Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives   |   Articles Partenaires

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

LYON

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Film SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
Mot-clé

RECHERCHER ►

Entretien

Stéphane De Freitas & Eddy Moniot : « le but est de se comprendre »

Comment communiquer ? Dans une époque dominée par les réseaux sociaux où la question semble ridicule, Stéphane De Freitas et son film À voix haute pointent les béances d’un système éducatif excluant. Discussion sans paroles en l’air.
le Mardi 4 avril 2017 par

Stéphane De Freitas & Eddy Moniot : « le but est de se comprendre »

Comment communiquer ? Dans une époque dominée par les réseaux sociaux où la question semble ridicule, Stéphane De Freitas et son film À voix haute pointent les béances d’un système éducatif excluant. Discussion sans paroles en l’air.
le Mardi 4 avril 2017 par Julien Homère

Stéphane De Freitas & Eddy Moniot : « le but est de se comprendre »

Crédit Photo : Eddy Moniot © Mars Films / Stéphane de Freitas © DR

À voix haute - La force de la parole

De Stéphane De Freitas, Ladj Ly (Fr, 1h39) documentaire
sortie nationale : Mercredi 12 avril 2017
Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours "Eloquentia", qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d'y participer et s'y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours pour devenir « le meilleur orateur du 93 ».

voir les salles et horaires

PLUS LOIN

"À voix haute" : porte voix de la banlieue"À voix haute" : porte voix de la banlieue

"Corporate" : critique et interview du réalisateur Nicolas Silhol"Corporate" : critique et interview du réalisateur Nicolas Silhol

"L’Opéra" : un an de prises à Bastille"L’Opéra" : un an de prises à Bastille

Quel était votre point de vue pour filmer cette jeunesse ?
Stéphane De Freitas : Faire un film sur la formation aurait été un travers, mais j’ai choisi d’inclure le concours pour en faire un objet cinématographique. Je me suis tout de suite imaginé Le Cercle des poètes disparus en référence, notamment avec les cours de Bertrand Périer (NdlR : avocat et rhéteur) : c’est un petit peu le Robin Williams du 93. (rires) À voix haute est un documentaire militant dans une société en crise où l'on n'arrive plus à se parler. Pour que le spectateur s’amourache de ces jeunes, j’ai construit le film comme une colonne vertébrale, avec des émotions précises, déclenchées à des moments clés.

Que pensez-vous de l’idée qui jalonne le film : “la parole vient avant l’écrit” ?
Eddy Moniot : Elle vient avant l’écrit lorsque vous êtes au pied du mur et qu’il faut défendre ce qui compte, sans avoir le temps de faire un roman. Cependant, un roman peut être aussi puissant. Le film ne dit pas que la parole est meilleure que l’écrit, mais qu’elle est importante et que tout le monde peut apprendre. On parle plus qu’on écrit. Quand on lit une rédaction, on n'a pas forcément l’intention derrière. Si je fais un post sur Facebook pour dire que c’est très important de dialoguer, des gens vont peut-être mal le prendre car je n’aurais pas pu mettre l’émotion dans ma voix. Être écrivain demeure peut-être plus compliqué qu’orateur.

Pourquoi sortir le film durant une année électorale, remplie de crispations identitaires ?
SF : Cela faisait trois ans que je voulais faire ce film. La société a commencé à se crisper de plus en plus et la tension sur la liberté d’expression a augmenté. Je voulais donner un message d’espoir allant à contre-courant des clivages politiques, religieux ou sociaux. Le but est de se comprendre. Avec cette sortie, on tient le cap jusqu’au bout. Le film aurait pu concourir à Cannes et ça aurait été super pour l’équipe, mais nous avons préféré accélérer la sortie, une semaine avant l’élection présidentielle, pour en faire un acte militant. Son exploitation se déroulera durant cette période précise. C’était une opportunité qu’on ne pouvait pas laisser passer.

Avec votre association Indigo, avez-vous d’autres projets sur l’éducation ?
SF : On développe en ce moment un réseau social d’entraide, indépendamment d’Eloquentia. Lorsqu’on a créé le concours à l’université de Saint-Denis, les élus du Conseil général étaient là et avaient vu qu’on rassemblait de Kery James à Michèle Laroque, en passant par Aymeric Caron, des gens de l’anti-système et des médias, de droite comme de gauche. Ils m’ont demandé ce qu’on pourrait faire dans les collèges de Seine-Saint-Denis. Du coup, les anciens vainqueurs du concours comme Eddy s’y rendent pour transmettre la méthodologie et le savoir-faire. Le gros de notre activité dans l’association, ce n’est pas le concours, mais les collèges du 93. La philosophie Eloquentia a suscité des intérêts dans les institutions ou les ministères qui cherchaient à savoir comment créer cette atmosphère saine. Il y a une pédagogie qui est composite dans la prise de parole, que ce soit à travers le discours, le jeu ou le rap.

