Ghostface Killah revient hanter la scène hip-hop

Hip-Hop | Dans le creux de la grande vague électronique qui agite la France depuis un moment, le hip-hop reprend peu à peu ses aises sur la scène musicale. Père fondateur du genre, Ghostface Killah poursuit sa riche carrière, encore et toujours ancrée dans les nineties.

Gabriel Cnudde | Mardi 4 octobre 2016

Photo : @ Coup d'oreille


Le hip-hop revient progressivement sur le devant de la scène. Ce retour est à mettre à l'actif de jeunes groupes talentueux et déterminés, mais aussi à celui des pionniers du genre qui, dans l'ombre des mouvances rock et électro, ont continué à travailler d'arrache-pied pour préserver le genre. L'un de ces pionniers, Ghostface Killah, revient en force pour présenter Natural Born Killers avec son acolyte Killah Priest. C'est bien d'un père fondateur dont on parle là : Ghostface n'est pas seulement l'un des initiateurs du Wu-Tang Clan, il en est aussi l'un des membres les plus influents après RZA.

Depuis ses premiers flows sur Enter the Wu-Tang (1993), l'un des meilleurs albums de rap de tous les temps, Ghostface n'a pas changé. Le débit est toujours élevé, le vocabulaire argotique et l'ensemble, frappant. C'est que Dennis Coles, de son vrai nom, ne se contente pas d'aligner les rimes en évoquant vaguement les problèmes de son monde. Il est tout bonnement l'un des meilleurs conteurs de son temps. Avec ses douze albums en studio, celui que beaucoup considèrent comme l'un des plus grands MCs de l'histoire n'a plus grand chose à prouver.

Parfaites incarnations du hip-hop new-yorkais des années 1990, ses opus font même naître une pointe d'ironie tant les codes d'il y a vingt ans reprennent peu à peu le dessus aujourd'hui. Ses instrumentaux sont simples : un beat, un clap, un piano et un violon pour les plus mélancoliques, des cuivres pour les plus soul. Un cocktail magnifié par la production si caractéristique de ce hip-hop de la côte Est que l'on prend plaisir à (re)découvrir. Avec Killah Priest, MC insubordonné et subversif affilié au Wu-Tang Clan, Ghostface devrait encore taper juste. Et renvoyer les fans du genre à un constat simple : sans lui, sans le Wu-Tang Clan, pas de Nas, de Mobb Deep ou de Jay-Z. Les fantômes ne disparaissent jamais : ils vous hantent.

Ghostface Killah & Killah Priest + Aral & Sauzé
Au Ninkasi Gerland le mardi 11 octobre


Ghostface Killah & Killah Priest

+ Aral & Sauzé
Ninkasi Gerland 267 Rue Marcel Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ghostface Killah

MUSIQUES | Lors de la claque mise au public lyonnais au printemps dernier par son Wu Tang Clan, le «tueur au visage fantôme» portait plutôt bien son nom puisqu'il (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 15 septembre 2011

Ghostface Killah

Lors de la claque mise au public lyonnais au printemps dernier par son Wu Tang Clan, le «tueur au visage fantôme» portait plutôt bien son nom puisqu'il avait passé l'essentiel du concert une serviette éponge sur la tête (on en aurait bien fait autant, tant la fusion générale menaçait). Seul, l'homme de Staten Island aura fort à faire pour égaler en intensité la performance collective des Shaolins du rap East Coast. Mais il doit en falloir plus que ça pour effrayer l'un des plus prolifiques membres du collectif new-yorkais. Au Kao, le 1er novembre.

Continuer à lire

Même pas morts

MUSIQUES | Rap / Transbordeur, dimanche 5 juin. Gonzales révolutionne le hip-hop en rappant derrière son piano, nanti d’un orchestre de chambre grâce auquel son (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 9 juin 2011

Même pas morts

Rap / Transbordeur, dimanche 5 juin. Gonzales révolutionne le hip-hop en rappant derrière son piano, nanti d’un orchestre de chambre grâce auquel son concept de «rap symphonique» prend un tour si brillant qu’on se demande bien pourquoi personne n’y a jamais pensé auparavant. New York, 1993. GZA, RZA et Ol’ Dirty Bastard révolutionnent le hip-hop en fourbissant les rimes du Wu-Tang Sword, l’Amérique essuie sa première tornade de gangsta rap, et Enter The Wu-Tang entérine le collectif le plus novateur des 90’s. Gonzales, si doué soit-il, n’aura jamais le flow samouraï de Ghostface Killah ou Method Man – il n’essaie d’ailleurs pas de rivaliser avec le Clan. Mais lorsqu’il dit en substance que les rappeurs sont les types qui ont le mieux capté le son de leur génération, qui ont aussi le mieux compris le business de la music industry, on devine d’emblée ses références sous les violons. Remember le bien nommé C.R.E.A.M (pour Cash Rules Everything Around Me) et le pacte alors signé par le Wu Tang, qui en fondant son possee fonde aussi sa propre industrie. Aussi forts que Johnny lorsqu’il s’agit de tirer leur révérence de B-Boys irrév

Continuer à lire