Les 10 films à voir pendant la Fête du cinéma

ECRANS | Du dimanche 26 au mercredi 29 juin, c'est la Fête du cinéma. Une offre tarifaire de 4 euros destinée à doper la fréquentation des salles. On a fait le tri dans l’offre pléthorique proposée. Attention tout de même : cette sélection avec la liste des salles n'est valable que jusqu'à mardi, certains films pouvant être déprogrammés mercredi.

Vincent Raymond | Jeudi 23 juin 2016

Photo : © DR


LA LOI DE LA JUNGLE

d'Antonin Peretjatko

Satire de la bureaucratie obstinée et stérile, film d'aventure burlesque, le second long métrage d'Antonin Peretjatko est beau comme la rencontre de Jean-Luc Godard (première époque) et de Peter Sellers sur une piste de ski en Guyane.
Au cinéma Gérard Philipe, au CNP Terreaux, au Pathé Bellecour, à l'UGC Ciné-cité confluence

X-MEN APOCALYPSE

de Bryan Singer

En mettant ses mutants aux prises avec le premier d'entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c'est bien lui le patron.
Au Pathé Bellecour, au Pathé Vaise, à l'UGC Ciné-cité internationale, à l'UGC Ciné-cité confluence, à l'UGC Part-Dieu, aux Amphis, au CGR, au Pathé Carré de soie

THE NEON DEMON

de Nicolas Winding Refn

Retour en grâce pour NRW — puisque c'est ainsi qu'il sigle son nom au générique — avec un conte initiatique : celui d'une gamine partant à la conquête du monde de la mode. Le récit d'une ambition dévorante et dévorée, à la superbe… superbe.
Au CGR, au Comoedia, au cinéma Gérard Philipe, au Pathé Bellecour, à l'UGC Ciné-cité internationale

RETOUR CHEZ MA MÈRE

d'Éric Lavaine

Éric Lavaine adore adapter au format de la comédie des sujets de société ne prêtant pas forcément à rire. Se saisissant des désarrois de la "génération boomerang" humiliés par un retour subit et subi chez môman, il signe un double portrait de femmes d'autant plus réussi qu'il est dépourvu de vulgarité, ce saprophyte du rire ordinaire.
Au cinéma Saint-Denis, au Pathé Bellecour, au Pathé Vaise, à l'UGC Ciné-cité internationale, à l'UGC ciné-cité confluence, à l'UGC Part-Dieu, aux Alizés, au CGR, au cinéma Gérard Philipe, au ciné-Toboggan, au Lem, à la Maison du Peuple, au Méliès, au Pathé Carré de soie, au Zola

L'OUTSIDER

de Christophe Barratier

Le réalisateur des Choristes remise patine et chansonnette pour prendre le parti de Jérôme Kerviel face à la Loi des marchés. Il réalise une jolie prise de bénéfices au passage : grâce à ce film maîtrisé, la séance se clôt par une forte hausse de la valeur de son cinéma.
Au Pathé Bellecour, au Pathé Vaise, à l'UGC ciné-cité confluence, au CGR, au Pathé Carré de soie

MERCI PATRON !

de François Ruffin

Entre dérision et dénonciation, François Ruffin démonte la mécanique d'enrichissement de Bernard Arnault et obtient du milliardaire qu'il dédommage secrètement une famille nordiste au bord de la ruine. Pierre Carles a fait des émules ; tant mieux !
Au ciné-Caluire, au CGR, au Comoedia, au cinéma Gérard Philipe, à La Fourmi

THE WITCH

de Robert Eggers

« Ne nous promenons pas près des bois, quand la sorcière y a son chez soi » pourraient chantonner les jeunes protagonistes de ce thriller pour Amish, à la maîtrise redoutable et au jeu impressionnant. Puritains s'abstenir.
Au CGR, au Pathé Carré de soie

FOLLES DE JOIE

de Paolo Virzi

Deux fugueuses qui n'ont rien en commun jouent les Thelma et Louise à travers l'Italie. Plus qu'explicite, la référence au film de Ridley Scott fait même l'objet d'une citation visuelle appuyée lorsque les deux complices se retrouvent par hasard à bord d'une décapotable. L'un des fugaces moments de liberté et de bonheur de ce film portant un regard sensible sur ce que l'on nomme par commodité la "folie".
Au CNP Terreaux, à l'UGC ciné-cité internationale, au cinéma Ecully

