First Man expliqué par Florence Porcel

Vincent Raymond | Mardi 6 novembre 2018

Photo : © Universal


Maintenant que Ryan Gosling est allé sur la Lune, quelles leçons en tirer ? Heu, en fait, c'est pour de faux qu'il a aluni ; c'est Neil Armstrong, dont First Man conte l'odyssée, qui a posé la botte sur le sol sélénite. Et pour en savoir davantage, voire pour confronter la vérité historique avec celle proposée par le film, le Zola convie la vulgarisatrice scientifique Florence Porcel à une rencontre autour dudit film. Peut-être expliquera-t-elle au passage pourquoi il n'y a pas encore eu de femme sur la Lune…

First Man - le premier homme sur la Lune
Au Zola (Villeurbanne) ​le mercredi 8 novembre à 20h30


First Man - Le premier homme sur la lune

De Damien Chazelle (ÉU, 2h20) avec Ryan Gosling, Claire Foy... Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.
UGC Part-Dieu CC Part-Dieu niveaux 2 & 4 Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

First Man - le premier homme sur la Lune

ECRANS | De son entrée à la NASA comme pilote d’essai à son retour victorieux de la Lune, la trajectoire professionnelle et intime de Neil Armstrong dit Mister Cool (...)

Vincent Raymond | Mardi 16 octobre 2018

First Man - le premier homme sur la Lune

De son entrée à la NASA comme pilote d’essai à son retour victorieux de la Lune, la trajectoire professionnelle et intime de Neil Armstrong dit Mister Cool ; un ingénieur doté d’une intelligence, d’une chance et d’un sang-froid peu communs, qui fut le premier terrien à fouler le sol lunaire… L’engouement exagéré pour ce film d’élève appliqué qu’était La La Land aura eu la vertu de propulser Damien Chazelle vers un sujet plus ambitieux : l’aventure exploratoire la plus stupéfiante de l’Histoire. Le cinéaste la raconte en la restreignant à un individu réduit à son absence apparente d’affects — n’est-il pas paradoxal, de posséder des qualités surhumaines, voire inhumaines, pour devenir le “Premier Homme“ ? La désormais légendaire impassibilité (inexpressivité, version bienveillante) de Ryan Gosling

Continuer à lire