Chateauneuf du Peuple : mieux vaut boire du rouge que broyer du noir

Caviste nature | Dans le quartier de Saint-Jean, se niche un esthète libanais nommé Mahdi qui saura trouver le bon canon d'artisan à écouter en buvant un Charles Mingus millésimé. Ou l'inverse, c'est selon.

Sébastien Broquet | Mercredi 2 novembre 2016

Photo : Paire de cavistes en goguette : Mahdi Hachem (Chateauneuf du Peuple) et Mathieu Perrin (Vin des Vivants) © Gaëlle Raux


Nous : « Alors je voudrais un rouge, genre… »
Mahdi : « Goûte ce pétillant plutôt ! »
Le fond du verre accueille le breuvage avant notre phrase finie. Nous goûtons, approuvons. Mahdi complète alors le verre. Mahdi Hachem n'est pas là pour nous servir l'apéro : il est en mission, pour faire découvrir tout un monde ; et raconter l'histoire des gens qu'il aime — les vignerons, les musiciens — par les breuvages qu'il sert, par le jazz se lovant dans sa petite échoppe. Sa propre histoire aussi, par ricochet.

Et il aime commencer par le début, comme toute bonne histoire, qu'elle se conte, ou qu'elle se boive. Car même si nous passions la première fois boire un seul verre en solo, nous avons été capturés (comme bien d'autres) par l'atmosphère peu commune de ce spot à la déco iconoclaste (le maître de la demeure s'adonne aussi à la peinture), par l'amour qui s'en dégage, par l'histoire contée ce jour-là par un tenancier pas tout à fait comme les autres et ne respectant surtout aucune des conventions en usage habituellement dans un troquet, imposant avec une sérénité déconcertante les siennes que l'on adopte immédiatement.

On vient chez Mahdi non pas en client, mais en ami. Mahdi aime les gens autant que ses vins, et surtout ceux qui les font. On ne commande pas, on déguste ses trouvailles, les unes après les autres, dans l'ordre qu'il a choisi (tous les verres sont au même prix : 5 euros). Nous ne parlons pas uniquement des vins qui font le sens profond de ce Chateauneuf du Peuple : en cuisine, c'est idem. Des tartines ou des traditionnelles planches de charcuterie et de fromage. Voire, une pizza expérimentale ou une savoureuse tarte à la praline. À boire : l'Ondine de Pierre-Nicolas Massotte et d'autres cuvées d'artisans, comme les beaujolais de Raphaël Champier et de Karim Vionnet.

« Celui-là, j'adore ! Possible de m'en resservir un ? »
Ah non, il est déjà passé à la quille suivante. Qui nous emmène, petit à petit, jusqu'au mitan de la nuit. Parce que les bonnes histoires sont faites pour ça : repousser le moment de s'endormir, en se disant allez, un dernier chapitre. Ou un dernier verre...

Chateauneuf du Peuple
12 rue Lainerie, 5e.
Du mardi au dimanche de 19h à 23h
Cave à vins dès 11h


Sous les pavés la vigne

Salon des vins actuels et naturels + débat, livres, films. Avec : • ALSACE : Philippe Brand, Domaine Geschickt - Vins d'Alsace, Chantal, Thomas et Jean-Pierre Frick, Christophe Lindenlaub, • BOURGOGNE : Dominique Derain, Gilles et Catherine Vergé, François de Nicolay, • BEAUJOLAIS : Marie, Camille et Mathieu Lapierre, Jean Foillard, Mathilde et Stephen Durieu de Lacarelle, Anthony Thevenet, Romain Zordan, • RHÔNE : Marcel Richaud, François Dumas, Pablo Hocht, Jean Christian Mayordome, Matthieu Barret, Les Frères Soulier, Séverine et Raphael Dubois, • JURA : Valentin Morel, Domaine de la Pinte, • SAVOIE : Frederic Péricard, • CHAMPAGNE : Delphine et Francis Boulard, Olivier Horiot, • BORDELAIS : Alain Déjean, Julien Voogt, • SUD-OUEST : Michel Issaly, Emmanuel Rybinski, Françoise Casaubieilh et Pierre Coulomb, • LANGUEDOC : Vincent Bonnal, Anne Leclerc Paillet, Catherine Leconte des Floris, Luc Lybaert et Trees Claes, Victor Beau-de Thorey, Olivier Cohen, Laurent Battist, Pierre Rousse • ROUSSILLON : Aline Hock, Collectif Anonyme, Raphael Baissas De Chastenet, Christophe Guittet, Sylvain Respaut • LOIRE : Domaine Catherine & Pierre Breton, Agnès et Jacques Carroget, Joseph Mosse, Adrien De Mello, Fred Sigonneau, Emeline Calvez et Sébastien Bobinet, Clément Baraut • PROVENCE : Raphaël et Jean-Baptiste Dutheil de la Rochère, Richard Dal Canto, • GRECE : Domaine Afianes, Domaine Ligas • ARGENTINE : Wallard Vincent, • BRASSEUR : Michael Novo, • DISTILLERIE : Laurent Cazottes, • SOLIDE : Alexandros Rallis, Emmanuel Chavassieux...
Palais de la bourse Place de la Bourse Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Cumbia Libre !

