C(l)oup de blues

MUSIQUES | À la suite d'un «drame domestique» qui l'a profondément changé, l'ex-Diabologum et Expérience Michel Cloup a recyclé en solo sa colère sur "Notre Silence". Un album bouleversant, synonyme de nouveau départ, à découvrir sur la scène du Clacson. Propos recueillis Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 février 2012

Photo : DR


Sur le titre Cette colère, il apparaît que la colère que vous pensiez avoir apprivoisée avec l'âge est réapparue suite à un drame personnel pour, dites-vous, devenir votre «meilleur carburant». Est-ce la colère qui a engendré ce disque ?
Michel Cloup : Non, ce sentiment est très présent dans le disque, mais n'en est pas l'élément central. J'ai effectivement souvent exprimé, dans chacun de mes différents projets, une colère, pour tout un tas d'autres raisons que le drame domestique qui m'a touché. Là, je voulais surtout rendre les différents états par lesquels on passe quand on perd quelqu'un. La colère, puis les souvenirs qui reviennent, la tristesse, le manque. C'était un cheminement personnel, aller au cœur de ce processus en étant exhaustif dans le rendu. Mais quand je parle de perte, c'est au sens large ; les gens n'ont pas besoin de mourir pour qu'on les perde.

Paradoxalement, on sent aussi dans cet album une sorte d'apaisement, beaucoup de pudeur.
Exactement. Même, si je ne me suis jamais autant livré, cet album n'est pas une psychanalyse. Le but n'était pas de raconter mes petits malheurs et de faire pleurer dans les chaumières, mais de partager ça avec les gens. Qu'ils puissent connecter leur histoire personnelle avec celle qu'on leur raconte de façon intime.

D'où cette idée de chanter pour la première fois sous votre nom...
Ça fait vingt ans que je suis dans des groupes et j'avais envie d'assumer quelque chose de nouveau sous mon nom, de m'assumer comme un grand en tant que chanteur.

Cette expérience personnelle vous a-t-elle amené à porter un regard différent sur la colère pour le coup beaucoup plus sociétale qui animait Diabologum ou Expérience ?
J'ai pris conscience du fait que les idées, les idéaux, c'est très bien mais ça ne fait pas tout. Ça
a été une sorte de déclic à un moment où je sentais que j'étais en bout de course par rapport à toute cette révolte. Avec Expérience, humainement, musicalement et artistiquement, dans les thèmes abordés, on était dans une impasse. Ce n'est pas un constat d'échec parce que j'en suis toujours au même point mais au niveau de l'expression, j'avais  envie de faire les choses différemment.

On sent dans le dernier Expérience, comme un phénomène de trop plein de tout et particulièrement d'énergie, comme s'il agissait d'un feu d'artifice final...
C'est un album dur à écouter. Je l'ai réécouté il y a quelque temps, ça m'a cassé la tête... Sans le vouloir, alors qu'on n'imaginait pas forcément que c'était notre dernier disque, c'était un peu le bouquet final.

"Je me suis poussé dans mes derniers retranchements"

 

Sur Notre Silence, le parti-pris c'est guitare-batterie, avec une guitare baritone [une guitare hybride entre guitare et basse, NdlR]. Par volonté d'épure ?
Je voulais surtout trouver une musicalité plus forte. Expérience était vraiment un rouleau compresseur basé sur l'énergie. Là j'avais envie de poser un peu le fusil et de faire plus corps avec la musique, d'avoir plus de liberté dans l'exécution des chansons. Pouvoir jouer très bas et très fort,   créer des montagnes russes musicales. En fait, tout à vraiment fait sens en même temps : les textes et l'envie musicale se sont en quelque sorte parfaitement articulés

En concert, vous conservez cette formule en duo ?
Oui. Les chansons respirent même encore plus que sur disque, on n'a pas le chronomètre en main. Il y a des espaces de liberté à l'intérieur des morceaux. On a vraiment essayé de rentrer dans quelque chose de plus musical avec l'idée de créer une sorte de voyage.

Etant donné la tonalité intime de l'album, avez-vous abordé l'écriture différemment d'avec Diabologum et Expérience, où on trouvait beaucoup de collages, de slogans, d'abstraction parfois...
Oui et non. Ça n'a pas changé grand-chose dans ma manière de travailler. L'inspiration était simplement différente, plus personnelle. Il y avait déjà un peu de ça dans certains textes d'Expérience mais je ne l'avais jamais vraiment développé. Là, je me suis poussé dans mes derniers retranchements.

