Piers Faccini : « assumer un aspect hybride dans mon travail »

Folk | En mini-tournée quelques mois après la sortie de son dernier EP, quatrième volet de la collection folk "Hear my Voice" édité par son label, Piers Faccini passe une fois encore par le Temple Lanterne pour un concert acoustique. L'occasion pour lui de nous entretenir de cette collection, de son label et plus largement, de sa vision de l'indépendance artistique et économique à l'ère de la dématérialisation de la musique. Où il est question de musiques traditionnelles, des Cévennes, d'amour de l'artisanat et d'acoustique.

Stéphane Duchêne | Vendredi 28 février 2020

Photo : © Mr Cup


Quel est la genèse de Hear my Voice, cette collection d'EP dont vous venez de livrer vous-même le quatrième volet sur votre propre label Beating Drum ?
Piers Faccini : Quand j'ai voulu créer Beating Drum, c'était d'abord un choix d'émancipation artistique absolue sur mes propres projets et puis je me suis dit que si je croisais au hasard de mes collaborations, des gens intéressants, des projets ou des artistes qui évoluent sous le radar et n'ont pas une grande visibilité, Beating Drum pouvait avoir vocation à les aide à faire un premier pas sinon vers la notoriété du moins vers leur public. Et plutôt que de faire un album – ce qui est un investissement important parce qu'on peut travailler deux ans sur un disque qui aura une fenêtre d'une dizaine de jours pour accrocher les médias, la radio – j'ai pensé à créer une collection regroupant ces artistes dans une certaine esthétique et sous un format d'EP 4-titres. Nous en avions sorti trois avec des artistes très peu connus [l'Italien Gnut, la Néo-Zélandaise Tui Mamaki et le Trinidadien Horsedreamer, NdlR] et j'ai sorti le mien pour donner une certaine visibilité à la collection. Et aussi m'aligner sur ce qu'elle représente : une espèce de revendication de ce qui fait l'essence de la chanson. D'où des chansons très épurées et acoustiques mais aussi un retour à un songwriting qui m'a nourri : le folk anglo-américain.

D'où vous vient cet intérêt presque obsessionnel pour la musique folk, au sens de folklore, que promeut d'une certaine façon Hear my Voice et dont on retrouve la trace dans toute votre discographie ?
C'est d'abord un amour de la chanson sous toutes ses formes. Si on met de côté les catégories et qu'on s'intéresse à toutes les patrimoines de la même façon – une berceuse pygmée, une chanson inuit, un chant napolitain, du Maghreb, du Moyen-Orient, d'Ecosse – eh bien ce qu'il reste à mon sens, ce sont juste de très belles chansons. Et si on considère la musique aujourd'hui comme une immense bibliothèque de chansons, il ne faut pas se priver de ce qui appartient au répertoire non individualisé – c'est-à-dire ces chansons dont on ignore qui en sont les auteurs parce qu'elles relèvents d'une tradition orale. Parce que la chanson d'auteur telle qu'on la connaît depuis l'avènement de l'enregistrement, c'est au fond quelque chose de très récent. Quand on est dans les musiques traditionnelles ou folkloriques – ce qui à mon sens est la même chose – on a accès à des chansons anciennes absolument magnifiques. Evidemment on ne peut pas les comparer à un titre de Joan Baez ou de Bob Dylan, dont on connaît l'histoire de l'auteur, la personnalité... Mais en termes de chanson, on a, grâce à l'enregistrement, aux importantes collectes qui ont heureusement été faites par des passionnés, tout un patrimoine à explorer. Pour moi ce sont vraiment des gourmandises qui nourrissent mon travail. Parce que je suis constamment inspiré, surpris, éblouis par ces œuvres d'une finesse et d'une richesse rare. Ces deux trois dernières années par exemple, j'ai fait une plongée dans les musiques du Maghreb, le chaâbi algérien, des gnawas marocaines, les musiques berbères mais je n'ai fait qu'en effleurer la surface. C'est sans fin. À cinquante ans, je déplore de n'avoir pas devant moi assez de vie pour pouvoir explorer tous ces territoires musicaux.

