Festival Synthzilla : synthétiseurs, cylindrées et belles pépés

Benjamin Mialot | Mardi 27 octobre 2015

Photo : Perturbator


Une vue nocturne de Los Angeles, quelques notes de synthétiseur égrainant les musiques kilométriques des 80's (Tangerine Dream, Moroder, John Carpenter...) et la belle gueule taciturne de Ryan Gosling : en 2011, Nicolas Winding Refn et Kavinsky composaient avec l'ouverture de Drive un générique for the ages, projetant au passage, à l'allure tranquille et prédatrice d'une berline fendant une nuit mouchetée de lampadaires, la syntwhave dans le mainstream.

Un an plus tard, c'est un jeu vidéo qui achevait de populariser cette esthétique rétrofuturiste dont les mélodies à grand angle exaltent autant qu'elles isolent : Hotline Miami, au générique duquel figurent notamment les producteurs plus ou moins parisiens Perturbator (qui réveille le cyberpunk à coups d'artworks sulfureux et de poursuites analogiques) Carpenter Brut (au genre, sur les plans musculaires et iconographiques, ce que Justice fut à la disco), deux des moteurs de cette scène.

Bonne nouvelle pour ceux qui ont pris goût à la vitesse et au phallocentrisme en jouant à Outrun, ils vrombiront samedi 31 octobre au Jack Jack dans le cadre du Synthzilla, un festival tout à la gloire fluorescente de la proto-pop culture américaine. Port du teddy conseillé.


Synthzilla

Confrontational + Thomas Barrandon + Dan Terminus + Perturbator + Carpenter brut
Jack Jack - MJC Aragon Place Gaillard Romanet Bron
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le revival 80's de Carpenter Brut

Electro | Retour vers le futur a beau passer tous les ans à la télévision, les concerts de Carpenter Brut en France restent plutôt rares. Pourtant, il s'agit bien là aussi d'un voyage dans le temps. Dans les années 1980 pour être précis.

Gabriel Cnudde | Mardi 6 décembre 2016

Le revival 80's de Carpenter Brut

Les années 1980 sont à la mode. Le succès de Stranger Things n'est qu'un exemple de cet engouement phénoménal pour cette période, que tout le monde semble regarder avec un œil bienveillant. Une tendance rétro touchant le cinéma, les jeux vidéo et la musique, évidemment. Si les années 1980 étaient incarnées par un seul jeu vidéo, Carpenter Brut en serait la musique : tout chez eux transpire les eighties et les pixels des jeux 8 bits de la Famicom, de la NES et de la Master System. Moroder et synthwave Depuis 2012 et la sortie de son premier EP, simplement intitulé EP I, Carpenter Brut, qui tient à rester discret dans les médias, n'a eu de cesse de s'amuser avec ses synthétiseurs. À la façon de Giorgio Moroder, le Français joue de ces sons extra-terrestres sur des tempos plus rapides que la lumière pour entrer dans une sorte de transe numérique franchement entraînante. Avec Trilogy (2015), qui compile ses trois premiers EPs, le DJ nourrit ses auditeurs de son électro rétro jusqu'à l'étouffement. Loin, très loin de l

Continuer à lire

La rentrée musique côté électro

MUSIQUES | Pour faire un point complet sur l'actu des dancefloors, il nous aurait fallu bloquer un bon tiers de ce dossier de rentrée. À vous, donc, de le compléter via vos canaux habituels. De toute façon, c'est bien simple : il y aura cette saison encore plein de trucs bien, partout, tout le temps.

Benjamin Mialot | Mardi 22 septembre 2015

La rentrée musique côté électro

On prend quasiment les mêmes et on recommence. Avec la dissolution de Haste, une place s'est libérée au Transbordeur. Good news, ce sont les sapeurs techno de CLFT qui la récupèrent. Une fois par trimestre, ils présenteront deux artistes de leur très pointu et très offensif roster ; démarrage le 9 octobre avec les Britanniques Lee Holman et Biny, passage à la vitesse supérieure le 11 décembre avec deux autres British, Fundamental Interaction et l'ami de longue date Ben Gibson. Leurs âmes sœurs de Papa Maman, non contentes de renforcer leur présence à La Plateforme (voir page 19), continuent pour leur part d'essaimer dans la ville – après un premier essai au Petit Salon, leurs prochaines "MTR", le 2 octobre au Sucre et le 9 au Kao, permettront de constater que le genre est parfois plus spartiate et viscéral ailleurs qu'à Berlin et Londres avec l'Ukrainien Stanislav Tolkachev, le Finlandais Samuli Kemppi et l'Espagnol Oscar Mulero. Quant à leurs colocataires de l'Atelier Sumo (le QG

Continuer à lire