LOVE & FRIENDSHIP

de Whit Stillman

Avec cinq longs métrages en vingt-cinq ans, Whit Stillman semble du genre à se faire désirer. Logique qu'il ait succombé aux charmes de Lady Susan, cultivant la séduction comme l'un des beaux-arts. En résulte une transposition délicieuse du roman épistolaire de la jeune Jane Austen…
Au CNP Bellecour, à l'UGC Astoria

HANA ET ALICE MÈNENT L'ENQUÊTE

de Shunji Iwai

Préquelle d'un film réalisé avec de "vraies comédiennes" il y a dix ans, ce polar nippon aussi charmant que réaliste témoigne d'un regain de l'anime. À prendre en filature serrée, de même que son réalisateur, le chevronné Shunji Iwai.
Au cinéma Opéra


La loi de la jungle

D'Antonin Peretjatko (Fr, 1h39) avec Vincent Macaigne, Vimala Pons... Marc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier GUYANEIGE : première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. De mésaventure en mésaventure, on lui affuble un coéquipier. Pas de chance c’est une pin-up. Pire : elle a du caractère.
Lumière Terreaux 40 rue du Président Édouard Herriot Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


The Neon Demon

De Nicolas Winding Refn (ÉU, 1h57) avec Elle Fanning, Jena Malone... Ce film est présenté en Compétition au Festival de Cannes 2016.Une jeune fille débarque à Los Angeles. Son rêve est de devenir mannequin. Son ascension fulgurante et sa pureté suscitent jalousies et convoitises. Certaines filles s’inclinent devant elle, d'autres sont prêtes à tout pour lui voler sa beauté.
Cinéma Gérard Philipe 12 avenue Jean Cagne Vénissieux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Love & Friendship

De Whit Stillman (Irl, 1h32) avec Kate Beckinsale, Chloë Sevigny...
Angleterre, fin du XVIIIe siècle : Lady Susan Vernon est une jeune veuve dont la beauté et le pouvoir de séduction font frémir la haute société. Sa réputation et sa situation financière se dégradant, elle se met en quête de riches époux, pour elle et sa fille adolescente. Épaulée dans ses intrigues par sa meilleure amie Alicia, une Américaine en exil, Lady Susan Vernon devra déployer des trésors d'ingéniosité et de duplicité pour parvenir à ses fins, en ménageant deux prétendants : le charmant Reginald et Sir James Martin, un aristocrate fortuné mais prodigieusement stupide… D'après Lady Susan de Jane Austen. Lumière Bellecour 12 rue de la Barre Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Folles de joie

De Paolo Virzì (Ir, Fr, 1h56) avec Valeria Bruni Tedeschi, Micaela Ramazzotti...
Le film est présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2016 Beatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Ces deux patientes de la Villa Biondi, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d'amitié. Écully Cinéma 21 avenue E. Aynard Écully
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Merci patron !

De François Ruffin (Fr, 1h30) documentaire
David peut-il encore l’emporter contre Goliath ? Des pieds nickelés picards faire tanguer la multinationale LVMH, premier groupe de luxe au monde, et effrayer son PDG, Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France? Jocelyne et Serge Klur fabriquaient des costumes Kenzo à Poix-du-Nord, près de Valenciennes. Cinéma Gérard Philipe 12 avenue Jean Cagne Vénissieux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'outsider

De Christophe Barratier (Fr, 1h57) avec Arthur Dupont, François-Xavier Demaison...
On connaît tous Jérôme Kerviel, le trader passé du jour au lendemain de l’anonymat au patronyme le plus consulté sur les moteurs de recherche du net en 2008… l’opérateur de marchés de 31 ans dont les prises de risque auraient pu faire basculer la Société Générale voire même le système financier mondial… l’homme condamné deux ans plus tard à cinq ans de prison dont trois ferme et aux plus lourds dommages-intérêts jamais vus pour un particulier: 4, 9 milliards d’euros. Pathé Échirolles 4 rue Albert Londres Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Fête du cinéma d’animation

ECRANS | C’est une discrétion un peu affligeante qui accompagne la Fête du Cinéma d’Animation. Il faut dire qu’elle manque un poil de lisibilité : elle se déroule durant (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 octobre 2019

Fête du cinéma d’animation

C’est une discrétion un peu affligeante qui accompagne la Fête du Cinéma d’Animation. Il faut dire qu’elle manque un poil de lisibilité : elle se déroule durant tout le mois d’octobre non pas dans toutes les salles de cinéma, mais celles qui le souhaitent ainsi que dans des lieux partenaires. Le Festival Lumière mobilise beaucoup d’écrans, rares sont ceux de la Métropole s’associant à cette manifestation célébrant la vivacité d’un genre fécond se réinventant sans cesse — on le verra dans les prochaines semaines avec le film de Jérémy Clapin, J’ai perdu mon corps. En attendant, il vous reste la MLIS pour un ciné-goûter en compagnie d’un classique de l’anime, le tendre Panda petit panda du maître Isao Takahata. Fête du Cinéma d’Animation À la Maison du Livre, de l’Image et du Son (Villeurbanne) ​le mercredi 16 octobre à 14h30

Continuer à lire

Dites 33 ! Le cinéma en fête

ECRANS | À voix haute - La force de la parole De Stéphane De Freitas, Ladj Ly (Fr, 1h39) documentaire Notre avis : La parole est au 93 ! Suivis sur une (...)

