Les zones d'ombre de Gesaffelstein

MUSIQUES | Sacré nouveau champion de la techno française après la sortie très remarquée de son premier album "Aleph" fin octobre, Gesaffelstein est avant tout le dernier héritier en date d’une longue lignée d’artistes dédiés au versant le plus sombre des musiques électroniques. Décryptage. Damien Grimbert

Damien Grimbert | Mercredi 6 novembre 2013

Emergée en plein cœur de l'effervescence stylistique du début des années 80, toute une scène artistique européenne a contribué à l'établissement d'une esthétique sombre au cœur des musiques électroniques : DAF, Cabaret Voltaire, Throbbing Gristle, Esplendor Geometrico, Front 242, Nitzer Ebb… Loin de la chaleur, du groove et de l'euphorie de la house music, ces derniers privilégiaient rythmiques martiales sèches et tranchantes, beats plombants et nappes synthétiques oppressantes pour exprimer au mieux leurs émotions contrastées. Un héritage musical qui va marquer durablement toute une génération d'artistes techno français, qui ne tarderont pas à introduire ces influences underground dans leurs compositions. On pense bien entendu à The Hacker, mais aussi à des artistes comme David Carretta, Terence Fixmer, Arnaud Rebotini…

Cette deuxième génération, née dans les années 70, Gesaffelstein n'en fait pas partie. Né à Lyon en 1985, Mike Levy de son nom de baptême aurait pu, comme tant d'autres, céder aux sirènes de Daft Punk, Justice et la French Touch 2.0. Mais s'il côtoie et remixe avec plaisir tout ce petit monde avec lequel il se retrouve fréquemment à jouer en soirée, sa vraie passion est plus à chercher du côté de l'Electro Body Music (EBM) belge et de la techno de Detroit. Question de tempérament…

 

Variations

 

Et du tempérament, Gesaffelstein semble en avoir à revendre. Pas d'études, pas mal de conneries de jeunesse… À l'âge de 18 ans, il quitte Lyon pour la capitale sans y connaître personne et se plonge tête la première dans la musique. À 21 ans, il fait la connaissance de The Hacker et lui fait passer un disque. Deux ans plus tard, en 2008, sort Modern Walk, son premier EP sur Goodlife Records. La rencontre avec The Hacker, le jeune artiste la décrit comme déterminante. En interview, il est intarissable sur le rôle de son mentor, ami et «père musical», dans l'évolution de sa carrière. Une filiation d'autant plus touchante qu'il n'est par ailleurs pas du genre à jouer les compromis.

Signé sur trois labels différents (Zone Music, Turbo, sur lequel il sort la remarquée trilogie d'EPs Variations, Conspiracy Part I & Part II entre 2010 et 2011, et plus récemment Bromance, le label de Brodinski), Gesaffelstein joue au contraire la carte de la continuité et de l'homogénéité totale d'un morceau à l'autre, creusant inlassablement le même sillon jusqu'à ce que chaque son, chaque texture, chaque rythme soit poli, sculpté et peaufiné de manière à s'intégrer parfaitement au reste de son œuvre. Un dévouement sans faille qui paie dans les enceintes. Loin des tubes éphémères, chacun des morceaux composés par Gesaffelstein porte la marque indélébile de son auteur : atmosphère sombre et obsédante, puissance et énergie rythmique… Une invitation à la danse qui n'occulte jamais la dimension émotionnelle. Effet garanti sur le dancefloor.

 

Renouveau

 

Aussi remarquables soient-elles, ces qualités ne suffisent pourtant pas à elles seules à expliquer le succès tant critique que public remporté par Aleph, couvert d'éloges aussi bien en France qu'outre-Atlantique. Si l'album évite sans mal l'écueil de la "compilation de singles" auquel se heurtent fréquemment les auteurs d'EPs à succès, enchainant petites bombes pulsatiles (Pursuit, Obsession…), réminiscences acid (Duel), hommages EBM appuyés (Hate or Glory) et morceaux purement atmosphériques (Piece of Future) avec une belle consistance, il voit également Gesaffelstein s'ouvrir à des horizons nouveaux. Comme sur le surprenant Hellifornia, instrumental minimaliste ouvertement hip hop dont les infrabasses démesurées ne dépareraient pas sur un morceau de trap music made in Atlanta. Un appel du pied à l'imaginaire (gangsta-)rap également présent dans le clip d'Hate or Glory, et qui prend une dimension nouvelle lorsque l'on se rappelle que le producteur était aussi à l'œuvre (aux côtés de Brodinski) sur deux titres du dernier album de Kanye West.
 

Bien que relativement discret, ce chassé-croisé d'influences n'a ainsi pas échappé au public américain, qui, après s'être enivré jusqu'à plus soif des déclinaisons les plus fluo-putassières de l'"Electronic Dance Music" (de David Guetta à Deadmau5 en passant par Skrillex), semble désormais prêt à coopter une musique électronique plus sombre plus froide, et surtout plus consistante. Et c'est peut-être là, au final, que se situe la principale contribution de Gesaffelstein au genre : à défaut de lui avoir réinventé un futur, il a permis aux jeunes générations de découvrir, par le biais de sa musique, son héritage stylistique le plus noir et sans compromis. Pour notre part, on sera bien les derniers à s'en plaindre...

 

Gesaffelstein
Au Transbordeur, jeudi 14 novembre


Gesaffelstein


Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque - Semaine du 18 au 25 décembre

MUSIQUES | Les 3 RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le cinquantième Puzzle Rumble à La Marquise, Haste reçoit SNTWN au Club Transbo et Nous sommes 2014 au Double Mixte. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 10 décembre 2013

Insomniaque - Semaine du 18 au 25 décembre

19.12 Puzzle Rumble #50 Comment fait-on tenir 16 DJ et 2 MC dans une péniche ? Comme on fait entrer quatre éléphants dans une 2 CV, pourrait répondre l'association Totaal Rez, qui s'est lancée ce défi insensé à l'occasion de la cinquantième de sa résidence à La Marquise. Au-delà de l'exploit, la soirée a surtout le mérite de dresser un véritable panorama de la bass music lyonnaise, de ses locomotives (le turntablist multiprimé Groove Sparkz) à ses étoiles montantes (Salaryman et sa drum'n'bass itinérante, Dual Shock et son dubstep asphyxiant) en passant par ses parrains de l'ombre (le podcasteur fouineur Freddypogo). 20.12 Haste & Friends Avant de passer les fêtes en famille, le collectif Haste fait la fête

Continuer à lire

La rentrée musicale en dix dates

MUSIQUES | Nous ne savions pas dans quelle case faire entrer les dix concerts qui suivent. Mais ils sont tout autant que ceux couverts par nos panoramas, si ce n'est plus, des jalons incontournables de ce début de saison musicale. Stéphane Duchêne, Benjamin Mialot et Térence Caron

Benjamin Mialot | Mardi 24 septembre 2013

La rentrée musicale en dix dates

Born Ruffians Les quatre Canadiens de Born Ruffians avaient produit leur petit buzz en 2008 avec Red, Yellow and Blue, un disque d'indie rock de campagne galopant, joué sans effet, avec humour, en direct du garage de maman. Autant fans de country que de funk ou tout simplement de pop sophistiquée, ils sont surtout imprévisibles et là est tout leur talent. Après Say It, disque attachant où la recette se faisait encore plus raffinée et complexe, Birthmarks, le petit dernier, les voit basculer dans des sphères dansantes, électro-pop même (Permanent Hesitation, Rage Flows), tout en gardant leur versatilité. Un son plus "club-friendly" qui a séduit le brasseur Grolsch et le Sucre, mais qui s'estompera derrière les grosses guitares et la liste de tubes impeccables du groupe. Au Sucre, jeudi 3 octobre

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 10 au 16 avril

MUSIQUES | 12.04 Carte blanche à Anton SerraAprès celui de Lucio Bukowski, c'est au tour du premier album d'Anton Serra de certifier la bonne santé de L'Animalerie, (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 5 avril 2013

Insomniaque - Semaine du 10 au 16 avril

12.04 Carte blanche à Anton SerraAprès celui de Lucio Bukowski, c'est au tour du premier album d'Anton Serra de certifier la bonne santé de L'Animalerie, collectif rapologique multicéphale que nous n'avons de cesse de brosser dans le sens du poil (soyeux le poil). Il en fêtera la parution au Marché Gare, en compagnie de ses acolytes à crinière bien sûr (et de La Microfaune, autre chouette bande de kickeurs lyonnais), le temps d'une carte blanche qui, connaissant la sympathie et la vitalité de tout ce petit monde, devrait rapidement virer à la teuf entre potes.   12.04 Club 69Prenez un magazine culturel de qualité (Snatch) et un organisateur de neverending parties au goût sûr (Mercredi Production). Enfermez-les dans une salle de réunion sans fenêtre, laissez-les tempêter du c

Continuer à lire

Nuits Sonores – Samedi 19 - Report

MUSIQUES | Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 4. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Dimanche 20 mai 2012

Nuits Sonores – Samedi 19 - Report

Trois sur neuf. Nous n'avons deviné les noms que de trois des neuf invités qui, hier, se sont relayés jusqu'au petit jour aux platines de la secret stage des anciennes usines Brossette. Même pas la moyenne. Nulle incompétence derrière ce pronostic de parieur mutuel urbain du dimanche, seulement le reflet du crédit que l'on accorde à Nuits sonores. Quitte à éprouver des regrets là où tout ne devrait être que gratitude.     Stage divin Il faut reconnaître qu'Arty Farty nous a fait un beau cadeau avec ce secret stage, foulé dans l'ordre par Clara Moto, The Hacker, Gesaffelstein, Oxia, Dixon, un Ricardo Villalobos tout juste remis de son examen du très exigeant catalogue du label ECM aux Célestins, Brodinski, Agoria et Laurent Garnier. Reconnaître également que, même si nous étions en attente d'une surprise qui n'est jamais venue, d'un

Continuer à lire