Dernier tour de piste aux Halles du Faubourg

Friche Artistique | Pour un ultime accrochage, l’équipe des Halles du Faubourg a invité 32 artistes qui présentent un panaché de travaux rassemblé sous l’intitulé La beauté du Geste. Le recyclage, le rêve et le lien entre l’intérieur et l'extérieur donnent le ton de cette exposition bienvenue, sans prétention et sans commissariat.

Sarah Fouassier | Jeudi 9 juillet 2020

Photo : © Lionel Rault


Le confinement a perturbé le dernier cycle d'expositions des Halles du Faubourg, qui mettra fin à son occupation temporaire le 2 août prochain. Les expositions du collectif Frigo&Co ainsi que celle de Dounia Jauneaud — résidents des lieux — étaient attendues au printemps. Pour apaiser la frustration de ces annulations, l'équipe menée par Guillaume Sénéchal à la direction et Romain Weber au commissariat a fait appel à des artistes, amis, résidents pour un dernier tour de piste autour d'une soixantaine d'œuvres. Les bénévoles et les résidents ont eux aussi été encouragés à participer, à l'instar d'Adrien Pinon de l'École Urbain de Lyon, qui a documenté par des photographies deux ans d'occupation du cocon artistique. Guillaume Sénéchal a exploité des moments de vie heureux ou épineux pour composer des haïkus qui permettent d'appréhender sensiblement le quotidien des Halles.

Un parcours sensible

Le parcours est jonché d'utopies et de réflexions hétéroclites autour du geste, de l'onirisme, du passage, à l'image d'une rose articulée en bois de récupération imaginée par Henri Aribert-Desjardins. Cet artiste numérique en reconversion professionnelle dans la charpenterie est parvenu à transcender cette mutation parsemée d'ouvertures, de fermetures et d'opportunités. Le geste artisan est également célébré dans les portraits vidéo d'Amélie Berrodier. L'artiste a filmé sept vignerons du domaine viticole Méo-Camuzet dans leur espace de travail, elle a ainsi produit des tableaux figés mais en mouvement dans lesquels l'humain, la nature et la machine se côtoient et sont interdépendants. Une œuvre poétique où le temps long nous donne l'occasion d'appréhender le travail artisan dans son simple appareil.

Au milieu de l'espace s'élève l'intrigant totem du collectif Frigo&Co qui rappelle les totems chamanes du lac Baïkal. Le matériau recyclé devient le centre des préoccupations artistiques et l'extérieur s'invite à l'intérieur. Les collages photographiques surréalistes de Dounia Jauneaud, l'installation de Laurent Perche ou encore les pièces des artistes urbains Chufy, Quetzilla et Yandy sont chacune des fenêtres intérieures qui font s'agiter des réflexions sur la nature profonde de notre rapport au dehors. Un parcours sensible nourri par les introspections du confinement.

La beauté du geste
Aux Halles du Faubourg les samedis de 16h à 22h, jusqu'au 25 juillet

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Taverne Gutenberg : fric-frac à la Guillotière

Spots en mouvement | La Taverne Gutenberg, en tant que lieu, c'est fini. Mais elle existe toujours en tant que structure, ailleurs. Et dans ses (anciens) murs, voici venir Le Cartel. Vous n'avez pas tout compris ? On va vous expliquer.

Sébastien Broquet | Mardi 5 mars 2019

Taverne Gutenberg : fric-frac à la Guillotière

La Taverne Gutenberg, c'était un immeuble de la Guillotière, bâti au 5 rue de l'Épée, qui en quelques mois s'était fait un nom chez tout ce que la ville compte d'aficionados de culture et de fête qui tranchent dans le vif. Inauguré dans sa forme pérenne le 10 mars 2016 après quelques mois en mode "occupation temporaire", le lieu était porté initialement par la graphiste Maïa D'aboville et le peintre Henri Lamy, en couple à la ville. Ce dernier étant un habitué des squatts artistiques : il avait été quelques années plus tôt à Paris artiste résident du célèbre 59 Rivoli. L'immeuble, lui, appartient au père d'Henri Lamy - on est donc loin du squatt, cette fois : à l'époque de l'ouverture, ce dernier (prénommé Philippe et lui-même ancien artiste) nous déclarait : « Je voulais me réinvestir dans le milieu artistique, et je voulais fixer un peu mon fils, qui parcourt le monde grâce au s

Continuer à lire

La Taverne Gutenberg investit une nouvelle friche éphémère

Art & Urbanisme | Un nouveau lieu éphémère va voir le jour à la rentrée, porté en particulier par l'équipe de la Taverne Gutenberg, Intermède et des Ateliers La Mouche.

Sébastien Broquet | Mardi 5 juin 2018

La Taverne Gutenberg investit une nouvelle friche éphémère

Lyon se lance enfin pour de bon dans la revitalisation de la cité par l'exploitation des lieux éphémères : Zoo et Terminal côté street art, préfiguration du CCO à la Soie en attente de la livraison du bâtiment, l'on vous parlait de tous ces sujets dans nos éditions précédentes. Voici venir probablement le plus ambitieux à ce jour de tous ces projets, porté cette fois par l'équipe dynamique de la Taverne Gutenberg, qui secoue sévère le monde de l'art d'entre Rhône et Saône et visiblement compte aller encore plus loin : de début octobre à novembre prochain, l'équipe récupère une friche en pleine ville dans le 7e arrondissement pour en faire le spot d'exposition le p

Continuer à lire