Pierre-Emmanuel Le Goff : « notre enjeu, c'est de préserver la fenêtre pour les exploitants »

La Vingt-Cinquième Heure | Homme d’images polyvalent, Pierre-Emmanuel Le Goff a ajouté à la société de production et de distribution La Vingt-Cinquième Heure qu’il a cofondée en 2012, une plateforme vidéo dotant les cinémas d’une salle virtuelle. Sans surprise, elle cartonne en ce moment…

Vincent Raymond | Mercredi 29 avril 2020

Photo : © DR


Votre concept est à la fois rattaché aux salles de cinéma tout en étant une plateforme de vidéos en ligne. Comment est-ce possible ?
Pierre-Emmanuel Le Goff : Je définis notre projet comme étant « le moins pire des systèmes à l'exception de tous les autres », pour reprendre le mot de Churchill à propos de la démocratie. C'est vrai qu'on n'est pas une vraie salle de cinéma au sens où l'on n'a pas de fauteuils. En revanche, le fait d'être à horaire fixe et programmé par une salle de cinéma ayant la connaissance de son public, de son terroir ; le fait d'avoir la possibilité d'échanger en direct avec le réalisateur, d'être géolocalisé avec ses spectateurs habituels, nous place au plus proche d'une expérience de cinéma de proximité en “circuit court“. La répartition des recettes fait que l'on n'est pas sur la même logique que les plateformes de VOD, bien souvent défiscalisées et basées à l'étranger.

Justement, comment ventilez-vous les recettes sur le prix d'un billet ? La répartition entre les ayants-droits et intervenants est-elle fixe ou variable ?
Elle est fixe. La salle de cinéma virtuelle — notre e-billet — reçoit 20%, ensuite c'est 40/40 entre le distributeur et l'exploitant dans la majorité des cas. Il peut y avoir une variable sur l'exploitant quand il veut pratiquer un prix que l'on estime trop bas — comme 3, 50€ la place avec un événement, par exemple, parce qu'il y a 1€ reversé à l'intervenant. En ce cas, l'exploitant baissera un peu son pourcentage pour que le distributeur maintienne son niveau de rémunération.

Fournissez-vous ces séances événementielles “clefs en mains“ ou bien répondez-vous à des demandes particulières des salles ?
Business as usual… Ce matin, un exploitant m'a dit être intéressé par SamSam de Tanguy De Kermel, un réalisateur qui habite près de chez lui, et par la possibilité de faire une séance en sa compagnie. Ce cinéma qui, d'habitude, n'en proposait pas le matin dans sa salle en semaine, a pu ainsi en organiser en e-cinéma. Et l'on a construit ensemble la grille autour de cette séance événement avec le réalisateur. Il arrive aussi qu'on incite des salles à prendre un film en fonction de la disponibilité des intervenants. C'est comme cela que j'ai proposé Mel Gibson à Saje Distribution pour La Passion du Christ : « demandez-lui de faire une petite vidéo de présentation ! » Comme il était dans sa villa en Australie, il l'a faite. Tout le monde est disponible, en ce moment… (sourire)

Comment constituez-vous votre catalogue, qui réunit des distributeurs aussi différents que Jour2Fête, StudioCanal ou vous-même, La Vingt-Cinquième Heure ?
Tout les cas sont possibles. On a commencé par s'intéresser aux films qui étaient dans notre ADN, avec des thèmes forts et importants à envisager maintenant sur la démocratie participative, la place des femmes — comme J'veux du soleil, Libre, Papicha…. On a élargi ensuite à des films hors de notre syndicat de distributeurs parce qu'on a eu des demandes d'exploitants, notamment. Dans le cas de Samsam, la salle demandait Radioactive, le distributeur StudioCanal a dit non mais il a proposé de tester avec Samsam et de fil en aiguille, il a revu sa position sur Radioactive. Tout va très vite en ce moment…

