Salif Keita, le prince Mandingue

MUSIQUES | L'immense chanteur malien Salif Keita vient parcourir son riche répertoire de musique traditionnelle Mandingue à l'Auditorium, pour une soirée forcément magique.

Sébastien Broquet | Mardi 22 mars 2016

Photo : © DR


Au début des années 80, un vent de fraîcheur souffle sur l'hexagone : les radios deviennent libres, Jack Lang annexe le ministère de la Culture et des nouveaux médias issus de l'underground explosent - Actuel en tête. Pour nourrir cette décennie bien plus intense et créative qu'on ne le dit, beaucoup des protagonistes ouvrent grand leurs yeux et leurs oreilles vers les autres continents, se détachant des modes londoniennes ou new-yorkaises.

La sono mondiale se révèle aux yeux de l'Occident et nombre d'artistes venus d'Afrique, des Antilles et d'Amérique Latine traversent les océans pour propager groove et messages post-coloniaux. Parmi eux, Salif Keita, qui s'installe à Paris. Albinos doublement rejeté car rompant la tradition en devenant chanteur, lui qui est issu d'une famille princière descendant directement du grand empereur Mandingue Soundjata Keita.

De la Côte d'Ivoire...

Le jeune Salif intègre à ses débuts le Rail Band de Bamako, l'orchestre résident animant chaque soir l'hôtel de la gare, école unique pour musiciens en devenir où durant des heures l'on se doit de parcourir tous les styles. Parti ensuite à Abidjan, où il fait vivre les mythiques Ambassadeurs dont les vinyles s'arrachent aujourd'hui chez les diggers et où il devient une figure importante pour la jeunesse jusqu'en 1981, avant qu'Alpha Blondy n'apparaîsse l'année suivante, ringardisant le son mandingue de son reggae, annonçant une nouvelle ère pour la Côte d'Ivoire.

Salif Keita retourne un temps au Mali avant de s'exiler en France, en 1984, après un passage très remarqué au festival Musiques Métisses à Angoulème. Il est alors l'un des premiers à le faire et trois ans plus tard sort son premier album en solo, Soro, sur lequel il introduit les synthétiseurs. S'ensuivent les années du triomphe, Grammys, médailles et reconnaissance de ses pairs tels Carlos Santana à l'appui. Pourtant, l'Ambassadeur va finir par se perdre à force de trop de synthés et d'aseptisation virant à la variété.

...au retour à Bamako

C'est au début du nouveau millénaire que la résurrection se fait : retour à Bamako, signature sur un nouveau label (Universal Jazz), et surtout la sortie en 2002 de l'un de ses plus beaux disques : Moffou, l'album du retour au son traditionnel et à l'acoustique, où sa voix de rossignol prend toute son ampleur pour ce qui s'inscrit dans un grand renouveau de l'acoustique au Mali, ses compatriotes Ali Farka Touré et Toumani Diabaté suivant le même chemin avec tout autant de succès.

Salif, lui, continue de sortir un album tous les trois ou quatre ans, presque tous aussi beaux depuis. Et de défendre son très large répertoire, engagé et militant, lors de tournées mondiales où sa prestance et la beauté de son timbre attise les foules. Un artiste majeur. SB

Salif Keita
À l'Auditorium le vendredi 25 mars
À lire : Salif Keita, la voix du Mandingue par Florent Mazzoleni (Voix du Monde)


Salif Keïta


Auditorium de Lyon 149 rue Garibaldi Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jazz à Vienne 2021, premiers noms

Festival | Armés de notre plus solide perche d'espoir (et bientôt peut-être d'un vaccin) sautons par dessus la crise sanitaire comme Armand Duplantis efface 6m à (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 décembre 2020

