Jacques Truphémus, Jérémy Liron et la mélancolie

Peinture | Le Musée Paul Dini réunit deux peintres, Jacques Truphémus et son cadet Jérémy Liron, sous le signe des "silences de la peinture".

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 19 juin 2018

Photo : Jacques Truphémus, Sieste sous la tonnelle, 2007


C'est, pour le critique d'art, une véritable gageure de trouver des points communs entre le plus connu des peintres lyonnais, Jacques Truphémus (1922-2017), et Jérémy Liron (né en 1980). Rien ne semble relier le style atmosphérique et post-impressionniste du premier à la clarté méditerranéenne et à la rigueur géométrique du second... Si ce n'est, bien sûr, une particulière attention à la lumière, le goût du paysage (urbain ou autre), et peut-être une certaine mélancolie. Mélancolie qui se traduit chez Jacques Truphémus par une quasi disparition de la figure humaine, engloutie parmi les fumées lumineuses de ses intérieurs de cafés lyonnais, les brumes de la ville, les coulures végétales dans les Cévennes. Le Musée présente d'ailleurs l'un des derniers tableaux cévenols, et sans doute le plus étrange, du peintre récemment disparu : sa Sieste sous la tonnelle datant de 2007. Deux personnages ensommeillés à une table, d'un blanc fantomatique, semblent se dissoudre parmi des flux de verdure. Truphémus se donne ici des libertés quasi comparables à celles de Monet avec ses Nymphéas.

Paysages métaphysiques

La mélancolie est plus difficile à déceler chez Jérémy Liron à travers ses vues urbaines, ses plans rapprochés de bosquets ou de balcons, ses grandes baies vitrées. Elle gît peut-être dans une certaine retenue expressive, l'opacité octroyée aux ombres dans ses tableaux, et l'absence de présence humaine. L'artiste indique lui-même avoir été marqué par ces vieilles photographies urbaines du 19e siècle où les temps de pause étaient si longs que les rues se vidaient, sur les images, des passants. Les arbres, le béton des murs, le fer des rambardes ou même une chaise en plastique ont, dans les tableaux du peintre, des durées de vie plus longues que celle d'un être humain. Ces éléments constituent notre espace quotidien, sont la trace même de l'activité humaine, mais Jérémy Liron leur attribue une sorte de durée métaphysique, et les confine à une quasi abstraction. Abstraction qui est chez lui l'autre nom de la méditation.

Jacques Truphémus et Jérémy Liron, Les silences de la peinture
Au Musée Paul Dini à Villefranche-sur-Saône ​jusqu'au 16 septembre


Jacques Truphémus & Jérémy Liron

Les silences de la peinture
Musée Paul-Dini 2 place Faubert Villefranche-sur-Saône
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinq expos à voir en juin

Sélection | Les cinq expositions à voir absolument avant l'été, de Jacques Truphémus le Lyonnais au méconnu photographe chinois LU Yangpeng.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 juin 2018

Cinq expos à voir en juin

Jacques Truphémus et Jérémy Liron au Musée Paul Dini Il y a peu de points communs a priori entre la peinture atmosphérique de Jacques Truphémus (1922-2017) et celle, plus moderniste et architecturée, de Jérémy Liron (né en 1980)... Si ce n'est, peut-être, une certaine mélancolie diffuse et embrumée chez Truphémus, solaire et urbaine chez Liron, insistant sur la fragilité des formes et des choses. L'exposition est, en tout cas, une belle occasion de découvrir deux œuvres fortes sur le traitement de l'espace et le rapprochement du dehors et de l'intime. Jacques Truphémus et Jérémy Liron​, Les silences de la peinture Au Musée Paul Dini à Villefranche-sur-Saône jusqu'au 16 septembre Adel Abdessemed au Musée d'Art Contemporain Dans une courte vidéo, Adel Abdessemed (né en 1971 à Constantine) est soudain perforé d'un javelot, alors qu'il déambule dans son atelier... Une mise en scène symbolique pour un artiste qui se veut littéralement traversé par la violence et l'actualité du monde. Ses œuvres ne cessent d'agir et

Continuer à lire

Le peintre Jacques Truphémus est mort

Peinture | Au Café Bellecour, où il avait ses habitudes, on ne croisera plus la silhouette de Jacques Truphémus. Le peintre lyonnais est décédé vendredi 8 septembre, à 94 (...)

Sébastien Broquet | Samedi 9 septembre 2017

Le peintre Jacques Truphémus est mort

Au Café Bellecour, où il avait ses habitudes, on ne croisera plus la silhouette de Jacques Truphémus. Le peintre lyonnais est décédé vendredi 8 septembre, à 94 ans. Il n'avait jamais cessé de peindre. Né à Grenoble en octobre 1922, ville où il se nourrira goulûment de l'influence de ses visites au Musée de Grenoble, y découvrant Matisse, Picasso et bien d'autres, Truphémus se lancera à son tour dans la peinture en 1937. L'élève d'Antoine Chartres se révéle en 1948 lorqu'il expose à la chapelle du Lycée Ampère avec la jeune garde de la peinture lyonnaise (tous ont moins de 30 ans, la plupart sont issus de l'École des Beaux-Arts de la ville que Truphémus a intégré en 1941), mouvement que Paul Philibert-Charrin baptisera "sanzisme" le temps de cette exposition. Jacques Truphémus est celui qui sera le plus vite reconnu par les institutions : les musées de Genève et d'Annecy, dès les années 50, se dotent chacun d'une de ses œuvres. Le Musée des Beaux-Arts de Lyon lui consacre une première rétrospective dès 1986, comme le Musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône en 2005. Un reportage de FR3 tourné en 1974 le montre s'e

Continuer à lire

Truphémus se raconte

ARTS | Un tout frais documentaire réalisé par Florence Bonnier, édité en DVD, nous permet d'entrer dans l'univers du peintre Jacques Truphémus : et c'est un (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 2 mars 2016

Truphémus se raconte

Un tout frais documentaire réalisé par Florence Bonnier, édité en DVD, nous permet d'entrer dans l'univers du peintre Jacques Truphémus : et c'est un plaisir de pénétrer dans son atelier, qui fut celui d'Étienne Morillon, d'écouter ce vieil homme de 93 ans nous conter longuement son inspiration comme les chocs picturaux ressentis devant les toiles de Matisse, qu'il décrit longuement, ou Picasso : « Guernica, quand je l'ai vu, si je l'avais touché c'était presque comme s'il n'était pas sec ». Passionnant. À se procurer à la galerie Le Soleil sur la Place, dans le 2ème.

Continuer à lire

La lame à l’œil pour Jérémy Liron

ARTS | La Fondation Bullukian consacre au jeune peintre Jérémy Liron sa première exposition personnelle à Lyon. Un labyrinthe aux motifs architecturaux où le regard du spectateur se perd et s'aiguise.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 2 mars 2016

La lame à l’œil pour Jérémy Liron

Jérémy Liron a chamboulé l'espace d'exposition de la Fondation Bullukian. Une grille, qu'il a forgé lui même, nous barre l'accès à des peintures au loin. Des sculptures massives font obstacle à nos déplacements spontanés. Et la variation incessante de ses formats de tableaux nous oblige à zigzaguer parmi les images, à essayer des distances, à remarquer, aussi, des reflets volontaires sur le plexiglas où notre œil se mire. L'artiste, ostensiblement, dispose ses toiles et ses volumes pour "indisposer" le regard normé, pour le décaler ou le faire sortir de ses "gonds" et "faisceaux" monotones. Ses motifs, en revanche, évoluent peu depuis ses débuts : des fragments ou des ensembles architecturaux relativement banals, remarqués lors de déambulations urbaines et pris dans un premier temps en photographies. « Le travail, écrit Jérémy Liron, commence à la prise de vue, je l'ai répété souvent, lorsqu'il s'agit de prendre note de ce qui m'a retenu dans l'arrangement particulier de volumes : leurs formes, leurs couleurs, le dessin, comment se déposent la lumière et les figures plus ou moins complexes qui sinuent dans tout ça, quand on décortique ce qui fait image.

