Jean-Luc Navette, seul au Vieux Monde

ARTS | Du fond de son atelier du Vieux-Lyon, Jean-Luc Navette noircit peaux et pages depuis plus d'une décennie. A l'occasion de la mini-exposition que lui consacre la galerie Datta, portrait de cet activiste du trait qui, à l'instar d'un Pierre Soulages plus passionné par le rock'n'roll que par l'art roman, fait surgir la lumière des ténèbres. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 7 novembre 2013

Photo : La Nuit est mon royaume - Jean-Luc Navette


Le tatouage est-il encore un vecteur d'affranchissement des normes sociales ? A voir la façon dont cet art ancestral (à la fin du siècle dernier, des dessins thérapeutiques ont été repérés sur le corps momifié d'un homme ayant vécu autour de l'an 3500 av. J.-C) s'est diffusé dans toutes les couches de la société, du plus sordide des plateaux de tournage de films pornographiques aux podiums des défilés de haute couture, on peut raisonnablement en douter.

Rien qu'un France, d'après un sondage de l'IFOP, une personne sur dix arborerait aujourd'hui une décoration corporelle, tandis que le nombre de salons proposant des injections d'encre sous-cutanée a été démultiplié par dix (de 400 à plus de 4000) durant les vingt dernières années. Et chaque groupe social a ses motifs : figures géométriques pour les hipsters, frises d'inspiration tribale pour les sportifs, maquillage permanent pour les phobiques du vieillissement... Bref, il n'y a guère plus que chez les criminels et les tribus primitives, autrement dit chez les marginaux et les oubliés de la société de consommation, que le tatouage semble encore être un signe identitaire avant d'être un accessoire de mode. Et chez les tatoueurs. 

Ink it black 

A la différence des cordonniers, réputés comme chacun le sait pour être encore plus mal chaussés que leurs clients, nombreux sont en effet les tatoueurs dont le boulot a plus à voir avec l'accomplissement d'une quête esthétique qu'avec le marquage de bétail – les plus snobs se qualifient d'ailleurs d'artistes de peau. C'est le cas de Yann Black, figure montréalaise du milieu, dont les compositions mi-macabres mi-enfantines (sa spécialité : des stick figures aux traits squelettiques) ne sont pas sans évoquer les fantaisies gothiques de Tim Burton ou les comic-books faussement puérils et réellement déviants de Jhonen Vasquez. C'est aussi celui de Mathias Bugo, dont la patte asiatique fait les beaux jours du studio lyonnais Artribal, sis en bas des pentes de la Croix-Rousse.

C'est le cas, également, de leur protégé commun : Jean-Luc Navette, taulier de l'atelier Viva Dolor, installé dans le Vieux Lyon. Bugo l'a initié il y a une douzaine d'années, soit en plein boum de ce que l'on a appelé le tatouage graphique et bien avant que Rick "Zombie Boy" Genest n'extrêmise l'idée selon laquelle le derme est un support créatif comme un autre. Black l'a dans la foulée encouragé à trouver sa voie esthétique. Navette ne s'est pas fait prier, imposant rapidement son style, charbonneux, minutieux et narratif, comme l'une des plus singuliers de la discipline. Il faut dire qu'il partait avec un léger avantage... 

Monsieur chante le blues

Car à la base, Jean-Luc Navette n'est pas tatoueur. Il est illustrateur. C'est même marqué sur son diplôme, décroché à la fabrique de talents Émile Cohl en 1999. Et c'est en cette qualité que son travail a figuré dans les pages de la revue trimestrielle Hey !, véritable bible de l'art alternatif, fut-il urbain, séquentiel ou animé, ou dans celles du Petit Bulletin, dont il a, il y a plus de six-cents numéros de cela, customisé une édition de Noël. Sa marque de fabrique ? Des marins éplorés, des gentlemen en pièces détachés, des animaux de mauvais augure, des bonimenteurs aux yeux révulsés, des organes à vif, des madones à la posture de défi...

