Pink rock

MUSIQUES | Sur "pom pom", son dernier album barré comme un catamaran de compét', Ariel Pink concentre tout son art plus que décennal du n'importe quoi. Mais dans le sens d'un aboutissement, si un tel terme peut convenir à ce freak, de passage à l’Épicerie Moderne cette semaine. Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 mars 2015

Photo : Grant Singer


Pour comprendre la discographie d'Ariel Pink (anciennement Ariel Pink's Haunted Graffiti, raccourci quasi par accident), il faut maîtriser l'art du puzzle, le maniement du pied à coulisse et du saut de puce de label en label, son premier véritable album étant sorti après le quatrième et le cinquième, qui eux sont sortis les premiers avant d'être réédités.

Pour comprendre sa musique, à supposer qu'on le veuille tant l'oeuvre est vaste (une quinzaine d'albums en douze ans), foisonnante, changeante, il est nécessaire d'avoir les chakras grand ouverts sur le cosmos musical. Ariel Pink fait souvent référence à Kim Fowley et Todd Rundgren comme maîtres en folie et en magie pop (il faut entendre pop au sens le plus large possible, avec un très gros "o") et il y a un peu de cela.

Pink voulait d'ailleurs co-écrire entièrement son pom pom avec le génial Fowley (songwriter et producteur entre autres du Freak Out! des Mothers of Invention, de The Runaways, The Modern Lovers...), mais l'état de santé de ce dernier – qui est d'ailleurs décédé en février, c'est dire s'il ne simulait pas – ne leur a permis de collaborer que sur deux titres (Plastic Raincoats in the Pig Parade et Jell-O, écrits dans la chambre d'hôpital du maître).

Pinkenstein

Au vu du résultat et quand on connaît l'art de Fowley pour dompter les bordels et le chaos créatif, on regrette que l'idée n'ait pas davantage pu faire son chemin. Car dans pom pom, on assiste une fois de plus à une collision de contraires qui n'en sont pas vraiment puisqu'ils ne sont le fruit que d'un seul et même cerveau turbinant à mille à l'heure, chopant chaque idée qui flotte pour en faire sa chose à la manière d'un Docteur Pinkenstein.

Toutes les époques y passent, tous les styles, tout le spectre d'émotions disponibles. A ce titre pom pom est un peu à la musique contemporaine ce que Michel Platini disait de la demi-finale France-Allemagne de Séville 82 : un concentré de toutes les émotions humaines et esthétiques – en plus drôle, hein. Oui, voilà, pom pom est un peu le Séville 82 d'Ariel Pink, sauf qu'à la fin il gagne, ou que d'ailleurs on s'en fout.

Dans une interview à Magic, Pink riait de constater avoir mis tant de temps à être apprécié et compris – par des prescripteurs comme (Saint) Pitchfork notamment. Sauf qu'il se trompe : s'il est désormais plus qu'apprécié à sa juste valeur, il est illusoire de croire qu'Ariel Rosenberg dit Pink puisse être un jour compris.

Ariel Pink [+ Harry Merry]
A l'Épicerie Moderne jeudi 5 mars


Ariel Pink

Indie pop
Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bruits de saison

MUSIQUES | Est-ce parce qu'on commence à être habitué à ce genre de cirque ? Toujours est-il que non, le bruit qui accompagnera la venue lyonnaise d'une Christine & the Queens au sommet du succès ne suffira pas à éclipser le reste d'une programmation de fort belle facture. Et vous savez quoi ? C'est tant mieux. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 6 janvier 2015

Bruits de saison

En matière de musique, la hate est un fruit de saison, savamment cultivée par les réseaux sociaux, par ce fléau mondial que constitue l'aigreur d'estomac – surtout en sortie de fêtes de fin d'année –, par quelques médias victimes d'hypocondrie culturelle et, il faut bien le dire, par ceux qui la provoquent. On a ainsi droit comme ça à un ou deux boucs émissaires par an cristallisant les crispations d'une certaine branchitude mal définie. On ne vous fera pas languir plus longtemps : après Woodkid, Stromae et Fauve (qui reviendra, le 2 avril, en grande surface qui plus est, puisqu'à la Halle Tony Garnier, ramasser des forêts de cœurs avec les doigts et sans doute quelques seaux de merde), c'est au tour de Christine & the Queens (4 mars au Transbordeur) d'énerver son monde sur le thème : talent fou ou blague de l'année ? Alors oui, dans ces cas-là, o

Continuer à lire