Lola Gonzalez au MAC, la communauté désoeuvrée

Vidéo | Lola Gonzalez présente son nouveau court-métrage, fruit d'une courte résidence au Musée d'Art Contemporain.. L'idée du collectif y prend littéralement l'eau, mais parvient, vaille que vaille, à surnager.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 27 juin 2017

Photo : © Blaise Adilon


Étonnant succès d'une artiste a priori discrète, formée à Lyon, et dont les œuvres n'ont rien de flamboyant. Depuis, au moins, la Biennale d'Art Contemporain de 2015, Lola Gonzalez empile : presse nationale, expositions et résidences internationales, et galerie parisienne prestigieuse ! Ses vidéos présentées à la Biennale oscillaient entre composition précise et apparente improvisation, recherche collective d'un possible avenir commun et déambulation désabusées ou festives de jeunes trentenaires à la campagne.

Les films n'ont aucune qualité esthétique particulière (voire restent un peu bancals), mais nous y captons immédiatement un "air du temps", des questions et des angoisses sourdes (d'une génération donnée, mais pas seulement), la mise en scène d'une communauté autant en déshérence qu'en quête de nouveaux fondements.

Depuis sept ou huit ans, confie l'artiste, je travaille avec un groupe d'amis. Nous nous réunissons trois ou quatre fois par an dans une maison en Charente pour réaliser un film sur la question du collectif. Tous mes films sont en lien les uns avec les autres.

Les clochards aqueux

Nous devons décider de – et comment – être en commun, comment permettre à notre existence d'exister. Ce n'est pas seulement à chaque fois une décision politique, c'est une décision au sujet du politique : si et comment nous permettons à notre altérité d'exister ensemble, de s'inscrire comme communauté et histoire

écrivait le philosophe Jean-Luc Nancy à la fin de La Communauté désoeuvrée en 1986.

Soit l'année de naissance, ou presque, de la génération de Lola Gonzalez, bombardée psychiquement par les valeurs contemporaines de l'autonomie, du projet individuel, de l'épanouissement narcissique, le tout avec la gueule de bois des grands récits utopistes... Les personnages qu'elle filme n'ont, du coup, ni mot d'ordre ni idée précise, ils errent-expérimentent parmi les décombres éparses du rite païen, du romantisme folk, de la fête bon enfant...

En résidence récemment au Musée d'Art Contemporain, l'artiste s'est, pour la première fois, projetée en milieu urbain et y a conçu (toujours avec beaucoup de préparation en amont) Les courants vagabonds, entre fontaines des places lyonnaises et réserves d'eau souterraines. Sur fond d'ambiance zombie et d'eau contaminée, le film erre (et se cherche) parmi les thèmes de la mémoire, de l'éternelle jeunesse amnésique, de l'espace public anesthésié...

Lola Gonzalez, Les courants vagabonds
Au Musée d'art contemporain jusqu'au 9 juillet


Lola Gonzalez


Musée d'Art Contemporain Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Notre-Dame-des-Landes, la zone à défendre vue par Bruno Serralongue

ARTS | Bruno Serralongue (né en 1968) a engagé, depuis le milieu des années 1990, une profonde réflexion sur la construction (dispositifs concrets et formels, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 3 janvier 2017

Notre-Dame-des-Landes, la zone à défendre vue par Bruno Serralongue

Bruno Serralongue (né en 1968) a engagé, depuis le milieu des années 1990, une profonde réflexion sur la construction (dispositifs concrets et formels, transmission médiatique, etc.) des événements politiques contemporains : qu'il s'agisse d'une manifestation de sans-papiers à Paris, d'un sommet international sur le climat en Afrique du Sud, ou d'une assemblée de la diaspora tibétaine... Ce qui intéresse particulièrement l'artiste-photographe ce sont les formations d'une foule, d'un collectif, d'une communauté. Il en scrute les invariants, les artifices, les normes, ou au contraire les à côtés, les singularités et les lignes de fuite. Au Bleu du Ciel, il présente une exposition inédite qui résulte de deux années vécues auprès des "naturalistes" ayant investi une zone à défendre à Notre-Dame-des-Landes. Les images, patientes et minutieuses, de Bruno Serralongue évoquent et retracent la vie d'une communauté de bénévoles, de militants et de scientifiques qui, tout à la fois, cultivent la terre afin de vivre s

Continuer à lire

Ils ne se rendront pas

ARTS | Très réussie, la nouvelle édition de Rendez-vous, rassemblant une vingtaine de jeunes artistes internationaux, porte cette année un nom bien paradoxal. (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 15 septembre 2015

Ils ne se rendront pas

Très réussie, la nouvelle édition de Rendez-vous, rassemblant une vingtaine de jeunes artistes internationaux, porte cette année un nom bien paradoxal. Plusieurs d'entre eux, en effet, lèvent le poing, grondent de colère, entonnent des chants de révolte ou d'énergie collective. «L'être humain se dresse, non pas contre le monde ou contre la nature, mais contre la fausseté, contre le mensonge, contre ce qui est caché, contre un vivre ensemble de plus en plus injuste» écrit Johann Rivat (né en 1981). Le peintre grenoblois s'inspire dans ses tableaux de scènes de révoltes urbaines ou des mouvements de contestation récents. Une sorte de nouveau romantisme brûle sur ses toiles, éclate en couleurs phosphorescentes parmi les fumées de gaz lacrymogènes, isole parfois un individu face au hors champ du pouvoir. L'ennemi est peu visible, l'objet du combat demeure inconnu, l'histoire ici est représentée avec une grande force plastique dans son "moment négatif", dans l'urgence du "non", la béance du cri... Ce cri se fait beaucoup plus mélodieux dans les vidéos de Lola Gonzalez (née en 1988 à Angoulême), e

Continuer à lire