Before du salon Rue89Lyon des vins avec James Stewart + Montegato Sonidero + Seb the player
Lavoir public 4 impasse de Flesselles Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le vin fait de la résistance

GUIDE URBAIN | On perdrait son temps à chercher la définition stricte (ou pire, le cadre légal) du vin naturel : il n'en existe pas. On parle aussi bien de vin nu, nature, (...)

Adrien Simon | Mercredi 2 novembre 2016

Le vin fait de la résistance

On perdrait son temps à chercher la définition stricte (ou pire, le cadre légal) du vin naturel : il n'en existe pas. On parle aussi bien de vin nu, nature, vivant, rebelle, pour qualifier l'œuvre de vignerons dont on peut dire, minimalement, qu'ils sont en rupture avec le mode de production conventionnel. La culture de la vigne est aujourd'hui une grande consommatrice de pesticides (20% des stocks utilisés par l’agriculture française, pour à peine 4% des terres cultivées). Et la fabrication du vin autorise l'usage de 47 additifs différents. Les vignerons nature — et c’est ce qui a priori les rassemble — ont pris le parti de ne plus jouer aux apprentis-chimistes. Ils refusent l’usage de produits nocifs dans les vignes et l'interventionnisme durant la vinification. Et sont tentés de ne pas filtrer, ni sulfiter, leurs nectars lorsqu'ils les mettent en bouteille. Sébastien Milleret, caviste à la Croix-Rousse (Ô vins d’anges) rappelle le cercle vicieux de l'agro-industrie : « traiter chimiquement la vigne induit des effets de bord : le cycle de la plante est déréglé, on obtient des raisins carencés ; il faut ensuite rattraper les dégâts... avec des béq

Continuer à lire

Antonin Iommi-Amunategui : « Boire du vin naturel, c'est changer la société un verre après l'autre »

ACTUS | Un an après la parution de ton Manifeste pour le vin naturel, quelles évolutions vois-tu ? Antonin Iommi-Amunategui : Le vin naturel grignote chaque jour (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 2 novembre 2016

Antonin Iommi-Amunategui : « Boire du vin naturel, c'est changer la société un verre après l'autre »

Un an après la parution de ton Manifeste pour le vin naturel, quelles évolutions vois-tu ? Antonin Iommi-Amunategui : Le vin naturel grignote chaque jour du terrain : on ne le trouve plus seulement dans les bars à vin urbains, mais jusque dans les supermarchés — à tout le moins des vins qui se prétendent naturels — et les guides ou revues tradi du vin. Il est là et on ne le délogera plus. Reste à savoir s'il va enfin acquérir une existence officielle, et le cas échéant, selon quels critères. On voit aussi arriver la récupération : pour la première fois, une grande surface proposait du vin naturel dans sa foire de septembre. Oui, en réalité, ce n'était pas tout à fait la première fois. Mais c'est la première fois que c'était présenté de manière aussi claire. Alors évidemment, attention, il ne s'agissait que de pseudo-vin naturel ; des vins qui jouent avec les codes de ce mouvement pour s'en approprier l'image et, éventuellement, la niche commerciale. Le vin naturel, c'est encore quelque chose de très flou pour la plupart des consommateurs. Du coup, c'est facile pour un industriel pinardier de se g

Continuer à lire

Aux Bons Sauvages, la carte des vins mérite l'exploration

GUIDE URBAIN | Fuir Lyon : prendre l'autoroute du Soleil, et finalement renoncer, à l'entrée du tunnel. Après un audacieux virage à gauche et une ligne droite d'une double (...)

Adrien Simon | Mercredi 1 juin 2016

Aux Bons Sauvages, la carte des vins mérite l'exploration

Fuir Lyon : prendre l'autoroute du Soleil, et finalement renoncer, à l'entrée du tunnel. Après un audacieux virage à gauche et une ligne droite d'une double encablure, on entre de sept bons mètres dans la Mulatière. Et l'on découvre la terrasse d'Aux Bons Sauvages, avec vue étendue sur Lyon outre-Saône : de la gare de Perrache au néo-quartier Confluence. Le quai des Étroits a beau être passant, on se sent au calme. L'adresse est (facile) tri-centenaire. Elle fut sans doute entourée de nombreuses guinguettes, aujourd'hui disparues. Après une courte période de fermeture, une troupe de jeunes gens a repris l'affaire. À l'intérieur, la salle du fond, voutée, pierres apparentes (ex-écurie ou stockage à bateau ?) accueille deux-trois fois par semaine des concerts (tout y passe : jazz oriental, rock tzigane, indie folk, fanfare, slam, etc). Sur un mur coule une source... Dans la salle de bar : un zinc, de vieilles tables de bistrot et un poêle à bois fonctionnel. L'ardoise change toutes les semaines, parfois d'un soir sur l'autre : trois puissance trois choix d'entrée-plat-dessert. Ainsi, pour commencer, un soir de mai, l'on hésitait entre une omelette aux mousser

Continuer à lire