Isaac Gracie : Un ange passe

Petit Bulletin Festival | Révélation express du folk rock anglais, le très intense Isaac Gracie, gueule d'ange à la voix de démon, ressuscite les figures de Kurt Cobain et Jeff Buckley. Mais ne doit sa grandeur qu'à lui-même.

Stéphane Duchêne | Mercredi 28 mars 2018

Photo : © DR


Visage d'ange donc forcément androgyne, 23 ans qui en font 16, le Londonien Isaac Gracie serait un mélange de Kurt Cobain, de Jeff Buckley et, si l'on en croît le Telegraph, de … Macaulay Culkin messianique – preuve à charge : la lourde croix qu'il porte autour du coup.

Le voilà donc charriant quelque chose de cette jeunesse gracieuse que le succès a sacrifié. Et s'il faut voir des symboliques partout, on ne s'étonne pas que dans son nom, il y ait les mots « grâce » et « gracié », ni qu'il porte le prénom du fils qu'Abraham voulut offrir en sacrifice à Dieu sur le Mont Moriah avant qu'un ange ne retienne son bras. Lui n'en est pas là car à la genèse de sa carrière.

Mais du nom qu'on nous assigne, en une infusion lacanienne, il reste forcément quelque chose. Le concernant, dans ce lyrisme désespéré et colérique, comme abandonné à la passion. Quelque chose dans cette inquiétude, cette vulnérabilité qui remonte du tréfonds de cette voix modelée dans le choeur de la paroisse d'Ealing qui s'ébrèche comme un système de défense, se hérisse comme pour mieux en découdre.

En deux années – qui l'ont vu émerger à la vitesse de l'éclair, truster la première place du Spotify Viral Chart, écumer les festivals et signer sur une major – Isaac Gracie semble avoir vécu l'équivalent de mille vies mais c'est toujours dans sa chambre, son refuge ultime, là où il composa ses Songs from my bedroom qui lui valurent d'être déniché comme un trésor – qu'il revient poser les bases de son travail.

Et si aujourd'hui ses chansons drapent plus volontiers leur nudité tragique dans des arrangements que son nouveau statut exige, Isaac Gracie n'a pas besoin de mille artifices pour emporter une audience : sa seule présence, humble et pourtant irradiante, sa guitare enflammée et sa voix vibrante suffisent à faire régner ce genre de religieux silence que convoque le message d'un ange.

Orchestra Baobab + Isaac Gracie
Aux Subsistances le dimanche 29 avril


Orchestra Baobab + Isaac Gracie


Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Flash-back sur le Petit Bulletin Festival

MUSIQUES | Vendredi 27 avril Sage C'est Sage qui a ouvert les hostilités vendredi soir pour le concert inaugural du Petit Bulletin Festival sous la verrière (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 2 mai 2018

Flash-back sur le Petit Bulletin Festival

Vendredi 27 avril Sage C'est Sage qui a ouvert les hostilités vendredi soir pour le concert inaugural du Petit Bulletin Festival sous la verrière des Subsistances. Des hostilités il faut bien le dire particulièrement avenantes mais un rien surprenantes pour qui est habitué aux disques de l'ancien Revolver. C'est en groupe – dont faisait partie la chanteuse et musicienne Theodora – et en mode plutôt rock que Sage a fait la blague, livrant des extraits ici particulièrement saignants de son album à venir en juin, Paint Myself. Ceux qui aiment cet artiste en mode piano-solo auront, ô joie, pu en profiter quelques précieuses minutes lors d'un concert surprise sis à la Boulangerie des Subistances pendant le deuxième changement de plateau. Là, Sage s'est livré, entre autres, à quelques reprises et à des collaborations complices avec Theodora pour un moment suspendu. Nakhane Vint le tour de Nak

Continuer à lire

Un festival de talents (et de surprises)

MUSIQUES | Les têtes d'affiche Cascadeur C'est Cascadeur qui ouvrira le festival comme première tête d'affiche. Une tête d'autant plus reconnaissable qu'elle est (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 24 avril 2018

Un festival de talents (et de surprises)

Les têtes d'affiche Cascadeur C'est Cascadeur qui ouvrira le festival comme première tête d'affiche. Une tête d'autant plus reconnaissable qu'elle est casquée mais dont les mélodies et les atmosphères d'apesanteur pop ne sont pas moins inoubliables que la tenue de pilote-cascadeur qui va avec. Son dernier album, Caméra est une pépite. Et ses prestations live des rêveries. Orchestra Baobab C'est la touche sono mondiale du festival, au goût de légende. Car l'orchestre de bal ouest-africain, l'un des plus grands du genre, créé en 1970, à l'effectif pléthorique et changeant, aura connu une histoire aussi riche qu'accidentée. Reformé en 2000 après une longue absence, Orchestra Baobab vient présenter un hommage forcément jouissif à l'un de ses membres les plus éminents : El Hadj Ndiouga Dieng, décédé en 2016. Alors on danse ? Les découvertes Sage Pour beaucoup ce n'est pas à proprement parler une découverte puisque le dénommé Ambroise Willaume a déjà officié avec le trio Revolver qui connut un certain succès en mode pop de chambre au tournant des

Continuer à lire

Petit Bulletin Festival #2 : Embarquement immédiat !

MUSIQUES | C'est la verrière des Subsistances qu'investiront les artistes de la deuxième édition, printanière, du Petit Bulletin Festival. En ouverture, le vendredi 27 (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 février 2018

Petit Bulletin Festival #2 : Embarquement immédiat !

C'est la verrière des Subsistances qu'investiront les artistes de la deuxième édition, printanière, du Petit Bulletin Festival. En ouverture, le vendredi 27 avril, c'est le petit génie casqué Cascadeur qui viendra présenter son troisième album, à paraître le 30 mars et sur lequel il poursuit une œuvre aussi aérienne qu'énigmatique. Un disque plus cinématographique que jamais, jusque dans son titre Camera, que Cascadeur délivrera sur scène masqué mais sans fard en quatuor pop. Avant lui, c'est un autre prodige du genre, Sage, ex-Revolver qui fera apprécier, lui aussi en quatuor, son sens de la composition et des arrangements, déjà vus à l'œuvre, outre Revolver, aux côtés de Woodkid et The Shoes, et rassemblés sur de nouveaux titres comme sur ceux de son album éponyme, paru en 2016. Les deux musiciens français à la voix perchée et à la formation classique seron

Continuer à lire