Sur votre EP, l'inspiration est pourtant essentiellement anglo-saxonne. Comme un vrai retour aux sources des musiques qui vous ont touché en premier lieu...
Plus qu'anglo-saxonne, je dirais anglo-américaine ou anglo-irlando-américaine (rires), sachant que la musique américaine pour moi est essentiellement afro-américaine. Le blues et tout ce qui s'y rattache a été l'une de mes grandes influences, avec le folk anglais ou irlandais. C'est vraiment ce qu'on entend sur cet EP. Quand on écoute des chansons comme Could have been you ou même Hope dreams, leur assise, la manière de faire danser la mélodie, ont une touche afro-américaine.

Sur Hope Dreams, il y a même des échos du travail qu'a pu faire Tim Buckley, tant dans votre manière de chanter, plus haut que vous ne le faites habituellement, que dans une approche à la charnière du folk et du jazz. Un territoire que Buckley a beaucoup investi.
Oui, c'est vrai. Je ne me rends pas forcément compte moi-même mais que l'on puisse entendre cela, je le prends comme un compliment parce que j'ai toujours adoré son travail. Et ce qui m'intéresse ce sont ces dialogues entre les genres, d'assumer un aspect hybride dans mon travail.

Quand on parle de folk, on parle d'une musique liée à un environnement, une terre, un pays... Or vous avez choisi il y a plusieurs années de vivre au coeur des Cévennes. De quelle manière cet endroit a-t-il influencé votre écriture ?
Quand on vit dans ce genre d'environnement, il y a une manière d'être connecté avec la terre, avec les saisons. On a un regard et une écoute quotidienne qui est chaque jour différente. On entend des sons différents, des oiseaux migrateurs qui passent, des insectes, des mammifères qui sortent d'hibernation, le retour des bourgeons au printemps. Cette manière d'être au monde vient évidemment donner – je m'en rends de plus en plus compte au fur et à mesure que les années passent – une couleur à mes chansons.

Les Cévennes sont une région très particulière, très changeante, à la météo capricieuse et parfois violente...
C'est vrai. En tout cas en venant d'Angleterre, de Londres, même s'il fait froid en hiver dans les Cévennes, j'ai trouvé un lieu avec une lumière et un soleil incroyable. C'est un endroit où l'on distingue vraiment les quatre saisons, où on voit le temps passer, même si avec le changement climatique, on remarque des choses troublantes.

Un mot définit parfaitement votre travail, plus encore depuis la création de votre label Beating Drum, c'est le mot "artisanat", au sens très noble du terme. Ce qui est particulièrement évocateur avec la collection Hear My Voice et en accord avec la tradition folk. D'où vient cette approche modeste, méticuleuse et artisanale, loin du formatage et des procédés de l'industrie musicale – et qui d'ailleurs, puisque vous êtes également plasticien et peintre, ne concerne pas que la musique ?
Ça vient surtout du fait que j'ai fait une école d'art en Angleterre. J'ai longtemps été peintre et je continue à exercer mes mains dans un travail de plasticien. D'ailleurs, une des raisons pour lesquelles j'ai monté Beating Drum, c'était aussi pour créer des ponts et des conversations entre les genres, la peinture, les arts plastiques, la musique. On a pu comme cela concevoir des objets différents, comme des livres-disques ou un livre chez Actes Sud que j'ai écrit et dessiné moi-même. On a trop tendance à mon sens à considérer l'artisanat comme quelque chose de mineur. Ce n'est pas du tout mon approche, surtout dans un monde de plus en plus mécanique, virtuel. Cette connexion avec le travail des humains, tout ce qui est fait à la main me fascine. J'ai une grande admiration pour quelqu'un qui est capable de fabriquer des pots ou des bols sur une roue qu'il actionne avec le pied, selon une technique qui a des milliers d'années. Et c'est ce même amour que j'ai pour les auteurs et les instrumentistes. J'enseigne plusieurs semaines par an le songwriting à la Haute École de Musique à Lausanne et ce que je dis aux étudiants c'est de se passionner pour les détails, de nourrir une obsession pour le moindre mot. Parce que c'est là qu'est la beauté de l'artisanat : chercher à aller au plus près du beau. Ça demande une patience infinie mais quand on a ce souci du détail, on est tous reliés par le même amour de l'artisanat, quelle que soit notre discipline.