Vous avez travaillé sans label, le disque étant auto-produit. Est-ce par impatience, pour être plus libre ou contraint-forcé ?
Ça faisait plusieurs années que ça me titillait. Je voyais autour de moi des amis qui avaient emprunté cette voie-là avec succès. Je pense notamment à Pascal Bouaziz de Mendelson [formation nancéenne culte, également lancé par le label Lithium, NdlR]. J'en ai pas mal discuté avec lui quand il a sorti son dernier album. Il m'a un peu poussé en me disant : «Tu sais aujourd'hui, il y a moyen de faire des disques pour pas trop chers et si ton disque on doit en parler, on en parlera autant si c'est auto-produit ou sur un label». Ensuite quand j'ai commencé à travailler sur les premières chansons, j'ai envoyé deux ou trois choses à des labels. Les réponses étaient un peu molles et sous-entendaient que ça allait prendre du temps. Mais je n'avais pas du tout envie d'attendre, les choses étaient là, prêtes. C'était beaucoup plus simple de faire comme ça même si le pari est risqué, car faire un disque ça coûte de l'argent. Pour moi c'était aussi un aboutissement par rapport à tout un discours d'autonomie, d'indépendance. Et puis on y trouve une forme de tranquillité qui allait avec cette recherche d'apaisement. Je suis vraiment content d'avoir fonctionné comme ça parce que ça a permis de créer un lien vraiment différent avec les auditeurs. Pendant deux ou trois mois, l'album était disponible uniquement sur le site. Même si le disque a été ensuite distribué en magasin, ça crée un rapport différent, c'est moi qui fait les enveloppes, on m'envoie des messages... Par rapport à tout ce qui se passe, avec la crise du disque etc., je trouve que c'est un bon moyen de s'assumer et de dire aux gens «c'est moi qui produis mon disque, c'est moi qui met de l'argent dessus, c'est un vrai album, c'est pas fait avec des bouts de ficelles, vous pouvez l'acheter ou ne pas l'acheter mais si c'est le cas l'argent est pour moi, et ça, ça va payer mes dettes (rires)».

Est-ce que l'auto-production n'est pas devenue la nouvelle manière de faire de la musique indépendante ?
Si bien sûr. Le problème c'est qu'il y a une réelle déconfiture du label indépendant. On dit que la crise du disque ne touche que les majors, c'est faux. Les indés ferment les uns après les autres. Dans ce genre de situation, ce sont avant tout les plus petits qui morflent. Universal a vu son chiffre d'affaires baisser de moitié en dix ans mais ils ont encore de la marge. Quand tes bénéfices sont petits et qu'ils baissent de 50%, c'est autre chose. Après, je ne parle pas des labels indépendants qui ont  une visibilité mondiale, mais à un moment donné je me suis dit : «Est-ce que c'est vraiment intéressant pour moi de signer sur un petit label ? Est-ce que ça va changer quelque chose si je m'auto-produis ?». Et puis il y avait cet exemple de Mendelson avec son album. Le disque était super et les gens en parlaient peut-être plus que s'il était sorti sur un label parce qu'il y avait ce côté héroïque.

Justement, la différence entre Mendelson ou Michel Cloup et un jeune groupe, c'est que vous avez depuis un certain temps une base de fans, qui peut vous permettre de prendre ce genre de risque...
Il est évident que c'est beaucoup plus facile pour nous d'avoir ce genre de démarche que pour un groupe qui démarre. Après, honnêtement, vu les moyens de diffusion, qu'on a aujourd'hui, être en auto-production ne change pas grand-chose. Et puis, à travers mes commandes et les gens que je rencontre dans les concerts, je me rends compte qu'il y a effectivement un noyau dur de fans mais aussi beaucoup de nouveaux venus, bien plus jeunes, ce qui est plutôt agréable et rassurant. Ce n'est pas juste la vieille garde des fans des années 90.

"Quand les choses deviennent douloureuses même après avoir été heureuses, mieux vaut fermer le livre et passer à autre chose."

 

Justement, vous parlez de cet album comme d'un nouveau départ à bien des égards et il se trouve qu'il est sorti l'an dernier au moment de la reformation de Diabologum. Vous n'avez pas eu peur que ça brouille un peu les pistes ?
J'ai eu peur que le disque passe à la trappe. Comme en plus au départ on ne savait pas si on allait faire d'autres dates avec Diabologum... Mais j'ai quand même maintenu la date de sortie de l'album et je me suis rendu-compte qu'il vivait sa vie tout seul, indépendamment de Diabologum. Et il continue à vivre, ce qui m'a beaucoup frappé puisqu'aujourd'hui, les albums meurent très vite. Plusieurs mois après sa sortie, il y a toujours des chroniques, les médias en parlent encore, je suis surpris.

Pourquoi n'avoir pas prolongé la reformation de Diabologum ?
On s'est posé la question mais on ne le fera pas. Parce qu'il y a des choses qu'on croît résolues, qui en fait ne le sont pas et contre lesquelles on ne peut pas se battre. Quand les choses deviennent douloureuses même après avoir été heureuses, mieux vaut fermer le livre et passer à autre chose.

