Tricky, Mel C & Fontaines DC annoncés à Lyon l'an prochain

Stéphane Duchêne | Vendredi 11 septembre 2020

Photo : Tricky © DR


Alors que les reports de dates se multiplient, il semble que toute la foi des musiques actuelles se soit elle même reportée sur 2021 puisque malgré tout pleuvent (enfin bruinent) les annonces de vrais nouveaux concerts pour l'année prochaine. Ainsi les nostalgiques des Spice Girls pourront-ils applaudir (avec des gants ?) Sporty Spice alias Mel C au Transbordeur le 3 mai. De même, c'est toujours au même endroit que les Irish post-punks de Fontaines DC passeront le 12 mars dans le cadre du festival Transfer, tandis que le Kao vient d'annoncer, dans son antre, la venue du Prince des ténèbres trip-hop Tricky — qui vient de publier son dernier album, ironiquement baptisé Fall to Pieces - "réduit en pièces". Sujet aux attaques de panique s'abstenir.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Deux festivals et des stars

SCENES | Commençons par ce qui gratte : deux festivals d'envergure pour le café-théâtre à Lyon, c'est une belle idée et clairement, il y a un public pour les faire vivre (...)

Sébastien Broquet | Mardi 6 septembre 2016

Deux festivals et des stars

Commençons par ce qui gratte : deux festivals d'envergure pour le café-théâtre à Lyon, c'est une belle idée et clairement, il y a un public pour les faire vivre tous les deux. Sauf que... quelle idée saugrenue de les organiser exactement aux mêmes dates, tous deux prenant fin le 1er octobre ! Collision regrettable, mais programmations délectables pour qui aime les bons mots. À l'Espace Gerson, c'est la 4e édition du festival d'Humour qui accueille en parrain Vincent Roca cette année, lequel donnera deux soirs d'affilée son Délirium Très Mots (26 et 27 septembre) créé en 2010 : virtuose de la langue, jongleur de mots, concurrent direct des titreurs de Libé, il s'est offert une belle notoriété en alignant les chroniques sur France Inter durant onze ans, dans le Fou du Roi de Stéphane Bern. Côté découvertes, se côtoieront Jérémy Vaillot, Margot Winch et Félix Dhjan (le mercredi 28 septembre), Ben H, Timothé Poissonnet et Pierre Daverat qui oscillent entre chanson et humour (jeudi 20 septembre) ou encore Haroun, Mathias Pradenas et Perrine Rouland (vendredi 30 septembre) avant un final hors-les-murs en c

Continuer à lire

Bien frappé

MUSIQUES | Cette année encore, le festival d'été de la Ville de Grenoble a frappé très fort en termes de programmation : l'éventail est non seulement toujours aussi large, (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 26 juin 2014

Bien frappé

Cette année encore, le festival d'été de la Ville de Grenoble a frappé très fort en termes de programmation : l'éventail est non seulement toujours aussi large, mais en plus le beau linge est de la plus belle étoffe. Question éventail, une belle tranche sera notamment donnée au maloya avec la présence de Maya Kamati et de la grande Christine Salem – cette dernière dans un exercice d'hybridation avec ses amis de Moriarty. Pour le reste, toutes les esthétiques imaginables sont représentés ou presque : reggae (Ki-Mani Marley, fils de qui vous savez, Meta & the Cornerstones), blues sous toutes ses déclinaisons, du swing à l'électro (Stracho Temelkovski, They Call Me Rico, St.Lô), électro, elle-même en tous genres, avec une forte inclination tout de même pour ses versants pop et indie rock (As Animals, Natas Love You, As a New Revolt)... Au-delà de ce brassage, le Cabaret Frappé n'a pas son pareil pour attirer dans ses filets ces jeunes chanteuses irrésistibles qui nous font perdre tout sens commun et nous rendent plus prosélytes qu'un témoin de Jéhovah, à l'instar de l'éblouissante Joe Bel et de la ténébreuse Lou Ma

Continuer à lire

Le freak, c’est chic

MUSIQUES | Comme pour toute saison, tout événement, tout lancement, il nous faut un parrain, un type dont la stature et l'aura donnent immédiatement le ton. C'est (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 19 septembre 2013