Dans la société libérale dans laquelle nous vivons et avec ce qu'est devenu en conséquence l'industrie musicale, se poser un artisan n'est-il pas la seule échappatoire de l'artiste pour retrouver une indépendance totale, impossible à l'intérieur de la matrice de cette industrie ?
C'est en tout cas la raison pour laquelle j'ai créé mon label. Avant cela, j'étais extrêmement frustré. C'est compliqué quand on se sent plein de ressources et qu'on a des tas d'idées, de s'entendre dire qu'on peut sortir onze chansons tous les trois-quatre ans et que pour le reste, il n'y a pas de place, pas d'argent. Quand j'ai créé Beating drum, j'ai voulu pouvoir partager mon travail avec une communauté de gens amoureux de la musique. Pas forcément mes fans – ce n'était pas la question – mais des gens qui, comme moi, étaient avant tout fans de musique, d'une certaine esthétique, de certaines approches. Du coup, tout ce que je ne pouvais pas faire "en signature" avec un label, m'étais désormais permis : publier des hors-séries, des livres-disques, des vinyls en édition limitée. Même des expositions de mon travail graphique et plastique. La création de mon label m'a permis d'être un peu plus qu'un type qui sort un album de temps en temps.

De manière plus prosaïque est-ce que cette manière de fonctionner est aussi une manière de s'y retrouver dans l'économie de la musique, autrement dit d'en vivre mais différemment ?
Quand j'ai monté Beating Drum on vivait un moment intéressant avec l'explosion des réseaux sociaux. Il y avait donc potentiellement une possibilité inédite de communiquer avec les gens qui me suivent. Et puis je me suis dit que créer mon label était une démarche assez comparable à la démarche d'un agriculteur qui décide de travailler différemment, de ne pas empoisonner sa terre, de respecter ses bêtes ou ce qu'il cultive, de faire le choix du bio ou du qualitatif. Quand on choisit cette voie, l'idée n'est pas d'avoir 100 hectares de terre et de vendre à bas-prix à un supermarché qui encourage la malbouffe, mais de produire plus modestement, des légumes ou de la viande de qualité qu'on va vendre au marché par exemple. Des gens sont prêts à payer le prix juste pour cela. Ma réflexion a donc été la même pour la musique : dans un environnement où la majorité des gens écoute de la musique en streaming, je sais qu'on est assez nombreux à vouloir acheter des disques et des livres comme une manière de cautionner une certaine éthique et un certain artisanat. J'ai d'ailleurs écrit au moment de la création du label, une sorte de manifeste que j'ai appelé "Why music is food" (rires). C'est une manière de penser l'artisanat comme une question globale. Evidemment on vend nos disques en magazins en travaillant avec un distributeur mais on incite les gens à nous suivre notamment via un système d'abonnement annuel de 40 euros sur le site de Beating Drum qui donne droit à un certain nombre d'objets. On essaie de proposer quelque chose de différent et c'est comme ça que j'ai pensé pouvoir m'en sortir financièrement. Bien sûr, il s'agit d'une petite économie nous faisons tout nous-même avec ma femme qui gère l'administratif, la comptabilité, l'organisation. C'est une entreprise familiale qui marche plutôt bien. Evidemment si on essayait de grandir et de fonctionner avec plusieurs salariés, ça ne marcherait pas (rires). C'est une économie fragile mais qui peut être équilibrée si on est malin dans nos choix.

Ce système de souscription directe qui s'inspire notamment de la presse digitale ou même des plateformes de streaming est assez inédit de la part d'un artiste indépendant. En tout cas sous cette forme...
Effectivement, mais c'est en train de se développer, comme vous l'avez dit, dans tout un tas de domaines : la presse, la musique. Encore une fois, c'est une façon de demander aux gens de cautionner une démarche. Je suis un lecteur du Guardian qui donne un accès libre à ses articles et à ses applications mais propose, si on considère qu'ils font un travail satisfaisant et utile, de s'abonner pour leur permettre de conserver une certaine éthique. Pourquoi pas l'utiliser dans la musique ? C'est la première année que l'on fonctionne comme ça, donc on découvre un peu mais ça marche plutôt bien. Ce qui est intéressant c'est qu'on demande 40 euros mais que les gens sont libres de donner plus. Et l'on a parfois des gens qui, parce qu'ils aiment ce qu'on fait, donnent plus, parfois beaucoup plus. Alors ça demande un peu d'imagination : très prochainement chacun de nos souscripteurs va recevoir un artwork original et unique, tiré au sort, en rapport avec nos vidéos : un dessin original, un collage... Ce qui m'intéresse c'est de faire comprendre aux gens que ce qu'on propose est différent, que c'est de l'artisanat justement.