Vincent Raymond | Dimanche 25 juin 2017

Dites 33 ! Le cinéma en fête

À voix haute - La force de la parole De Stéphane De Freitas, Ladj Ly (Fr, 1h39) documentaire Notre avis : La parole est au 93 ! Suivis sur une poignée de semaines, des étudiants de l’Université de Saint-Denis apprennent l’art rhétorique afin de gagner le concours Eloquentia, désignant le meilleur orateur. Fondateur de l’événement et chef d’orchestre du documentaire, Stéphane de Freitas pose sa caméra sur les visages d’une jeunesse qui ne demande qu’à être comprise et écoutée. Grâce à sa forme très cinématographique, shootée comme un entraînement de boxe, À voix haute libère une émotion forte par le montage de témoignages sincères. Alien : Covenant De Ridley Scott (EU-Angl, 2h02) avec Michael Fassbender, Katherine Waterston... Notre avis : Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche de son troisième opus dans la saga Alien, participant de son édification et de sa cohérence. Cette nouvelle pièce majeure semble de surcroît amorcer la convergence avec son autre univers totémique, Blade Runner. Excitant. Aurore De Blandine Le

Continuer à lire

La Fête du cinéma

ECRANS | Depuis l’an dernier, la Fête du cinéma a changé de formule, s’étalant maintenant sur une semaine (du samedi 25 juin au vendredi 1er juillet, cette année). La (...)

Christophe Chabert | Jeudi 16 juin 2011

La Fête du cinéma

Depuis l’an dernier, la Fête du cinéma a changé de formule, s’étalant maintenant sur une semaine (du samedi 25 juin au vendredi 1er juillet, cette année). La première place est à plein tarif, toutes les autres à 3€. En 2010, cette transformation n’a pas vraiment porté ses fruits, la fréquentation ayant chuté brutalement. Mais on peut aussi mettre cet échec sur le compte d’une programmation de films peu réjouissantes (un troisième Narnia comme tête de pont, ça ne fait pas rêver !). 2011 sera donc une année test, avec pas mal de films «porteurs» (Pirates des Caraïbes 4, Kung Fu Panda 2, Transformers 3 à partir du 29 juin : pas trop notre came, dans l’absolu) mais aussi de beaux restes cannois et des œuvres vraiment audacieuses et originales, ce qui est assez nouveau pour la Fête du cinéma.

Continuer à lire

Blockbusters etc.

ECRANS | Toujours en salles, on fera l'impasse sur le dernier best seller de Tim Burton, Alice aux pays des merveilles, ou plutôt Alice in Narnialand. Embourbé dans (...)

Dorotée Aznar | Lundi 21 juin 2010

Blockbusters etc.

Toujours en salles, on fera l'impasse sur le dernier best seller de Tim Burton, Alice aux pays des merveilles, ou plutôt Alice in Narnialand. Embourbé dans une horrible tartine numérico 3D sans mise en scène ni profondeur de champ, le cinéaste prouve qu’il a décidément un problème avec le réalisme. Pire, vendu à un cinéma mainstream limite nauséabond, il ne reste rien du pseudo rebelle freak. S'il faut donner une friandise aux kids, on lui préférera le sympathique Dragons. En attendant le retour du beaufisant Shrek, le studio Dreamworks montre qu’il est capable d'une certaine élégance et de tenir un récit solide quand il sort (un peu) de ses travers postmodernes. Dans un genre plus mature, il n'y aura pas de honte à goûter au Prince of Persia de Mike Newell. L'adaptation de Jerry Bruckheimerisée du célèbre jeu vidéo frôle le nanar digital de peu, mais y échappe en convoquant le souvenir du magique Voleur de Bagdad de Raoul Walsh. Pas mal. Désert et Moyen-Orient toujours, on fuira en revanche Sex and the City 2, le chick flick de la honte. Sarah Jessica Parker et sa brigade de pétasses botoxées jouant aux impérialistes féminis

Continuer à lire

Les auteurs à la fête

ECRANS | C’est, au choix, le sommet du snob ou une saine alternative : commencer la fête du cinéma avec Film socialisme de Jean-Luc Godard. Un film particulièrement (...)