Le freak, c’est chic

Comme pour toute saison, tout événement, tout lancement, il nous faut un parrain, un type dont la stature et l'aura donnent immédiatement le ton. C'est Florent Pagny en total look peau de zobi à la Star Academy ou Alain Delon tenant des propos contre-intelligents sur l’homosexualité dans C à vous. Car oui, souvent, on a affaire à un type qui peut partir en vrille à tout moment, se mettre à dire n'importe quoi, comme n'importe quel parrain dans n'importe quel événement familial, ou comme un parrain de la mafia un peu sur les nerfs. C'est très bien, ça fait parler. Nous aurions pu assez logiquement choisir le parrain rock Don Cavalli, d’origine italienne et d’aspiration amerloque, comme tout parrain qui se respecte, et dont Les Inrocks qualifient avec raison la production de «rock tordu et primitif», quelque part entre la sève de Johnny Cash et les débordements d’un Beck. Bref, l’éternelle histoire du type né au mauvais endroit au mauvais moment et qui s’en accommode par le voyage intérieur (sur son dernier disque il va même jusqu’en Asie). En plus, dans le civil,

Continuer à lire

Le café-théâtre veille au grain

SCENES | L'an passé, à cette période, le milieu du café-théâtre était en passe d'être bousculé par l'ouverture de la Comédie-Odéon. Cette rentrée, plus calme, est l'occasion d'en (...)

Benjamin Mialot | Dimanche 8 septembre 2013

Le café-théâtre veille au grain

L'an passé, à cette période, le milieu du café-théâtre était en passe d'être bousculé par l'ouverture de la Comédie-Odéon. Cette rentrée, plus calme, est l'occasion d'en tirer un premier bilan. Il fait d'état d'une seule victime : le Complexe du Rire qui, à une poignée de lointaines reprises près (comme le solo sportif de Yoann Metay, du 19 mars au 5 avril), ne propose quasiment plus que de l'impro et des comédies mineures dont on doute que la Semaine de l'humour (du 5 au 20 octobre), ce dispositif visant, un peu comme Balises, à promouvoir et éclaircir les nombreuses programmations du secteur, suffira à nous les rendre amusantes. D'autant que l'Espace Gerson s'en est désolidarisé pour mieux «faire son festival» (du 26 au 28 septembre à la salle Rameau, où se produiront d'ailleurs le toujours frondeur Christophe Alevêque le 10 octobre et la pétillante Bérengère Krief le 21 décembre). On en reparlera le moment venu, pas seulement parce

Continuer à lire

Seb, c'est bien

SCENES | Au Petit Bulletin comme ailleurs, il nous arrive de casser un peu de la distance critique qui nous sépare des artistes peuplant nos pages. Généralement (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 5 juillet 2013

Seb, c'est bien

Au Petit Bulletin comme ailleurs, il nous arrive de casser un peu de la distance critique qui nous sépare des artistes peuplant nos pages. Généralement par amitié – pour un auteur rencontré au sortir du berceau, un prof de philo qui fut intellectuellement déterminant, un metteur en scène devenu quasi voisin de palier... Cela, nous le faisons bien sûr très rarement, et le prix à payer en culpabilité est à chaque fois élevé. Le cas de Seb Mellia est un peu particulier : avant de le voir à l'œuvre sur la petite scène du Boui-Boui (où il est à l'affiche jusqu'à la fin du mois), nous ne le connaissions que de réputation et pourtant, le mettre ainsi en avant heurte notre éthique. Sans doute parce que ce Parisien de vingt-six printemps, qui après avoir fait ses armes dans le comedy club de Jamel anime celui fondé par le mec de Bref (le Bordel Club, au Théâtre Galabru) est, avec son sourire à la Parker Lewis, son débit de tuyauteur et ses bafouillages p

Continuer à lire

Tricky ou la belle vie

MUSIQUES | Mixed Race, le nouvel album de Tricky, n’apporte rien de neuf ni de surprenant. Pour les coups fumants, il faut se reporter à la pochette (forte en THC) (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 5 novembre 2010

Tricky ou la belle vie

Mixed Race, le nouvel album de Tricky, n’apporte rien de neuf ni de surprenant. Pour les coups fumants, il faut se reporter à la pochette (forte en THC) ou au porte-nawak absolu dont l’ex-Kid de Bristol est toujours capable en concert. Là, toutes les surprises sont permises, tous les paris sont de mise : Tricky récidivera-t-il au Transbordeur le live border line déjà vu à Woodstower ? Fera-t-il grève une fois encore, laissant le micro en plan et les musiciens livrés à eux-mêmes, pendant que le public envahit la scène ? Caressera-t-il longtemps son torse de boxeur avant de se jeter dans l’arène ? Et sous prétexte d’être un grand fumeur, doit-il toujours se sentir obligé de jouer les fumistes ? Réponse mardi 16 novembre au Transbordeur.