Malgré tout, votre travail est toujours accessible sur les grandes plate-formes de streaming comme Spotify... N'est-ce pas un peu paradoxal, au vu de votre démarche ?
On sait bien que peu nombreux sont ceux qui gagnent beaucoup d'argent sur Spotify en dehors des stars du hip-hop qui vendent déjà des millions de disques... Mais il n'empêche que ça peut nous servir, nous artistes plus modestes. Pour moi, Spotify est une plate-forme qui marche plutôt bien : comme j'ai beaucoup tourné dans de nombreux pays et que je fais une musique qui peut traverser les frontières parce qu'assez universelle, Spotify me permet de rester présent, de garder le contact avec des gens qui me suivent un peu. En regardant mes statistiques, j'ai à peu près 300 000 écoutes par mois, entre 3 et 4 millions par an. C'est énorme. Evidemment, très peu de gens qui écoutent mes chansons sur Spotify vont aller acheter les disques mais même si c'est le cas d'une infime partie c'est très satisfaisant. Et puis, ça me permet de me faire connaître dans tel ou tel pays où je vais tourner. Beaucoup de gens ne me connaissent que via Spotify et viennent à mes concerts. Cette combinaison entre une approche très artisanal avec une part de vente directe et la présence digitale globale qui passe partout et me permet d'être écouté en Colombie ou à Taïwan, fonctionne plutôt bien.

Les EP Hear My Voice, en plus des accès streaming, ne sont disponibles qu'en vinyl. C'est une manière de souligner cette complémentarité ?
Oui, comme il s'agit de 4-titres on a décidé de ne faire que du streaming et des vinyls. Les publier en CD serait ridicule. C'est une manière d'assumer la dématérialisation tout en valorisant l'objet. Pour mon album à venir, je publierai bien sûr des CD mais il y a de moins en moins de gens qui achètent ce format. Quand je fais des dates, sur le stand de merchandising, les gens n'achètent que du vinyl. Ou alors ils me demandent le titre de telle ou telle chanson pour aller l'écouter sur une plate-forme. Bon, ça c'est un peu décourageant mais c'est comme ça (rires). On sait qu'en proportion le vinyl est une niche, ça concerne malgré tout très peu de gens. Ce n'est pas avec ça qu'une maison de disques gagne de l'argent. Moi, je suis ravi de produire des vinyls parce que je n'ai toujours écouté que du vinyl. Et ce qui est génial c'est que ce format permet de décliner un projet artistique global.

Quelques mots sur cette mini-tournée consécutive à la publication de votre EP Hear my Voice...
Comme je fais beaucoup de concert en acoustique, au sens premier du terme, c'est-à-dire sans micro, j'ai voulu faire, en attendant la sortie de mon prochain album à la fin de l'année, une petite tournée en accord avec cet EP. On a déjà joué à l'Église Saint-Jean de Montmartre, à la Chapelle du Méjan à Arles et le 4 mars au Temple Lanterne à Lyon que je connais très bien pour y avoir donné deux concerts avec Vincent Segal en acoustique. On va jouer les morceaux du EP bien sûr mais aussi une sélection de morceaux de ma discographie qui sont représentatifs ou en accord avec cette approche. Un répertoire qui s'accorde avec une formule acoustique à cordes que j'ai voulu sans rythmique. Je serai accompagné d'une violiniste, Anne Gouverneur, et d'une violoncelliste, Maeva Le Berre, qui sont aussi chanteuses. C'est important parce que j'avais à coeur de pouvoir faire des choses à trois voix. Ce sera un concert avec beaucoup de cordes et beaucoup de cordes vocales (rires).

