HDV : un spot de skate mondial menacé

Hôtel de ville | "HDV" pour "Hôtel de Ville" désigne un spot de skate qui se trouve place Louis Pradel, dans le 1er arrondissement. Lyon aurait de quoi en être fière, du fait de sa réputation internationale, mais les élus de la Métropole ont décidé d’éloigner les skateurs de cet espace qu’ils fréquentent depuis 30 ans.

Dalya Daoud / Rue89Lyon | Mardi 29 novembre 2016

Photo : Le skateur Stéphane Giret à HDV © Fred Mortagne


C'est un vaste projet de réfection et de pimpage des points stratégiques de la Presqu'île. Parmi ceux-ci, sur la colonne vertébrale de cet hypercentre urbain, on trouve la place Louis Pradel, là où une troupe de riders se donnent rendez-vous quasiment tous les jours, quelle que soit la météo.

Ils ont rebaptisé l'endroit "HDV" (pour "Hôtel de Ville", le bâtiment municipal se situant à deux pas), et depuis plusieurs mois les acteurs du skate fréquentant la place parlaient de rumeurs concernant le projet de les en chasser bientôt. Cela n'a plus rien d'un bruit infondé : le chantier sera lancé de manière imminente, pour être achevé au second semestre 2017. C'est indiqué en toutes lettres sur le dossier de presse listant les travaux à venir : « Insertion de dispositifs anti-skates. »

pradel-projet

La Métropole de Lyon, après avoir fait la sourde oreille, a finalement reçu le collectif monté pour défendre le spot lundi dernier, faisant savoir à l'issue de ce premier rendez-vous que les propositions des skateurs seront étudiées.

« Un skateur lambda des USA, il connaîtra Lyon »

Dans les degrés de travaux que nécessitent les différentes zones, celle de la place Louis Pradel se place au sommet : c'est bien de « réparation » que l'on nous parle. Steeve Ramy, skateur lyonnais bien connu de ce petit monde hyperactif, reconnaissait il y a deux ans dans une interview à Rue89Lyon : « Il y a 15-20 ans c'était parfait pour skater mais, avec le temps, la place s'est dégradée, en partie à cause de nous il faut le reconnaître. Aujourd'hui, c'est même très compliqué, elle est vraiment éclatée ! » Tout le monde semble d'accord sur l'état des lieux.

Jérémie Daclin, autre figure du skate à Lyon (plusieurs fois champion de France) rappelle que de nombreuses villes dans le monde ont pris en compte la pratique du skate, Paris notamment avec la place de République ou encore Barcelone, si souvent désignée comme modèle à suivre par le président PS de la Métropole, Gérard Collomb.

Il y a deux ans, il disait : « Lyon est une capitale mondiale du skateboard. Vous prenez un skateur lambda des USA, il connaîtra Lyon. » Un rayonnement international de la ville, tel que le souhaite Gérard Collomb ? Dans un reportage diffusé au journal de France 3 il y a quelques jours, le jeune Aurélien Giraud explique que c'est à “HDV” qu'il souhaite continuer à s'entraîner pour les prochains Jeux Olympiques, où la discipline est désormais intégrée (depuis le mois d'août 2016).

La question du partage de l'espace public

Les élus mettent en avant le fait que la pratique a plusieurs fois été prise en compte, dans les projets urbanistiques récents de Lyon. Comme au parc Sergent Blandan qui a été récemment inauguré avec un skatepark, ou encore avant sur les berges du Rhône qui propose deux bowls très visibles. Autant de structures bien circonscrites qui n'ont pas les avantages d'un terrain de jeu plus incertain, celui d'une place publique, avec trottoirs longs, obstacles, marches d'escalier et courbes spécifiques.

« Les médias et la pétition ont beaucoup fait avancer les choses. On va avoir d'autres rendez-vous pour discuter. On va tenter de convaincre les élus de nous impliquer dans le processus de restructuration de la place en 2018 » explique Vincent Jugnet, l'un des membres du collectif.
La pétition en ligne lancée par le collectif pour « sauver HDV » a obtenu près de 12 000 signatures à ce jour. Parmi eux, JB Gillet, skateur professionnel qui déclare que « sans HDV », il n'aurait jamais réalisé un parcours aussi remarquable dans la discipline.

Si les skateurs quittent la place Louis Pradel, par qui sera occupée “HDV” ? C'est aussi l'un des arguments qu'avance Jérémie Daclin pour discuter avec les pouvoirs publics à Lyon : « Un public pas nécessairement plus plaisant » aux yeux des autorités. Pas de quoi convaincre David Kimelfeld, vice-président PS à la Métropole en charge de l'économie : il considère que les skateurs doivent notamment laisser la place aux touristes, « qui n'étaient pas aussi nombreux il y a trente ans » à Lyon.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

« C’est une grande communauté, solidaire »

GUIDE URBAIN | En novembre dernier, un vaste projet de réfection et d’amélioration des lieux stratégiques (pour le tourisme) de la Presqu’île cherchait à évincer les skateurs (...)

