L'Appel de la liberté

Nadja Pobel | Mardi 18 octobre 2016

Photo : © DR


Générique de début, de fin, panneaux intermédiaires scandant les chapitres, la version de L'Appel de la forêt par le jeune ensemble TaCTuS est une séance de cinéma (au théâtre des Clochards célestes, jusqu'au 23 octobre). Sans dolby surround mais en acoustique et avec sa livraison d'effets spéciaux à l'ancienne.

Ce fin travail repose sur un trio de percussionnistes et le talent de la dessinatrice Marion Cluzel. En live, attablée, elle signe une trentaine de croquis au crayon ou donne couleurs et nuances à des canevas déjà prêts. Par le jeu de calques, elle fait apparaître puis disparaître les animaux sauvages de la forêt que Buck vient de retrouver.

Ce récit, adapté de Jack London, est une métaphore intemporelle de la liberté : vendu à des trafiquants de chiens de traîneaux, le domestique Buck résiste, rencontre un maître aimant, John Thornton avant d'être aimanté par la nature et de se fondre avec les loups. Alliant les voix-off à l'intermède parlé face au public, le collectif ne choisit pas son mode de narration et freine parfois un peu la fluidité du déroulé du spectacle à trop vouloir offrir deux minutes d'attention à chacun d'eux. Mais ce bémol n'amoindrit pas la qualité de cette création jeune public bruitée (dès 6 ans), parlée, mise en musique et image avec une précision de dentellière.


L'appel de la forêt

Spectacle musical dessiné, d'après l'oeuvre de Jack London, par l'ensemble Tactus, 1h, dès 6 ans
Théâtre des Clochards Célestes 51 rue des Tables Claudiennes Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Omar Sy : « c’est à mon instinct que je me connecte le plus »

ECRANS | Tout le monde a envie d’avoir un “Buck“ dans sa vie. C’est votre cas ? Omar Sy : J’en ai deux : un Cane Corso et un American Staff ! Mais j’espère que (...)

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

Omar Sy : « c’est à mon instinct que je me connecte le plus »

Tout le monde a envie d’avoir un “Buck“ dans sa vie. C’est votre cas ? Omar Sy : J’en ai deux : un Cane Corso et un American Staff ! Mais j’espère que tout le monde a un “Buck“, que ce soit un frère, un pote, une copine, une chérie ou même ce qu’a Buck : un loup qui symbolise son instinct et qui le guide. J’espère qu’on est tous connectés à cette petite voix dans notre tête et qu’on l’écoute un petit peu plus. C’est ce que dit le film, et le livre aussi, je crois. Après, je ne connais pas Jack London, c’est pas mon pote ! (sourire). Ce que je comprends de ce qu’il nous raconte, Buck, c’est nous. On peut le voir comme un enfant qui devient un homme. Un enfant à qui on a appris des choses qui ne marchent pas toujours dans la vie. Alors, il s’adapte. Il s’adapte sans cesse et finalement, son vrai guide, c’est son instinct. Les réponses sont en lui. J’ai l’impression que pour nous aussi, c’est pareil. Malgré son imaginaire, malgré la communication, même s’il met des habits, l’Homme reste un animal.

Continuer à lire

L'Appel de la forêt

ECRANS | À l’instar de Joseph Conrad, Jack London “vécut“ avant d’écrire (même s’il sut marier les deux de concert) et donc écrivit sur l’aventure en connaissance de (...)

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

L'Appel de la forêt

À l’instar de Joseph Conrad, Jack London “vécut“ avant d’écrire (même s’il sut marier les deux de concert) et donc écrivit sur l’aventure en connaissance de cause. Ce n’est sans doute pas un hasard si ses romans d’apprentissage rencontrent encore aujourd’hui un succès inentamé par-delà les générations et au-delà des transpositions — en témoigne la récente variation sur Martin Eden signée par Pietro Marcello. Plus remarquable encore est le fait que le roman d’apprentissage d’un non-humain, un chien, touche autant nos congénères ; d’autant qu’à rebours de son époque exaltant l’industrialisation triomphante, London y exaltait des valeurs quasi rousseauistes de retour à la nature ! Par un des étranges renversements auxquels l’Histoire nous a habitués, les notions de recherche ou de préservation de l’étincelle de sauvagerie innée sont au cœur des préoccupations contemporaines : à l’asservissement et la standardisation urbaine jadis célébrés, on préfère désormais l’authentique et la nature. L’Appel de

Continuer à lire

L'errance en compagnie de Bach

MUSIQUES | Le premier festival international Cross Opéra, proposé par le Toboggan de Décines et le Concert Impromptu, retient par avance notre attention : en cinq (...)

Pascale Clavel | Mercredi 10 février 2016

L'errance en compagnie de Bach

Le premier festival international Cross Opéra, proposé par le Toboggan de Décines et le Concert Impromptu, retient par avance notre attention : en cinq moments musicaux décoiffés, les musiques classique, jazz et contemporaine s’affrontent, discutent, se frottent les unes aux autres dans un joyeux capharnaüm. L’idée n’est certes pas nouvelle, mais finement tricotée. L’Ensemble de percussions TaCTuS, le Concert Impromptu, le Piano Ambulant et l’ensemble Tarka sont les premiers à s’y engager. L’ensemble TaCTuS et le comédien Jacques Bonnaffé ouvrent le Festival avec Dédales, sorte de petite balade littéraire et musicale au coeur de la ville avec les Variations Goldberg sous le bras. Cette déambulation urbaine magnifie l’errance, surexpose Jean-Sébastien Bach, musicien architecte des sons et s’empare des textes de Baudelaire et Calvino. Pour bousculer encore les codes et les genres, le lendemain un Allemagne - Brésil est rejoué en un match/concert scénographié sur rectangle vert. La musique est ballon et au milieu du gazon, on se demande qui de Jean-Sébastien Bach ou de la samba va gagner... PASCALE CLAVEL

Continuer à lire