Tous en choeur ! : "Dans la terrible jungle"

Documentaire | de Caroline Capelle & Ombline Ley (Fr, 1h21) avec Ophélie Lefebvre, Léa Lenoir, Médéric Sergott…

Vincent Raymond | Mercredi 13 février 2019

Photo : © DR


Pendant plusieurs mois, Caroline Capelle & Ombline Ley ont suivi des ados en situation de handicap résidents de l'IME La Pépinière. Tout à la fois galerie de portraits singuliers et portrait d'un groupe uni par la musique, ce film capture le quotidien et l'extraordinaire…

Dans la terrible jungle donne à voir au grand public l'immense diversité du monde du handicap. Et il interroge au passage sur ces établissements rassemblant des individus dont le seul point commun est précisément de ne pas être communs : une personne en fauteuil, une autre à la vue basse, une autre encore atteinte d'un trouble du spectre autistique ont des besoins spécifiques et différents deux à deux.

Alternant saynètes jouées pour la caméra, conversations d'ados entre eux et instants pris sur le vif parfois spectaculaires — la crise du jeune Gaël, qui se projette dans le décor de toutes ses forces comme un cascadeur désarticulé devant l'air fataliste de son éducateur, risque de faire sourire nerveusement et parler d'elle —, le film trouve dans le personnage d'une musicienne prodige d'authentiques moments de grâce.


Dans la terrible jungle

De Caroline Capelle, Ombline Ley (Fr, 1h21) avec Ophélie Lefebvre, Léa Lenoir... Sur le grand domaine arboré de l'Institut médico-éducatif la Pépinière, dans le Nord-Pas-de-Calais, une dizaine d'adolescents, insoumis, francs et spontanés se prêtent au jeu de la mise en scène et du cinéma. Terrain d'expérimentations musicales, poétiques, amoureuses et philosophiques, le centre prend alors un caractère d'exutoire, devenant lieu de confidences et également révélateur d'un tiraillement perpétuel entre deux mondes : l'extra-ordinaire et la quête de la normalité.
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La visite de l’ACID ? C’est la base

ECRANS | Comme toutes les années, l’Association pour le cinéma indépendant et sa diffusion (plus connu sous le piquant acronyme d’ACID) entreprend dans la foulée du (...)

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

La visite de l’ACID ? C’est la base

Comme toutes les années, l’Association pour le cinéma indépendant et sa diffusion (plus connu sous le piquant acronyme d’ACID) entreprend dans la foulée du festival de Cannes, où elle promeut une sélection d’œuvres par essence atypiques et fragiles, sa reprise dans quelques villes à haut potentiel cinéphilique. L’étape lyonnaise se déroule traditionnellement au Comœdia le temps d’un week-end, où l’intégrale des neuf longs-métrages défendus est projetée. Pour donner un coup de pouce supplémentaire à ces œuvres, dont la sortie est parfois tardive (voire pas encore programmée), certaines séances sont agrémentées de rencontres avec les réalisateurs. Telle la soirée inaugurale, vendredi 5 octobre à 20h autour de Dans la terrible jungle de Caroline Capelle et Ombline Ley, où la première sera présente pour échanger sur ce documentaire tourné à la Pépinière, un IME où des adolescents effectuent de nombreux ateliers artistiques — on y découvre une musicienne née assez fascinante. Le lendemain matin, le Grand Prix de Deauville Thunder Road de Jim Cummings sur les écrans depu

Continuer à lire