La douce amertume de Marie-Anita Gaube

Peinture | Entre utopie et dystopie, fragments et juxtapositions, mouvements et hors-champs, la dualité des peintures de Marie-Anita Gaube se révèle au fur et à mesure que l’œil s’absorbe et se faufile dans les très grands formats, invitant au questionnement.

Lisa Dumoulin | Mardi 14 novembre 2017

Photo : Fragments d'un discours amoureux © Marie-Anita Gaube


Vous avez peint ces toiles cet été. Les couleurs vives, les scènes au jardin, de baignade ou de sieste évoquent a priori joie et légèreté…
Marie-Anita Gaube :
C'est plutôt quelque chose de l'ordre du jeu ou du rituel, que ces personnages vont mettre en place pour essayer de survivre au monde dans lequel ils se trouvent. Je pars souvent de photos, notamment de mes amis, par exemple une photo d'une fête pendant laquelle ils ont décidé de construire un radeau. Il y a quelque chose dans la fête qui est une sorte de renversement du monde. Bakhtine parle beaucoup du carnaval et de la fête et de la manière dont l'humain va renverser l'ordre des choses imposé par les schémas politiques ou autres. Il y a aussi l'idée du rituel, de rite de passage d'un monde à un autre et une forme de résistance, de retour à l'enfance.

Ce sont souvent des toiles à double sens, comme Infested river qui parle de la nature, de la planète qu'on est en train de perdre complètement. Il y a effectivement cette notion de loisir, de jeu, voire de vacances alors qu'en fait ce qui se passe dans la toile et qu'on croyait sympa au départ ne l'est pas du tout. On voit le chien qui alerte presque le personnage de ne pas sauter, l'autre personnage ici qui déverse une sorte d'eau polluée. L'eau revient souvent, j'habite dans un moulin donc je vis sur l'eau et c'est un élément qui me parle beaucoup. Là, il y a aussi le fait de se laver, dans un bain de jouvence qui n'en est pas un. J'aime perdre volontairement celui qui regarde, entre l'utopie et la dystopie.

Meeting Point, le titre de l'exposition, évoque un point de rencontre…
Dans les dernières peintures que j'ai faites, avant cette exposition, il n'y avait plus de personnages et j'ai eu envie de revenir aux personnages et aux groupes. Ces groupes de personnages se retrouvent un peu perdus dans la nature, au milieu de nulle part, ils ne savent pas où ils sont, et ils vont créer quelque chose pour essayer de s'enfuir de là où ils sont, de s'enfuir du monde. C'est aussi en lien avec la manière dont je construis mes espaces, dont je compose mes peintures, où il y a toujours plusieurs scènes dans un même tableau, parfois aussi plusieurs temps qui se recoupent. Donc une rencontre de gens, de temps et d'espaces différents.

Différents personnages, espaces et temps qui se rencontrent pour former un récit ?
Il n'y a pas vraiment de direction, c'est une narration un peu décousue. C'est plutôt une peinture à indices, j'essaie de venir poser une énigme, de perdre en effet celui qui regarde et à la fin mon but est que l'on se pose plus de questions.

De quoi nourrissez-vous vos inspirations ?
Ma grosse référence cinéma pour la composition c'est Eisenstein, je pense en particulier au film Qué Viva Mexico où il y a une temporalité décousue, où lui-même parle d'un montage hystérique du temps. Dans ma peinture, il n'y a peut-être pas d'hystérie mais il y a quelque chose qui crie. Un rythme, je ne sais pas si on peut parler de transe (rires). J'écoute beaucoup d'afrobeat à l'atelier, donc ça me met dans un rythme. En peinture il y a Jérôme Bosch, c'est l'une de mes grosses références, justement sur le retournement du monde, comment il parle d'un sujet en montrant presque son contraire, tout est une sorte de carnaval permanent, et ce foisonnement de petites scènes dans un même tableau. Je suis aussi sensible à l'architecture, avant de rentrer aux Beaux-Arts j'ai passé une année à l'étudier, donc je suis assez sensible à la construction de l'espace. Pendant quasiment toute ma scolarité j'ai fait énormément d'installations. C'est aussi quelque chose vers lequel j'aimerais bien retourner, sortir du cadre du châssis.

Marie-Anita Gaube
A la Galerie Françoise Besson jusqu'au 9 décembre


Marie-Anita Gaube

Meeting Point
Galerie Françoise Besson 10 rue de Crimée Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

5 expos à voir en novembre

ARTS | Centenaire Rodin À l’occasion du centième anniversaire de la mort du célèbre sculpteur Auguste Rodin (1840-1917), le Musée des Beaux-Arts met en (...)

Lisa Dumoulin | Dimanche 5 novembre 2017

5 expos à voir en novembre

Centenaire Rodin À l’occasion du centième anniversaire de la mort du célèbre sculpteur Auguste Rodin (1840-1917), le Musée des Beaux-Arts met en lumière son importante collection de sculptures conservées à Lyon. Pas de Penseur, mais bien d’autres pépites à (re)découvrir dans la collection permanente, accompagnées par des évènements : une nocturne le vendredi 3 novembre, deux “en-cas culturels” autour de son Eve (le 8 novembre) et de ses dessins (le 15 novembre) à 12h30 ou encore une conférence entre art et science le 13 décembre à 18h30. Au Musée des Beaux-Arts jusqu’à la fin de l’année Marie-Anita Gaube Les peintures et les dessins colorés de Marie-Anita Gaube rejoignent pour la deuxième fois les murs de la galerie Françoise Besson. Meeting point, c’est le titre de l’exposition. Un point de rencontre, entre deux mondes, deux individus. Un terrain de jeu au jardin, symbole de la rencontre entre l’intime et l’extérieur. Des perspectives, des architectures, un bouleversement, toujours volontaires. Des couleurs franches et des motifs géométriques. Un accrochage

Continuer à lire

Aires de jeu

ARTS | Dans son petit texte Les Hétérotopies, le philosophe Michel Foucault écrit : «La société adulte a organisé elle-même, et bien avant les enfants, ses (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 septembre 2015

Aires de jeu

Dans son petit texte Les Hétérotopies, le philosophe Michel Foucault écrit : «La société adulte a organisé elle-même, et bien avant les enfants, ses propres contre-espaces, ses utopies situées, ces lieux réels hors de tous les lieux. Par exemple, il y a les jardins, les cimetières, il y a les asiles, il y a les maisons closes... » Il y a aussi les espaces imaginaires dessinés ou peints par Marie-Anita Gaube. Espaces où le dehors et le dedans s'inversent, où toute rationalité architecturale semble abolie au profit d'une pure logique onirique, des oeuvres où, comme nous le confie l'artiste, «s’opère un basculement de la perspective, où le regard peut sauter de manière kaléidoscopique d'espace en espace, comme dans un théâtre où différentes scènes se dérouleraient sans ordre déterminé». Chacune est, comme l'indique le titre de l'exposition, une «nouvelle aire» constituée au départ d'images mentales, de souvenirs d'enfance ou d'un atlas d'images récoltées sur Internet. À partir de ces premiers éléments, Marie-Anita Gaube réalise un premier collage puis passe sur la toile qui, peu à peu, l'amènera ailleur

Continuer à lire