En mêlant films inédits, films en cours d'exploitation et films ayant terminé leur période d'exclusivité, votre modèle est hybride vis-à-vis du CNC et de la chronologie des médias…
Pour le moment, on n'a pas de qualification ni fiscale ni par rapport au CNC. On pourrait être classé comme de la VOD, mais ce n'est pas ce que l'on revendique : nous, ce n'est pas à la demande mais à la diffusion du programmateur, avec un catalogue qui n'est pas infini. De plus, on partage les recettes avec les exploitants. On est plus proches des critères d'une salle de cinéma mais sans salle réelle ; de facto c'est une salle virtuelle. Pour le moment, on pourrait passer un film en exploitation en demandant une dérogation. Si jamais on est qualifié comme étant de la VOD, on fera allégeance en payant 20% de taxes. Mais notre volonté, c'est de reverser les 15% de TVA qu'on économiserait au CNC. L'enjeu, c'est de préserver la fenêtre pour les exploitants, c'est un combat de tous les jours pour que la VOD ne gagne pas davantage de terrain. Parce que des films vont au tapis en étant noyés dans une masse de films encore plus mauvais que d'habitude. En tant que distributeur, on n'a pas pas pignon sur rue et pourtant, on arrive à remplir les salles virtuelles. Certaines de nos capacités dépassent les capacités physiques des salles et accessoirement, on a calculé que sur certaines séances, il y avait 2, 5 personnes par fauteuil…

Comment vous projetez-vous au-delà du confinement ?
Notre souhait est d'aider les salles au moment de la réouverture qui se feront sur des jauges inférieures. Dans un premier temps il sera impossible de remplir les salles comme avant — l'exemple de la Corée du Sud le démontre : le démarrage est très très mou, ils font 20% de leur fréquentation par rapport à avant la fermeture. Ça permettra de rassurer le public de savoir qu'on peut voir le même film au même prix de chez soi si on est inquiet d'aller dans la salle.

Cette solution est née pour permettre à des salles qui n'ont jamais accès à des réalisateurs d'organiser des séances avec eux. Les réalisateurs aujourd'hui n'ont plus le temps de faire 100 dates. Ils ne sont pas payés pour ça et c'est rarissime que les salles puissent financer leur déplacement. Ça devenait même compliqué pour les distributeurs. Là, le réalisateur est rémunéré, ça lui prend une heure au lieu d'une journée. On casse la cloison invisible entre les salles périphériques et les publics qui sont coupés des échanges, ceux des EHPAD, les personnes handicapées, celles qui n'ont pas forcément les moyens de faire 40km deux fois par mois pour aller dans leur cinoche, qui travaillent de nuit et sont crevés la journée… C'est une offre contre l'inéquité entre les territoires.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinémas : essais d'ouverture(s)

Cinéma | Un mois et demi après la fermeture des salles, l’exploitation cinématographique traverse la pire crise de son histoire. En attendant une reprise dont nul ne se risque à fixer la date, des salles maintiennent le contact avec leurs spectatrices et spectateurs. Quitte à organiser des projections virtuelles…

Vincent Raymond | Mercredi 29 avril 2020

Cinémas : essais d'ouverture(s)

Un coup de massue. Quand Édouard Philippe annonce samedi 14 mars le passage au fatidique stade 3 de la lutte contre la propagation du Covid-19 et la fermeture pour le soir-même de tous les lieux accueillant du public, les exploitants sont au tapis. « Cette fois, c’est la fin », soufflent certains. La veille encore, exception faite des salles forcées de baisser le rideau dans les premiers clusters de la maladie (Bas-Rhin, Oise…), beaucoup avaient pensé sauver les meubles en s’accommodant vaille que vaille de la nouvelle interdiction de rassembler plus de 100 personnes… L’annonce du confinement le mardi suivant ; sa prolongation par quinzaine, puis jusqu’au 11 mai, douchent les ultimes espoirs. Impossible de se projeter, sans jeu de mot, dans la réouverture de leurs sites. D’autant que les salles, en bout de chaîne, sont tributaires des films mis à disposition par les distributeurs — lesquels décalent en cascade sine die les dates de sorties de leurs nouveautés ou vont profiter du décret contournant la chronologie des médias pour s’affranchir de la salle. Quant aux producteurs, ils reportent leurs tournages. Le monde entier du septième

