Le Sylak Open Air passe la cinquième

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Déjà la cinquième édition du Sylak Open Air, et toujours aucune baisse de tension en vue. Le petit frère bressan du Hellfest, la grand-messe (noire) des musiques extrêmes, se paye même le luxe d'inviter Bernard Minet, deux ans après un concert triomphal d'un autre martyr télévisuel repenti, notre cher et tendre François Corbier.

Au-delà de cette aimable plaisanterie qui ne manquera pas de réjouir les déconneurs tout-terrain d'Ultra Vomit – dont on espère qu'ils profiteront de leur très attendu retour scénique pour honorer la mémoire de Michel Delpech avec leur reprise en mode tough guy de Pour un flirt le casting de cette cuvée 2015 file le tournis plus sûrement qu'une nuit de headbanging.

Des légendes du sludge (l'enfant obèse et couvert de boue du blues) de Crowbar aux darons du hardcore new-yorkais de Madball en passant par les survivants du nu metal de (həd) p.e., les vétérans du death mélodique à la Suédoise de Dark Tranquillity et les shredders sous speed (pléonasme) de Dragonforce, il y en aura en effet pour tous les types de cheveux. Même si la traditionnelle soirée mousse qui ouvre les hostilités se chargera d'uniformiser tout ça.

Sylak Open Air
À Saint-Maurice de Gourdans (01) du 7 au 9 août

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sylak hisse le drapeau noir

MUSIQUES | En dépit de l'unanimité faite autour de la bonhomie intrinsèque du fan de hard-rock qui cache derrière ses longs poils, ses tatouages et ses t-shirts appelant (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Sylak hisse le drapeau noir

En dépit de l'unanimité faite autour de la bonhomie intrinsèque du fan de hard-rock qui cache derrière ses longs poils, ses tatouages et ses t-shirts appelant à la déchéance du Christ et la démission de Dieu, un cœur de nounours rigolard qui aime son prochain et montrer ses fesses, il ne semblera étonnant à personne qu'au milieu des Severe Torture, Insanity Alert, Burn your Karma, Apocalyptica et Hate – non, la « bienveillance » macronienne n'a pas encore phagocyté l'onomastique des patronymes metalleux, c'est toujours ça de sauvé –, ne flotte pas soudainement un drapeau blanc. C'est même un drapeau noir qui trônera au centre de la programmation 2019 de la messe sonique de Saint-Maurice-de-Gourdans, ce mini Hellfest aindinois. Noir comme l'anarchie, noir comme la piraterie, noir comme le souvenir. Noir comme la musique déchirante de Black Flag, jadis fief de l'icône Henry Rollins, ancien fan ayant mené une OPA hostile sur le micro du groupe en 1981. Entre une date au Jake's Sports Cafe de Lubbck, Texas, et une autre au Howlin' Wolf de la Nouvelle Orléans, Black Flag viendra en effet

Continuer à lire

Boucan d'enfer

MUSIQUES | A Saint-Maurice sur Gourdans, on ne badine pas avec les nuisances sonores. Preuve en est de la «règle de bon voisinage» suivante, lisible sur le site de (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 26 juin 2014

Boucan d'enfer

A Saint-Maurice sur Gourdans, on ne badine pas avec les nuisances sonores. Preuve en est de la «règle de bon voisinage» suivante, lisible sur le site de la commune : «chacun veillera à respecter les horaires de bricolage et de jardinage bruyants, à éviter que son chien se sauve et aboie en permanence et à faire en sorte que le pot d’échappement de chacun de ses véhicules à moteur soit tenu en bon état». Pas le genre d'endroit, en somme, qu'on s'attend à voir ouvrir ses chemins vicinaux aux fans de thrash, stoner, hardcore et autres musiques à haut voltage en comparaison desquelles une charge de rhinocéros ressemble à un trot de cheval miniature. C'est pourtant le démoniaque miracle qui se produit chaque été depuis quatre ans grâce au Sylak Open Air. Rebelote en 2014 du 9 au 11 août avec, notamment, Gojira, LA référence française du riff qui raidit la nuque, les Canadiens en kilt de The Real McKenzies, qui conjuguent au "no future" le folklore écossais avec une incontestable efficacité, Turbonegro, monument scandinave du heavy rock grand guignol et Church of Misery, quatuor japonais dont la fascination pour les tueurs en série n'a d'égale que la surpuiss

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 19 au 25 février

MUSIQUES | 19.02 Apéro Jay ReatardLe 13 janvier 2010 s'éteignait Jay Reatard, stakhanoviste de la punk rock song fauchée au physique de patient du Dr Chilton (le (...)

Benjamin Mialot | Mardi 18 février 2014

Insomniaque - Semaine du 19 au 25 février

19.02 Apéro Jay ReatardLe 13 janvier 2010 s'éteignait Jay Reatard, stakhanoviste de la punk rock song fauchée au physique de patient du Dr Chilton (le directeur du pénitencier du Silence des agneaux), laissant derrière lui une discographie de groupe on ne peut plus bordélique et deux albums solo rivalisant de brusquerie et d'agilité mélodique avec ceux des Buzzcocks et de Husker Dü. Quatre ans plus tard, la fine fleur du haut voltage à la française (Cheveu, JC Satàn, Kap Bambino...) lui rend hommage sur une excellente compil' éditée par le tout nouveau label lyonnais Teenage Hate Records. Présentation et écoute ce mercredi au Trokson.   22.02 Sylak – Première annonceLe Sylak Open Air, ce festival bressois tout entier dédié aux musiques qui font le bonheur des tatoueurs (et le malheur des salons d'épilation) et que nous taxons affectueusement de "Hellfest artisanal", se tiendra cette année du 8 au 10 aout, toujou

Continuer à lire

Un Open Air de famille

MUSIQUES | Si le désœuvrement et l'ennui sont, comme l'histoire des musiques amplifiées n'a cessé de le démontrer, à l'origine des initiatives sonores les plus bruyantes, (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 19 juin 2013

Un Open Air de famille

Si le désœuvrement et l'ennui sont, comme l'histoire des musiques amplifiées n'a cessé de le démontrer, à l'origine des initiatives sonores les plus bruyantes, alors on doit sacrément s'em...bêter à Saint-Maurice de Gourdans (01). Car ce village tout ce qu'il y a de plus villageois (deux mille âmes, une église classée, une rivière où taquiner la truite), accueille depuis trois ans le Sylak Open Air, un festival tout entier dédié aux esthétiques dites extrêmes. Vous voyez le Hellfest ? Et bien le Sylak c'est la même chose, les deux ayant d'ailleurs été conçus sur le modèle du Wacken Open Air (en Allemagne), mais à taille humaine et sans les bigots effarouchés. La programmation de l'édition 2013, qui se tiendra les 9, 10 et 11 août, légitime un peu plus cette comparaison : de la présence de l'intenable Nick Oliveri, malheureusement plus connu pour avoir été viré par Josh Homme des Queens of the Stone Age que pour avoir posé les bases du stoner rock avec Kyuss, à celles de Eyehategod, la référence ultime du sludge, du supergroupe de grindcore Mumakil ou de Agnostic Front, le porte-drapeau du hardcore new-yorkais, l'événeme

Continuer à lire