Piers Faccini (concert acoustique en trio)
Au Temple Lanterne le vendredi 6 mars

Collection "Hear My Voice" par Gnut, Tui Mamaki, Horsedreamer et Piers Faccini (Beating Drum)


Piers Faccini


Temple Lanterne 10 rue Lanterne Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Piers Faccini de retour au Temple Lanterne

À venir | Habitué des scènes lyonnaises pas comme les autres et déjà vu en ce lieu pour un Petit Bulletin Live en novembre 2014, et en d'autres occasions, le chanteur (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 26 novembre 2019

Piers Faccini de retour au Temple Lanterne

Habitué des scènes lyonnaises pas comme les autres et déjà vu en ce lieu pour un Petit Bulletin Live en novembre 2014, et en d'autres occasions, le chanteur et songwriter Piers Faccini annonce son retour en le très intimiste Temple Lanterne. Où en trio, accompagné du violon d'Anne Gouverneur et du violoncelle de Maeva Le Berre, l'italo-anglo-cévennol livrera de ces bouleversantes versions acoustiques dont il a le secret lorsqu'il s'agit de revisiter son répertoire ouvert aux influences de tous les folklores. Et sans doute des extraits de son récent EP dans la collection Hear My Voice lancée il y a quelques mois par son label, Beating Drum, comme de son futur album pour lequel il faudra patienter jusqu'en novembre prochain. Communion prévue le 6 mars prochain à 20h30.

Continuer à lire

Vincent Segal fait salon

Nuits de Fourvière | En ouverture classieuse des Salons de musique proposés par les Nuits de Fourvière, le maître violoncelliste Vincent Segal et le label No Format unissent leurs talents à l'Odéon pour célébrer leur conception de la musique pas comme les autres, friande de rencontres et d'épure.

Stéphane Duchêne | Mardi 18 juin 2019

Vincent Segal fait salon

D'une pierre deux coups, d'un concert deux rêves, c'est ce que réalisent cette année les Nuits de Fourvière en inauguration de ces Salons de musique, qui du 23 juin au 11 juillet offriront comme un genre de programmation parallèle au festival, entre l'Odéon, la Salle Molière et l'Opéra de Lyon. D'abord, il s'agissait d'exaucer le désir du violoncelliste protée Vincent Segal (révélé avec Bumcello et capable d'accompagner Enrico Macias et Susheela Raman, M et Mayra Andrade, Blackalicious et Agnès Jaoui) de proposer un autre genre de performance que celles régulièrement livrées par lui entre les marches des deux théâtres antiques, autour de quelques amis musiciens échangistes et sans amplification. Un salon de musique en somme. Ensuite, pourquoi pas en profiter pour fêter ainsi en grande pompe mais en toute modestie, les quinze ans du label No Format, fondé en 2004 par Laurent Bizot, défenseur des musiques singulières, immatures, métissées et improvisées, qui accueillit les premiers pas en piano solo de Gonzales,

Continuer à lire

Piers Faccini, insulaire mais ouvert

Folk | Cosmopolite et polyglotte, Piers Faccini revient avec I dreamed an island, un album destiné aux citoyens du monde. Pour le présenter au public lyonnais, le chanteur sera accompagné d'un violoniste de renom.

Gabriel Cnudde | Mardi 15 novembre 2016

Piers Faccini, insulaire mais ouvert

Né en Angleterre d'un père italien et d'une mère anglaise, éduqué entre la France et l'Italie et devenu adulte par le biais de ses innombrables voyages, Piers Faccini, à défaut de faire de la musique du monde, est un musicien du monde. Avec I dreamed an island, son sixième album studio, le songwriter poursuit la description cosmopolite du monde dans lequel il évolue, y ajoutant cette fois une touche militante explicite. Adepte du multi-linguisme depuis Between Dogs and Wolves (2013), Piers Faccini chante en anglais, en français mais aussi en arabe et en italien. Plus qu'une simple question de sonorités, cette ouverture fait directement référence au nom de ce nouvel opus. L'île dont rêve le chanteur est une copie de la Sicile du douzième siècle où cohabitaient pacifiquement des peuples de cultures occidentale, byzantine et islamique. Musicalement, ce multi-culturalisme propre à l'artiste se traduit par un folk épuré où la guitare se transforme tantôt en kora, tantôt en

Continuer à lire

Bruce Brubaker, San Fermin et Yael Naim ouvrent la saison 2015/2016 des PB Live

MUSIQUES | Philip Glass joué par Bruce Brubaker au Sucre, Yael Naim qui fricote pour la quasi première fois avec le Quatuor Debussy en la Chapelle de la Trinité et le retour de San Fermin au Marché Gare : cette saison, le PB Live voit triple.

Stéphane Duchêne | Mardi 22 septembre 2015

Bruce Brubaker, San Fermin et Yael Naim ouvrent la saison 2015/2016 des PB Live

On avait laissé les Petit Bulletin Live résonner sur les dernières notes du Songs of Time Lost de Piers Faccini et Vincent Segal au Temple Lanterne en novembre dernier – ces derniers y refaisant un passage le 10 décembre. Certes, le temps fut long, mais comme l'a chanté Francis Lalanne, «on se retrouvera», et ce dès le 21 octobre. Et pas avec Francis Lalanne, c'est dire si le public est gâté. Et pas que pour une seule date, mais trois. Cette année, le PB Live, après une remise en forme, s'est converti à la tactique bien connue de Jacques Anquetil et de notre précieux et enthousiaste partenaire Rain Dog Productions :«On part à fond, on accélère au milieu et on finit au sprint.» Donc on part à fond, avec du lourd et du pointu, un bon 53x12 en langage cycliste mais qui, une fois lancé, roule tout seul : Bruce Brubaker joue Glass. Au Sucre. Parce que personne ne joue mieux Glass que Brubaker, à part peut-être Glass lui-même. On y revient de toute façon très vite. Sachez simplement que, interprétées par un tel virtuose, les études pour piano solo de Philip Glass,

Continuer à lire

Piers Faccini et Vincent Segal de retour au Temple

MUSIQUES | Vous les aviez adorés au Temple Lanterne l'automne dernier en PB Live ? Vous les adorerez une seconde fois. Car le guitariste et chanteur (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 6 mai 2015

Piers Faccini et Vincent Segal de retour au Temple

Vous les aviez adorés au Temple Lanterne l'automne dernier en PB Live ? Vous les adorerez une seconde fois. Car le guitariste et chanteur anglo-italo-cévenol Piers Faccini et le violoncelliste Vincent Segal reviendront pour une halte acoustique et pleine de leur incommensurable talent pour la reprise suave (Townes Van Zandt, chanson italienne, Alain Péters...) le 10 décembre au même endroit. Croyez-nous, ça vaut bien une messe, alors une virée au Temple, même en hiver...

Continuer à lire

Retour au Temple

MUSIQUES | Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 décembre 2014

Retour au Temple

Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du PB Live avec Vincent Segal et Piers Faccini, il y eut du recueillement et de l'extase. Avec leurs reprises de chansons italiennes, de Townes Van Zandt (sublime version de Quicksilver Dreams of Maria) et d'Alain Péters (Piers chantant en créole, savoureux), présentes sur leur disque Songs of Time Lost, mais aussi quelques unes piochées dans les albums solo de Piers (Where Angels Fly, entre autres), le duo a fait exploser le Temple d'émotion. Quand l'un faisait soudain sonner son violoncelle comme un hautbois, l'autre jouait de la guitare comme on use d'une kora malienne ou se paraît d'une voix de crooner qui réchauffait les murs pierreux du lieu. Sur Dicitencello Vuje, on a même vu une vieille dame en larmes. Comme c'était complet, dans tous les sens du terme, voici pour consoler les absents une vidéo de leur prestati

Continuer à lire

Piers Faccini & Vincent Segal, les compagnons de la chanson

MUSIQUES | En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time Lost". Le violoncelliste de Bumcello se confie sur ce projet qui le lie au barde anglo-italien.

Stéphane Duchêne | Vendredi 14 novembre 2014

Piers Faccini & Vincent Segal, les compagnons de la chanson

Vous connaissez Piers Faccini depuis 25 ans et n'avez jamais cessé de vous produire avec lui. Vous avez même réalisé son premier album Leave No Trace. Pourtant, Songs of Time Lost est votre premier vrai disque ensemble. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Vincent Segal : Pour moi Leave no Trace a été tout aussi important. Je me suis tellement investi, en termes de composition, au niveau des idées, que même si ce n'était pas mon album, il a été très important dans ma vie de musicien. Songs of Time Lost est né d'une proposition de Laurent Bizot du label No Format. Ca faisait des années qu'il nous entendait jouer ensemble. Il venait nous voir régulièrement aux Bouffes du Nord et nous demandait sans cesse pourquoi on n'enregistrait pas un album en mode violoncelle-guitare-voix. Ca ne nous était même pas venu à l'idée tellement jouer ensemble nous était naturel, que ce soit sur une scène ou à la maison. Comment vous êtes-vous retrouvés sur le choix de ce répertoire entre ancienne