Continuer à lire

Viens dans mon comics trip

Lyon BD Festival | Lyon accueillera les 8 et 9 juin la 14e édition du Lyon BD Festival. Dévoilée lundi matin, la programmation réunit une cinquantaine de grands noms internationaux parmi lesquels Pénélope Bagieu, Étienne Davodeau, ou encore Charlie Adlard…

Nina Roussel | Mardi 30 avril 2019

Viens dans mon comics trip

Cette année, le grand rendez-vous BD du mois de juin retourne au Palais de la Bourse, travaux sur la place des Terreaux obligent. Aux côtés dudit Palais et de l’Hôtel de Ville, qui formeront le “centre névralgique de l’événement”, le festival et ses quelques 200 artistes s’inviteront dans une dizaine de lieux de la Presqu’île lyonnaise. Étienne Davodeau, auteur de Lulu femme nue, Catherine Meurisse (Les Grands Espaces), Bill Morrisson, l’illustrateur des Simpsons ou encore le Britannique Charlie Adlard, dessinateur de la fameuse série The Walking Dead figurent au rang des invités. Une exposition sera consacrée à ce dernier au Musée d’Art Contemporain. Marc-Antoine Mathieu, qui a cette année “carte blanche”, Aurélie Neyret (Les Carnets de Cerise) et Pénélope Bagieu, à qui une exposition était consacrée lors de la dernière édition, seront également au rendez-vous. La soirée d’ouverture aura lieu au Transbordeur le 7 juin. Grande première : elle sera désormais ouverte au public. Cette “Lyon BD Festival Party” en partenariat avec Media

Continuer à lire

Les décapants Thérapie Taxi au festival Changez d'Air

Festival | Il en fallait de la suite dans les idées pour pérenniser un festival chanson pop à Saint-Genis-les Ollières hors-saison (des festivals s'entend). Ça fait (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 22 mai 2018

Les décapants Thérapie Taxi au festival Changez d'Air

Il en fallait de la suite dans les idées pour pérenniser un festival chanson pop à Saint-Genis-les Ollières hors-saison (des festivals s'entend). Ça fait pourtant 18 éditions, âge de la majorité, que ça dure et perdure. La faute, si l'on peut dire, à une programmation qui sait taper là où il faut, entre branchitude et satisfaction populaire (deux notions à prendre dans toutes leur relativité). Ainsi donc de cette édition 2018 de Changez d'Air qui verra se côtoyer, du 23 au 26 mai, aux côtés d'une Clarika ou une Giedré, une belle plante en devenir comme Pomme, un duo fouineur toujours impressionnant (Pethrol), l'énigmatique duo stéphanois Terrenoire, vu aux Inouïs de Bourges cette année ou le rappeur néo-puriste Davodka. Et surtout, surtout, les gentiment décapant Thérapie Taxi, délicieuse et vénéneuse sensation électro-french-pop que l'on conseille aux traumatisés d'Uber et ses conséquences sur notre civ

Continuer à lire

VODD, le streaming qui décape

ACTUS | Nouveau service de vidéo à la demande, VODD entend dépoussiérer l’offre des plateformes actuelles en proposant des films plus ambitieux et moins grand public.