Vous n'avez pas forcément toujours bien vécu qu'on vous ramène toujours à Diabologum. Vous en avez fini avec ça ?
Oui. Ça a été difficile à l'époque d'Expérience. Tu construis un nouveau projet avec de nouvelles personnes qui n'ont rien à voir avec Diabologum et on te ramène tout le temps à ça. C'est fatigant. Surtout qu'il y a beaucoup de mythologie autour de Diabologum. Même si le troisième album #3 a marqué des gens, on n'était pas à un stade de notoriété délirant. On n'était pas Noir Désir. Mais petit à petit lors de mes concerts j'ai pu mesurer à quel point Diabologum avait vraiment touché profondément des gens, que ce n'était pas un effet de mode. Aujourd'hui je trouve ça plutôt agréable.

Aujourd'hui #3 est quasiment introuvable. Or, il est question qu'il soit réédité. Ce sera le cas ?
Il est introuvable depuis 2004 et même avant la fermeture de Lithium, il ne restait déjà plus beaucoup d'exemplaires. On peut le trouver à des prix délirants sur internet mais officiellement on ne peut pas l'acheter même en format numérique. Après, même s'il n'y a plus Megaupload, il y a toujours moyen de le trouver sur des blogs ou autres. Mais la réédition est en bonne voie. On veut un bel objet, pour ceux qui souhaitent soit le retrouver, soit le découvrir. Il y a beaucoup de gens de 25, 30, 35 ans qui ont découvert le groupe sur le tard, une fois séparé. On veut vraiment faire un truc qui marque le coup avec un deuxième CD, des inédits, parce qu'on est un peu triste que ce disque ne soit plus disponible.

"Quand tu est passionné de musique tu rebondis d'époque en époque, de disque en disque."

 

En ce moment il y a beaucoup de disques de cette période-là qui sont réédités : Nevermind de Nirvana, Bakesale de Sebadoh, l'intégrale de Dominique A, il y a la reformation de Dinosaur Jr, Mudhoney va jouer aux Nuits Sonores à Lyon... Que pensez-vous de ce revival 90's ?
C'est un grand classique, on a vécu ça avec les années 80 dans les années 90, avec les années 70 dans les années 80. Il y a toujours un moment où on regarde en arrière. Les gens vieillissent et nous font un petit coup de nostalgie de leur jeunesse. Après, ce qui est chouette avec certaines reformations comme Dinosaur Jr., Pavement ou Sebadoh, c'est que les choses ont vraiment été bien gérées, c'est bien fait. Tu sens que les mecs se font plaisir. Ça casse un peu cette idée de la reformation un peu pathétique du vieux groupe. L'aspect financier n'est pas à écarter mais je pense qu'il n'y a pas que ça. Un groupe comme Dinosaur Jr. qui s'était vraiment quitté de manière assez violente en est à son troisième album post-reformation.

Vous dites souvent que la culture musicale se construit pendant les dix premières années...
Oui, à un niveau personnel là où tu te construis musicalement ce sont les dix premières années où tu écoutes de la musique. Moi ce sont les années 90, c'est là que j'ai découvert tout ce qui m'a un peu constitué, Slint, Codeïne, des choses comme ça, même si je ne suis pas bloqué là-dessus. Quand tu est passionné de musique tu rebondis d'époque en époque, de disque en disque. La musique c'est quelque chose qui se construit, se reconstruit, se détruit, se reconstruit. Ça fonctionne par cycle, par influence, c'est un jeu de pistes. Après c'est vrai qu'il y a une période de construction qui sert de base à laquelle on revient toujours. Avec l'âge on fait aussi beaucoup plus le lien entre les choses qui sortent aujourd'hui et des choses qu'on a déjà entendu dans le passé, donc il y a des choses qui me surprennent moins. De la même façon, certains des groupes qui m'ont marqué dans les années 90, n'ont pas forcément été essentiels dans l'histoire de la musique. L'idée, elle n'est pas là. C'est du rock, de la pop, on n'écrit pas des livres, on fait de la musique, on va en concert, on bouge la tête ou pas. Il y a de la place pour tout le monde.

Vous avez déjà commencé à travailler sur un prochain album ?
Oui, je commence à écrire des choses, débroussailler un petit peu, à essayer de trouver une direction pour essayer de continuer ce qui a été commencé tout en ne refaisant pas le même album.

Vous vous concentrez uniquement là-dessus ou il y a d'autres projets en vue ?
Non, j'ai tout arrêté à côté. Avec Diabologum, on ne rejouera pas. Expérience est définitivement mort. Le projet Binary Audio Misfits, je l'ai mis de côté aussi. Jusqu'à aujourd'hui me suis toujours un peu éparpillé sur plein de choses, ce que je ne regrette pas puisque j'ai travaillé avec plein de gens intéressants et toujours fait des choses dont je suis fier. Mais j'ai quand même un peu envie de me concentrer sur moi et puis je n'ai plus autant de temps que quand j'avais 25-30 ans. A côté, j'ai une vie personnelle et je ne peux pas être partout.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival Ninkasi : par ici la rentrée ?

Ninkasi | Histoire d'attaquer la saison automnale à la gorge et peut-être de forcer le destin des concerts post-Covid, le Ninkasi a remis sur la table son festival de rentrée, avec les moyens du bord mais pas mal de talent, dans l'organisation et sur scène. 34 artistes, 20 lieux, 97% de locaux, 100% de fun. Et surtout des concerts, nom de dieu !

Stéphane Duchêne | Mercredi 15 juillet 2020

Festival Ninkasi : par ici la rentrée ?

Alors, certes on ne sait pas si la saison automnale aura lieu mais son lancement lui, oui — enfin si tout va bien — grâce au Festival Ninkasi, qui se veut depuis sa création l'an dernier le starter de la saison. Peut-être faut-il y voir pour le brasseur de bière et de culture, une manière de forcer le destin. De rester positif et de conserver quelques perspectives comme le clame le patron Christophe Fargier. Bien sûr, le Ninkasi a dû s'adapter à la situation et c'est une programmation en circuit beaucoup plus court (pas d'internationaux, parce que Covid, frontières et tout le bazar) qui s'annonce — et même plus que cela puisqu'on compte 97% de locaux, chiffre officiel confié par Fabien Hyvernaud, directeur général de Ninkasi Musiques qui s'exprime ci-dessous —, constitué notamment de quelques reports de concerts du printemps mais pas que. Pour tout voir du 5 au 13 septembre, il faud

Continuer à lire

The Fall, chute libre

Critique | Pour son deuxième tribute à une figure éteinte mais toujours lumineuse du rock, à paraître le 15 novembre, Teenage Hate Records a fait plancher la scène rock française (et partiellement lyonnaise) sur l'oeuvre abyssalle et atrabilaire d'un pilier du post-punk : The Fall et feu son lider maximo Mark E. Smith.

Stéphane Duchêne | Mardi 12 novembre 2019

The Fall, chute libre

S'il est un groupe qui ne se laisse pas approcher facilement c'est bien The Fall. Essayer d'en reprendre les morceaux insaisissables, à piocher dans une discographie qui compte en tout (studio, live, compilation) plus d'une centaine d'albums, revient à risquer le saut de la foi dans le cratère d'un volcan. Quant à se glisser dans la peau inhabitable du regretté Mark E. Smith (décédé début 2018), l'exercice requiert l'équivalent de la production mondiale de vaseline. Cela n'a pas eu l'heur d'effrayer le label lyonno-viennois Teenage Hate, artisan producteur de quelques excellents groupes du crû (The Scaners, Off Models, Hi-

Continuer à lire

Un Bermuda X et Q à la fois

Recueil | Malgré un contexte tendu (et l’étonnante absence d’aides régionales à la publication ou à la diffusion) le tome 10 de Bermuda — le fameux recueil (...)

Vincent Raymond | Mardi 5 juin 2018

Un Bermuda X et Q à la fois

Malgré un contexte tendu (et l’étonnante absence d’aides régionales à la publication ou à la diffusion) le tome 10 de Bermuda — le fameux recueil d’histoires plus ou moins courtes édité depuis 2007 par la vaillante librairie Expérience — continue plus que jamais de soutenir la création locale en offrant aux jeunes talents du scénario, de l’illustration et de la couleur un splendide écrin valant certificat de haute aptitude artistique. C’est grâce à la générosité de 181 contributeurs réunis sur le site participatif KissKissBankBank que le millésime 2018 voit le jour. Et de même que les joues vont par deux, ce florilège se présente sous la forme d’une belle paire d’albums. Le premier, d’une facture habituelle, revêtu d’une robe signée par le tandem Jérôme Jouvray/Anne-Claire Jouvray compte 246 pages ; le second serait plutôt… dévêtu par Keramidas puisqu’il recèle en son sein 184 pages d’historiettes bien lestes, légitimant le “X“ frappant (oh oui) sa couverture. Pour vingt euros chacun, c’est une sarabande d’une cinquantaine d’auteurs que vous pouvez vous me

Continuer à lire

Le Projet Bermuda a eu chaud

Lyon BD Festival | Depuis 2007, les beaux jours annoncent la sortie de Bermuda, l’indispensable recueil “d’histoires en BD plus ou moins longues” d’auteurs rhônalpins (et (...)

Vincent Raymond | Mardi 6 juin 2017

Le Projet Bermuda a eu chaud

Depuis 2007, les beaux jours annoncent la sortie de Bermuda, l’indispensable recueil “d’histoires en BD plus ou moins longues” d’auteurs rhônalpins (et d’Auvergne aussi désormais). Voulue et éditée par la précieuse librairie Expérience, cette photographie annuelle de la jeune création locale, est de surcroît relayée auprès des éditeurs qui tous reçoivent gracieusement l’un des 700 exemplaires. Bénéficiant jusqu’à présent d’une modeste subvention de la Région les aidant à couvrir une partie de leurs frais d’édition, les libraires s’en sont trouvé privés cette année. Grâce au soutien de fidèles réunis via la plateforme collaborative KissKissBankBank, ils ont récolté de quoi éviter d’en être trop de leur poche : 2665 € sur les 2000 € initialement espérés à l'heure où nous bouclons — loin du budget total de 12 000 € ! Cet apostolat onéreux mériterait d’être distingué l’an prochain par le Prix Ly

Continuer à lire

Le paradis des astronomes en culotte courte

Planétarium de Vaulx-en-Velin | Dans la cour de récré dès la rentrée, vos enfants feront de vous des stars, si vous les emmenez du côté de Vaulx-en-Velin, au Planétarium : quel autre parent pourrait rivaliser ? Les vôtres auront marché sur la Lune et construit une fusée...

Antoine Allègre | Mardi 18 octobre 2016

Le paradis des astronomes en culotte courte

« Papa, d'où elles viennent les étoiles ? » Dans la vie d'un parent, cette question finit par tomber de façon sentencieuse. Et cette interrogation met en lumière vos notions en cosmogonie du commun des mortels, qui sont malheureusement limitées au ras de la croûte terrestre. Dieu merci, il existe dans la métropole lyonnaise des équipements de haute volée qui ne feront plus passer les géniteurs/trices pour des astrophysiciens du dimanche. En premier lieu : le Planétarium de Vaulx-en-Velin. Inauguré en 1995, le site a eu droit en 2013 à un sérieux lifting. Dans sa salle de projection disposant d'un dôme écran à 360° et de 15 mètres de diamètre, on perce — en famille — les insondables secrets des phénomènes célestes. Dans l'exposition permanente baptisée Du Big Bang au grain de sable, on en apprend plus sur la conquête spatiale ou encore sur la formation de notre univers grâce à des outils interactifs et immersifs. En parallèle à ce parcours bien balancé, le Planétarium propose à ses juvéniles visiteurs des laboratoires et des ateliers. Les enfants à partir de 3 ans pourront participer à des séances d

Continuer à lire

Michel Cloup, debout

Rock | C'était en mode plus qu'intime que Michel Cloup avait en solo (en forme de duo, mais marqué pour la première fois de son vrai nom) fini par « recycler (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 26 avril 2016

Michel Cloup, debout

C'était en mode plus qu'intime que Michel Cloup avait en solo (en forme de duo, mais marqué pour la première fois de son vrai nom) fini par « recycler cette colère » qui a toujours été la sienne, lui le bâtisseur d'hymnes à la moue. Le deuil marquait ainsi puissamment, indélébile, l'immense Notre silence, avant que la meurtrissure du couple blessé ne vienne remuer Minuit dans tes bras. Et voilà que pour son déjà troisième album solo (même remarque que précédemment, même si le batteur Patrice Cartier laisse place à Julien Rufié), Ici et là-bas, investit le terrain d'une révolte on ne peut plus en phase avec la période. À l'heure où le peuple, ou ce qu'il en reste, se lève la nuit à la recherche d'une solution, Cloup acte la disparition de la classe ouvrière (La classe ouvrière s'est enfuie) et la difficulté à dire nous (Nous qui n'arrivons plus à dire nous). Les deux titres étaient annonciateurs de ce disque où Cloup retrouve quelque chose de sa jeunesse énervée et éternelle, qui plus est mûrie et nourrie d'un travail sur ses origines (là encore des chansons qui s'ancrent toutes seules dans la chair de l'actualité).

Continuer à lire

Sir Jean, Black Lyon

Portrait | Vous l’avez certainement vu sur une scène ou une autre, ces vingt-cinq dernières années : des Crazy Skankers au Peuple de l’Herbe, en passant par Meï Teï Shô, Sir Jean a été le frontman de quelques-uns des groupes les plus importants de la ville. Le Sénégalais revient cette semaine avec le NMB Afrobeat Experience.

Sébastien Broquet | Mardi 19 avril 2016

Sir Jean, Black Lyon

C’est par accident que tout est arrivé, dit-il en contant l’anecdote l’ayant amené à se saisir d’un micro la première fois. L’on parle de sa carrière de chanteur protéiformes ; même si carrière est un mot bien inapproprié pour cet homme voguant au gré des rencontres, attiré par ses semblables et toujours tourné vers l’Autre. Si pour certains cela pourrait se traduire par une forme de dilettantisme, lui n’en a cure : il a croisé sur sa route nombre de ses héros, dont l’un, le batteur de Steel Pulse, Steve "Grizzly" Nisbett, lui fit changer son regard au moment opportun. C’était avant un concert des Crazy Skankers, ce groupe de ska précurseur en France. Jean Gomis insista pour aller voir ce grizzly qui l’impressionnait tant, à défaut d’assister à son concert prévu en même temps que celui des Skankers. Il lui demanda un conseil, un seul. Steve Nisbett lui griffonna sur un bout de papier : « Love what you do. » Le papier mit longtemps à quitter la poche du chanteur, le conseil l’habite encore aujourd’hui. Car Jean Gomis, alors, n’en voulait pas de cette carrière de chanteur qui se profilait, même s’il adorait sa bande de potes bien Crazy. Lui, arrivé en F

