L'art et la danse, chassé-croisé

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 28 octobre 2010

Photo : Trisha Brown réalisant un dessin-performance, Philadelphia Museum of Art, 2003 © Kelly & Massa Studio Courtesy Trisha Brown Dance Company


Rétro / Au Musée d'art contemporain, on peut découvrir une chorégraphe, Trisha Brown, qui s'essaye au dessin, et un plasticien, Bruce Nauman, qui s'aventure dans ses jeunes années à une danse minimaliste et répétitive dans son atelier. Tous deux issus de ces fameuses années 1960-1970 aux Etats-Unis où les frontières artistiques se brisent et les disciplines s'entrechoquent. Figure de proue de la «post-modern dance», Trisha Brown fonde avec d'autres chorégraphes et des artistes, en 1962, le bouillonnant Judson Dance Theater. Lecteur de Beckett et sensible aux pièces de Merce Cunningham, Bruce Nauman tente à partir de 1967-68 de s'extraire des enjeux propres à la modernité artistique en faisant de son corps un médium d'expérimentation et de création parmi d'autres... La petite rétrospective consacrée à Trisha Brown est certes un peu rapide et pas toujours bien présentée (les archives vidéo sont montrées sur de petits téléviseurs et on ne peut les regarder que debout) mais constitue un bon résumé de son œuvre protéiforme, insistant sur son versant plastique. Depuis une cinquantaine d'année, la chorégraphe ne cesse d'étendre et de remettre en jeu ses recherches sur le mouvement : sur les toits ou les façades des immeubles new-yorkais lorsqu'elle ne peut accéder aux salles de théâtre, parmi les tâches et les gestes les plus triviaux de la vie quotidienne, sur scène à partir de 1979 à travers une gestuelle fluide et complexe, à la surface de grandes feuilles de papier à partir des années 2000. Ces «dessins dansés» au fusain sont présentés dans une grande salle du musée avec d'autres œuvres graphiques de Trisha Brown, qui pratique depuis longtemps le dessin pour des raisons de notations chorégraphiques ou pour expérimenter le mouvement sous une autre forme... À quelques pas de là, Nauman, dans ses vidéos, arpente à pas chassés un carré d'adhésifs au sol, lance inlassablement une balle, se laisse tomber dans un coin de son studio, joue de manière répétitive une note de violon. Manière à la fois de conjurer l'angoisse de la page blanche et de se donner de nouveaux desseins artistiques.
JEDTrisha Brown + Bruce Nauman
Au Musée d'art contemporain, jusqu'au vendredi 31 décembre.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter