Karim Kal, cap au noir

Portrait | En couleurs ou en noir et blanc, les photographies de Karim Kal ne caressent pas le regard dans le sens du poil, et encore moins notre société "démocratique" dans le sens de sa bonne conscience. On y perçoit pour notre part, aussi, beaucoup d'émotions et de poésie...

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 19 novembre 2019

Photo : © Benoît Gomez-Kaine


Se lancer dans le portrait d'un photographe, la belle affaire ! Surtout d'un photographe qui s'est lui-même risqué au portrait, au début des années 2000, et qui en est vite revenu. « J'ai évacué la notion d'exemplarité des histoires spécifiques, individuelles, qui opérait dans mes portraits, par exemple dans Les Miroirs de 2009. J'étais gêné par leur potentiel illustratif, trop réducteur pour les protagonistes » expliquait Karim Kal lors d'un colloque au Lycée du Parc en mars 2019. Il renchérit au cours de notre entretien chez lui : « en 2011, j'ai perçu les limites de l'histoire individuelle quand on traite de la question collective ». L'année 2011, c'est un point de bascule dans le travail du photographe : c'est l'année où, après la couleur et la figure humaine, le noir vient occuper une place prépondérante, voire littéralement centrale, dans ses images, l'année des prises de vue nocturnes avec des temps de pose rapides et l'utilisation de flashs de faible portée.

Dans la cité (le ghetto?) d'Évry, il saisit des immeubles comme de véritables protagonistes d'une réalité dramatique, bâtiments sombres, inquiétants, fantomatiques, « vénéneux » tient même à ajouter Karim Kal. Après cette résidence à Évry, l'artiste mène des ateliers en prison, découvre l'univers carcéral en même temps que les livres du philosophe Michel Foucault (Surveiller et punir au premier chef), revisite les œuvres d'artistes post-minimalistes tels que Peter Halley ou Olivier Mosset. « Je comprends alors que les problèmes de géométrisation, de rationalisation du réel, sont autant d'outils politiques coercitifs, à l'opposé de toute idée de démocratie. » Telle est la leçon de Foucault : nous croyons vivre en démocratie, mais nous vivons concrètement dans une société de la discipline ou du contrôle, société qui, de surcroît, ne cesse de refouler à l'intérieur d'elle-même son "dehors" : le fou, l'anormal, l'immigré, le pauvre...

Constat amer

L'enfance et la jeunesse de Karim Kal semblent pourtant avoir été assez tranquilles, dans un village de Haute-Savoie et non dans une banlieue, puis en intégrant différentes écoles d'art et de photographie. On note même un fort contraste entre l'affabilité, la douceur de Karim Kal, et la dureté, le coupant de ses propos et de sa critique photographique du réel contemporain. L'angoisse, la violence architecturale et urbaine, l'âpreté, sautent aux yeux de ceux qui regardent ses images.

Mon travail n'est pas bienveillant ! J'ai un tel rapport critique à mon environnement que je ne peux pas être bienveillant. J'ai un sentiment fort de discrimination et de liberté toute relative dans notre société. Depuis dix ans, je me confronte à la dimension institutionnelle des territoires, je vois comment les collectivités, l'État, (mal)traitent leurs populations... ».

Un constat amer comme peut le rapper Kery James, dans un clip formidable signé Leila Sy. Ou comme nous le confie avec finesse Françoise Lonardoni, historienne de l'art et responsable du service culturel au MAC de Lyon : « j'aime chercher le double fond dans ses images. Dans les photos nocturnes — à la composition magistrale, il faut le souligner — on ressent incroyablement l'organisation de l'espace, sa violence, son vide parfois désespérant, ou les trames trop parfaites de la modernité. À ce moment-là on approche de son vrai sujet. Comment le définir ? Je dirais qu'il déploie une énergie de reconstitution — comme on reconstitue des faits dans le domaine de la justice. Il dispose calmement devant nos yeux les signes de l'organisation sociale, les contraintes invisibles, les effets de la relégation sur les plus fragiles. »

