Supergator

MUSIQUES | Comme chaque année, le festival itinérant Les Nuits de l'Alligator se livre à un épuisant tour de France à la recherche des racines du blues et de tout ce qui s'en approche. Heureux les Lyonnais qui ont droit à une étape fort goûteuse de l'événement. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 février 2012

Le film d'alligator, ou de crocodile, ou de caïman, est devenu un genre à part entière de la catégorie épouvante. Scénario type : une bande d'abrutis baguenaude à la recherche d'un saurien géant dont ils pensent pouvoir tirer le portrait en toute impunité. Mais comme rien ne se passe jamais comme prévu, c'est finalement le crocodile qui les trouve et comme il n'a pas son Leica sur lui, il bouffe tout le monde et s'en retourne barboter dans une mare de sang.

Avec des titres tels que Crocodile, Crocodile 2, Lake Placid, Supergator ou... Solitaire, le seul intérêt du genre est des permettre à des réalisateurs (Tobe Hooper, Steve Miner, souvent pire) ou acteurs (Michael Vartan, le neveu de Sylvie) de seconde zone de s'acquitter de leurs obligations fiscales.

Où voulons-nous en venir ? On ne sait plus. Ah si : au fait que le festival saurien les Nuits de l'Alligator, est lui-même devenu un genre festivalier à part entière. Particularité : il voyage, pas forcément à la nage, dans toutes les salles de France et propose une exploration quasi exhaustive d'une musique qui depuis des temps (quasi) immémoriaux borde les eaux limoneuses du Mississippi, cette artère aorte de la culture américaine. Mais nul besoin pour y participer de passer ses journées à chiquer du tabac dans un rocking chair du côté de Birmingham, Alabama, ou d'Oxford, Mississippi.

Zyd&co

La preuve : parmi les trois formations conviées pour cette étape lyonnaise, seuls les Two Gallants sont américains, et encore, de San Francisco. Cela ne les empêche nullement de trimbaler dans leur musique hérissée d'harmonica et de southern rock, quelque chose qui vient de là qui vient du blues.

Pas vraiment bercé dans l'Americana, le Londonien Lewis Floyd Henry en restitue pourtant la tradition du «one man band», où un unique individu joue de plusieurs instruments à la fois. Lui s'est notamment fait connaître via une reprise hendrixienne du Protect Ya Neck du Wu Tang Clan.

Malgré tout, la formation la plus improbable de la soirée sera sans doute Mama Rosin. Déjà parce qu'elle ne compte aucune Mama, mais un trio helvète, repéré par Jon Spencer, qui n'a rien trouvé de mieux que de s'attaquer à la musique cajun et zydeco, deux vieilles traditions venues de la Louisiane francophone.

De la même manière que les protagonistes d'un film de crocodile ne s'attendent pas à se voir boulotter les deux jambes par un sac à main denté, on n'imaginait pas se faire un jour bouffer la cervelle par des cajuns à l'accent suisse. Ça nous apprendra.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rock the Casbah

MUSIQUES | Faï Baba Composé de Fabian Sigmund (au départ seul aux commandes) et de son ami Domi Chansorn, Faï Baba donne depuis une décennie dans la pop psyché teintée de (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 10 octobre 2017

Rock the Casbah

Faï Baba Composé de Fabian Sigmund (au départ seul aux commandes) et de son ami Domi Chansorn, Faï Baba donne depuis une décennie dans la pop psyché teintée de blues cosmique (de moins en moins enragé) et de country hallucinatoire (quelque chose de Sparklehorse sous codéine, pléonasme). Si son récent single Can't Stop loving you ressemble à un câlin entre George Harrison et John Lennon chez le Maharishi Mahesh Yogi, c'est aussi particulièrement vrai sur son dernier album en date, le bien nommé Sad & Horny ("triste et excité") : comme une séance de hot yoga sur une peau de bête. Duck Duck Grey Duck Ceux qui suivent les aventures de Robin Girod (chanteur-guitariste à la coiffe de Tahiti Bob helvète) au sein du trio de rock cajun Mama Rosin ou du duo Les Frères Souchet, connaissent déjà cette autre tête musicale poussée dans l'esprit dudit. Ce triple canard gris (traduction approximative) nous était apparu en 2015 avec l'album Here come, avant d'accompagner l'été dernier nos étapes du Tour de France ave

Continuer à lire

The Monsters Club

MUSIQUES | On vous a déjà parlé du fort bien prénommé Beat Zeller alias Reverend Beat-man, prêcheur blues non pasteurisé à la trogne décadente et à l’allant démoniaque. Pour (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 avril 2014

The Monsters Club

On vous a déjà parlé du fort bien prénommé Beat Zeller alias Reverend Beat-man, prêcheur blues non pasteurisé à la trogne décadente et à l’allant démoniaque. Pour resituer : Beat-Man c’est cet étrange bonhomme mi-Cinoque (Les Goonies) mi-pasteur Powell (La Nuit du chasseur) qui raconte volontiers qu’à treize ans, le Diable – sans doute exilé fiscal en Suisse – est venu lui proposer un deal d’âme pour faire de lui une rock star et qu’il l’a envoyé se faire griller la couenne ailleurs ; que pareillement, quelques années plus tard, il eut une révélation qu'il embrassa cette fois, quand après un accident de concert qui le cloua au lit comme Jésus sur la croix, Dieu s’adressa à lui sous la forme d’une pin-up à l'origine de sa vocation de prosélyte blues – bien sûr tout ceci est totalement apocryphe, alors bon. C’est aussi à lui, ce bon révérend, que l'on doit la meilleure exportation suisse de ces dernières années : le trio zydeco-frénético-cajun Mama Rosin. Et plus généralement la création du label Voodoo Rhythm et de la "Blues Trash Church", un culte non officiel qui n’a de cesse d’attirer les ouailles à coups de prêches épileptiques et r

