Coccinelle, bête à bon 2 : "Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde"

Animation | De Thomas Szabo & Hélène Giraud (Fr, 1h32) avec Thierry Frémont, Bruno Salomone, Stéphane Coulon…

Vincent Raymond | Mardi 29 janvier 2019

Photo : © Futurikon films


Alors que la famille coccinelle est sur le point d'hiberner, l'enfant terrible de la famille se retrouve expédié en Guadeloupe. Suivant son instinct paternel, l'héroïne de l'opus précédent s'envole à la rescousse de sa progéniture, bénéficiant au passage de l'aide de la fourmi et de l'araignée…

Il n'est pas donné à tout le monde de se renouveler en préservant ses fondamentaux. C'est pourtant ce qu'ont accompli Thomas Szabo & Hélène Giraud par deux fois, en tirant un long-métrage de leur série d'animation d'abord, puis en lui offrant cette suite — on devrait d'ailleurs plutôt parler de “continuité darwinienne“, étant donné qu'il y a évolution et amélioration techniques.

Empruntant la grammaire des documentaires animaliers contemporains qui anthropomorphisent et héroïsent leurs sujets, les cinéastes la décalent d'un cran sur un mode parodico-épique ; un ton hybride (et un contraste) répondant la forme, puisque arthropodes et autres bestiaux conçus en images de synthèse sont, rappelons-le, incorporés dans des décors réalisés en prises de vues réelles. En s'inscrivant ici dans le biotope guadeloupéen, les personnages se confrontent également à l'altérité d'une biocénose visuellement exotique… se révélant en définitive similaire à celle de son Mercantour d'origine : les prédateurs sont aussi voraces, les fourmis sociales, les coccinelles à pois et les humains nuisibles.

S'il vise clairement le public familial (comprenez, les enfants tout en intéressant les accompagnateurs adultes), Minuscule 2… triche un peu avec sa règle auto-imposée d'être sans parole. Oh, le dialogue “bourdonné“ au kazoo n'a rien d'articulé, mais il s'avère, sinon intelligible, très parlant…


Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde

De Thomas Szabo, Hélène Giraud (Fr, 1h30) animation Quand tombent les premières neiges dans la vallée, il est urgent de préparer ses réserves pour l’hiver. Hélas, durant l’opération, une petite coccinelle se retrouve piégée dans un carton… à destination des Caraïbes ! Une seule solution : reformer l’équipe de choc ! La coccinelle, la fourmi et l’araignée reprennent du service à l’autre bout du monde. Nouveau monde, nouvelles rencontres, nouveaux dangers… Les secours arriveront-ils à temps ?
Cinéma Meyzieu 27 rue Louis Saulnier Meyzieu
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Thomas Szabo & Hélène Giraud : « il y a une loi intrinsèque à l’univers de Minuscules »

ECRANS | D’où vient votre passion pour les insectes ? Thomas Szabo : On habitait à la campagne tous les deux. Tout vient de notre plaisir d’observation, qu’on a (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 janvier 2019

Thomas Szabo & Hélène Giraud : « il y a une loi intrinsèque à l’univers de Minuscules »

D’où vient votre passion pour les insectes ? Thomas Szabo : On habitait à la campagne tous les deux. Tout vient de notre plaisir d’observation, qu’on a voulu faire perdurer. Le premier volet cinématographique était-il conçu pour être unique, ou l’idée du serial flottait déjà puisque Minuscules a commencé par une série ? TS : Comme un film unique. Évidemment, vu le succès et la mode de faire des suites, de fil en aiguille on nous a demandé d'en faire une ; on l’a faite. Et maintenant que c’est devenu une habitude, on a mis un petit easter egg final de manière à ce que ce soit simple pour une éventuelle suite — pour Retour vers le futur, comme ils n’avaient pas prévu de suite et qu’ils avaient une chute géniale, ils se sont arraché les cheveux pour coller à ce que raconte le personnage à la fin. Quant au le premier Minuscules, il avait été initié par le fait que la série avait eu beaucoup de succès : c'est toujours le succès qui lance. Mais il nous

Continuer à lire

Minuscule, la vallée des fourmis perdues

ECRANS | Il fallait pas mal de culot pour réaliser un blockbuster animé pour enfants made in France qui repose : 1) sur un jeu quasi-abstrait entre les échelles, (...)

Christophe Chabert | Mercredi 22 janvier 2014

Minuscule, la vallée des fourmis perdues

Il fallait pas mal de culot pour réaliser un blockbuster animé pour enfants made in France qui repose : 1) sur un jeu quasi-abstrait entre les échelles, digne de Del Toro dans Pacific Rim ; 2) sur l’absence de dialogues, remplacés par des bruitages aussi irréalistes qu’hilarants qui donnent à sa bande-son des allures de symphonie cartoonesque et psychédélique ; 3) sur des climax totalement déments, comme cette descente d’une rivière à l’intérieur d’une boîte à sucres ou cette attaque de fourmilière à base de feux d’artifices et de cure-dents — pastiche amusé de la mythique séquence du gouffre de Helm dans Le Seigneur des anneaux. Minuscule fonctionne en tout cas et cette odyssée d’une coccinelle qui prête main-forte à des fourmis noires pourchassées par des fourmis rouges prend, par l’effet conjoint de la 3D, du photoréalisme et d’une mise en scène extrêmement méticuleuse dans son découpage et ses mouvements, des allures de production expérimentale déguisée en film tout public. À quelques faiblesses près — l’épisode dans la maison, claire

Continuer à lire

Une affaire d'État

ECRANS | Le vent de la nostalgie souffle du côté des années 70, époque où le cinéma d’ici accouchait d’œuvres populaires dignes et couillues. Mais là où Christian Carion (...)

Christophe Chabert | Mardi 17 novembre 2009

Une affaire d'État

Le vent de la nostalgie souffle du côté des années 70, époque où le cinéma d’ici accouchait d’œuvres populaires dignes et couillues. Mais là où Christian Carion et François Favrat ratent le coche en signant des films datés dans le fond mais surtout dans leur forme, Eric Valette, plus malin, met à profit son expérience américaine (restée inédite chez nous) pour insuffler une vigueur très contemporaine à sa mise en scène et ne retient des 70’s qu’un esprit anar et nihiliste. Dès les premières séquences, où l’explosion d’un avion en plein vol raccorde avec une partouze feutrée entre pontes de la politique et de l’industrie, le cinéaste affirme qu’il ne fera pas de compromis avec les normes du prime time. C’est ce qui réjouit dans 'Une affaire d’état' : le film ne recule pas devant la violence de son récit, sans pour autant tomber dans la complaisance cracra (on est loin d’Olivier Marchal), et impose un tableau déliquescent de la démocratie française et de ses institutions. Le premier acte, où une tentative de libération d’otages ratée révèle un trafic d’armes avec l’Afrique conduite par un patron proche du président (André Dussollier, glaçant de cynisme poli), met ainsi à nu une pyram

Continuer à lire