Ouvrir des fenêtres

Mais il y a aussi dans les images de Karim Kal un au-delà (ou un en-deçà) de la violence sociale et politique. L'abstraction noire quasi picturale qu'il met en scène dans ses photographies est à la fois un outil de lecture critique et l'ouverture à un espace non discursif, que nous qualifierions même de... poétique ! « Contrairement aux Becher (dont j'admire le travail, leur minimalisme, leur rapport critique à notre civilisation), je ne tiens pas ma subjectivité à distance. J'avance aussi beaucoup avec mes émotions » confirme Karim Kal.

Ces jours-ci, le photographe réalise dans la métropole lyonnaise un projet en couleurs où chaque image a pour centre une fenêtre ouverte sur la nuit, et où on peut lire les détails du lieu photographié à la périphérie de cette sorte de monochrome noir. Plusieurs séries sont prévues dans plusieurs lieux emblématiques : un hôpital, une prison, des logements d'une cité, un lycée... Encore une fois l'image relève ici tout à la fois de la violence architecturale, de l'ouverture-fermeture poétique au noir, du décentrement, de l'expérience matérielle et concrète d'un lieu, de la pudeur et de la sobriété. Du silence et de la méconnaissance aussi : car si Karim Kal tente de se mettre à la place des usagers ou des habitants, de nous faire partager leur expérience d'un lieu, il ne cherche jamais pour autant à imposer un discours ou à assener un savoir... « Pénombre obscure source pas su. Savoir le minimum. Ne rien savoir non. Serait trop beau. Tout au plus le minime minimum. L'imminimisable minime minimum. » comme dirait Beckett dans Cap au pire.

Minces comme des lames

Ce noir béant, absorbant ou rejetant, ce noir poétique et inquiétant, nous pouvons l'interpréter comme la tache aveugle de notre société, autant que la tache aveugle de chacun d'entre nous. Cet insu, ce refoulé, ce dehors qui nous habite, cet espace du dehors n'a pas à être éclairé ni expliqué, mais à être présent à la conscience, au regard. Pourquoi ? Parce qu'il signifie, d'une part, la mélancolie et le constat implacable face au désastre démocratique, la résignation noire et endeuillée devant la mise à mort de nos libertés. Et parce qu'il signifie aussi ce foyer vivant du possible, de la recréation des signes et des matériaux, des formes et des architectures. Les images de Karim Kal se situent entre ce dedans noir et ce dehors gris du monde, tous deux ambigus. L'image, alors, peut se dire elle-même (en détournant des mots de Beckett) : « mince comme une lame, je ne suis ni d'un côté ni de l'autre, je suis au milieu, je suis la cloison, j'ai deux faces et pas d'épaisseur, c'est peut-être ça que je sens, je me sens qui vibre, je suis le tympan, d'un côté c'est le crâne, de l'autre le monde... ».

Karim Kal, Arrière-pays (éditions Loco)
Au Musée d'Art Contemporain jusqu'au 5 janvier 2020

Café photographique
Au Bleu du Ciel le mercredi 20 novembre à 19h30


Repères

1977 : Naissance à Genève d'un père algérien et d'une mère française. Vit actuellement à Lyon

2001 : Diplôme de l'École Supérieure des Beaux-Arts de Grenoble

2003 : Diplôme de l'École de photographie de Vevey (Suisse)

2007 : Participation à l'exposition inaugurale du Musée de l'Histoire de l'Immigration à Paris

2013 : Rendez-vous à l'Institut d'Art Contemporain de Villeurbanne. 14e Biennale d'Art Contemporain

2019 : Publication de Arrière-pays, monographie de l'artiste, aux éditions Loco. Participation à la 15e Biennale d'Art Contemporain de Lyon dans le cadre de Veduta


Karim Kal

Café photographique
Le Bleu du Ciel 12 rue des Fantasques Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Cité d'images au Bleu du Ciel

Photographie | Le Bleu du Ciel présente, jusqu'au 1er septembre, une sorte de kaléidoscope d'images, en réunissant pas moins de dix-sept artistes de la région (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 26 juin 2018

La Cité d'images au Bleu du Ciel

Le Bleu du Ciel présente, jusqu'au 1er septembre, une sorte de kaléidoscope d'images, en réunissant pas moins de dix-sept artistes de la région Auvergne-Rhône-Alpes. On peut y picorer des photographies, de petites installations, des vidéos, et goûter à des univers esthétiques hétérogènes : des paysages méditatifs de Julien Guinand aux no man's land inquiétants de Karim Kal, en passant par les portraits en grand format d'Olivier Chabanis, par exemple... La plupart des artistes, quel que soit leur style, interrogent la réalité contemporaine, en sondent les signes, les normes, les conflits et les points de fuite. Et ce jusqu'à une certaine poésie visuelle, comme dans le film de Guillaume Robert suivant, pas à pas, ces drôles de funambules-ouvriers construisant en Espagne d'immenses serres agricoles. Last but not least, les amateurs de musique underground seront heureux de retrouver Éric Hurtado

Continuer à lire

Trente ans d'art contemporain à Saint-Fons

ARTS | Le Centre d'Arts Plastiques de Saint-Fons a trente ans et organise plusieurs événements au fil de l'année pour le fêter. Le premier sera dévolu à une fonction (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 20 septembre 2016

Trente ans d'art contemporain à Saint-Fons

Le Centre d'Arts Plastiques de Saint-Fons a trente ans et organise plusieurs événements au fil de l'année pour le fêter. Le premier sera dévolu à une fonction méconnue du CAP, celle d'artothèque, mettant à disposition du public des œuvres d'artistes contemporains renommés (800 œuvres au total !). Sous le signe d'Umberto Eco et de son "œuvre ouverte", le CAP présente jusqu'au 29 septembre les trésors de son artothèque, avec des œuvres de Urs Luthi, Olivier Mosset, Joël Hubaut...

Continuer à lire

D'un œil l'autre

ARTS | Quelque 60 ans séparent les photographes André Gamet et Karim Kal. Réunis au Bleu du Ciel, ils se révèlent tous deux, malgré cet écart de génération, attentifs aux mutations et travers de notre société et sensibles à la poésie de la lumière. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 11 mars 2014

D'un œil l'autre

Alerte, précis dans ses souvenirs, le photographe André Gamet (né en 1919 à Oullins) nous commente un florilège d'une cinquantaine d'images, sélectionnées parmi les milliers de clichés qu'il a réalisées à titre personnel ou pour l'agence Rapho. «En fait, j'ai suivi les Trente Glorieuses» résume-t-il. Soit de l'occupation allemande à la fin des années 1960 en passant par la Libération de Lyon ou l'exode rural. Soit encore de fiacres remis en service en 1942 à un embouteillage place Jean Macé en 1967, de portraits pittoresques de paysans dans leurs chaumières ou d'écoliers dans des classes de campagne à l'édification de l'ensemble HLM des Minguettes à Vénissieux. Formé au dessin et à la peinture par l'artiste Pierre Combet-Descombes, photographe autodidacte dès l'âge de quatorze ans, André Gamet est ce qu'on appelle couramment un "photographe humaniste". De ceux qui ont de l'empathie pour les sujets photographiés dans leur quotidien et qui tentent de s'approprier le bon vouloir de la lumière. «Poésie de la relégation» A la fin des années 1960, André Gamet enregistra

Continuer à lire

Sur la route des expos

ARTS | Qu'ils voyagent dans des espaces fictifs ou réels, les (bons) artistes opèrent toujours chez nous un déplacement du regard. Petite sélection, non exhaustive, des expositions attendues en ce début d'année 2014. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 2 janvier 2014

