Publicité
Publicité

Serge Baudo, comme en quarante

Pascale Clavel | Mardi 3 février 2015

Evénement : Serge Baudo revient à l'Auditorium avec la Symphonie Fantastique de Berlioz sous le bras. Pour qui ne mesure pas l'immensité de la chose, il faut rappeler que le même Baudo a dirigé ce chef-d'œuvre romantique le 14 février 1975 dans un Auditorium alors flambant neuf. De quoi boucler la boucle ? Non. Car même si ces retrouvailles à la tête de l'ONL ont une saveur particulière, Baudo fait partie de ces chefs qui donnent un sens esthétique nouveau à chaque fois qu'ils prennent la baguette.

Qui mieux que lui a su redonner vie à la Jeanne au bûcher d'Arthur Honegger, faire entendre les couleurs inouïes du ballet Daphnis et Chloé de Maurice Ravel, immortaliser le Stabat Mater de Poulenc sur un disque inégalé depuis son enregistrement en 1985 ? La Symphonie Fantastique, où Berlioz déploie tout son génie de l'orchestration, ne peut que se trouver magnifiée sous sa direction. Les péripéties à l'origine de cette œuvre sont bien connues : un coup de foudre du compositeur pour la jeune actrice anglaise Harriett Smithson. Les cinq mouvements de l'œuvres sont de fait autant d'épisodes d'une romance portée par une "idée fixe" mélodique que Berlioz malaxe et fait passer d'un pupitre à l'autre : les Rêveries - Passions d'un amoureux en proie à la mélancolie ; Un bal dont la musique s'envole dans un quasi-fouillis; une Scène aux champs où germent des soupçons d'infidélité ; une Marche au supplice qui le voit commettre l'irréparable ; et enfin un cauchemardesque Songe d'une nuit de Sabbat durant lequel sa belle se mêle à la ronde des sorcières. Emotion garantie.

Pascale Clavel

Symphonie fantastique
A l'Auditorium de Lyon dimanche 8 février


Symphonie fantastique

Berlioz par l'Orchestre national de Lyon, dir mus Serge Baudo
Auditorium de Lyon 149 rue Garibaldi Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tout en majesté

MUSIQUES | Berlioz, compositeur si singulier dans l’histoire de la musique, est fêté en grande pompe, et cela promet de la démesure, du faste, du grandiose mais (...)

Pascale Clavel | Mardi 11 juin 2019

Tout en majesté

Berlioz, compositeur si singulier dans l’histoire de la musique, est fêté en grande pompe, et cela promet de la démesure, du faste, du grandiose mais aussi beaucoup d’émotions en tous genres. Il ne faut jamais oublier que Berlioz est un immense compositeur et à la fois, cela ne peut le résumer lui qui est écrivain, chef d’orchestre, journaliste, grand voyageur, amoureux transi, visionnaire fou et surtout autodidacte talentueux… Pour cette édition 2019 du Festival Berlioz, clin d’œil appuyé au roi Hector le compositeur doublé d’un autre clin d’œil au fameux roi Hector de l’Énéide tué par Achille au cours de la guerre de Troie. Cette programmation a été tricotée à partir de cette histoire et de ce que Berlioz en a fait. De la démesure, puisqu’un village troyen va être installé au cœur même de la Côte-Saint-André, de la démesure encore puisqu’un cheval de six mètres de haut déambulera dans les rues du village, quelques musiciens cachés dans son ventre… Bruno Messina promet que l’on boira et dansera toute la nuit, ivresse assurée. Une grande fête populaire pour ouvrir le Festival et le public pourra se balader à sa guise dans un village fantastique, pourra se pre

Continuer à lire

Berlioz, un sacré musicien !

MUSIQUES | Après le succès d'une édition 2017 "so british", le festival se tourne vers les œuvres sacrées de Berlioz et en même temps accueille les commémorations (...)

Pascale Clavel | Mardi 19 juin 2018

Berlioz, un sacré musicien !

Après le succès d'une édition 2017 "so british", le festival se tourne vers les œuvres sacrées de Berlioz et en même temps accueille les commémorations du 150e anniversaire de la mort du compositeur. Par son ambiguïté, "Sacré Berlioz", résume bien l’homme à la personnalité toute singulière : compositeur romantique avant-gardiste, écrivain, poète, orchestrateur hors cadre, maître de l’idée fixe (ce thème principal obsessionnel qui ne vous lâche jamais…), Berlioz pousse l’écriture de ses mélodies comme personne : des phrases fiévreuses, des envolées charnelles, jamais décoratives, des thèmes qui vous collent aux oreilles, absolument. Il fallait oser, sacré festival ! Qui s’ouvre sur une grande fête des moissons avec musiques et métiers d’antan, à Saint-Pierre de Bressieux. On y retrouve la folle ambiance d’un village dauphinois comme on y vivait au 19e siècle. Les batteuses, les jeux en bois, la fabrication du pain artisanal et la fanfare des Violons du Rigaudon, constituée de violonneux traditionnels. L’orchestre Les Corsaires Rouges fera danser les festivaliers jusqu’au bout de la nuit lors d’un petit bal o

Continuer à lire

Bruno Messina : « Berlioz était un punk ! »

MUSIQUES | Grâce à vous, Berlioz est un véritable globe-trotter : après l’Italie en 2012 et l’Amérique en 2014, il se rend cette fois en Angleterre (le sous-titre de (...)

Nicolas Joly | Mardi 20 juin 2017

Bruno Messina : « Berlioz était un punk ! »

Grâce à vous, Berlioz est un véritable globe-trotter : après l’Italie en 2012 et l’Amérique en 2014, il se rend cette fois en Angleterre (le sous-titre de cette nouvelle édition est "Berlioz à Londres au temps des expositions universelles"). Pourquoi ce choix ? Bruno Messina : Berlioz était un vrai voyageur. Au XIXe siècle, il fut l’un des premiers compositeurs à connaître plus de succès à l’étranger qu’en France, et notamment en Angleterre. Surtout, la musique classique peut tenir à l’écart les gens qui ne la connaissent pas. C’est donc plus facile d’amener le public à s’y intéresser en lui racontant une histoire, qui est celle de l’aventurier qu’était Berlioz. D’autant plus que Berlioz vouait un amour profond à l’Angleterre, un amour de cœur. Il découvrit Shakespeare à 24 ans, qui le fascina, et se découvrit en même temps une passion pour une actrice irlandaise, Harriet Smithson, qui sera le deuxième grand coup de foudre de sa vie et pour laquelle il écrira la Symphonie fantastique. C’est aussi cette histoire que l’on va raconter. Son voyage au pays de Shakespeare a l’air de l’avoir beauco

Continuer à lire

Berlioz, les sorcières et les loups garous

MUSIQUES | Berlioz : un romantique génial, un orchestrateur hors-norme, un chef d’orchestre impétueux, un compositeur rare écrivant avec autant de brio une symphonie (...)

Pascale Clavel | Mardi 21 juin 2016

Berlioz, les sorcières et les loups garous

Berlioz : un romantique génial, un orchestrateur hors-norme, un chef d’orchestre impétueux, un compositeur rare écrivant avec autant de brio une symphonie qu’un oratorio. Il a composé des mélodies sublimes, des opéras grandioses, a été nourri aux œuvres de Shakespeare et de Virgile, s’est immergé dans les légendes les plus énigmatiques. La musique de Berlioz reste unique. C’est dans sa ville natale que s’est installé depuis longtemps un festival qui lui rend un vibrant hommage. Pour cette nouvelle édition, s'invitent du décalage, de l’humour, du grand, du beau, un brassage d’ingrédients subtils, des chemins musicaux de traverse. Une recette succulente à faire pâlir les chefs les plus étoilés ; et dans la marmite, un mélange plutôt original avec du cinéma, une intégrale pour piano de Chopin, des monuments de la musique berliozienne, de la poésie de Baudelaire, de la danse et d’autres joyeuses surprises. Recette gagnante L'Ouverture est en forme de bizarrerie, le public étant invité à se rendre au château et devant se laisser surprendre : ici des contes et des légendes, là une dégustation de produits du terroir, là-bas des concerts, des lec

Continuer à lire

Un Festival Berlioz impérial

MUSIQUES | Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)

Philippe Yves | Mercredi 24 juin 2015

Un Festival Berlioz impérial

Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un programme à l’inspiration chaque fois renouvelée, grâce à une maline approche thématique. Sans oublier les tubes berlioziens tels la Symphonie fantastique, le festival nous emmène cette année sur la route Napoléon (qui relie les Alpes et la Côte d’Azur), en Corse et sous la figure impériale de… Napoléon. Bonaparte est au centre des choix musicaux des invités, dont le chef Daniel Kawka avec trois évocations napoléoniennes (Schönberg, Castérède, Honegger), ainsi que d’une création mêlant les polyphonies corses d’A Filetta et un orchestre signée Bruno Coulais. Et comme on ne saurait fêter Berlioz sans ses œuvres XXL pour masses orchestrales et chorales, le festival investira le Théâtre antique de Vienne pour une nuit autour du monumental Te Deum dirigé par François-Xavier Roth réunissant près de mille pros et amateurs. Une nuit symboliquement ouverte aux jeunes et clôturée par une relecture jazz avec Louis Sclavis,

Continuer à lire

L'Auditorium à la fête

MUSIQUES | Jean-Marc Bador, directeur de l’Auditorium, a posé son style et la maison doit suivre. Il dépoussière, a envie, pense vite... Trop selon certains. Pourtant, (...)

Pascale Clavel | Mardi 23 septembre 2014

L'Auditorium à la fête

Jean-Marc Bador, directeur de l’Auditorium, a posé son style et la maison doit suivre. Il dépoussière, a envie, pense vite... Trop selon certains. Pourtant, il offre au public un choix inouï, varié, éclectique, sans perdre pour autant de vue l’option symphonique. «Une saison toute en couleurs qui porte au plus haut l’exigence artistique tout en s’aventurant avec délectation hors des sentiers battus». C'est ainsi qu'il nous résume son programme. Le décor étant posé, regardons de plus près ce patchwork musical. A commencer par les dix jours de fête qui marqueront les quarante années d’existence de l’Auditorium et qui verront, comme un cadeau, Serge Baudo donner le 8 février La Symphonie fantastique, lui qui avait dirigé cette même œuvre le 14 février 1975 à l’ouverture de l’Auditorium. Séquence émotion donc. Plusieurs fils rouge traversent le reste de la programmation. Les compositeurs américains, chers à Slatkin, vont ainsi côtoyer leurs homologues français, explorant ensemble les univers musicaux particuliers des deux pays. On entendra notamment Porgy and Bess (le 11 décembre) et We

Continuer à lire

Harold en Amérique

MUSIQUES | Ça commencera fort : lors de sa journée inaugurale, le jeudi 21 août, le Festival Berlioz reprendra le concert monstre qu'Hector Berlioz échafauda à Paris le (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 26 juin 2014

Harold en Amérique

Ça commencera fort : lors de sa journée inaugurale, le jeudi 21 août, le Festival Berlioz reprendra le concert monstre qu'Hector Berlioz échafauda à Paris le 1er août 1844 dans le cadre de l'Exposition de l’Industrie. Ce jour-là, devant un parterre de 8 000 spectateurs, le fils du docteur de la Côte-Saint-André mobilisa l'essentiel des forces musicales de la capitale dans une grande œuvre qu’il dirigea pour mille exécutants. Un désir que Berlioz caressa d'abord comme un rêve, mais qu'il put répéter à quatre reprises dans la salle du vaste Cirque Olympique. Afin de réitérer cet exploit, le festival se déploiera à grande échelle et investira l'Usine-pensionnat Girodon. Cité ouvrière édifiée à Saint-Siméon-de-Bressieux dans les années 1870, l'établissement réunissait, dans un même espace, lieu de production et d'habitation. Pour cette odyssée monumentale, le jeune chef français Nicolas Chalvin dirigera, outre son Orchestre des Pays de Savoie, l'Orchestre Symphonique de Mulhouse, le Chœur Emelthée et les amateurs rhône-alpins ayant voulu

Continuer à lire

Slatkin trouve l’ouverture

MUSIQUES | On ne l’attendait pas là ce Requiem. Peut-être pouvions-nous l’imaginer quelque part dans la saison, entre une œuvre symphonique et un concerto pour (...)

Pascale Clavel | Vendredi 24 août 2012

Slatkin trouve l’ouverture

On ne l’attendait pas là ce Requiem. Peut-être pouvions-nous l’imaginer quelque part dans la saison, entre une œuvre symphonique et un concerto pour piano... Mais c’est peut-être cela le style Slatkin : un langage direct, un geste musical vigoureux et subtil à la fois. On connait son amour pour la musique américaine contemporaine, son penchant pour la musique française du début du XXe siècle. Nous ne connaissions pas encore le chef d’orchestre amoureux d’oratorio, prenant à bras le corps l’un des monuments de la musique religieuse d’une époque romantique en pleine révolution orchestrale. Slatkin et Berlioz réunis, c’est 350 musiciens sur scène, une masse orchestrale imposante, une fanfare de cuivres et des choristes comme s’il en pleuvait : le Chœur de Lyon-Bernard Tétu, un ensemble de Washington, un chœur de Londres. Que connaissent les mélomanes de Berlioz ? Son extravagante chevelure, son tempérament volcanique, sa Symphonie fantastique, son Traité d’harmonie, mais son Requiem, beaucoup moins. En pleine époque romantique, là où les sentiments les plus exacerbés s’expriment, Berlioz apparait comme LE compositeur providentiel même s

Continuer à lire

En attendant Baudo

MUSIQUES | Petit Bulletin : Quelles ont été vos plus grandes émotions avec l’Orchestre national de Lyon ?Serge Baudo : J’ai passé une grande partie de ma vie avec (...)

Pascale Clavel | Vendredi 10 décembre 2010

En attendant Baudo

Petit Bulletin : Quelles ont été vos plus grandes émotions avec l’Orchestre national de Lyon ?Serge Baudo : J’ai passé une grande partie de ma vie avec l’ONL. J’ai commencé avec eux en 1968/69 et je ne les ai quittés que 20 ans plus tard. J’ai partagé leurs joies, leurs peines, les difficultés et les moments enthousiasmants. Nous avons été le premier orchestre européen à aller en Chine, c’était une grande aventure. J’ai pratiqué un travail de pionnier : on a fait ensemble l’Europe centrale, le Festival de Vienne, Prague, une tournée aux États-Unis. Il faut 50 ans pour faire un bel orchestre. Je ne peux être qu’ému et heureux de retrouver tous ces musiciens. Et côté chœurs ?SB : À l’époque, j’ai demandé à Bernard Tétu de créer un chœur à côté de l’ONL. Mais je n’avais pas un centime et pas un chanteur. Le projet était donc une gageure. Il a accepté tout de suite ce combat de pionnier et l’a fait avec maestria. Nous sommes parvenus à faire des miracles. Nous sommes nourris tous les deux de musique française, nous la percevons à travers les pores de notre peau. Nous avons aussi le même sens de la respiration musicale, il ne faut jamais oublier que

Continuer à lire

Un cru exceptionnel

MUSIQUES | Du 18 au 29 août, plusieurs événements jalonneront les journées du festival Berlioz : en début d’après-midi, des rencontres et conférences seront proposées au Musée (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 16 juin 2010

Un cru exceptionnel

Du 18 au 29 août, plusieurs événements jalonneront les journées du festival Berlioz : en début d’après-midi, des rencontres et conférences seront proposées au Musée Hector Berlioz autour du compositeur qui fut également écrivain et voyageur. Plus tard dans l’après-midi, le festival se décentralisera et voyagera dans les environs, avec notamment l’excellent Quatuor Debussy, les sœurs serbes Bizjak pour un concert de piano à quatre mains, un quatuor original de saxophones, ainsi que l’Orchestre européen de cuivres dirigé par Sylvain Cambreling. Enfin, tous les soirs à 21h, dans le très beau Château Louis XI de la Côte Saint-André se produiront dix grands orchestres dirigés par des chefs prestigieux. Pour l’ouverture du festival, le 18 août, les Musiciens du Louvre-Grenoble sous la baguette de Marc Minkowski nous offriront un programme Berlioz 100% italien : Le Carnaval romain, Cléopâtre (interprétée par l’excellente mezzo Anne Sofie von Otter - photo) et Harold en Italie (avec l’altiste Lise Berthaud). Morceaux choisisLe musée Hector Berlioz offre une exposition relatant l’influence de Berlioz sur les compositeurs russes : Glinka et Rimski-Korsakov, mais aussi Tchaïkovsk

Continuer à lire