Jazz à Vienne 2021, premiers noms

Armés de notre plus solide perche d'espoir (et bientôt peut-être d'un vaccin) sautons par dessus la crise sanitaire comme Armand Duplantis efface 6m à l'entraînement et projetons nous vers l'été prochain. C'est à cette date que Jazz à Vienne gonflé d'optimisme nous propose d'atterrir aux alentours du 23 juin en dévoilant, comme si de rien n'était (ou ne sera), les premiers noms de son édition 2021, sise du 23 juin, donc, au 10 juillet prochain. à commencer par l'ami Jamie Cullum qui se verra ce jour précédé sur scène par la batteuse et chef d'orchestre Anne Paceo. Deux jours plus tard, se tiendra une soirée délicieusement africanisante avec la légende Salif Keita, le prince (et Dorian Gray) du blu-funk Keziah Jones et la mezzo-soprano Julia Sarr qui viendra livrer un message de paix à l'occasion de Sénégal en Isère 2021. On continue les 28 juin et 05 juillet avec d'autres habitués de la scène allobroge parce que furieusement incontpurnables d'abord les trompettistes Ibrahim Maalouf et Erik Truffaz en un double plateau d'envergure, puis le contrebassist

Continuer à lire

Jazz à Vienne - Du 26 juin au 11 juillet à Vienne (38)

MUSIQUES | Entre éternels retours et renouvellement forcenés des talents, Jazz à Vienne continue pour sa 35e édition de puiser aux sources du jazz tout en se posant en laboratoire de la musique de demain. Stéphane Duchêne

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Jazz à Vienne - Du 26 juin au 11 juillet à Vienne (38)

On pourrait dire cela de chacune des éditions de Jazz à Vienne, mais c'est particulièrement vrai pour celle-ci : elle marque un retour aux sources, et même plusieurs. D'abord avec une ouverture en forme d'hommage et de déclaration d'amour à la ville-mère du jazz, La Nouvelle Orléans. Où l'on croisera entre autres Dee Dee Bridgewater, mais aussi la fascinante Leyla McCalla, et dont le point d'orgue sera la présence, peu commune, du pianiste, chanteur, auteur-compositeur et surtout producteur de R'n'B originel Allen Toussaint. Comme chaque année, c'est un retour aux sources en chaîne qui s'opère derrière. Retour un peu permanent avec l'éternel comeback de figures comme George Benson ou Didier Lockwood, mais aussi de genres oubliés, avec le légendaire Golden Gate Quartet, qui prêche le gospel depuis 80 ans, et Gilberto Gil et Caetano Veloso, ce couple inspiré qui mit le feux aux poudres de la musique brésilienne (et de la musique tout court) à la fin des années 60 pour accoucher d'un mouvement qu'on appela tropicalisme. Dans le genre all-stars, ne pas manquer n

Continuer à lire

Jazz à Vienne 2015 : la programmation

ACTUS | La programmation de Jazz à Vienne ? Du classique jamais trop classique, des habitués qui prennent le temps de se changer, des têtes d'affiches de tous ordres. Bref, Vienne tel qu'en lui même : ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 24 mars 2015

Jazz à Vienne 2015 : la programmation

Après un premier vrai-faux départ sous forme d'Extra Night avec Pharrell Williams, c'est en mode pas moins happy que va débuter cette année Jazz à Vienne le 26 juin avec un week-end aux accents carnavalesques de la Nouvelle Orléans : de la légendaire figure locale Allen Toussaint au Dirty Dozen Brass Band et à la fascinante et prometteuse Leyla McCalla. En passant, on serait tenté de dire "bien sûr", par Dee Dee Bridgewater qui, après avoir gratifié Vienne de tout le spectre esthétique de la black music, revient en compagnie du New Orleans Jazz Orchestra. Et puisqu'on en est à parler des habitués du festival – ceux dont on a l'impression qu'ils sont là même quand ils ne le sont pas, comme Jean-Jacques Milteau, Éric Bibb, Didier Lockwood ou Éric Truffaz – on ne peut faire l'économie d'un Marcus Miller qui, en compagnie de l'ONL, dirigé pour l'occasion par Damon Gupton, retourne aux sources musicales et géographiques du jazz – un projet au départ discographique baptisé Afrodeezia et première in

Continuer à lire