Tags  • A+voix+haute • La+force+de+la+parole • Stephane+de+Freitas • Eddy+Moniot

Quel était votre point de vue pour filmer cette jeunesse ?
Stéphane De Freitas : Faire un film sur la formation aurait été un travers, mais j’ai choisi d’inclure le concours pour en faire un objet cinématographique. Je me suis tout de suite imaginé Le Cercle des poètes disparus en référence, notamment avec les cours de Bertrand Périer (NdlR : avocat et rhéteur) : c’est un petit peu le Robin Williams du 93. (rires) À voix haute est un documentaire militant dans une société en crise où l'on n'arrive plus à se parler. Pour que le spectateur s’amourache de ces jeunes, j’ai construit le film comme une colonne vertébrale, avec des émotions précises, déclenchées à des moments clés.

Que pensez-vous de l’idée qui jalonne le film : “la parole vient avant l’écrit” ?
Eddy Moniot : Elle vient avant l’écrit lorsque vous êtes au pied du mur et qu’il faut défendre ce qui compte, sans avoir le temps de faire un roman. Cependant, un roman peut être aussi puissant. Le film ne dit pas que la parole est meilleure que l’écrit, mais qu’elle est importante et que tout le monde peut apprendre. On parle plus qu’on écrit. Quand on lit une rédaction, on n'a pas forcément l’intention derrière. Si je fais un post sur Facebook pour dire que c’est très important de dialoguer, des gens vont peut-être mal le prendre car je n’aurais pas pu mettre l’émotion dans ma voix. Être écrivain demeure peut-être plus compliqué qu’orateur.

Pourquoi sortir le film durant une année électorale, remplie de crispations identitaires ?
SF : Cela faisait trois ans que je voulais faire ce film. La société a commencé à se crisper de plus en plus et la tension sur la liberté d’expression a augmenté. Je voulais donner un message d’espoir allant à contre-courant des clivages politiques, religieux ou sociaux. Le but est de se comprendre. Avec cette sortie, on tient le cap jusqu’au bout. Le film aurait pu concourir à Cannes et ça aurait été super pour l’équipe, mais nous avons préféré accélérer la sortie, une semaine avant l’élection présidentielle, pour en faire un acte militant. Son exploitation se déroulera durant cette période précise. C’était une opportunité qu’on ne pouvait pas laisser passer.

Avec votre association Indigo, avez-vous d’autres projets sur l’éducation ?
SF : On développe en ce moment un réseau social d’entraide, indépendamment d’Eloquentia. Lorsqu’on a créé le concours à l’université de Saint-Denis, les élus du Conseil général étaient là et avaient vu qu’on rassemblait de Kery James à Michèle Laroque, en passant par Aymeric Caron, des gens de l’anti-système et des médias, de droite comme de gauche. Ils m’ont demandé ce qu’on pourrait faire dans les collèges de Seine-Saint-Denis. Du coup, les anciens vainqueurs du concours comme Eddy s’y rendent pour transmettre la méthodologie et le savoir-faire. Le gros de notre activité dans l’association, ce n’est pas le concours, mais les collèges du 93. La philosophie Eloquentia a suscité des intérêts dans les institutions ou les ministères qui cherchaient à savoir comment créer cette atmosphère saine. Il y a une pédagogie qui est composite dans la prise de parole, que ce soit à travers le discours, le jeu ou le rap.

Tags  • A+voix+haute • La+force+de+la+parole • Stephane+de+Freitas • Eddy+Moniot

À voix haute - La force de la parole

De Stéphane De Freitas, Ladj Ly (Fr, 1h39) documentaire
sortie nationale : Mercredi 12 avril 2017
Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours "Eloquentia", qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d'y participer et s'y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours pour devenir « le meilleur orateur du 93 ».

voir les salles et horaires

PLUS LOIN

"À voix haute" : porte voix de la banlieue"À voix haute" : porte voix de la banlieue

"Corporate" : critique et interview du réalisateur Nicolas Silhol"Corporate" : critique et interview du réalisateur Nicolas Silhol

"L’Opéra" : un an de prises à Bastille"L’Opéra" : un an de prises à Bastille

'
Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


ALIEN : COVENANT
De Ridley Scott (EU-Angl, 2h02) avec Michael Fassbender, Katherine Waterston...
Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche de son troisième opus dans la saga Alien, parti (...)

