"A Cure for Life" : traitement de choc

Vincent Raymond | Mardi 14 février 2017

Photo : © Twentieth Century Fox France


Impatient de gravir les échelons de son entreprise, l'ambitieux Lockhart accepte une étrange mission : aller chercher l'un de ses patrons en cure dans une clinique suisse. Mais sur place, le jeune trader se trouve piégé dans cet institut aux procédés peu orthodoxes. Au point d'en devenir patient…

La lecture de La Montagne magique de Thomas Mann peut entraîner des effets secondaires différents selon les tempéraments. Ainsi, quand Wes Anderson développe un Grand Budapest Hotel d'une noire fantaisie baroque, le bien prénommé Gore Verbinski accouche d'une série B horrifique aux tendances schizoïdes — c'est-à-dire du genre à se prendre pour du Fincher rectifié Singer. Las ! Sa symbolique ampoulée suggère plutôt le Alan Parker tardif découvrant les mutations stylistiques des années 1990, tout en le plaçant bien loin des atmosphères Mitteleuropa saturées de vapeurs jaunâtres exhalées par Lars Von Trier.

Oscillant entre réalisme hors du temps et fantastique hors d'âge, ce conte gothique peu flamboyant, à la longueur insensée, eût sans doute gagné en digestibilité à être développé sous forme de série télé : il en présente tous les critères. Son dénouement flou en aurait aussi bénéficié, lui permettant de se débrouiller posément, plutôt que sur un écheveau d'incertitudes bâclées et un rire dément…


3 questions à... Gore Verbinski

Réalisateur des trois premiers volets de Pirates des Caraïbes, de Rango (2011) et de Lone Ranger (2013), Gore Verbinski s'essaie au thriller fantastico-métaphysique. Rencontre.

Pourquoi avoir situé votre film en Suisse germanophone ?
Gore Verbinski : Parce que notre influence principale avec le coscénariste Justin Haythe, c'était La Montagne magique de Thomas Mann. Nous voulions l'idée d'un sanatorium en hauteur depuis des siècles, contemplant la société, et qui ait été le témoin de la révolution industrielle, de l'avénement des ordinateurs. En somme, toutes ces choses ayant petit à petit mis l'Homme moderne dans la condition de maladie où il se trouve. Ce lieu est aussi un endroit de purification, comme une bulle, hors de l'espace-temps : quand l'on s'en approche, les portables ne marchent plus, les montres s'arrêtent, le temps s'écoule dans un registre différent. Lorsque le héros y arrive, il est “ailleurs”.

Quelles sont vos autres influences, en particulier cinématographiques ?
Au moment de la production, alors que le film était déjà écrit, l'un des producteurs m'a conseillé de regarder Traitement de choc (1972) d'Alain Jessua que je ne connaissais pas. Ça m'a beaucoup intéressé, mais ça n'a pas été une influence directe. Le fil narratif de notre film, c'est la maladie et plus encore, l'inéluctable. On a toujours l'impression que quelque chose existe dans l'ombre, comme une tache noire sur une radio ; une force qui exprime le reflet d'un déni — car notre société est beaucoup dans le déni. J'aime les films qui ont ce sens de l'inéluctable comme Le Locataire (1976) de Polanski, Ne vous retournez pas (1973) de Nicolas Roeg, Shining (1979) de Kubrick ou The Servant (1963) de Losey.

En quoi le cinéma de genre vous intéresse-t-il ?
Quand le rideau se ferme, il y a une distance entre ce que vous avez vu et ce que vous ressentez. Si ce que vous voyez parle à votre âme, quand vous sortez du “traitement” proposé par le film, peut-être que vous aussi, vous allez ressentir des effets secondaires. Par le film, nous essayons de pénétrer en vous psychologiquement ; de faire en sorte que vous soyez le malade. Et de vous confronter à la fin à la question : « Comment vous sentez-vous ? »


A Cure for life

De Gore Verbinski (ÉU-All, 2h27) avec Dane DeHaan, Jason Isaacs... Lockhart, jeune cadre ambitieux, est lancé sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse.Pris au piège de l’Institut et de son énigmatique corps médical, il découvre peu à peu la sinistre nature des soins proposés aux patients. Alors qu’on lui diagnostique le même mal qui habite l’ensemble des pensionnaires, Lockhart n’a plus d’autres choix que de se soumettre à l’étrange traitement délivré par le centre…la Cure.
Pathé Carré de soie 2 rue Jacquard Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nymphomaniac volume 2

ECRANS | Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 23 janvier 2014

Nymphomaniac volume 2

5+3. Cette addition, qui lançait la vie sexuelle de Joe dans le premier volume de Nymphomaniac, est aussi la répartition choisie par Lars von Trier entre les chapitres de chaque partie. 5 pour le coït vaginal et le volume 1 ; 3 pour la sodomie et le volume 2 qui, de facto, fait un peu plus mal que le précédent… Après nous avoir laissé sur un climax diabolique, où la nymphomane hurlait : «Je ne sens plus rien !», von Trier reprend les choses là où elles en étaient : dans la chambre de Seligman, qui ne va pas tarder à expliquer les raisons de sa chaste attitude face au(x) récit(s) de débauche de Joe-Gainsbourg ; et dans celle de Joe-Martin et de Jerome, premier amant, grand amour idéalisé, compagnon et père de son enfant. Mais avant d’embrayer sur un nouveau chapitre et un nouvel épisode entre fantasme (romanesque) et fantasme (sexuel), le voilà qui digresse déjà en flashback sur Joe-enfant et son premier orgasme, où lui apparaissent deux icônes qu’elle prend pour des visions de la vierge Marie, mais que

Continuer à lire

Chronicle

ECRANS | Surfant plus ou moins habilement sur la mode du faux documentaire en l’hybridant avec le film de super-héros, Chronicle hume l’air du temps hollywoodien où le cinéma tente de rivaliser avec la série télé. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Dimanche 19 février 2012

Chronicle

Hollywood doit faire face à une double crise : la fuite de ses cerveaux vers la télévision et ses machines narratives, et celle de la désaffection, inéluctable, des spectateurs, qu’on ne sait plus comment retenir dans les salles. Chronicle est presque aussi intéressant par ce qu’il représente que par ce qu’il est sur l’écran. Son opportunisme manifeste qui consiste à marier économie (le tournage, peu coûteux, en caméra embarquée façon faux documentaire) et concept dans l’air du temps (des teenagers qui se découvrent des super-pouvoirs) évoque une foule d’autres films récents. Le nouveau venu Josh Trank a tout vu et Chronicle souffre, entre autres, de ce côté compilation, notamment quand il s’agit d’inventer des sources d’images qui ne soient pas issues de la fiction. La base, c’est le lycéen qui s’achète une caméra pour documenter sa vie ; mais en cours de route, téléphones portables, caméras de surveillance et images télé sont aussi mis à contribution pour raconter l’histoire — Cloverfield,

Continuer à lire