Sur la route des expos

Après avoir accueilli une partie de la Biennale, le Musée d'art contemporain semble vouloir décompresser avec la curieuse et vrombissante exposition Motopoétique (du 21 février au 20 avril). Soit 200 œuvres signées par 38 artistes (BP, Alain Bublex, Ange Leccia, Xavier Veilhan...) et réunies par le critique d'art Paul Ardenne (auteur notamment du très intéressant Art, l'âge contemporain), toutes en rapport avec... la moto ! Les non bikers auront quelques doutes sur l'intérêt de ladite thématique, mais Paul Ardenne nous assure percevoir et ressentir la moto comme «un outil essentiel mis au service d'un sensualisme total». «La moto condense tout à la fois le mécanique, le viscéral, l'animal, le brut» et le critique fonceur n'hésite pas à y voir jusqu'à un «objet transitionnel» en citant le psychanalyste Winnicott ! A moto, en auto ou en bus, le photographe Bernard Plossu a depuis longtemps fait de l'errance une ligne à la fois éthique et esthétique. Après ses voyages au Mexique ou aux Etats-Unis, il présentera au Réverbère (du 18 janvier au 12 avril) des photographies glanées au Portugal et en G

Continuer à lire

Une odeur de soufre et de gris

ARTS | L'exposition "Rendez-vous 13" réunit une vingtaine d'artistes de toutes nationalités proposant, pour certains, des œuvres passionnantes. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 25 septembre 2013

Une odeur de soufre et de gris

Trois institutions, quatre commissaires, dix collaborateurs internationaux prestigieux... C'est sans doute beaucoup de monde pour dégoter vingt jeunes artistes internationaux et autant d'œuvres d'une qualité fort inégale. Mais au diable l'avarice ! Depuis que l'événement "Rendez-vous" s'est installé à l'Institut d'Art Contemporain, les accrochages y sont agréables et limpides, chaque artiste ou presque disposant d'une salle du musée. Que ces derniers viennent de Lyon, du Cap ou de Sidney, certains ont ostensiblement un poil dans la main et des grains de sable dans les neurones, ressassant le pire de ce que l'on caricature par l'expression "art contemporain" (et qui n'est rien d'autre que de la création pas finie). D'autres attirent l'attention, voire davantage. Et l'on remarque très vite que, globalement, il se dégage de leurs œuvres sculptées, filmées ou photographiées, une certaine "odeur de grisaille", de vie urbaine anxieuse, de béton qui (enfin ?) se fissure... Par exemple avec l'installation la plus visuelle de l'exposition, signée Nicolas Momein et composée d'immenses édicules recouverts de laine grise, s'inspirant d'élémen

Continuer à lire

Formes et couleurs

ARTS | Reprenant une idée d’Andy Warhol, la Salle de bains propose une exposition spécialement dédiée aux enfants. Une exposition d’art abstrait en l’occurrence, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 11 avril 2012

Formes et couleurs

Reprenant une idée d’Andy Warhol, la Salle de bains propose une exposition spécialement dédiée aux enfants. Une exposition d’art abstrait en l’occurrence, avec quelques grandes figures des scènes suisse et américaine (Olivier Mosset, John Armelder, Philippe Decrauzat, Dan Walsh, John Tremblay…). C’est donc à une très jeune critique que nous avons laissé le soin d’en écrire la chronique… "Une grande aventure vous attend à la Salle de bains. Il y a des formes et des couleurs, et dans deux petites salles, vous trouverez votre bonheur. Dans un premier espace, on découvre trois tableaux sur un mur peint en noir et rouge, avec des flocons blancs. Dans un second espace plus important, on trouve beaucoup plus de tableaux. Et tous se présentent sous des formes géométriques. Aucun n’est sans couleur. Il y a aussi un papier peint rayé, bleu foncé et bleu clair, en référence à celui du Château de Moulinsart dans Tintin. Les tableaux sont très beaux et parfois peuvent donner des illusions d’optique. On voit aussi une étrange œuvre d’art qui se présente sous forme de vidéo, avec un tableau filmé qui était trop grand pour être exposé. En effet, toutes les autres œuvre

Continuer à lire