Tout un bestiaire funeste et freaky qu'il met principalement au service du milieu musical : affiches de concert (notamment pour l'Épicerie Moderne et le Clacson), pochettes de disque (pour Heavy Trash, le side-project rockabilly de Jon Spencer, ou pour les ténébreux folksmen de Slim Wild Boar), t-shirts (pour le label Fargo, premier importateur d'americana en France), Navette dessine sur tout, même les guitares. Un juste retour des choses pour ce grand amateur de blues qui, derrière sa pilosité de joueur de banjo, cache un larynx de howler – il a tenu un temps le micro de l'explicitement nommé Blues Butcher Club. Les accords boueux du Delta sont toutefois loin de constituer sa seule source d'inspiration. 

Vieux de la vieille

De l'entomologie au cinéma muet en passant par l'histoire guerrière de l'Europe, Jean-Luc Navette est en effet un boulimique de l'imaginaire, capable de s'émouvoir à la vue d'une planche anatomique comme à l'écoute d'un sifflet de train. Une qualité dont témoigne Dernier été du Vieux Monde – celui d'avant le culte de l'immédiateté, quand l'acquisition d'une culture réclamait du temps et de la concentration – recueil somme paru aux éditions Noir Méduse à l'automne 2012. Une qualité dont rend compte, plus encore, la modeste exposition (une vingtaine d'originaux, aussi bien des travaux de commande que des réalisations personnelles) que lui consacre la galerie Datta, non sans redonner leur matérialité et leur ambivalence à ces œuvres dans lesquelles, comme chez Emre Orhun, affleurent sous les lavis d'encre de Chine et la patine rétro une salutaire mélancolie. Rien de plus normal de la part d'un homme qui, même s'il reconnaît les vertus de la douleur, confesse se sentir coupable quand ses aiguilles piquent un peu trop fort.

 

Jean-Luc Navette
A la galerie Datta, jusqu'au dimanche 24 novembre
Vernissage et dédicace mardi 19 novembre


Jean-Luc Navette

Tatoo art
Librairie galerie Datta 10 rue du Griffon Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Ink Factory, premier acte

Tatouage | Rendez-vous tatouage de l’année, la première édition de The Ink Factory prendra place à la Sucrière le temps d’un week-end avec des tatoueurs venus du monde entier pour célébrer cet art autour d’expositions, concerts, performances et pâtisseries par Sébastien Bouillet en personne !

Sarah Fouassier | Mardi 3 avril 2018

The Ink Factory, premier acte

Lyon semble avoir trouvé un événement tattoo à la hauteur de la qualité du travail de ses tatoueurs. Né du constat d’un manque évident d’un salon qualitatif, Téodor Milev, patron de la boutique 681 Tattoo, s’est mis en tête de rassembler ses nombreux copains tatoueurs sous un même toit. Son leitmotiv ? Mettre en avant Lyon, son patrimoine et ses artistes. 140 tatoueurs feront le déplacement jusqu’à la Confluence, et pas moins de vingt nationalités seront représentées. On a déjà repéré quelques noms qui feront saliver les connaisseurs et qui susciteront la curiosité des profanes. En ce qui nous concerne, on fera un tour sur les stands de Tin-Tin, le tatoueur français incontournable, organisateur du hautement qualitatif Mondial de Paris, mais aussi du côté d'Alix Ge, la réalisatrice du visuel de Ink Factory qui excelle dans le style tradi-japonais. Les Japonais seront d'ailleurs représentés par deux hommes de renom. Pour les plus téméraires, allez voir Horishige et découvrez son style Irezumi et la technique ancestrale au tebori. Les novateurs apprécieront le travail de

Continuer à lire

Jean-Luc Navette : rencard avec la nuit noire

Illustration | 22h05 un mardi à Lyon cinquième, Vieux Lyon. Jean-Luc Navette y a pris ses quartiers depuis 15 ans. Viva dolor, son lieu de travail, sa chapelle n’est pas le lieu du rendez-vous. C’est devant l’église Saint-Paul sous sa tour-lanterne que je retrouve l’illustrateur. Silhouette svelte noire, face poivre et sel embrumée par la fumée. L’homme est pressé. Dans quelques jours, une soirée lui est dédiée au Marché Gare, les invités d’honneur seront le blues et son dernier livre : Nocturnes.