Continuer à lire

Le Temple retrouvé

MUSIQUES | En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On gagne pourtant bien plus que son temps à se pencher dessus. Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Mardi 23 septembre 2014

Le Temple retrouvé

On dit parfois qu'il n'y a pas de hasard. On peut pourtant jurer que nous ne l'avons pas fait exprès, même à ceux qui pensent que le Petit Bulletin et Rain Dog Productions ont choisi d'ouvrir chaque saison du PB Live (bon, nous n'en sommes qu'à la deuxième, les conclusions sont peut-être hâtives) par un duo d'artistes franco-apatrides baladant le désormais classique violoncelle-voix sur des esthétiques vouées à faire le tour du Monde, de ses musiques et de ses langues. Et qui va même jusqu'à nous servir aussi un morceau en créole. C'est vrai, on le reconnaît à bien des égards, ce projet entre un chanteur polyglotte (également guitariste, voilà une nuance de taille) et un violoncelliste multi-tâche à la culture musicale dépliable à l'infini pourra rappeler le "Birds on a Wire" de Rosemary Standley et Dom La Nena que nous vous avions présenté en ouverture de ce que nous appellerons la saison 1 du PB Live. Et oui, quelle meilleure façon d'ouvrir cette saison deux que par un écho fut-il lointain

Continuer à lire

Piers Faccini - Between Dogs & Wolves

MUSIQUES | « All he wants / Is a home away from home » chantait Piers Faccini en 2009 sur un titre tiré de l'album Two Grains of Sand. « Une foyer loin de chez (...)

Benjamin Mialot | Mardi 5 novembre 2013

Piers Faccini - Between Dogs & Wolves

« All he wants / Is a home away from home » chantait Piers Faccini en 2009 sur un titre tiré de l'album Two Grains of Sand. « Une foyer loin de chez lui » ou quelque chose dans ce genre. C'est sans doute ce qui définit le mieux le parcours de cet Anglo-Italien élevé entre Angleterre, Italie et France et aujourd'hui installé dans les Cévennes.    Voilà sans doute d'où, depuis Leave no Trace (2003), Piers Faccini a développé un goût de l'aventure musicale qui le pousse à partir dans toutes les directions, à envisager toutes les destinations – de la musique celtique au blues malien, du folk américain à la chanson italienne. Jusqu'à finir par tenter d'explorer sa géographie intime, programme entamé avec My Wilderness (2011) – visage fondu dans une carte du monde – et ici poussé dans ses plus dépouillés retranchements avec Between Dogs & Wolves, enregistré à domicile.   

Continuer à lire

Piers Faccini, à pas de loup

MUSIQUES | Après la création de son propre label, Beating Drum, le vagabond musical anglo-italo-cévenol Piers Faccini est de retour avec "Between Dogs & Wolves". Le voyage intérieur et sans concession d'un loup désormais solitaire se délectant avec grâce et dépouillement de sa liberté artistique. Rencontre. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Benjamin Mialot | Mardi 5 novembre 2013

Piers Faccini, à pas de loup

Le titre de votre dernier album, Between Dogs & Wolves, fait référence à une expression française qui désigne un moment particulier de la tombée du jour... Quelle signification symbolique vouliez-vous lui donner ?Piers Faccini : Je voulais un titre à la manière du Songs of Love & Hate de Leonard Cohen, qui joue sur la dualité de manière poétique. Puis le titre Between Dogs & Wolves m'est apparu, après beaucoup de tâtonnements. Ce n'est qu'après que j'ai réalisé que j'avais traduit cette expression française. Or cette notion de crépuscule était parfaitement cohérente avec l'ambiance et la thématique des morceaux : l'« entre-deux » de ce moment de la journée est une belle métaphore de la fugacité et du caractère volatile de l'amour. Et comme c'est une expression qui n'existe pas en anglais, c'est aussi un clin d'œil à la France où je vis depuis dix ans.  

