La Librairie de la Place, ou le coeur à l'ouvrage

Librairie | Il est de ces lieux dans lesquels on pourrait passer nos journées à penser le temps qui passe. La Librairie de la Place est de ceux-là.

Julie Hainaut | Mercredi 11 décembre 2019

Photo : © Benoît Gomez-Kaine


Il faut parfois des années pour arriver à cette minute qui fait tout basculer. Celle de l'évidence. Celle qui fait réaliser à quel point on était étriqué dans la case où l'on s'était installé depuis tant d'années. Celle de Gaël Guilland et Ingrid Salle, alors respectivement expert-comptable et responsable marketing dans l'humanitaire, s'est jouée autour d'un simple café lors de l'une de leurs discussions quotidiennes. Un SMS reçu, une librairie en vente, une discussion, et voilà la graine plantée. « Ça a été un déclic, on avait enfoui cette idée d'être libraire, tout a ressurgi » expliquent les deux amies. Elles laissent l'idée murir, le temps passer. « On s'est donné un an pour construire le projet, trouver un local. » Un an pendant lequel l'une et/ou l'autre courent les librairies, rencontrent des tas de bouquinistes, deviennent bénévoles dans des festivals (dont Quais du Départ et Lyon BD Festival), travaillent en intérim chez Hachette pour mieux appréhender la chaîne du livre… Un an plus tard, la Librairie de la Place ouvre à Monplaisir. « Nous sommes attentives aux faits de société, au monde qui nous entoure. Il nous paraissait important et opportun de créer cette librairie dans un quartier de brassages. »

Démocratiser la lecture

Le lieu ressemble à une cabane en bois, dans laquelle on se loverait volontiers. On y déniche des tas de livres nécessaires. Il y a ceux qui redonnent le moral (comme les formidables tomes de Lili Sohn), ceux qui chamboulent (comme Le Ciel par-dessus le toit de Natacha Appanah), ceux qui révoltent (comme Le Féminisme, d'Anne-Charlotte Husson et Thomas Mathieu, et Des hommes justes d'Yvan Jablonka), ceux qui font rêver, ceux qui font rire, ceux auquels on ne s'attend pas, ceux qui font l'effet d'une crème tartinée sur le cœur (comme Les Loyautés, de Delphine de Vigan).

« Nous proposons des BD, des mangas, un grand pan dédié à la jeunesse, des récits de voyage, des livres pratiques, de la poésie et de la littérature, dans laquelle nous refusons de classer les auteurs par nationalité. Nous privilégions un classement alphabétique. » L'idée ? Démocratiser la lecture, loin de tout élitisme bien trop fréquent en la matière. Danielle Steel est à côté de John Steinbeck et c'est très bien. Parce que tout est à lire, parce que lire est déjà un premier pas d'ouverture sur le monde. « Nous souhaitons faire une librairie populaire au sens noble du terme, qu'elle soit un lieu de rencontres. Nous sommes des passeuses, notre volonté est de partager au plus grand nombre la littérature. » Et c'est réussi. Passionnées de mots, Gaël et Ingrid partagent leurs coups de cœur (dont Les Choses humaines de Karine Tuil, Ceux qui partent de Jeanne Benameur), et ne sont pas avares en matière de conseils et de livres dont nous aurons besoin à tel ou tel moment de notre vie. Et qui auront peut-être cet effet de déclic, d'évidence, qui fera réaliser à quel point on était étriqué dans la case où l'on s'était installé depuis tant d'années.

Librairie de la Place
12 place Ambroise Courtois, Lyon 8e
Tél. : 04 72 78 90 66

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter