«Nous ne sommes pas un apéro géant facebook»

MUSIQUES | Entretien / Vincent Carry, coordinateur général de Nuits Sonores dresse le bilan de la huitième édition du festival. Bilan et perspectives. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Lundi 31 mai 2010

Petit bulletin : Avec 81 000 spectateurs, dont plus de 39 000 sur les sites payants, Nuits sonores 2010 a affiché un record d'affluence. Avez-vous été surpris par le succès du festival cette année ?
Vincent Carry : On est toujours surpris par l'ampleur du succès. Cette année, ce qui est dingue et inédit, c'est que l'ensemble des événements payants a affiché complet avant l'ouverture des portes. Aucun billet n'a été vendu sur place.Comment expliquez-vous cette augmentation de fréquentation ? La présence de quelques têtes d'affiche comme 2 Many DJ's a-t-elle joué ?
Je pense qu'il faut relativiser le rôle des têtes d'affiche. Il ne s'agissait pas de têtes d'affiche «vues à la télé», nous sommes restés dans une programmation très «Nuits sonores» si on peut dire. En fait, ce qui a joué, c'est tout d'abord la croissance naturelle du festival qui gagne environ 10% de fréquentation chaque année et nous avons également remarqué un effet «N -1», c'est-à-dire que quand une édition fonctionne bien, l'édition suivante profite d'un vrai buzz. Enfin, je pense que c'est la première fois que l'on réussit à mettre tout le monde d'accord en termes de programmation. Nous avons frappé juste en programmant ce que le public et les professionnels avaient envie de voir et nous avons réellement ressenti cet enthousiasme.Quels problèmes a posés cette fréquentation record ?
Le principal souci a concerné le Marché Gare, lors de la Nuit 1, le mercredi 12 mai. Comme la Nuit était complète depuis la veille, nous n'avons pas ouvert de billetterie sur place. Le problème est que les gens, soit n'ont pas eu l'information à temps, soit ont décidé de venir quand même au Marché Gare. Quand ces gens venaient de Lyon, c'était assez simple de leur dire de partir, mais quand ils venaient de Bordeaux ou de Berlin, ça l'était beaucoup moins… Concrètement, des centaines de personnes sont restées devant le Marché Gare et ont refusé de partir et notre dispositif d'accueil et de sécurité qui était pourtant important s'est révélé insuffisant. Vous avez également remis en cause la tenue d'événements gratuits dans la ville. Est-ce également pour des questions liées à la sécurité ?
En fait, la volonté de proposer des événements culturels gratuits dans une ville pose une question : comment la force publique au sens large doit-elle apporter son concours à la bonne tenue d'un événement qui se déroule dans l'espace public dès lors que toutes les autorisations ont été obtenues ? Nous ne pouvons pas et nous ne voulons pas sécuriser au-delà des abords des sites où nous nous trouvons ! Or, il y a eu une absence ostentatoire de présence de la force publique pendant le festival cette année.Quelles solutions s'offrent à vous ?
Alors que le festival a pris énormément d'ampleur, on note une présence moindre de la force publique depuis deux ans. Il y a deux options, soit on nous offre des garanties sur l'espace public, soit on va reformater le projet, en élaguant ce que nous ne sommes plus capables de gérer seuls. En fait, à Nuits sonores il y a le public qui s'intéresse au sujet et celui qui prend prétexte du festival pour ouvrir une soupape de décompression. Or, nous ne pouvons pas être une soupape de décompression, nous ne sommes pas un apéro géant facebook mais un événement culturel, musical. Si on n'a pas de garantie sur l'espace public, il n'y aura plus de gratuité.Il n'y a pourtant pas eu de débordements majeurs à déplorer.
Non, mais cela nous a demandé des efforts délirants et c'est la dernière année où l'on peut fonctionner ainsi. En termes de volumes de population et d'énergie, personne ne souhaite réaffronter cela sans une coordination avec les forces publiques.Nuits sonores 2011 aura lieu du 1er au 5 juin. Où se déroulera la prochaine édition ?
Dans l'état actuel des choses, le site principal devrait rester le Marché Gare. C'est ce que je souhaiterais car c'est un site qui fonctionne très bien et qui a un potentiel encore plus important que ce que l'on a montré cette année.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter