Johnny Guitar, un ex Smiths à l'Épicerie Moderne

Pop | Après une seconde vie de mercenaire, l'ex-compositeur et guitariste mythique des Smiths, Johnny Marr, enfonce avec son premier album personnel le clou d'une carrière solo très tardive entamée en 2013. Et prouve qu'il n'est jamais trop tard pour (re)trouver sa voie. Et sa voix.

Stéphane Duchêne | Mardi 20 novembre 2018

Photo : © Niall Lea


Longtemps homme de l'ombre, Johnny Marr aura mis plus de trente ans, depuis la séparation des Smiths dont il était le guitariste carillonnant et l'ingénieux du son, pour investir le devant de la scène.

L'ex-alter ego/Némésis de Morrissey a ainsi multiplié les collaborations, où ses talents de caméléon musical lui permettaient de briller dans le brouillard, que ce soit aux côtés de The The, des Pretenders, de Modest Mouse, de Bryan Ferry, des Pet Shop Boys, au sein d'Electronic, formation née de son association avec le chanteur de New Order et autre monument mancunien, Bernard Sumner, des dispensables Cribs ou de ses Healers, et n'a commencé à assumer de se produire en solo qu'en 2013 avec The Messenger immédiatement suivi de Playland (2014).

Mais ces deux premiers albums solos, tournés vers une esthétique post-punk, décevaient plus qu'autre chose, Marr ne parvenant guère à transformer l'essai, que ce soit comme songwriter à part entière ou comme chanteur. Finalement, c'était encore en live, où il allait jusqu'à interpréter lui-même des titres des Smiths sur l'album live Adrenaline Baby - Johnny Marr Live (2015) – un exercice dans lequel il se révélait surprenant de justesse – que Marr semblait enfin, tout un symbole, se libérer du poids de son statut d'éternel side-man.

Mojo

En 2018, Johnny Marr semble goûter de plus en plus à la lumière et le prouve avec Call the Comet où – comme un fruit de ses multiples collaborations mais aussi des influences qui dès son plus jeune âge balayaient un large terrain musical et infusèrent subtilement la discographie des Smiths – il fait étalage de sa palette, retrouvant le mojo qui lui permettait de dérouler à la chaîne mélodies catchy (Rise, The Tracers) et atmosphères hypnotiques (Walk into the Sea). Cela en variant les niveaux d'intensité (le tranchant glam d'Hey Angel) et en alignant les clins d'œil (New Dominions dans une veine évoquant un coup d'un soir entre Bauhaus et Suicide, Actor Attractors, comme tombé du camion Depeche Mode, My Eternal et sa cold wave glaçante).

L'ensemble, disparate, pourrait dérouter si on ne retrouvait le son de guitare si caractéristique de Marr et si son chant n'était à ce point au diapason de ces différentes embardées.

Mais ironie ultime c'est pourtant sur les smithiens Day in Day Out et plus encore Hi Hello, qui résonne des échos (et des cordes) du There's a Light That Never Goes Out, que Marr touche en plein cœur. Comme dans une forme réussie d'acte manqué.

Johnny Marr
À l'Épicerie Moderne le mardi 27 novembre


Johnny Marr


Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Prémices de Smith : "England Is Mine"

Biopic new wave | de Mark Gill (G-B, 1h34) avec Jack Lowden, Jessica Brown Findlay, Jodie Comer…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Prémices de Smith :

Binoclard passant le plus clair de son temps dans sa chambre à écrire tout le mal qu’il pense de la scène rock locale ou à mimer ses artistes vénérés, Steven Patrick Morrissey attend l’heure propice. Celle où il lâchera son boulot d’employé de bureau pour montrer ce qu’il a dans les tripes… Des tripes de végétarien, cela va sans dire pour qui connaît le prosélytisme du leader des Smiths en la matière. Mais, et c’est le moindre des mérites de ce film, il n’a rien de ces biopics ordinaires rivés sur la légende dorée de la célébrité dont ils retracent le parcours, et qui insistent sur ses particularismes ou ses épiphanies avec une discrétion de marteau-piqueur. Ici, c’est à peine si un plan sur une assiette de légumes atteste du régime non carniste du futur chanteur. Autrement dit, si son “identité végane” est prise en compte, elle n’est pas considérée comme déterminante dans sa construction artistique. Corollaire : les exégètes de Morrissey n’apprendront rien qu’ils ne sachent déjà sur leur idole ; quant à ceux qui ne le connaissent pas, ils suivront l’itinéraire d’une jeunesse britan

Continuer à lire

Morrissey : libre, seul et insoumis

MUSIQUES | On le trouve génial ou insupportable, inspiré ou emphatique, classieux ou ridicule. Quand il sort un nouvel album, même médiocre, on crie au chef-d’œuvre. Quand il publie son autobiographie, c'est directement dans la Pléiade britannique et quand il passe dans les environs, on se précipite pour tenter de saisir ces fascinants paradoxes. Ce mélange d'insoumission, d'asociabilité et de narcissisme, auteur de chansons parmi les plus renversantes de ces trente dernières années, c'est Morrissey. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 28 octobre 2014

Morrissey : libre, seul et insoumis

Indécrottable et immuable, Morrissey est à l'image de deux des plus célèbres pochettes des Smiths : il est l'Orphée Narcisse incarné par Jean Marais chez Cocteau (This Charming Man) et L'Insoumis auquel Alain Delon prête ses traits dans le film éponyme d'Alain Cavalier (The Queen is Dead). Alors quand il publie en 2013 son autobio, vaste et brillant exercice masturbatoire rédigé dans une langue (de pute, la plupart du temps) absolument sublime, point de titre alambiqué en forme de clin d'oeil discographique comme il est d'usage pour les bio rock ; seul le mot Autobiography vient s'aligner sous le nom de son auteur, comme pour mieux le souligner. Un nom suffisamment lourd de sens pour se suffire à lui-même. Mieux (ou pire comment savoir ?) Morrissey a obtenu qu'Autobiography soit publié chez Penguin Classics, équivalent briton de la Pléiade où seuls les plus grands (et généralement les plus morts) ont droit de cité.   Devant la polémique naissante, l'éditeur répondait alors en se mordant la joue q

Continuer à lire

Let's folk !

MUSIQUES | Où qu'il puise ses origines éparpillées, le folk aura toujours été une affaire de transmission. C'est bien là l'esprit de la double rencontre organisée à la (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 25 janvier 2013

Let's folk !

Où qu'il puise ses origines éparpillées, le folk aura toujours été une affaire de transmission. C'est bien là l'esprit de la double rencontre organisée à la Maison du Livre, de l'Image et du Son de Villeurbanne. D'abord, autour de l'ouvrage Folk et Renouveau (Le Mot et le Reste), publié en 2011 par Bruno Meillier et l'immense Philippe Robert : une plongée dans pas moins de neuf décennies d'americana, d'Harry Smith à Bon Iver, en passant par les incontournables Dylan, Donovan, Young, Jansch et consorts pour comprendre non seulement d'où elle vient mais également où elle va. À ce titre, il sera aussi utile d'aller à la rencontre de Yann Tambour, alias Stranded Horse, petit gars du Cotentin bercé au rock anglais et toqué de kora, instrument traditionnel mandingue dont la pratique est traditionnellement réservée à la caste des griots mais dont il fait son miel en même temps qu'une drôle de tambouille, entre folk, musique africaine et pop anglo-saxonne. Sur le sublime Humbling Tides, il reprenait par exemple

Continuer à lire