AURORE
De Blandine Lenoir (Fr, 1h29) avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert...
Portrait d’une femme à la croisée des émotions et de la vie, cette comédie culottée sur la ménopause (...)

AURORE
De Blandine Lenoir (Fr, 1h29) avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert...
Portrait d’une femme à la croisée des émotions et de la vie, cette comédie culottée sur la ménopause (...)

GHOST IN THE SHELL
De Rupert Sanders (EU, 1h46) avec Scarlett Johansson, Pilou Asbæk...
À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybr (...)

L'AMANT DOUBLE
De François Ozon (Fr, 1h47) avec Marine Vacth, Jérémie Renier...
Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre (...)

L'HOMME AUX MILLE VISAGES
De Alberto Rodriguez (Esp, 2h03) avec Eduard Ferandez, José Coronado...
Transformant une escroquerie d’État des années 1980 en thriller rythmé et sarcastique, le réalisateu (...)

LES FANTÔMES D’ISMAËL
De Arnaud Desplechin (Fr, 1h50) avec Mathieu Amalric, Marion Cotillard...
Arnaud Desplechin entraîne ses personnages dans un enchâssement de récits, les menant de l’ombre à l (...)

MARIE-FRANCINE
De Valérie Lemercier (Fr, 1h35) avec Valérie Lemercier, Patrick Timsit...
Valérie Lemercier célèbre la rencontre de deux quinquas bouillis par la vie dans une comédie sentime (...)

RODIN
De Jacques Doillon (Fr, 1h59) avec Vincent Lindon, Izïa Higelin...
Pour commémorer le centenaire de sa disparition, Jacques Doillon statufie Auguste Rodin dans ses œuv (...)

TUNNEL
De Kim Seong-hun (Cor-sud, 2h06)
D’une des pires hantises qui soit (la peur d’être enterré vivant), le réalisateur Kim Seong-hun tire (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

Au cinéma


les choix de la rédaction


ALIEN : COVENANT
De Ridley Scott (EU-Angl, 2h02) avec Michael Fassbender, Katherine Waterston...
Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche de son troisième opus dans la saga Alien, parti (...)

AURORE
De Blandine Lenoir (Fr, 1h29) avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert...
Portrait d’une femme à la croisée des émotions et de la vie, cette comédie culottée sur la ménopause (...)

AURORE
De Blandine Lenoir (Fr, 1h29) avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert...
Portrait d’une femme à la croisée des émotions et de la vie, cette comédie culottée sur la ménopause (...)

GHOST IN THE SHELL
De Rupert Sanders (EU, 1h46) avec Scarlett Johansson, Pilou Asbæk...
À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybr (...)

L'AMANT DOUBLE
De François Ozon (Fr, 1h47) avec Marine Vacth, Jérémie Renier...
Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre (...)

L'HOMME AUX MILLE VISAGES
De Alberto Rodriguez (Esp, 2h03) avec Eduard Ferandez, José Coronado...
Transformant une escroquerie d’État des années 1980 en thriller rythmé et sarcastique, le réalisateu (...)

LES FANTÔMES D’ISMAËL
De Arnaud Desplechin (Fr, 1h50) avec Mathieu Amalric, Marion Cotillard...
Arnaud Desplechin entraîne ses personnages dans un enchâssement de récits, les menant de l’ombre à l (...)

MARIE-FRANCINE
De Valérie Lemercier (Fr, 1h35) avec Valérie Lemercier, Patrick Timsit...
Valérie Lemercier célèbre la rencontre de deux quinquas bouillis par la vie dans une comédie sentime (...)

RODIN
De Jacques Doillon (Fr, 1h59) avec Vincent Lindon, Izïa Higelin...
Pour commémorer le centenaire de sa disparition, Jacques Doillon statufie Auguste Rodin dans ses œuv (...)

TUNNEL
De Kim Seong-hun (Cor-sud, 2h06)
D’une des pires hantises qui soit (la peur d’être enterré vivant), le réalisateur Kim Seong-hun tire (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

Au cinéma