Un beau feu de Joy

Benjamin Mialot | Mardi 25 mars 2014

On dit que la vie ne tient qu'à un fil. Elle tient en vérité à une lettre. A une consonne (et cinq décennies) près, Joy Orbison aurait pu être un éternel amant éconduit, dont le coffre de baryton, vulnérable et pourtant chéri par des mâles aussi dominateurs qu'Elvis Presley et Bruce Springsteen, peinait à contenir les peines d'une vie en forme de malédiction. Né Peter O'Grady, ce Londonien âgé d'à peine un quart de siècle est en fait l'un des producteurs les plus représentatifs du syncrétisme propre à la scène électronique britannique des années 2010, depuis qu'il a combiné l'insouciance de la house et la subterranéité du dubstep en une musique aussi pulsative qu'expérimentale, suscitant au passage quelques heureuses vocations (notamment chez Disclosure).

Le morceau s'appelait Hyph Mngo et, cinq ans après sa parution, on ne sait toujours pas s'il se prête plus au popping (la fameuse "danse du robot") ou à un bon vieux fist pump. Des singles pareillement équivoques - basses résonnant sous le niveau de la mer contre claviers mappant l'horizon, rythmes mal dégrossis contre inserts vocaux clinquants -, Orbison en a une petite quinzaine à son actif, du curieusement tribal BRKLN CLLN au très intentionnel EllipsisWe just used to like... do our own thing», y répète un sample du duo Source Direct), sans compter ses plus menaçantes collaborations avec son compatriote Boddika, marquées au fer gris de la techno (et inaugurées avec un Mercy d'une glorieuse répétitivité). Largement de quoi garnir un premier album qu'on n'en finit plus d'attendre.

Benjamin Mialot

Joy Orbison [+ Gerd Janson + Perrine]
Au Sucre, vendredi 28 mars


Joy Orbison

+ Gerd Janson + Perrine
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque

MUSIQUES | 26.12 Children of the Drum Maintenant que vous savez tout ce qu'il y a à savoir sur les réjouissances du 31 décembre (cf. le supplément "langues de (...)

Benjamin Mialot | Mardi 22 décembre 2015

Insomniaque

26.12 Children of the Drum Maintenant que vous savez tout ce qu'il y a à savoir sur les réjouissances du 31 décembre (cf. le supplément "langues de belles-mères et mousseux non labellisés" du numéro précédent), il est temps de vous entretenir de l'autre embouteillage nocturne de la fin d'année : celui du 26 décembre. Le lendemain de la Noël, vous pourrez notamment exhiber vos Converse Chuck II flambant neuves au Sucre, où le spécialiste ès musiques électro-sensuelles Pablo Valentino reçoit Mike Huckaby, long time pourvoyeur de house d'origine contrôlée (Detroit) et expert reconnu en jazz aérospatial.

Continuer à lire

L'Angleterre en force à Nuits Sonores

MUSIQUES | Daniel Avery / Shackleton On l'a découvert de jour l'an passé, cette fois c'est de nuit que l'on pourra prendre la mesure de la versatilité du ténébreux (...)

Benjamin Mialot | Mardi 12 mai 2015

L'Angleterre en force à Nuits Sonores

Daniel Avery / Shackleton On l'a découvert de jour l'an passé, cette fois c'est de nuit que l'on pourra prendre la mesure de la versatilité du ténébreux rouquin, qui plus est sur une scène toute entière dédiée à la résidence qu'il anime à la mythique Fabric. Depuis Drone Logic, Daniel Avery n'a rien produit. Pas grave : ce premier album, classique instantané de techno charnelle (ou de rock stockable dans le cloud ?), reste un an et demi après sa parution l'une des plus belles incarnations de ce «chant de la machine» qui, chaque printemps, exerce sur nos concitoyens la même fascination que la voix des sirènes sur les marins qui croisaient jadis en mer de Sicile. Nuit 1 – Halle 2 Á l'Ancien marché de gros, mercredi 13 mai à 3h15

Continuer à lire

Nuits Sonores 2015 - La programmation de jour

MUSIQUES | Si Wagner fait naître chez certains des sentiments belliqueux à l'encontre de la Pologne, la prochaine édition de Nuits Sonores, elle, devrait vous donner (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 14 janvier 2015

