Cerf moi fort : "Corps et Âme"

ECRANS | Improbable comme la rencontre entre un homme au bras handicapé et une femme légèrement autiste dans un abattoir hongrois, cette romance nimbée d’onirique pleine de vie dans un lieu de mort touche au cœur par sa subtile poésie. Ours d’Or à la Berlinale 2017.

Vincent Raymond | Mardi 24 octobre 2017

Photo : © Alamode Film


Contrôleuse qualité récemment arrivée dans l'abattoir que dirige Endre, Mária se distingue par sa distance impassible et sa froideur mécanique. Découvrant par hasard qu'ils effectuent chaque nuit le même rêve, ils tentent de se rapprocher l'un de l'autre les jours suivants. À pas feutrés…

À mille lieues du cynisme dont l'époque se pourlèche, deux des plus grands festivals cinématographiques de la planète ont accordé cette année leur distinction suprême à des œuvres présentant une étrange gémellité, ainsi qu'une formidable audace : elles proposaient une authentique romance ; une histoire d'amour pure et simple entre deux êtres marginalisés par le reste du monde. Ainsi le Lion vénitien a-t-il rugi pour La Forme de l'eau de Guillermo del Toro — patience : il ne sera sur les écrans qu'en février —, et l'Ours berlinois hurlé pour cet apprivoisement délicat, cette union de deux solitudes glacées célébrée par une cinéaste aussi rare que résolue dans ses choix.

De l'amour

Car tourner une histoire sentimentale sans dérision goguenarde ni mièvrerie osidique tient aujourd'hui de l'acte politique (ou punk) ; il faut par ailleurs une sacrée inspiration pour faire émerger une poésie neuve de deux cervidés déambulant au milieu d'un paysage embrumé. Mais Ildiko Enyedi ose sans faillir, dissimulant à peine la trajectoire entre Endre et Mária sous une intrigue policière — prétexte nécessaire à leur rencontre — qui finit, comme le sang des bêtes, par s'écouler dans les égouts de l'oubli.

Avec son image tout en clarté jouant sur les transparences, les reflets, les pénombres, Corps et Âme cristallise et dilate ce moment infime de la rencontre amoureuse. Sous des dehors de givre, il palpite d'une émotion sincère, d'une douceur contagieuse à qui veut s'y abandonner. Avant d'être familier, le bonheur offre souvent un visage austère aux inconnus.

Corps et âme de Ildiko Enyedi (Hon, 1h56) avec Alexandra Borbély, Morcsányi Géza, Réka Tenki…


Corps et âme

De Ildiko Enyedi (Hong, 1h56) avec Alexandra Borbély, Morcsányi Géza, Réka Tenki... Mária, nouvelle responsable du contrôle de qualité et Endre, directeur financier de la même entreprise, vivent chaque nuit un rêve partagé, sous la forme d'un cerf et d'une biche qui lient connaissance dans un paysage enneigé. Lorsqu'ils découvrent ce fait extraordinaire, ils tentent de trouver dans la vie réelle le même amour que celui qui les unit la nuit sous une autre apparence...
UGC Ciné-Cité Internationale 80 quai Charles de Gaulle Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter