Nathalie Perrin-Gilbert : « les journalistes, les universitaires, les artistes sont les premiers menacés »

Politique | Lyon, ville refuge pour les artistes et intellectuels menacés dans leurs pays : c'est le projet acté par Nathalie Perrin-Gilbert et Grégory Doucet, qui vont faire de notre cité un membre du réseau international ICORN dans les prochaines semaines. Explications.

Sébastien Broquet | Mardi 20 octobre 2020

Photo : © Sarah Fouassier


Vous avez pour projet de faire de Lyon une ville accueillant les artistes réfugiés en danger dans leur pays. Pouvez-nous nous expliquer en quoi ça consiste ?
Nathalie Perrin-Gilbert : La Ville de Lyon va rejoindre le réseau ICORN, un réseau de villes refuges, prévu notamment pour les demandeurs d'asile, mais pas que. C'est un réseau anglo-saxon au départ, très actif pour la protection des artistes dans le monde. En France, seules Paris et Poitiers font partie de ce réseau. Avec le maire de Lyon, avec l'adjointe en charge des Relations Internationales Sonia Zdorovtzoff et moi-même, on a décidé de rejoindre ce réseau.

Barcelone, par exemple, en fait partie : lors de mon voyage dans cette ville, j'avais rencontré la maire Ada Colau, et ce qui m'avait intéressé dans sa politique, c'était sa capacité à affirmer des valeurs et à mettre en adéquation valeurs et actes. Et sur ce sujet de l'accueil, elle l'a fait très vite. En tant qu'adjointe à la Culture, l'accueil des artistes menacés me concerne tout particulièrement. Ça rejoint un autre de mes combats anciens, celui pour les droits fondamentaux et les libertés. C'est l'occasion de réunir ces deux actes de militantisme.

Quand j'étais maire du 1er, j'avais accueilli la journaliste qui avait dénoncé les tortures et les massacres des personnes homosexuelles en Tchétchénie, j'avais reçu pas mal d'opposants au régime de Poutine qui défendent les droits de l'Homme en Russie, et j'avais bien vu combien les journalistes, les universitaires, les artistes sont les premiers menacés. On avait aussi accueilli un photographe-reporter syrien. La Turquie, aussi : j'avais fait Pinar Selek citoyenne d'honneur du 1er arrondissement en 2015...

C'est un fil rouge de votre engagement politique...
Voilà. Et là, en tant qu'adjointe à la Culture, je le gardais en tête. Au moment du soulèvement en Biélorussie et des arrestations et des fuites des opposants au régime de Alexandre Grigoriévitch Loukachenko, j'avais été interpellée par la situation de la Prix Nobel de Littérature, Svetlana Alexievitch, qui s'est réfugiée en Allemagne récemment, qui était menacée puisque des hommes étaient venus la chercher dans son appartement. Je suis alors rentrée en lien avec l'ambassadeur des Droits de l'Homme au gouvernement, le diplomate François Croquette, en lui demandant si le gouvernement français suivait ce qui se passait en Biélorussie : est-ce qu'il s'intéressait au sort de cette Prix Nobel de Littérature, est-ce que des exfiltrations allaient se faire ? Et je lui ai dit que si à un moment donné ils cherchaient une ville refuge et que l'on trouvait un moyen de loger et de protéger Svetlana Alexievitch, voire de lui proposer une résidence littéraire, je me mettrais sur les rangs. Il se trouve que François Croquette parallèlement rencontrait le maire de Lyon Grégory Doucet peu après, les 1er et 2 octobre...

Avec quelles structures allez-vous créer ce réseau ?
Nous avons donc dîné le 1er octobre, quand on pouvait encore après 21h, avec notamment Patrick Penot du festival Sens Interdits, mais aussi des représentants de différents lieux : bien sûr le CHRD, qui doit être inclus dans ce réseau car les musées ne parlent pas que d'Histoire et doivent être actifs dans le présent ; l'Auditorium, car en plus notre nouveau chef d'orchestre est très sensible à ces questions — sa programmation s'en ressent, avec l'idée de cité cosmopolite, d'accueil, d'aller au-delà des frontières —, et la musique est un langage universel qui dépasse les langues ; le Théâtre des Célestins ; le collectif Item, très militant sur ces questions ; les Subsistances seront dans le coup, ils ont déjà une programmation en adéquation ; et la Villa Gillet avec Lucie Campos. Ce que je voulais tester, c'était comment résonnait cette proposition, qu'est-ce que l'on pourrait faire pour accueillir des artistes. Il y a eu un immense enthousiasme et une volonté de dire : nous, on veut en être. Soit par les programmations, soit par des résidences.

Au niveau de la Ville, on doit réfléchir à des solutions d'hébergement qui puissent permettre de vivre ici. Et ensuite, se mettre en lien avec d'autres villes, pour qu'en fonction de nos relations avec telle ou telle partie du monde, les communautés présentes aussi chez chacun, certaines soient plus à même d'accueillir tel opposant parce qu'il y a déjà un réseau de soutien. C'est très rassurant pour nous de se dire que l'on fait partie d'un réseau. Il y a beaucoup de villes dans le nord de l'Europe. Je vais prendre contact avec Paris et Poitiers rapidement. L'idée sera aussi d'aller voir ensuite Bordeaux, Marseille, pour les intégrer dans ce réseau, ce que j'appelle nos villes amies. Ce sera une manière d'entamer un travail commun.

Est-ce que ça doit aller jusqu'au droit d'asile ?
Oui, tout à fait. Il faut que ça aille jusque-là. Et le lien avec l'État est intéressant : ça ne peut marcher que si on travaille ensemble. Pinar Selek par exemple a obtenu la nationalité française, après avoir obtenu le droit d'asile. Il ne faut pas que ce soit seulement une résidence temporaire et clandestine. Il faut que le droit d'asile aille avec et que les personnes soient entièrement protégées le temps qu'elles sont dans notre pays. Après, toutes ne demanderont pas la nationalité.

Avez-vous déjà identifié des pays où des artistes devraient être protégés par Lyon ?
La Turquie, c'est une évidence. La Russie, également. Mais ça peut aussi être les États-Unis : on va voir comment les choses tournent dans un certain nombre de pays. Ce seront des auteurs et artistes menacés et empêchés dans leur production artistique. On va parler aussi de la Syrie et de certains pays d'Afrique.

C'est prévu pour quand ?
Il y aura une délibération au conseil municipal qui va acter toutes les modalités. Je ne sais pas encore sur quelle période. Mais la décision a été prise : il faut maintenant que ce soit rapide. J'aimerais qu'on le fasse pour janvier 2021.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : trois anciens adjoints à la Culture réagissent à la baisse de la subvention de l'Opéra

ACTUS | Patrice Béghain, adjoint à la Culture (2001-2008) de Gérard Collomb : Je n’ai jamais eu l’habitude de juger publiquement les décisions de mes prédécesseurs (...)

Vincent Raymond | Vendredi 5 mars 2021

Lyon : trois anciens adjoints à la Culture réagissent à la baisse de la subvention de l'Opéra

Patrice Béghain, adjoint à la Culture (2001-2008) de Gérard Collomb : Je n’ai jamais eu l’habitude de juger publiquement les décisions de mes prédécesseurs ou de mes successeurs, que ce fût quand j’étais DRAC ou adjoint. Georges Képénékian, adjoint à la Culture (2008-2017) de Gérard Collomb : Nathalie Perrin-Gilbert dit que ce n’est pas une punition. Mais c’est quand même une punition chez elle : elle a eu une telle hargne pendant toutes ces années au sujet du rapport que l’on avait fait sur les frais de Serge Dorny, malgré la mise au point que j’avais essayé de gérer — en reconnaissant qu’il y avait bien eu des anomalies, j’ai travaillé avec Serge Dorny. Mais elle a quelque chose de vengeur. Loïc Graber, adjoint à la Culture de Georges Képénékian (2017-2018) et Gérard Collomb (2018-2020) : Il y a des problèmes de forme et de fond dans cette annonce. Le premier problème, de forme, c’est la précipitation : la Ville, membre de droit de l’Opéra, ne dit rien en décembre lorsque le budget est voté ; et quelques jours avant le conseil

Continuer à lire

Subvention de l'Opéra de Lyon : Richard Brunel interloqué, Serge Dorny indigné

ACTUS | Suite à la confirmation dans nos colonnes par Nathalie Perrin-Gilbert de la baisse prochaine de la subvention de l'Opéra de Lyon de 500 000 euros, qui (...)

Sébastien Broquet | Vendredi 5 mars 2021

Subvention de l'Opéra de Lyon : Richard Brunel interloqué, Serge Dorny indigné

Suite à la confirmation dans nos colonnes par Nathalie Perrin-Gilbert de la baisse prochaine de la subvention de l'Opéra de Lyon de 500 000 euros, qui portera la subvention de fonctionnement à 7M€ annuels au lieu de 7, 5M€ dès cette année si la proposition est votée lors du conseil municipal des 25 et 26 mars prochains, les deux directeurs — l'actuel, Serge Dorny, et le futur, Richard Brunel (actuellement en résidence au sein de l'Opéra pour Mélisande), ont réagi vivement — le premier par un communiqué de presse, le second en sortant de répétition ce jeudi soir. « Des impacts conséquents » pour Richard Brunel Richard Brunel nous a ainsi déclaré : « concernant l'annonce de la Ville sur cette baisse de 500 000€, je laisse Serge Dorny réagir au nom de l’Opéra. Ce que je puis dire c'est que je n’ai, moi-même, pas été directement contacté et informé par l'adjointe à la Culture de cette décision qui semble acqu

Continuer à lire

La Ville de Lyon supprime 500 000 euros par an de subvention à l'Opéra

ACTUS | C'est Frédéric Martel, journaliste à France Culture, qui a dévoilé l'information ce jeudi via Twitter et que nous pouvons confirmer : la Ville de Lyon a décidé de (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 4 mars 2021

La Ville de Lyon supprime 500 000 euros par an de subvention à l'Opéra

C'est Frédéric Martel, journaliste à France Culture, qui a dévoilé l'information ce jeudi via Twitter et que nous pouvons confirmer : la Ville de Lyon a décidé de réduire la subvention de l'Opéra de Lyon de 500 000€ par an. C'était annoncé durant la campagne, Nathalie Perrin-Gilbert avait alors déclaré dans nos colonnes : « oui, il va y avoir une réorientation au sein de ce budget. Je ne veux pas la présenter comme une punition aux institutions, leur dire qu'ils ont fait du mauvais travail. (...) Je souhaite qu'il y ait un audit indépendant qui soit réalisé, notamment, sur la gestion de l'Opéra de Lyon. » De 7, 5M€ à 7M€ par an Après les paroles de campagne, place aux actes et l'adjointe a donc pris sa décision, qui a été annoncée à

Continuer à lire

Festivals d'été, faut pas rêver

ACTUS | C’est la pagaille. Euphémisme ! Solidays, Hellfest, Glastonbury, Garorock — ou Foreztival dans notre région : plusieurs des plus gros festivals (...)

Sébastien Broquet | Mardi 2 mars 2021

Festivals d'été, faut pas rêver

C’est la pagaille. Euphémisme ! Solidays, Hellfest, Glastonbury, Garorock — ou Foreztival dans notre région : plusieurs des plus gros festivals européens prennent les devants et ont d’ores et déjà annoncé l'annulation de leur édition 2021. D'autres dévoilent comme si de rien n’était leur programmation et mettent en branle leur billetterie. Et Roselyne Bachelot continue de patauger dans une communication illisible, récupérant au passage l'idée des concerts test à Paris et Marseille dont elle n'est pas à l'origine (un écran de fumée pour les festivals : on ne voit pas à quoi les résultats, obligatoirement tardifs, leur serviront, a contrario des scientifiques — car il sera impossible pour la majorité d'entre eux d'appliquer les mêmes process sanitaires que lors de ces concerts soigneusement encadrés et gourmands en personnels ; à quoi bon essayer d'en organiser

Continuer à lire

Au pôle Arts vivants de Vaise, toujours des craintes quant à l’avenir

ACTUS | Le pôle Arts vivants de Vaise est en réorganisation. Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture de la Ville de Lyon, a récemment présenté son projet pour sa (...)

Nadja Pobel | Jeudi 18 février 2021

Au pôle Arts vivants de Vaise, toujours des craintes quant à l’avenir

Le pôle Arts vivants de Vaise est en réorganisation. Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture de la Ville de Lyon, a récemment présenté son projet pour sa refonte. Marc Fintzi, délégué syndical SUD, en est « très content » — mais il dit « craindre que l’administration ne bouge pas » et soit sourde aux paroles de l'élue, qui affirme notamment que le « même nombre de personnes dédiées au pôle » serait conservé, notamment en recrutant un bibliothécaire dédié suite au départ à la retraite de la personne qui occupait le poste précédemment. C’est là que le bât blesse pour le syndicaliste. La fiche de recrutement est selon lui trop vague : « c’est un poste qui s’occupe de coordination transversale et non de la création. Ce n’est pas tellement "arts vivants " ». Plus précisément, il est question d’assurer « la gestion, l’animation et le développement du pôle Arts vivants et Création — Ce pôle couvre les domaines suivants : Littérature

Continuer à lire

Thierry Pilat, nouveau directeur de la Halle Tony Garnier

ACTUS | Elle aura pris son temps, la nouvelle municipalité, pour acter le choix de son candidat. Ou du moins multiplié les étapes. Il faut dire que l'enjeu est (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 21 janvier 2021

Thierry Pilat, nouveau directeur de la Halle Tony Garnier

Elle aura pris son temps, la nouvelle municipalité, pour acter le choix de son candidat. Ou du moins multiplié les étapes. Il faut dire que l'enjeu est de taille : cette Halle Tony Garnier est régulièrement revendiquée comme étant le naviral amiral de la flotte des salles de l'agglomération lyonnaise. Et, bonus, elle rapporte de l'argent à la Ville. Entre 200 000€ et 400 000€ par an, selon les années. Bon, bien sûr, beaucoup moins en 2020 : et cette crise sanitaire qui a plombé les finances et vidé la salle de ses concerts et salons divers, a en plus sérieusement questionné le modèle, déjà interrogé préalablement par l'évolution du secteur du divertissement (la précédente équipe municipale se posait presque les mêmes questions il y a deux ans) : quid de la concurrence de l'Arena ? Quand reprendront les grosses tourn

Continuer à lire

Le pôle Arts vivants de la BM de Vaise ne sera pas démantelé

ACTUS | Le 2 janvier dernier, des « usagers du département Art vivants — amateurs, professionnels du spectacle vivant, étudiants, éditeurs, (...)

Nadja Pobel | Lundi 18 janvier 2021

Le pôle Arts vivants de la BM de Vaise ne sera pas démantelé

Le 2 janvier dernier, des « usagers du département Art vivants — amateurs, professionnels du spectacle vivant, étudiants, éditeurs, intervenants, ou usagers "lambdas" — de la médiathèque de Vaise » se mobilisaient au sujet de la restructuration en cours de ce pôle, afin de le « sauvegarder ». Et lançaient une pétition à l’adresse de l’adjointe à la Culture de la Ville de Lyon en décriant notamment la nouvelle organisation du personnel car « la polyvalence sera de mise. C’est donc une accumulation de temps partiels qui va être attribuée à la thématique. En rassemblant ces morceaux, nous arrivons à la moitié du temps de travail initialement dévolue au fonctionnement de l’ancien département ». La pétition a obtenu 1972 signatures au lundi 18 janvier. L’objectif étant d’en récolter 2500. Contactée à ce su

Continuer à lire

La Salle Rameau, revue et corrigée

ACTUS | Dans la foulée de l'abandon des Ateliers de la Danse au Musée Guimet, ça aurait pu être l'un des dossiers chauds de la rentrée dans le monde culturel : le (...)

Sébastien Broquet | Lundi 19 octobre 2020

La Salle Rameau, revue et corrigée

Dans la foulée de l'abandon des Ateliers de la Danse au Musée Guimet, ça aurait pu être l'un des dossiers chauds de la rentrée dans le monde culturel : le devenir de la Salle Rameau, projet désormais porté par le promoteur immobilier La Compagnie de Phalsbourg et pour la partie contenu par Scintillo, la société de Steven Hearn. On sait qu'alors maire du 1er arrondissement, Nathalie Perrin-Gilbert n'avait pas été tendre avec ce choix opéré par l'ancien exécutif. Certaines sources disant même que l'attitude du jury réuni en octobre 2018 avait été plutôt clémente pour ce dossier qui provisionnait une somme conséquente pour les travaux, beaucoup moins avec celui porté par le promoteur Carré d'Or et l'agence Urban Project de Damien Beaufils (le troisième projet, emmené par Les Chevaliers du Fiel, partait de bien