Continuer à lire

Street Fighter

MUSIQUES | Quoi de mieux quand on organise un festival de rue gratuit que de faire appel, pour sa programmation musicale, a un authentique gars de la rue ? C'est (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 14 juin 2013

Street Fighter

Quoi de mieux quand on organise un festival de rue gratuit que de faire appel, pour sa programmation musicale, a un authentique gars de la rue ? C'est sur Tottenham Court Road ou sur Brick Lane, à Londres, qu'a été découvert cet émule de Rémy Bricka et de Jimi Hendrix qu'est Lewis Floyd Henry. Rémy Bricka pour le côté homme-orchestre, même si à vrai dire, on en a connu de plus rock'n'roll, genre Bob Log III, et Jimi Hendrix pour le jeu de guitare incendiaire et l'inspiration. Résumons nous donc : Lewis Floyd Henry joue de la guitare, de la batterie et de tout un tas de petits trucs, et son idole est Jimi Hendrix. Le genre de gars facile à programmer car il voyage avec sa maison (on dit que longtemps il n'en eut même pas) et son matériel sur son dos, d'où le titre de son album, à traduire ainsi : «Un homme et son landau de 30 W». Inutile donc de convoquer des trente-cinq tonnes pour la logistique du bonhomme. Ni d'ailleurs pour faire du bruit à sa place. Car Lewis fait à lui tout seul autant de boucan qu'une autoroute et manifeste autant d'agitation qu'une rue bondée

Continuer à lire

Des Invites pleines de surprises

CONNAITRE | Sous-titré «festival pas pareil», les Invites sont effectivement en constante évolution et (ré)invention. Cette année, c'est sur le thème de la mer et en se (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 18 avril 2013

Des Invites pleines de surprises

Sous-titré «festival pas pareil», les Invites sont effectivement en constante évolution et (ré)invention. Cette année, c'est sur le thème de la mer et en se révélant encore plus centrée que d’habitude sur le jeune public que la fête réinvestira Villeurbanne. Le parc de la Commune étant abandonné depuis trois ans, c’est en effet en centre-ville que se déroulera de nouveau le cœur de la manifestation, entre la place Lazare-Goujon et le parc du centre, de part et d’autre du cours Émile Zola, au niveau de la station de métro Gratte-ciel. La compagnie Délices Dada fera des visites de la cité avec toujours autant de truculence et d’impertinence ; De Fakto proposera une création hip hop autour du Petit bal perdu chanté par Bourvil et chorégraphié par Découflé. La Constellation présentera elle aussi sa création de l’année, Outside, sorte d’opéra rock adapté au plein air. Bien d’autres propositions artistiques sont à découvrir au fil des rues - certaines, les impromptus, ne sont d’ailleurs pas encore annoncées et se dévoileront pendant le festival, à limage de fausses

Continuer à lire

The Voice(s)

MUSIQUES | Avant son vin nouveau qui fait la langue bleue, le Beaujolais nous offre chaque année une rasade de «nouvelles voix» dont le spectre est aussi large que (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 9 novembre 2012

The Voice(s)

Avant son vin nouveau qui fait la langue bleue, le Beaujolais nous offre chaque année une rasade de «nouvelles voix» dont le spectre est aussi large que celui des parfums fruités censés agrémenter le goût du Bojolpif. Essentiellement axé sur la dégustation de découvertes, agrémentée de quelques menues têtes d'affiches (Skip The Use, Lewis Floyd Henry, Sallie Ford), le Festival Nouvelles voix en Beaujolais offre à boire et à manger. Qu'il nous soit donc permis de faire notre marché pour y piocher les plus enthousiasmantes trouvailles caladoises de cette année. Comme les Angevins The Dancers qui, malgré leurs têtes de premiers de la classe du genre à vous marcher sur les pieds pendant un slow, portent plutôt bien leur nom, comme si les Concrete Knives avaient découvert les vertus conjuguées des Housemartins et des

Continuer à lire

Fra-ter-ni-té

MUSIQUES | On vous avait déjà parlé, au moment des Nuits de l'Alligator à l'Epicerie Moderne, de cet ahurissant trio suisse nommé Mama Rosin qui n'avait rien trouvé de (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 6 juillet 2012

Fra-ter-ni-té

On vous avait déjà parlé, au moment des Nuits de l'Alligator à l'Epicerie Moderne, de cet ahurissant trio suisse nommé Mama Rosin qui n'avait rien trouvé de mieux pour passer le temps que de s'adonner au rock cajun et à la musique zydeco. Bref, à un Jambalaya musical forcément plus proche de la tambouille créolo-louisiannaise que de la fondue des alpages. Des fondus de musique américaine traditionnelle, de vieux vinyles introuvables et de musiciens cultes, c'est bien ce que sont Les Frères Souchet, tels qu'on les appelle, lorsqu'ils se produisent non plus en trio mais en duo, affranchi de leur batteur et dans un schéma davantage tourné vers le country blues en reluquant les Appalaches. Les voilà donc qui viennent animer le bal du 14 juillet du Transbordeur. Outre qu'il soit étonnant qu'un bal du 14 juillet ait lieu au Transbordeur, notons également qu'il aura lieu le 13 afin de ne pas empêcher demoiselles et damoiseaux, d'aller hanter les casernes de pompiers le jour de la Fête nationale. Pour revenir à nos moutons suisses, il y a fort à parier que la piste de danse sente fort la sueur

Continuer à lire