Nuits Sonores 2015 - La programmation de jour

Si Wagner fait naître chez certains des sentiments belliqueux à l'encontre de la Pologne, la prochaine édition de Nuits Sonores, elle, devrait vous donner envie de passer l'été au pays de Copernic. Car c'est Varsovie, capitale qui s'impose depuis quelques années comme l'une des cool du Vieux continent, qui sera à l'honneur de la traditionnelle carte blanche. L'occasion de découvrir tout un contingent de producteurs et groupes aux noms pour le moment nimbés de mystère : Xenony, Piotr Kurek (accompagné par le collecteur analogique Étienne Jaumet), Black Coffee, Alte Zachen ou encore Polonezy Fanfare.Nonobstant cette escale, Nuits Sonores (et ses événements connexes bien sûr, du participatif Extra! au réflexif Lab) restera fermement ancré à la Confluence, selon le même découpage que l'an passé : le détachement polonais à la Maison de la Confluence, les soirées éponymes à l'ancien Marché de gros et les Days à la Sucrière. Tiercé gagnant Premier dévoilé, le contenu de ces derniers, aux inévitables et néanmoins agréables relents de Sucre (à l'instar de la

Continuer à lire

5 soirées à suivre

MUSIQUES | We Are Reality A l'heure où des scientifiques étudient sérieusement la possibilité que notre réalité ne soit qu'une simulation informatique, le Sucre s'impose (...)

Benjamin Mialot | Mardi 23 septembre 2014

5 soirées à suivre

We Are Reality A l'heure où des scientifiques étudient sérieusement la possibilité que notre réalité ne soit qu'une simulation informatique, le Sucre s'impose avec ce rendez-vous bi-mensuel comme l'endroit où garder les pieds sur terre. Difficile en effet de faire plus concret que la techno promue par We Are Reality, dont le casting a cet automne, entre les retours du maestro Carl Craig (19 octobre, avec le cogneur britannique Boddika) et des figures de proue du Berghain (Ben Klock le 5 octobre, Marcel Dettman le 2 novembre), des airs de who's who. A ne pas manquer également, un détour house par la case Innervisions avec ses fondateurs, Dixon

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 11 au 17 septembre

MUSIQUES | 13.01 Delta FunktionenVous voyez ces Brésiliennes qui passent leur temps à se refaire une beauté chirurgicale ? Eh bien le DV1, depuis son changement de (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 4 septembre 2013

Insomniaque - Semaine du 11 au 17 septembre

13.01 Delta FunktionenVous voyez ces Brésiliennes qui passent leur temps à se refaire une beauté chirurgicale ? Eh bien le DV1, depuis son changement de propriétaire l'an passé, semble atteint du même mal : de la sono de l'étage au mobilier en passant par la scénographie, tout a en effet été renouvelé pour cette rentrée. Sauf que le résultat ne donne pas envie de se peler les yeux à l'économe. Comme chaque semaine, ce ne sont pas les occasions qui manquent de le constater. Par exemple la venue du Néérlandais Delta Funktionen, dont la techno réchauffe les ripatons autant qu'elle file des sueurs froides. 14.01 Native London« I used to play post-dubstep music before it was cool ». Voilà,

Continuer à lire

Nuits sonores 2012 – Jeudi 17 mai - Report

MUSIQUES |           "On a préféré partir et se poserLes mecs comment vous dire on est désoléL'attaché de presse nous a clairement invitéEt nous comme on est des (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 18 mai 2012

Nuits sonores 2012 – Jeudi 17 mai - Report

          "On a préféré partir et se poserLes mecs comment vous dire on est désoléL'attaché de presse nous a clairement invitéEt nous comme on est des mickeys on a dit OK"Un détournement d'une chanson de Sexion d'Assaut, il fallait au moins ça pour témoigner aux labels et promoteurs locaux notre embarras d'avoir préféré à leur Circuit Électronique les mini-burgers et people d'une croisière estampillée «Labo des festivals». Est-ce à dire que notre deuxième voyage au cœurs des Nuits fut de tout repos ? Même si nous y avons pris part en oubliant ceinture, alliance et lunettes de soleil, oui. Hôtel Woodstock Il n'aurait à vrai dire pas pu en être autrement. Cette certitude tient en un mot composé : Hôtel-Dieu. Hier, nous vous laissions entendre que Brossette, en vertu de ses atours de top spot pour explorateurs urbains et en dépit de la difficulté éprouvée par certains régisseurs à y fai

Continuer à lire