Sarah Fouassier | Mardi 19 septembre 2017

Jean-Luc Navette : rencard avec la nuit noire

À quelques pas de Saint-Paul, coule la Saône. 22h05. Au bord de l’eau, à l’abri d’un saule pleureur et sous le regard bienveillant de la lune presque pleine, Jean-Luc Navette me raconte l’histoire de Nocturnes, son deuxième ouvrage édité chez Noire Méduse, à qui il reste fidèle. Ce recueil d’illustrations relève d’une expérience très personnelle entre l’illustrateur et des thèmes liés au passage « du jour et de la nuit, de la vie à la mort, de la lumière à l’ombre ». Nocturnes s’imprègne de conversations que son narrateur entretient avec les affres inconnues de l’inspiration. Son premier ouvrage, Dernier été du vieux monde, s’interrogeait davantage sur le processus de fabrication d’une image, parfois tortueux. Dans cet antre, les histoires d’amour chaotiques, d‘amants qui s’écrivent, se manquent, se déchirent y étaient nombreuses. Dans Nocturnes, nous sommes au cœur de l’expérience de son écriture personnelle. Le rock et le blues se mêlent à une noirceur ésotérique, spirite. Dans un jeu de masques sur la scène de cet absurde théâtre de la vie matérialisée en 184 pages, Jean-Luc Navette n

Continuer à lire

Les soirées du 16 au 22 septembre

MUSIQUES | 3 RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le lancement du magazine Kiblind au Sucre, celui de la revue Bad to the Bone au Sonic et la Blast Live Party de la Triperie.

Benjamin Mialot | Mardi 15 septembre 2015

Les soirées du 16 au 22 septembre

16.09 Lancement Kiblind n°54 Après nos collègues d'Hétéroclite, c'est au tour de nos copains du trimestriel culturo-graphique Kiblind de tester une nouvelle formule éditoriale – logo, maquette, baseline, le lifting est intégral –, avec la sortie de leur 54e numéro (qui a pour thème le coloriage). Une fois n'est pas coutume, c'est au Sucre, gratuitement et en bonne compagnie – sur les murs, les dessinateurs "dévisagistes" Ruppert & Mulot, auteurs de la couverture dudit numéro ; derrière les platines, la dance machine sans frontières King Doudou et le toiletteur disco Sacha Mambo – que sera présentée la chose.

Continuer à lire

Jean-Luc Navette, sauvé des eaux

ARTS | Il y a trois semaines de cela, nous vous présentions en Une de notre numéro 785 de jeunes tatoueurs se revendiquant d'une certaine tradition lyonnaise. (...)

Benjamin Mialot | Mardi 24 février 2015

Jean-Luc Navette, sauvé des eaux

Il y a trois semaines de cela, nous vous présentions en Une de notre numéro 785 de jeunes tatoueurs se revendiquant d'une certaine tradition lyonnaise. Aujourd'hui, c'est un vétéran de la chose que nous rappelons à votre souvenir : Jean-Luc Navette, taulier du studio Viva Dolor, dont nous avions retracé le parcours dans notre numéro 732 à l'occasion d'une exposition que lui consacrait la librairie Datta. Cette fois, c'est au tour de la Maison du Livre, de l'Image et du Son de Villeurbanne de faire une place à son travail d'illustrateur – sa vocation première –, remarquable de méticulosité et autant inspiré par les pans les plus sombres et boueux de l'imagerie americana que par les gravures encyclopédiques. Titrée en accord avec le noir lyrisme qui sourd de ses affiches de concert, dessins journalistiques et autres sérigraphies (Sauver mes yeux des larmes), l'exposition est visible du 28 février au samedi 25 avril et son vernissage, double culture oblige – Navette poursuivant par ailleurs une "carrière" de bluesman exalt

Continuer à lire