La belle et le crevard : "Shéhérazade"

Vincent Raymond | Lundi 3 septembre 2018

Photo : © Ad Vitam


À peine sorti de prison, Zak s'esquive du foyer pour mineurs où on l'a placé, sa mère ne souhaitant plus héberger cet ado à problèmes. Recalé par le caïd de son quartier, Zak se lance dans le proxénétisme pour le fric et par amour pour Shéhérazade…

Portrait rude et âpre d'une jeunesse en déshérence encore bien proche de l'enfance — mais qui s'illusionne d'être parvenue à l'âge adulte pour fuir sa détresse — Shéhérazade explique sans jamais recourir au “didactisme” du film-dossier comment des gamins abandonnés tombent dans la spirale sans fin de l'autodestruction. Cependant subsiste en eux une malingre et parfois inattendue étincelle, suffisamment vivace pour les ramener du côté de la lumière. Mais à quel prix ! — voir l'excellent De toutes mes forces de Chad Chenouga.

Jean-Bernard Marlin capte avec talent ce mixte d'innocence et de violence, toutes deux consécutives à l'immaturité et à l'inculture des personnages : absence de repères, de sécurité affective, d'interdits, d'éducation, de mots pour se structurer conduisent à un inéluctable chaos. Loin de préparer le terrain à un angélique happy end, il brûle autant ses images qu'il abrase les pauvres destinées de ses personnages, tristes paumés ne voyant pas au-delà du trottoir voisin. Sans misérabilisme ni fascination suspecte pour la marginalité, Marlin inscrit des corps bruts dans la globalité non esthétisée de la cité phocéenne ; la sécheresse de ses quartiers et la sauvagerie de sa nuit. Des corps habités par de jeunes débutants qu'il a eu le flair de débusquer et qui confèrent, au-delà de leur fougue, une supra vérité à Zak et Shéhérazade.

de Jean-Bernard Marlin (Fr, 1h49) avec Dylan Robert, Kenza Fortas, Idir Azougli


Shéhérazade

De Jean-Bernard Marlin (Fr, 1h49) avec Dylan Robert, Kenza Fortas, Idir Azougli... Zachary, 17 ans, sort de prison. Rejeté par sa mère, il traîne dans les quartiers populaires de Marseille. C'est là qu'il rencontre Shéhérazade...
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sandrine Bonnaire, sage femme dans "Voir le jour" de Marion Laine

Comédie Dramatique | À l’hôpital de Marseille, Jeanne est auxiliaire dans un service de maternité. Son quotidien, entre les arrivées, les départs, les naissances ; les relations tantôt coulantes, tantôt houleuses avec les collègues ou l’administration… Et puis la vie à côté, avec sa fille de 18 ans, presque autonome…

Vincent Raymond | Vendredi 28 août 2020

Sandrine Bonnaire, sage femme dans

Qu’elles soient documentaires ou fictionnelles, issues d’un long-métrage (comme Hippocrate) ou non, les séries thématiques hospitalières nous ont familiarisé depuis deux décennies avec les couloirs aseptisés et le vocabulaire spécifique ou l’adrénaline qui les parcourent. Faisant partie de la cohorte des films décalés par la pandémie, Sages femmes tombe à point nommé dans la mesure où il s’articule autour des difficultés récurrentes de fonctionnement du service : la continuité des soins, l’usure des personnels, le manque de suivi des stagiaires, les risques, la vétusté sont compensés par l’investissement surhumain des équipes plaçant leur mission au-dessus de leur vie personnelle — ce qui n’empêche pas, hélas, les fautes. L’eût-on vu avant la crise de la Covid-19 (ce qui est le cas pour le public de quelques festivals), qu’on l’eût perçu comme un signal d’alerte ; il n’en prend que plus de valeur aujourd’hui. Et puis, Marion Laine habille son tract

Continuer à lire