Rétrospective Frédéric Benrath

ARTS | À l'occasion de la sortie d'une monographie signée Pierre Wat, la galerie Descours présente un accrochage rétrospectif de l'œuvre picturale de Frédéric Benrath. Un artiste injustement méconnu qui a poussé l'abstraction aux hauteurs de questionnements existentiels.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 novembre 2016

Photo : Oeuvres de Frédéric Benrath


Regarder les œuvres de Frédéric Benrath, c'est découvrir autant d'étapes d'une recherche acharnée concernant tout ensemble la peinture, l'être au monde et la réflexion sur soi. Comme chez Denis Roche présenté dans notre rubrique la semaine dernière, comme sans doute chez tout grand artiste, le travail sur un médium donné (peinture, photographie, etc.) se confond avec un travail sur l'être (au sens philosophique du terme), la condition humaine, l'énigme de la constitution d'un sujet humain...

Né en 1930 à Chatou, abandonné par son père à l'âge de cinq ans, Frédéric Benrath commence très jeune à dessiner, encouragé par sa mère, et se passionnera ensuite pour la philosophie, la poésie, la littérature. En 1953, lors d'un séjour en Allemagne, découvrant le château de Benrath, Philippe Gérard se choisit un nouveau patronyme ainsi qu'un prénom rendant hommage à Nietzsche, à Hölderlin et au peintre romantique Caspar David Friedrich. Dans sa vie comme dans sa peinture, il est question de réinvention et de création de soi. Et Benrath sait l'inanité des buts et des fins déterminées, et au contraire le drame et la nécessité du devenir, déclarant en 1989 que « [son] aventure ou [son] chemin pictural n'a pas de but autre que le chemin lui-même. »

Tensions

Ce chemin se tracera et se retracera au gré de nombreux voyages, de lectures essentielles (les romantiques allemands, Nietzsche, René Char, Henri Michaux...), de rencontres et d'amitiés (avec le critique Julien Alvard et avec le philosophe Jean-Noël Vuarnet, notamment). Sur le plan pictural, on différencie habituellement trois grandes périodes, trois grandes directions prises par la peinture abstraite de Frédéric Benrath.

Entre 1952 et 1975, une grande violence éclate dans ses tableaux, d'abord sous la forme de traces matérielles laissées sur la surface (lacérations, rainures, convulsions du pinceau ou de la brosse...), ensuite sous la forme de variations autour du motif du "nœud". Des tourbillons nébuleux ou des entrelacs plus serrés viennent en effet se nouer au centre de la toile, y insufflant une très forte tension. Ce conflit dynamique, cette tension créatrice prendra d'autres formes ensuite, mais restera au coeur de la création de Benrath. Que ce soit entre 1975 et 1994, avec son travail sur des motifs plus "atmosphériques" (les séries Déserts, Espace du souffle, ou Exploration de l'air), ou ensuite avec ses polyptyques constitués de (presque) monochromes, séparés entre eux d'un mince espace vide.

Instabilité

Comme le précise Pierre Wat dans sa très belle (texte et reproductions) monographie consacrée à l'artiste : « Chez Benrath, il n'est pas de problèmes plastiques qui ne renvoient à un questionnement sur l'être. Rien n'est plus étranger à cet artiste qu'un formalisme qui ferait du tableau le lieu de la pure affirmation de sa spécificité formelle. Nulle pureté inhumaine, de fait, mais au contraire un désir poussé très haut de donner forme, par la peinture, à l'humanité anxieuse de l'homme. » Aussi, quand on se trouve au centre de l'accrochage de la galerie Descours, ce que l'on croit être des paysages tourmentés, des orages prêts à éclater ou des tempêtes prêtes à déferler, ce sont aussi et surtout des "sismographies" de notre psyché et de notre rapport au monde : conflictuel, paradoxal, noué, divisé...

Grand admirateur de Michaux, Frédéric Benrath écrit en 1987 que le poète « a balayé en [lui] tout ce qui pouvait subsister de stable, de permanent, de rassurant. Il m'a fait prendre conscience que l'espace de la peinture pouvait être porteur d'un univers en extension, non fixe et inachevé, un espace qui se défait et s'oublie à mesure qu'il se développe. Que mes hypothétiques paysages ne sont, sans doute, que des états intermédiaires de l'être, à la fois intérieurs et extérieurs. » Avec Benrath, nous ne sommes donc ni devant l'imitation d'objets existants, ni devant un pur jeu de formes abstraites, et c'est en cela que sa peinture devient proprement originale et passionnante.

Frédéric Benrath
À la Galerie Michel Descours jusqu'au 19 novembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une librairie d'art au cœur de la cité

Librairie | Spécialisée dans les arts, la librairie Michel Descours fait peau neuve en projetant de s'ouvrir vers un plus large public et de s'implanter plus fortement dans la vie du Grand Lyon.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 mars 2019

Une librairie d'art au cœur de la cité

Sous ses dehors discrets et parfois un peu désuets, la rue Auguste Comte ne cesse, en réalité, de se métamorphoser. Rue traditionnelle des antiquaires, elle accueille aussi de nombreuses galeries d'art, dont certaines se sont très récemment installées, comme la galerie Ories, la galerie Henri Chartier, ou encore la galerie de street art Slika... Des centres culturels, comme le Goethe Institut et la Fondation Bullukian, sont tout proches. Cette situation semble a priori idoine pour une librairie spécialisée dans les arts comme la Librairie Michel Descours, qui fonctionne en osmose avec la galerie du même nom située juste en face. Mais si le lieu est nationalement connu et reconnu par les spécialistes (c'est la première librairie du genre en France, voire peut-être en Europe !), elle reste localement méconnue du grand public. Voire pire : elle fait parfois peur, et les Lyonnais pensent que les livres y sont plus chers qu'ailleurs (malgré un prix unique du livre instauré en

Continuer à lire

Pierre Wat explique Frédéric Benrath

ARTS | À l'occasion de la parution de la très belle monographie de Pierre Wat sur l'œuvre de Frédéric Benrath (aux éditions Hazan), la galerie Michel Descours (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 octobre 2016

Pierre Wat explique Frédéric Benrath

À l'occasion de la parution de la très belle monographie de Pierre Wat sur l'œuvre de Frédéric Benrath (aux éditions Hazan), la galerie Michel Descours organise à la fois une rencontre avec le critique d'art, ce samedi 22 octobre à 16 heures, et une exposition rétrospective (jusqu'au 19 novembre) des œuvres du peintre abstrait, disparu en 2007. Deux rendez-vous à ne pas manquer pour découvrir cet artiste trop peu connu.

Continuer à lire

Lieu des classiques

ARTS | Créée en 2009, la galerie de dessins et de peintures du libraire et collectionneur Michel Descours présente actuellement sa toute première exposition : des (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 22 décembre 2010

Lieu des classiques

Créée en 2009, la galerie de dessins et de peintures du libraire et collectionneur Michel Descours présente actuellement sa toute première exposition : des œuvres néoclassiques de grande qualité, jusqu'au 8 janvier, au 44 rue Auguste Comte Lyon 2e. Elle organisera en partenariat avec l'URDLA un second événement consacré au paysage du XVIIe au XXe siècle (du 14 mai au 29 juillet).

Continuer à lire