Continuer à lire

Les 10 concerts à voir en avril

MUSIQUES | Sortez vos agendas : voici dix concerts à ne pas manquer ce mois-ci ; du show latino où emmener votre maman à l'indie pop dépressive où s'oublier. Par Stéphane Duchêne & Sébastien Broquet.

Sébastien Broquet | Jeudi 14 avril 2016

Les 10 concerts à voir en avril

Get Well Soon Quand il est apparu au monde de la pop chercheuse et bien mise, rayon dandy touche à tout, le Mannheimois Konstantin Gropper évoquait aussi bien Beirut que Radiohead, Arcade Fire que Magnetic Fields. Génie solitaire, il a prouvé par la suite qu'il était capable de partir dans toutes les directions et c'est davantage en mode crooner qu'il nous revient, genre Neil Hannon chevalier teutonique, avec un album LOVE, rempli d'amour (fut-il tordu comme sur le single It's Love) et de tubes à emporter. LOVE en live, on pressent que ça va le faire. À l'Épicerie Moderne le samedi 16 avril Calexico On l'a souvent dit, Calexico, c'est comme les genêts ou les bêtes à cornes, c'est encore Jean-Louis Murat qui en parle le mieux : « Oui, je vois mieux qui je suis, moi, là, avec Calexico » chantait l'Auvergnat avec façon sur son Viva Calexico circa Mustango (1999). Le duo Joey Burns/John Convertino et sa bande d'arizonards de Tucson, après une

Continuer à lire

La librairie Expérience renfile son "Bermuda"

CONNAITRE | Des contributions du couple Jouvray (voir page précédente) et de Fred Salsedo – encore un talentueux pensionnaire d’Émile Cohl, connu principalement pour (...)

Benjamin Mialot | Mardi 9 juin 2015

La librairie Expérience renfile son

Des contributions du couple Jouvray (voir page précédente) et de Fred Salsedo – encore un talentueux pensionnaire d’Émile Cohl, connu principalement pour son travail sur la délirante série de piraterie Ratafia – une couverture de B-Gnet (voir page précédente aussi), une quatrième de couverture co-signée par les néo-Lyonnais Guillaume Long (voir où vous savez) et Anouk Ricard – dont le dessin, sorte d'art brut anthropomorphique, véhicule aussi bien leçons de vie que blagues cochonnes, selon qu'elle porte sa casquette d'illustratrice jeunesse ou celle de bédéiste underground : pour le septième volume de son recueil d'histoires courtes Bermuda, la librairie Expérience ne s'est pas refusée grand chose. Et surtout pas la traditionnelle dédicace géante qui accompagne chaque année la parution de ce projet pensé comme un instantané de la jeune création graphique locale – on l'avoue sans honte, la moitié à peine de la trentaine de noms au générique de cette septième cuvée nous est familière. Elle se déroulera cette année sur le seuil même de la boutique vendredi 12 juin de 14h à 20h et le lendemain de 10h à 22h – merci le ravitailleme

Continuer à lire

Near Death Experience

ECRANS | L’errance suicidaire d’un téléopérateur dépressif en maillot de cycliste, où la rencontre entre Houellebecq et le tandem Kervern / Delépine débouche sur un film radical, peu aimable, qui déterre l’os commun de leurs œuvres respectives : le désespoir face au monde moderne. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 9 septembre 2014

Near Death Experience

Un jour comme les autres, Paul, téléopérateur chez Orange, décide de mettre fin à ses jours. Il laisse sa famille sur le carreau, enfile son maillot de cycliste Bic et part se perdre dans la montagne. Near Death Experience enregistre son errance suicidaire comme un retour à l’état primitif, tandis qu’en voix-off ses pensées sur le monde et sur sa triste existence bientôt achevée se déversent. Après la déception provoquée par Le Grand Soir, dans lequel leur cinéma de la vignette sarcastique virait au système, Gustave Kervern et Benoît Delépine effectuent une table rase radicale. Il n’y a à l’écran qu’une âme qui vive, celle de Michel Houellebecq, dont le tempérament d’acteur a été formidablement défloré par l’excellent L’Enlèvement de Michel Houellebecq ; les autres personnages sont des silhouettes dont on ne voit la plupart du temps même pas le visage, sinon ce marcheur avec lequel Paul entame une partie de Je te tiens, tu me tiens par la barbichette… Cette nudité est renforcée par une image sale et bruitée, fruit d’un tournage en équipe rédui

Continuer à lire

Le bruit et la pudeur

MUSIQUES | A "Notre silence", disque étouffant et sublime, le Michel Cloup Duo offre avec "Minuit dans tes bras" un successeur aux subtiles variations sur les mêmes thèmes chers au plus grand pompier pyromane du rock français. Un album qui, entre claques et étreintes bienveillantes, prend quoi qu'il en soit l'auditeur à bras le corps avec la plus grande des pudeurs. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 11 mars 2014

Le bruit et la pudeur

Pour Minuit dans tes bras, deuxième album sous son nom mais pas pour autant solo, Michel Cloup a descellé les parenthèses de "Michel Cloup (Duo)". Lesquelles semblaient marquer une appréhension à se produire seul tout en étant le stigmate d’un album trop personnel pour être pleinement assumé à deux en dépit d'un titre, Notre Silence, qui pouvait laisser penser le contraire. Mais à l’époque ce silence, assourdissant et corrosif, était encore celui de l’homme Cloup : un album de deuil, un cri de douleur poussé face contre terre et chargé de «recycler cette colère» trop lourde à porter. Désormais Michel Cloup Duo assume sans faux-semblant la présence du deuxième élément de la formation, le batteur et fidèle parmi les fidèles Patrice Cartier. Après ces parenthèses marquant aux fers rouges le début de l’aventure Michel Cloup, le Toulousain peut reprendre ses travaux pratiques d'autopsie d’un quotidien bancal et de la désagrégation d'un sentiment amoureux à l'obsolescence programmée, sans pour autant être fatale (les deux morceaux de bravoure que sont Nous vieillirons ensemble, J’ai peur de nous).

Continuer à lire

Godspeed You ! Black Emperor

MUSIQUES | Allelujah ! Don't Bend ! Ascend ! (Constellation.Differ-ant)

Stéphane Duchêne | Mardi 30 octobre 2012

Godspeed You ! Black Emperor

C'est des manières de revenir ça ? Pas de disques pendant dix ans – mais des projets parallèles en pagaille – et un premier titre de vingt minutes qui vous colle au mur, un bazooka sur la tempe, sous le doux nom de Mladic. Oui, Mladic, comme le sémillant boucher de Srebrenica – bon, n'y voir aucun hommage, c'est pas le genre de la maison. D'ailleurs ce n'a jamais été le genre Godspeed que de faire les choses comme tout le monde, on l'aura compris de longue date. Toujours est-il qu'alors qu'il fête en grande pompe les 15 ans de Constellation records – avec, entre autres réjouissances, trois jours de festivités à Berne en novembre – quand tant d'autres labels indépendants ramassent leurs dents ou se font poser des ratiches en plaqué or par des majors, le collectif fait un come-back impressionnant. Car, qu'on se le dise, malgré les années de silence discographique, Godspeed You ! Black Emperor n'a rien perdu de son esprit guerrier. Et a su rester cette formation commando qui envoie ses forces spéciales dans les coins les plus reculés de la musique pour en exfiltrer des sons et des ambiances que personne n'aurait été en mesure d'aller chercher. Un peu comme dans les

Continuer à lire

Rompre le silence

MUSIQUES | Tout au long de l'album, l'ambiguïté demeure. Deuil ? Séparation ? Les deux ? Un «je», des «tu», comme un dialogue intérieur avec la (les) personne(s) (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 3 février 2012

Rompre le silence

Tout au long de l'album, l'ambiguïté demeure. Deuil ? Séparation ? Les deux ? Un «je», des «tu», comme un dialogue intérieur avec la (les) personne(s) perdue(s) auquel serait invité l'auditeur. Est-ce qui rend cet album si bouleversant ? Sans doute. Au fond, peu importe de savoir car c'est une histoire «universelle, banale, mon histoire, notre histoire», comme il le murmure en préambule de l'album, avant que ne commencent les choses sérieuses. Ce sont les premières notes de Cette colère, manière de comptage d'abatis après un ouragan intime. C'est l'un des plus beaux morceaux écrits par Michel Cloup depuis longtemps. Sur un fond de guitares post-rock ascensionnelles Cloup scande : «Recycler cette colère / Car aujourd'hui plus qu'hier / Cette colère reste mon meilleur carburant». C'est le Cloup de Diabologum et d'Expérience, écorché vif et révolté, celui qui imaginait «de

Continuer à lire

Une vie de Cloup :

MUSIQUES | Lucie Vacarme (1988-1992) Nourri de la scène noise américaine et du shoegazing anglais, Michel Cloup et des amis fourbissent leurs premières armes avec (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 février 2012

Une vie de Cloup :

