette comédie davantage centrée sur la question des différences de cultures menant aux convergences humaines que sur le gag communautaire.

Le cinéaste a l'habitude d'abolir les frontières, y compris stylistiques. Et volontiers recours à l'essai ou à l'animation — Chienne d'histoire lui a d'ailleurs valu la Palme d'Or du court-métrage en 2010 — pour donner à ses réalisations une aura de parabole, de conte universel.

Celui qu'on attendait contient d'ailleurs une séquence qui prolonge cette idée du surgissement d'un élément extérieur venant soudainement bousculer un système homogène, pour mieux l'enrichir de ses différences : lorsque l'image emprunte brusquement certains codes graphiques de la bande dessinée — le défilement des cases, les aplats de couleurs uniformes ou les emanata (ces petits traits et étoiles vibrants symbolisant le bruit, le mouvement). Cette rupture visuelle accentue le caractère “tintinesque” des aventures de son héros, dans le temps qu'elle atténue la brutalité des événements racontés. Et prouve une fois encore l'intérêt de l'hybridation.


Celui qu'on attendait

De Serge Avédikian (Fr, Arménie, 1h30) avec Patrick Chesnais, Arsinée Khanjian... Jean-Paul Bolzec était parti jouer son spectacle pour une société française installée en Azerbaïdjan. Sur le chemin du retour vers l’aéroport, le taxi tombe en panne. Bolzec est abandonné sur une route désertique, au milieu de nulle part.
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Carte blanche à Patrick Chesnais

ECRANS | De passage pour la pièce Tant qu’il y a de l’amour, le comédien sacrifie à la nouvelle tradition du Toboggan de la carte blanche cinématographique, (...)

Vincent Raymond | Lundi 14 janvier 2019

Carte blanche à Patrick Chesnais

De passage pour la pièce Tant qu’il y a de l’amour, le comédien sacrifie à la nouvelle tradition du Toboggan de la carte blanche cinématographique, inaugurée en novembre par Jean-Louis Murat, poursuivie par Juliette. Comme un contrepoint au spectacle qu’il joue, le comédien a choisi de présenter le film de Stéphane Brizé dans lequel il tenait face à Anne Consigny le premier rôle masculin — celui d’un huissier —, Je ne suis pas là pour être aimé (2005). Une œuvre pleine de charme, de délicatesse et de danse de salon, où affleure la fibre critique et sociale du cinéaste ayant depuis signé l’excellent En guerre. Carte blanche à Patrick Chesnais Au Ciné Toboggan le samedi 19 janvier à 16h30

Continuer à lire

Ma mère est folle

ECRANS | Dilettante professionnelle, Nina, la soixantaine bohème, n’a jamais pu se conformer à quelque loi que ce soit. Productrice fauchée, elle a imaginé se refaire (...)

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Ma mère est folle

Dilettante professionnelle, Nina, la soixantaine bohème, n’a jamais pu se conformer à quelque loi que ce soit. Productrice fauchée, elle a imaginé se refaire en convoyant de la beuh d’Amsterdam à Paris. Ça tombe bien : elle pourra au passage faire coucou à son fils, qui s’y est exilé, loin d’elle. Pour camper cette mythomane invétérée dépourvue d’instinct maternel (en tout cas, vis-à-vis de son propre fils), Fanny Ardant a dû prendre un malin plaisir. Il est sûr qu’elle rehausse de son étrangeté coutumière cette histoire somme toute über classique à l’esthétique de téléfilm. Car s’il n’y avait ce personnage viscéralement pernicieux, on s’ennuierait ferme devant le catalogue d’effets attendus. Un chanteur débutant à l’écran ? Check Vianney ! Un clin d’œil à un bouquin du fiston par ailleurs coscénariste ? OK le plan sur une traduction de Sacha Sperling ! Arielle Dombasle en inconséquente et richissime bourgeoise ? Euh, comme d’habitude. Par charité, on évitera d’aborder l’intégration d’un petit réfugié traîné comme une mascotte, ni de parler de Patrick Chesnais jouant les beaufs mafieux ayant découve

Continuer à lire

Juillet-Août

ECRANS | Chaque été, au milieu du lot de films de vacances, il en est toujours un qui prend la tangente en allant au-delà du périmètre étriqué des premiers émois (...)

Vincent Raymond | Mercredi 6 juillet 2016

Juillet-Août

Chaque été, au milieu du lot de films de vacances, il en est toujours un qui prend la tangente en allant au-delà du périmètre étriqué des premiers émois d’adolescent(e)s. L’an dernier, c’était Microbe et Gasoil de Gondry ; Juillet-Août assure peut-être la relève. La saison chaude semble favorable à Diastème — son premier long, Le Bruit des gens autour, (2008), était déjà une évocation drôle et pleine de vie de l’intérieur du festival d’Avignon — ; elle l’inspire pour ce portrait de deux sœurs (dont une au tournant de la puberté), ainsi que de leurs parents, lesquels ont refait leur vie chacun de leur côté. Juillet avec la mère sur la Côte d’Azur, août avec le père en Bretagne… L’existence des frangines est décousue, mais elle se suit dans ses péripéties estivales, et se raccommode dans cette succession de villégiatures. Comme si la famille éclatée se reformait par-delà la distance et le protocole calendaire afin de résoudre toutes les crises — qui ne sont pas propres au jeune âge. Chacun ment ou dissimule un petit secret à ses proches, mais en définitive, c’est ce qui permet à la roulotte d’

Continuer à lire

Serge Avédikian : “Les Arméniens ont beaucoup d’humour sur eux-mêmes”

ECRANS | Cette histoire de “cousin arménien” providentiel repose-t-elle sur une histoire réelle ? Tous les peuples qui ont été dispersés et spoliés, qui ont une (...)