Christophe Chabert | Vendredi 18 juin 2010

Les auteurs à la fête

C’est, au choix, le sommet du snob ou une saine alternative : commencer la fête du cinéma avec Film socialisme de Jean-Luc Godard. Un film particulièrement peu fait pour être avalé au cours d’une orgie de cinéma, mais qui est aussi, par sa rugosité et son acharnement à ne penser qu’avec des images et des sons, une célébration du cinéma. La rage avec laquelle Godard filme sur un bateau en croisière, dans un garage familial ou dans une Europe entre mythologie perdue et déréliction contemporaine une agonie mondiale où l’argent, le simulacre démocratique et la guerre détruisent l’idéal politique, ne se dégage pas d’un revers de main et s’inscrit comme une énigme dans le cerveau du spectateur. Film socialisme est le contrepoint absolu de Copie conforme, la première incursion extra-iranienne d’Abbas Kiarostami : une œuvre qui n’habille jamais son concept de départ avec de la chair et des images, mais se contente de disserter dans le vide sur le couple pour un jeu de faux-semblants qui vire, par la prestation dissonante de ses deux acteurs, à un festival de fausses notes. Loin de ce cinéma mortifère, les expérimentations sensorielles et narratives de Gaspar N

Continuer à lire

Vous trouvez ça drôle ?

ECRANS | La tentative d’OPA sur la comédie française de Franck Dubosc aurait-elle réussi ? Pendant qu’on avait le dos tourné à Cannes, on imaginait le gars se prendre (...)

Christophe Chabert | Vendredi 18 juin 2010

Vous trouvez ça drôle ?

La tentative d’OPA sur la comédie française de Franck Dubosc aurait-elle réussi ? Pendant qu’on avait le dos tourné à Cannes, on imaginait le gars se prendre deux grosses vestes avec Camping 2 et L’Amour, c’est mieux à deux, dont il a signé le scénario et les dialogues, d’une subtilité indescriptible. De retour à Lyon, on découvrait estomaqué que les deux films étaient des succès, ce qui nous plongea dans des abîmes de perplexité. Dubosc comme futur du comique cinéma français ? Un cauchemar absolu, qui donne envie de s’immoler par le feu en guise de protestation ! En attendant de passer à l’acte, on suggèrera quelques alternatives à cette approche décérébrée de la comédie dans notre beau pays. À commencer par le très réussi Tout ce qui brille de Géraldine Nakache et Hervé Mimran, où la justesse et la drôlerie des dialogues, des situations et de l’interprétation servent un propos doux-amer sur la lutte des classes conçue comme une lutte des codes. On ne se tape pas forcément sur les cuisses en regardant le dernier Jean Becker, La Tête en friche. Le film se pose plutôt comme une comédie sentimentale à l’humanisme sincère, non exempt d’une certai

Continuer à lire

Pendant la crise, la fête continue !

ECRANS | L’annonce d’un changement de formule pour la Fête du cinéma a suscité, sur Internet notamment, des commentaires plutôt acides. Le problème n’était pas tant (...)

Christophe Chabert | Mercredi 17 juin 2009

Pendant la crise, la fête continue !

L’annonce d’un changement de formule pour la Fête du cinéma a suscité, sur Internet notamment, des commentaires plutôt acides. Le problème n’était pas tant l’allongement de l’événement (sept jours au lieu de trois, du 27 juin au 3 juillet), que l’augmentation de la place une fois le «passeport» obtenu au tarif plein. En effet, celle-ci passe de 2 à 3€, soit une augmentation de 50% qui n’a échappé à personne, surtout en cette période où n’importe quel citoyen se transforme en vigile actif de 60 millions de consommateurs. Les remarques ont fusé donc, résumables par «l’esprit de la fête du cinéma se perd» et «on nous prend pour des cochons de payants». Sans parler des titulaires de cartes illimitées, qui n’y gagnent rien, sinon un peu plus de queue à l’entrée des salles. Ultime sarcasme : la Fête du cinéma estivale ne sera bientôt pas plus attractive que le Printemps du cinéma (trois jours à 3, 50€) ou la Rentrée du cinéma (une place achetée, l’autre à 1€). Capture d’écrans La justification de la Fédération Nationale des Cinémas Français est simple : c’est la crise. La Fête 2008 avait été une déception, et la morosité ambiante laissait penser que

Continuer à lire