Corentin Fraisse | Mardi 30 mai 2017

« C’est une grande communauté, solidaire »

En novembre dernier, un vaste projet de réfection et d’amélioration des lieux stratégiques (pour le tourisme) de la Presqu’île cherchait à évincer les skateurs du centre-ville. Dans le dossier de presse listant les travaux à réaliser, il était écrit « insertion de dispositifs anti-skate ». Cette annonce provoqua une levée de bouclier de la part de la communauté lyonnaise : les skateurs craignant surtout pour un de leurs spots mythiques, la place Louis Pradel (rebaptisée "HDV" pour Hôtel de Ville). Ils lancent alors la pétition "Save HDV", signée par plus de 12 000 personnes. Depuis, ils ont obtenu une réunion avec la Métropole, ont présenté un dossier clair et argumenté. La discussion avec les élus est, de l'avis des deux parties, constructive, et des compromis sont trouvés. Les riders seront consultés et associés au processus de reconstruction de la place, comme d'

Continuer à lire

Quand le skate s'expose

ARTS | Positivité « Quand j’ai commencé place Louis Pradel, on nous disait toujours d’aller skater ailleurs. À l’époque, les gens nous prenaient pour des (...)

Corentin Fraisse | Mardi 30 mai 2017

Quand le skate s'expose

Positivité « Quand j’ai commencé place Louis Pradel, on nous disait toujours d’aller skater ailleurs. À l’époque, les gens nous prenaient pour des glandeurs. » En réunissant, pour l’occasion, quinze ans de photographies prises à Lyon puis tout autour du monde, French Fred aimerait aider le skate à se débarrasser de ses représentations négatives. Pour montrer toute sa richesse, promouvoir les valeurs de partage et d’ouverture qui sont intrinsèquement liées à sa pratique. Prouver que le skate développe des potentiels. « Cela m’a beaucoup appris, m’a permis de voyager et d’apprendre la positivité. » Créativité En présentant ces photographies en dehors de la communauté skate, l’idée est d’ouvrir cette culture à un plus large public. Fred Mortagne prend le contrepied du titre de l’exposition : « ces photos ont été prises dans des endroits improbables, parfois hors des centres-villes, dans des spots naturels. » Le rêve de tout skateur qui aime le challenge, puisque skater dans la rue c’est s’adapter au terrain. « C’est ce qui va contribuer à faire naître de la créativité chez le skateur. »

Continuer à lire

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

ACTUS | Vous inaugurez un concept de scène ouverte à la Maison des Associations... La Maison des Associations fonctionne de manière classique : on y empile des (...)

Sébastien Broquet | Mardi 9 mai 2017

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Vous inaugurez un concept de scène ouverte à la Maison des Associations... La Maison des Associations fonctionne de manière classique : on y empile des activités, parce que les gens ont besoin de créneaux horaire pour faire leurs réunions, des répétitions... Cette maison-là, pour qu'elle mérite son nom, il fallait lui donner du sens et une identité : comment faire, comment la rendre utile aux associations au-delà des bureaux temporaires ? On en a déjà fait un lieu de vie, avec un bar, un babyfoot, on a voulu l'animer pour le rendre convivial, avec des rencontres, des cafés-débats. Maintenant, les gens qui ont une activité là-bas se croisent. De là, l'idée a germé de le mettre à disposition d'équipes émergentes dans la culture, pas forcément intégrées dans des réseaux, qui cherchent des lieux sans savoir forcément à qui s'adresser. Des gens ont besoin d'un lieu pour montrer ce qu'ils savent faire, dans le domaine de la musique mais aussi du théâtre ou de la lecture publique : tous les arts sont possibles. On a donc équipé le lieu, pour faire de la musique. On met aussi à disposition de la communication, nos réseaux. Et on va réfléchir à ce que l'on

Continuer à lire

Bombes de bals

CONNAITRE | Du colosse en tenue de marin Harry Merry (dont on a découvert la glam-pop pouet-pouet en première partie d'Ariel Pink) au guitariste-chanteur du duo (...)

Benjamin Mialot | Mardi 7 avril 2015

Bombes de bals

Du colosse en tenue de marin Harry Merry (dont on a découvert la glam-pop pouet-pouet en première partie d'Ariel Pink) au guitariste-chanteur du duo garage rock Nancy, sorte de Jean-Claude Dusse à bouclettes attifé comme un real life superhero fauché, on pensait avoir notre content de musiciens atypiques pour la saison. A tort. Car voici qu'approche la 6e édition de Funambals, au cours de laquelle se produiront les Longskateurs, duo composé d'un joueur de vielle électroacoustique et d'un accordéoniste unis par une même passion, notamment vestimentaire, pour la board culture. D'une impulsivité d'ordinaire plus associée au rock'n'roll («Branchez la guitare (…) Un, deux, trois, quatre !», vous voyez le topo), ces deux-là pourraient cristalliser à eux seuls l'étonnante modernité qui est celle des musiques traditionnelles – et par extension de ce grandissant festival, qui les promeut le temps de bals aux airs de rave parties chorégraphiées – depuis que, dans les années 70, quelques hurluberlus se sont mis en tête de les interpréter en civil et à l'aune des avancées mélodiques et techniques de leurs voisines populaires.

Continuer à lire