Lucie Vacarme (1988-1992) Nourri de la scène noise américaine et du shoegazing anglais, Michel Cloup et des amis fourbissent leurs premières armes avec tous les défauts et la fougue de la jeunesse. Et une première signature sur le label Lithium.   Diabologum (1990-1998) Le groupe culte (voir interview et encadré), fondé avec Arnaud Michniak (futur Programme), symbole d'un âge d'or du rock français, aux frontières de l'expérimentation. Trop vite séparé et trop brièvement reformé l'an dernier.   Peter Parker Experience (1993) Entre les deux premiers albums de Diabologum, Cloup mélange en solo avant-garde lo-fi et pop, donnant quelques clés pour la suite.   Experience (1998-2010) Après Diabologum, Michel Cloup panse les plaies de la s

Continuer à lire

Un disque à la gum : retour sur #3, l'album culte de Diabologum

MUSIQUES | «Les Diabologum ne sont rien et leurs zélateurs moins que rien». À la sortie de #3 en 1996, le bien nommé troisième album de Diabologum provoque des réactions (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 2 février 2012

Un disque à la gum : retour sur #3, l'album culte de Diabologum

«Les Diabologum ne sont rien et leurs zélateurs moins que rien». À la sortie de #3 en 1996, le bien nommé troisième album de Diabologum provoque des réactions épidermiques. Celle-ci est signée Rock & Folk, qui qualifiera les Toulousains de «groupe à la gomme». C'est que #3 surprend, comme une gifle à laquelle on ne s'attend pas. Jusque-là, sur C'était un lundi après-midi semblable aux autres ou Le Goût du jour, Diabologum, formé en 1990 et signé sur le mythique label Lithium, véritable labo du rock et d'une chanson française non encore affublée de l'épithète à claques «nouvelle», évolue dans l'expérimentation (collages, samples, critiques des médias et de l'art officiel) et le second degré lo-fi et low-profile. #3, dont la pochette nuageuse est affublée de cette phrase Ce n'est pas perdu pour tout le monde, c'est une toute autre mayonnaise : un laboratoire dans le laboratoire, du bromure dans le Lithium, dont l'art, au cynisme et à l'idéalisme réversibles, culmine ici dans un surprenant fatras sonique jonché de saillies crypto-situationnistes qui n'ont pas vieillies d'un

Continuer à lire

Musicophilia

MUSIQUES | Rock, électro, rap — Automne au balcon, printemps au diapason. Trêve des confiseurs et ripailles de Noël digérées, les salles lyonnaises remettent le couvert pour une saison musicale quasiment au niveau de celle que l'on vient de vivre. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 20 décembre 2011

Musicophilia

Ici, on n'est pas du genre à dire «on vous l'avait bien dit», mais avouez qu'on vous l'avait bien dit : l'automne a été particulièrement riche en (bon) cholestérol musical. Et au vu de ce qui se profile dans la première moitié de l'année, on n'a pas fini de saucer. Commençons par une fin en beauté excentrique avec la reine Björk de Biophilia aux Nuits de Fourvière. Un événement ! De même pour la venue le 26 mars à l'Epicerie Moderne de l'immense Jonathan Richman. Une Epicerie qui continuera de régaler cette saison avec le néo-rocker Hanni El-Khatib (26/02), un co-plateau international Piers Faccini (anglo-italo-quasi français) et Chad Van Gaalen (Canadien) le 15 mars, ou encore, la veille, ce sombre illuminé de Daniel Darc. Le printemps fleurera d'ailleurs bon le vieux chanteur «françois» révolté avec un Miossec très rock le 7 février au Transbo mais aussi, le 10, Michel Cloup (ex-Diabologum et Expérience) qui présentera son sublime album solo Notre Silence au Clacson. En dépit de ses difficultés actuelles avec le silence justement, la salle d'Oullins ne désarme pas pour autant avec une progra

Continuer à lire

Girlfriend experience

ECRANS | De Steven Soderbergh (ÉU, 1h25) avec Sasha Grey, Chris Santos…

Dorotée Aznar | Vendredi 3 juillet 2009

Girlfriend experience

Exception faite du fulgurant Bubble, on doit confesser une certaine perplexité quant à la tournure que prend la carrière de Steven Soderbergh, sur sa propension à s’emparer de récits lourdement convenus et à les pétrir d’expérimentations narratives absconses. Ici, il suit le quotidien d’une call-girl dont la spécialité est de se faire passer pour la petite amie de ses clients, sur fond d’élection présidentielle américaine et de crise économique. Théoriquement, le sujet aurait pu être passionnant, mais dans les faits, Soderbergh aligne les scènes de dialogues interminables filmées à une froide distance, emprisonne le spectateur dans un processus dramatique totalement hermétique, à la prétention mal digérée dans sa volonté de mise en abyme des événements par rapport à l’actualité du moment. Un supplice auteuriste dont le seul avantage est sa courte durée… FC

Continuer à lire