Continuer à lire

Tenir au carreau

ARTS | Exposition en deux volets, l'un au Musée Dini, l'autre à la Fondation Bullukian, «Passages» rassemble une vingtaine d'artistes contemporains autour du thème et du motif important de la fenêtre. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 1 avril 2014

Tenir au carreau

De la théorisation de la perspective par Leon Battista Alberti (1404-1472) à Windows ou aux appareils photo de nos téléphones portables, il existe une ligne continue et cohérente, que l'on pourrait résumer par cette phrase fameuse d'Alberti : «Je trace d'abord sur la surface à peindre un quadrilatère de la grandeur que je veux, et qui est pour moi une fenêtre ouverte par laquelle on puisse regarder l'histoire». Cette idée de peinture ou de photographie comme fenêtre ouverte sur le monde, cette idée de "réalisme", est en fait une vision de ce monde, une certaine manière de l'appréhender selon des lois optiques et géométriques précises. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci notait avec une belle clairvoyance critique : «La perspective est le frein et le gouvernail de la peinture». Quelques siècles plus tard, Cézanne fera de la Montagne Sainte-Victoire un «paysage avec ses déformations, ses empiétements, ses ambiguïtés, ses divergences, tel qu'on peut le voir avant de le regarder, avant que la coordination orthogonale de ses lieux soit faite» (Jean-François Lyotard). Fenêtre, miroir, éc

Continuer à lire

Jacques Truphémus au Musée des Beaux-Arts

ARTS | À l’occasion de la parution de l’ouvrage Jacques Truphémus en famille par RH Éditions, le Musée des Beaux-Arts de Lyon présente, jusqu'au 14 janvier, un (...)

Nadja Pobel | Vendredi 20 décembre 2013

Jacques Truphémus au Musée des Beaux-Arts

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Jacques Truphémus en famille par RH Éditions, le Musée des Beaux-Arts de Lyon présente, jusqu'au 14 janvier, un accrochage d’une dizaine d’œuvres de l’artiste. Les réalisations les plus récentes de Jacques Truphémus sont montrées en compagnie de deux œuvres des années 70 issues des collections du musée. L’ensemble de ces œuvres est visible dans les collections du XXe siècle du Musée, au côté d’œuvres d’Edouard Vuillard et de Pierre Bonnard. Quelques photos noir et blanc tirées de l’ouvrage Jacques Truphémus en famille seront également présentées jusqu’au 7 janvier devant la librairie du musée.   Liste des œuvres exposées : Papiers, 1980, huile sur toile Nature morte au pot vert, 2013, huile sur toile Paysages Cévennes, 2013, huile sur toile Terrasse à Cauvalat, 2013, huile sur toile Le parc des châtaigniers au Vigan, 2013, huile sur toile Terrasse au Cauvalat, 2013, huile sur toile

Continuer à lire

Truphémus en signature

ARTS | À l’occasion de l’exposition Jacques Truphémus, les Trois lumières, actuellement au Plateau – Hôtel de Région (lire notre article ici !), Jacques Truphémus (...)

Christophe Chabert | Vendredi 16 mars 2012

Truphémus en signature

À l’occasion de l’exposition Jacques Truphémus, les Trois lumières, actuellement au Plateau – Hôtel de Région (lire notre article ici !), Jacques Truphémus viendra signer la monographie qui lui est consacrée, préfacée par le poète Yves Bonnefoy (récent titulaire du Prix Kowalski) et publiée aux éditions RH. La signature aura lieu le samedi 24 mars de 16h à 18h au Plateau.

Continuer à lire

Un demi siècle de lumières

ARTS | Regarder les 120 toiles lumineuses de la rétrospective Jacques Truphémus au Plateau est un bonheur simple. Et comme tous les bonheurs simples au long cours, celui-ci cache quelques étrangetés, inquiétudes, fragilités insoupçonnées. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 7 mars 2012

Un demi siècle de lumières

Parmi un grand nombre de paysages des Cévennes, nous découvrons tout à coup deux étranges personnages fantomatiques, assis à une table sous une tonnelle composée de coulures de peinture... On dirait un Marc Desgrandchamps ou un tableau de l'un de ces nombreux jeunes peintres contemporains explorant les frontières ambiguës entre présence et absence, figuration et défiguration, image et délitement. La toile est en réalité signée Jacques Truphémus, en 2007 à l'âge de 85 ans. Cette Sieste sous la tonnelle est un petit chef-d’œuvre récent, comme, sans crier gare, a pu en composer quelques autres l'artiste lyonnais de 1951 à 2011. Un artiste discret, au long cours, dont Balthus a fait les louanges et dont la célèbre galerie Claude Bernard à Paris défend le travail. «Je crois qu’il faut toujours se laisser aller à ses émotions et à ses sensations. Aujourd’hui, à quatre-vingts ans, je me sens beaucoup plus libre qu’à vingt ans», nous confiait le peintre lors d'un entretien en 2006. La rétrospective en 120 toiles de la Région fait d'ailleurs la part belle aux compositions récentes de Truphémus qui y libère

Continuer à lire