Julie Hainaut | Mardi 29 mars 2016

VODD, le streaming qui décape

Films marginaux, documentaires engagés, cinéma expérimental, courts-métrages loufoques… VODD, la nouvelle plateforme de vidéo à la demande par abonnement (5 euros par mois) comble les appétits des cinéphiles les plus barrés ou curieux. Créée par six amis d’enfance fans de « cinéma décomplexé », ce petit Netflix à la sauce lyonnaise propose une sélection pointue de productions inclassables de tous les continents — dont 35% proviennent de France. « Comme beaucoup d’œuvres de qualité ne trouvaient pas de diffusion dans les canaux traditionnels, que nous sommes contre le téléchargement illégal, nous avons décidé de les rassembler, quel que soit leur genre ou leur format » explique Sébastien Morizot, Jeanne-Victoire David et Valentine Lodato, le trio fondateur. Chaque jour, de nouveaux courts et longs-métrages sont ajoutés sur le site et classés par émotion ou par couleur — les films au titre vert conviennent à tous les publics, ceux en violet « commencent à dégénérer » et les noirs peuvent heurter. Depuis son lancement le 22 janvier dernier, la plateforme compte 280 utilisateurs pour près de 250 films. L’équipe vise les 10 000 abonnés e

Continuer à lire

Davodeau et Collombat dévoilent la face sombre de la Ve République

CONNAITRE | Hasard du calendrier, alors que la France se refait une virginité morale pour le moins contestable (du patriotisme à l'autoritarisme, il n'y a qu'un pas (...)

Benjamin Mialot | Mardi 1 décembre 2015

Davodeau et Collombat dévoilent la face sombre de la Ve République

Hasard du calendrier, alors que la France se refait une virginité morale pour le moins contestable (du patriotisme à l'autoritarisme, il n'y a qu'un pas cadencé), on découvre les coulisses entachées de sang de la Ve République. Ceci grâce à Cher pays de notre enfance (Futuropolis), un imposant travail d'enquête mené par le dessinateur Étienne Davodeau (figure de proue de la BD à vocation documentaire) et le grand reporter Benoît Collombat (à France Inter depuis plus de vingt ans) qui revient sur les méconnus et pourtant très officiels crimes perpétrés par le Service d'Action Civique, la police parallèle du régime Gaulliste. Accointances avec le Gang des Lyonnais, assassinats politiques (notamment du juge Renaud), règlements de comptes (tel le massacre de la famille du responsable marseillais Jacques Massié) : jusqu'à sa dissolution en 1981, le SAC a joué un rôle aussi trouble que décisif dans l'ombre de nos présidents. Avec force témoignages et ce réalisme estompé reconnaissable entre mille, les auteurs le relatent en une captivante et inquiétante intrigue (pré-publiée en partie dans l'excellente Revue

Continuer à lire

Deathcrusher Tour : la "fine" fleur du metal extrême au Transbordeur

MUSIQUES | Eagles of Death Metal, le groupe qui se produisait sur la scène du Bataclan au moment des attentats, contrairement à ce que son nom suggère, ne joue pas du (...)

Benjamin Mialot | Mardi 24 novembre 2015

Deathcrusher Tour : la

Eagles of Death Metal, le groupe qui se produisait sur la scène du Bataclan au moment des attentats, contrairement à ce que son nom suggère, ne joue pas du death metal, cette ramification paroxystique du heavy metal, d'une technicité (notamment rythmique) et d'une brutalité (en particulier vocale) telles qu'elle évolue aux confins de la musique savante et de l'exutoire sur courant alternatif. C'est en revanche le cas du quatuor américain Obituary – il est même une référence en la matière – partie prenante du Deathcrusher Tour, véritable tournée de gala de l'extrémisme sonore, de passage au Transbordeur mardi 24 novembre. Également à l'affiche : les Britanniques de Napalm Death et Carcass, pionniers du grindcore (à peu près pareil que le death, mais en plus frustre, linéaire et expéditif, puisque dérivé du punk) et Voivod, vétérans québécois du thrash metal (évolution "consciente" et agressive du heavy à papa dont Metallica et Slayer sont les plus célèbres instigateurs). Autant de fausses brutes épaisses – les metalheads constituant le clan musical le plus inoffensif et accueillant qui soit – qui se feront un plaisir et même

Continuer à lire