Continuer à lire

« La politique culturelle doit irriguer l’ensemble du projet municipal »

ACTUS | Si Grégory Doucet est élu maire de Lyon, confirmez-vous que vous seriez son adjointe à la culture ? Nathalie Perrin-Gilbert : Oui, c’est officiel. Il a (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 10 juin 2020

« La politique culturelle doit irriguer l’ensemble du projet municipal »

Si Grégory Doucet est élu maire de Lyon, confirmez-vous que vous seriez son adjointe à la culture ? Nathalie Perrin-Gilbert : Oui, c’est officiel. Il a choisi de dévoiler dans Libération le nom de sa potentielle première adjointe, Audrey Henocque. Je suis ravie de ces éventuelles nouvelles fonctions — il faut parler au conditionnel, je me garde bien de penser que l’élection est gagnée d’avance. Ça fait partie des délégations qui me motivaient considérablement. Par goût personnel, pas forcément la meilleure des raisons, mais ce serait mieux d’avoir un ou une adjointe portée par son sujet. Mais aussi, par conviction. On parle d’un « monde d’après », c’est à la mode, et je pense qu’il va falloir refonder un contrat social et écologique pour la ville de Lyon. La culture va être un pilier

Continuer à lire

Attention les vieux

SCENES | Oubliez tout ce que vous savez du cirque. Le chapiteau coloré, les fauves aux manières de gros chatons, les acrobates aux corps élastiques, les clowns attifés (...)

Benjamin Mialot | Lundi 4 février 2013

Attention les vieux

Oubliez tout ce que vous savez du cirque. Le chapiteau coloré, les fauves aux manières de gros chatons, les acrobates aux corps élastiques, les clowns attifés comme des figurants d'une publicité pour lessive, tout ça, c'est bon pour un samedi soir chez Patrick Sébastien. Quand Les Encombrants font leur cirque, comme ils le feront vendredi 8 février au Théâtre de Vénissieux, c'est sur une piste aux étoiles improvisée dans une décharge, avec la complicité d'une mante religieuse équilibriste, d'une famille de boîtes de sardines passée maître dans l'art du trapèze volant ou d'une carcasse de cheval à la voix de stentor, et le résultat est anti-spectaculaire au possible. Il faut dire que les encombrants en question, marionnettes à taille humaine manipulées avec une dextérité et un sens du burlesque sans pareils par les membres du Théâtre La Licorne, sont des vieillards un peu séniles sur les bords et très arthritiques au milieu. Un handicap qu'ils compensent par une fantaisie de tous les instants, faisant de cette mise à jour du Bestiaire forain, dans lequel la metteur en scène Claire Dancoisne multipliait déjà les visions poétiques à base d'animaux bricolés et d'ai

Continuer à lire

Les secrets de La Licorne

CONNAITRE | Il y a une petite quinzaine de jours, les librairies La BD et La Petite Bulle recevaient, à l'occasion de la parution chez Drugstore du deuxième tome de (...)

Benjamin Mialot | Dimanche 18 mars 2012

Les secrets de La Licorne

Il y a une petite quinzaine de jours, les librairies La BD et La Petite Bulle recevaient, à l'occasion de la parution chez Drugstore du deuxième tome de la série 3 Souhaits, le dessinateur italien Paulo Martinello. Cette semaine, Expérience boucle en quelque sorte la boucle en accueillant le scénariste de ladite série, Mathieu Gabella. En quelque sorte, car ce n'est pas pour ce trépidant blockbuster inspiré des Contes des mille et une nuits qu'il fera le déplacement de son Rouen natal, mais pour La Licorne, dont le quatrième et dernier volet sort ces jours chez Delcourt. Qu'est-ce que La Licorne ? Un thriller historico-fantastique aussi imaginatif qu'alambiqué (on n'en attendait cependant pas moins d'un titre prenant pour cadre, grosse documentation à l'appui, une Renaissance bouleversée par les progrès de la médecine) et qui constitue rien de moins que son travail le plus fameux, dans tous les sens du terme. Anthony Jean, diplômé de la pépinière graphique Émile Cohl, n'est évidemment

Continuer à lire