Continuer à lire

Musicophilia

MUSIQUES | Rock, électro, rap — Automne au balcon, printemps au diapason. Trêve des confiseurs et ripailles de Noël digérées, les salles lyonnaises remettent le couvert pour une saison musicale quasiment au niveau de celle que l'on vient de vivre. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 20 décembre 2011

Musicophilia

Ici, on n'est pas du genre à dire «on vous l'avait bien dit», mais avouez qu'on vous l'avait bien dit : l'automne a été particulièrement riche en (bon) cholestérol musical. Et au vu de ce qui se profile dans la première moitié de l'année, on n'a pas fini de saucer. Commençons par une fin en beauté excentrique avec la reine Björk de Biophilia aux Nuits de Fourvière. Un événement ! De même pour la venue le 26 mars à l'Epicerie Moderne de l'immense Jonathan Richman. Une Epicerie qui continuera de régaler cette saison avec le néo-rocker Hanni El-Khatib (26/02), un co-plateau international Piers Faccini (anglo-italo-quasi français) et Chad Van Gaalen (Canadien) le 15 mars, ou encore, la veille, ce sombre illuminé de Daniel Darc. Le printemps fleurera d'ailleurs bon le vieux chanteur «françois» révolté avec un Miossec très rock le 7 février au Transbo mais aussi, le 10, Michel Cloup (ex-Diabologum et Expérience) qui présentera son sublime album solo Notre Silence au Clacson. En dépit de ses difficultés actuelles avec le silence justement, la salle d'Oullins ne désarme pas pour autant avec une progra

Continuer à lire

Piers Import

MUSIQUES | Apatride par excès d’origines, Piers Faccini a prolongé aux sources d’un blues mondialisé sa quête d’identité internationale. Faccini ou le vagabondage comme seule appartenance. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 4 décembre 2009

Piers Import

N’en déplaise aux grands inquisiteurs de l’identité nationale, la diversité musicale de Piers Faccini a, il ne s’en cache pas, quelque chose à voir avec la diversité de ses origines. Cet Italo-anglais qui se déclare volontiers apatride, tant il fut trimballé enfant, a en effet très tôt convoqué le mélange. Des disciplines artistiques d’abord, puisque le musicien est également peintre (grand admirateur de Francis Bacon) quand ses deux frères sont écrivains. Comptabilisant des origines irlandaises, russes et gitanes, ayant vécu plus jeune en Angleterre (il est diplômé d’Eton) et en France, Piers a fini, avec femme et enfant, par se réfugier, dans les Cévennes. Comme les Protestants en leur temps, mais poursuivi, lui, par on ne sait quelle quête de quiétude. De cette diversité, de ces vagabondages, qui vous colleraient la migraine à un ministre de l’Immigration, Piers Faccini a initié dans le mélange, une sorte d’épure qu’il trimballe depuis son premier album, le mal nommé Leave no trace. Nick Drake au Mali Depuis lors, il ne cesse de travailler la question de l’origine, se livrant à des mariages (tout sauf gris) de tout

Continuer à lire

Viens voir les musiciens

MUSIQUES | Les Musiques Actuelles lyonnaises ont pas mal déchanté la saison passée et la coulisse gronde. Mais une fois l’automne venu, c’est bien sur scène que les choses sérieuses se passent. Et comme disait la cantatrice moustachue « the show must go on ». Alors, tous en scène. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 18 septembre 2009

Viens voir les musiciens

Le paysage musical lyonnais ayant laissé quelques cadavres en route l’an dernier, on se disait que faute de contenant, on risquait fort d’assister à une faillite du contenu en ce début de saison. Mais force est de constater que si le cru automnal n’est pas à se damner, l’amateur éclairé (à la bougie, y pu d’sous) pourra déceler dans cette programmation quelques pépites et se laissera aller à la découverte. Parmi celles-ci quelques personnalités très attendues comme le New-Yorkais Fredo Viola (4 nov. à l’Epicerie Moderne), qui évoluera aux côtés d’un Canadien habitué des scènes lyonnaises, l’aérien Patrick Watson. On attend également de pied ferme, le non moins délicat et inspiré Piers Faccini (12 déc. au Marché Gare) dont le dernier passage à Lyon avait été avorté par la naissance d’un enfant (le sien). Nouvel OasisSi Jeremy Jay et Nick Talbot de Gravenhurst (les 6 et 25 oct. à la Marquise) feront leur retour bienvenu sur les scènes lyonnaises, ce sera une première en revanche pour les inédits Akron/Family, discret fleuron folk vintage, venu enrichir (le 12 nov.) une programmation de l’Epicerie Moderne qui laisse aussi toujours une belle place aux artistes féminines, r

Continuer à lire