Vincent Raymond | Mardi 7 juin 2016

Serge Avédikian : “Les Arméniens ont beaucoup d’humour sur eux-mêmes”

Cette histoire de “cousin arménien” providentiel repose-t-elle sur une histoire réelle ? Tous les peuples qui ont été dispersés et spoliés, qui ont une diaspora, possèdent ce mythe de l’oncle qui va revenir avec du bienfait. Quand j’étais môme en URSS, la première fois que les frontières se sont ouvertes sous Krouchtchev afin que les Arméniens de France viennent comme touristes, une tante de ma mère est arrivée avec cinq valises de vêtements. C’était la pénurie : nous n’avions pas 360 fromages, mais deux ! Quand on est dans le manque, tout ce qui vient de l’étranger brille. Dans ce cas précis, c’est inventé. Cela dit, lorsque l’Arménie est devenue indépendante, l’ancien propriétaire de la MGM Kirk Kerkorian est arrivé avec un million de dollars pour créer des emplois. C’était un mécène, à défaut d’être un messie… Justement, votre film s’est un temps appelé Le Messie de Grenoble. Pourquoi l’avoir modifié ? Le Messie de Grenoble est apparu très tard. Le scénario s’est appelé Comme une chanson américaine, puis Complètement à l’Est… Mais un scénario devient un film ; et le film est un objet

Continuer à lire

Les Beaux jours

ECRANS | Au croisement de plusieurs opportunités qui sont aussi, sans doute, des opportunismes — la mode du film pour seniors, la possibilité d’offrir un vrai (...)

Christophe Chabert | Mercredi 12 juin 2013

Les Beaux jours

Au croisement de plusieurs opportunités qui sont aussi, sans doute, des opportunismes — la mode du film pour seniors, la possibilité d’offrir un vrai grand premier rôle à une actrice adulée par les lecteurs de Télérama — Les Beaux jours arrive assez miraculeusement à transformer tout cela en un film imparfait mais cohérent. Mieux : Marion Vernoux, qui met fin à un trop long break pour le grand écran, y développe avec une perspective nouvelle le thème qui travaillait son œuvre jusqu’ici, à savoir la vacance nécessaire pour vivre une histoire d’amour. C’est parce qu’elle se retrouve prématurément à la retraite que Caroline peut passer son temps libre à tromper son mari avec un homme deux fois moins vieux qu’elle. Là encore, le film pourrait s’égarer dans une dissertation sociétale sur les cougars ; mais Vernoux ne généralise jamais, attachée à la dimension romanesque de son cinéma et à la singulière présence d’une Fanny Ardant magnifique de justesse. Surtout, en creux se dessine l’idée forte que le travail, le couple et plus globalement, les normes sociales sont autant de garde-fous qui mu

Continuer à lire

Bienvenue parmi nous

ECRANS | Jean Becker a pris un coup de vieux. Les plus mesquins diront qu'il l'a toujours été, comme Resnais. Pas faux. Sauf que l'auteur de L'Été meurtrier (...)

Jerôme Dittmar | Vendredi 8 juin 2012

Bienvenue parmi nous

Jean Becker a pris un coup de vieux. Les plus mesquins diront qu'il l'a toujours été, comme Resnais. Pas faux. Sauf que l'auteur de L'Été meurtrier s'assume, et sans sauver ce Bienvenue parmi nous, il fait preuve au moins d'une certaine honnêteté. En voulant filmer la révolte existentielle d'un peintre reprenant goût à la vie et son art au contact d'une adolescente fugueuse, Becker joue au vieil esthète. Il veut ressusciter le portrait de la jeune fille, grand appel à l'innocence, à la beauté et au naturel, tout en vantant les valeurs de générosité et d'écoute. Un gros pari quand on connaît le CV du bonhomme. Pourtant, malgré sa complaisance gâteuse et son paternalisme lourdingue, on a presque envie de le suivre. Pas vraiment pour Patrick Chesnais, transformé le temps d'une scène culte en Charles Bronson du dimanche. Plutôt par désir de voir son actrice (Jeanne Lambert), gauche, un brin vulgaire mais fascinante, continuer à parler, bouger, exister. Jérôme Dittmar

Continuer à lire

600 kilos d’or pur

ECRANS | Une immense frustration gagne le spectateur devant ce "600 kilos d’or pur", tant le film sur l’écran est le compromis manifeste entre deux visions (...)

Christophe Chabert | Mercredi 7 juillet 2010

600 kilos d’or pur

Une immense frustration gagne le spectateur devant ce "600 kilos d’or pur", tant le film sur l’écran est le compromis manifeste entre deux visions absolument contradictoires : d’un côté, l’envie de faire un film d’aventures noir et désespéré, quelque chose entre "Le Trésor de la Sierra Madre" et "Le Convoi de la peur" (plus que l’original de Clouzot, c’est bien le remake de Friedkin auquel on pense). De l’autre, les exigences des coproducteurs et du prime-time télé : casting bankable, scènes d’action hors sujet et violence reléguée dans un hors champ systématique et ridicule. Éric Besnard, co-scénariste de Boukhrief et réalisateur du déjà très «TF1» "Cash", a visiblement dû courber l’échine de ses ambitions pour mener son projet à bien. C’est d’autant plus étrange que le producteur du film, Mandarin, a démontré avec les "OSS 117" et bientôt avec le formidable "Potiche" de François Ozon, qu’il savait secouer la monotonie du cinéma français mainstream avec des films populaires et rentre-dedans… CC

Continuer à lire