Continuer à lire

Beast

MUSIQUES | C'est le coup de cœur répété des gens du Ninkasi, qui nous ramènent pour la seconde fois en moins d'un an cette bête en provenance du Canada. Coup de cœur (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 1 octobre 2010

Beast

C'est le coup de cœur répété des gens du Ninkasi, qui nous ramènent pour la seconde fois en moins d'un an cette bête en provenance du Canada. Coup de cœur justifié, puisqu'on a là entre les mains l'une des sensations de ces derniers mois. Un duo pour le moins inclassable qui émet un son difficile à ranger dans des cases : mélange de rock, de metal, de rap, de funk, de soul, de trip-hop, et même de musique orientale. On pense à Tricky, à Bran Van 3000 et parfois au Prince des grandes heures et puis le morceau suivant nous fait changer d'avis. Pour se faire une idée, ou plusieurs, c'est au Kafé (avec Mensch), mercredi 13 octobre 2010. Et c'est bête de gratuit. SD

Continuer à lire

Tricky

MUSIQUES | C’est l’histoire d’un gamin plutôt mal parti dans la vie : son père quitte le foyer familial avant même sa naissance, sa mère se suicide alors qu’il n’a que (...)

Dorotée Aznar | Lundi 24 août 2009

Tricky

C’est l’histoire d’un gamin plutôt mal parti dans la vie : son père quitte le foyer familial avant même sa naissance, sa mère se suicide alors qu’il n’a que quatre ans, il tâte un peu du mitard à l’adolescence… Bref, son avenir ne s’annonçait pas forcément sous les meilleurs auspices. Mais en 2009, le gosse qui avait tout du futur gibier de potence est devenu un fort gaillard tout en muscles et en tatouages qui, du haut de ses 41 ans, peut légitimement prétendre au titre de parrain du trip-hop : une figure tutélaire, un précurseur et un défricheur qui a su poser avant tout le monde les jalons du genre, un peu comme Iggy Pop l’avait fait pour le punk ou James Brown pour le funk. Rien que ça. Entre-temps, il y a eu quand même Massive Attack, groupe phare des années 90 et pionnier justement dans le domaine des tripatouillages sonores entre hip-hop, électro, soul et groove. Bien qu’il ait quitté le groupe de Bristol après seulement deux albums, Tricky a su garder intacte la ferveur de ses fans, et viendra prouver à Lyon le 29 août que non, décidément, il n’est toujours pas tricard. Romain Vallet

Continuer à lire

Hindi Zahra et Herman Düne

MUSIQUES | Juste avant les deux mastodontes électro que sont Peaches et Tricky, le samedi soir sera aussi l’occasion de (re)voir sur scène deux sensations folk du (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 20 août 2009

Hindi Zahra et Herman Düne

Juste avant les deux mastodontes électro que sont Peaches et Tricky, le samedi soir sera aussi l’occasion de (re)voir sur scène deux sensations folk du moments : la chanteuse aux accents berbères Hindi Zahra et les Franco-suédois d’Herman Düne. La jeune femme aux airs baba-cool viendra présenter à Lyon son premier album, à paraître à la rentrée de septembre, et qui buzze beaucoup en ce moment sur Internet. Sa petite voix fluette et ses arrangements de guitare éthérés devraient sans doute faire le bonheur de tous ceux qui trouvent Peaches trop trash... Elle sera suivie par un duo barbu et vêtu de chemises de bûcheron, les incontournables Herman Düne, rare exemple de groupe folk français réussissant à s'exporter avec succès à l'étranger : c'est ainsi qu'ils ont collaboré par le passé avec l'ex-Moldy Peaches Kimya Dawson et que leur chanson «I Wish That I Could See You Soon» a été saluée par le magazine Rolling Stones comme l'une des cent meilleures de 2007. La classe internationale, on vous dit. Romain Vallet

Continuer à lire

L’enfer et les autres

CONNAITRE | Festival - Musique / Ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène le savent. Le Tricky kid débarque avec son passif inscrit sur son corps bardé (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 19 juin 2009

L’enfer et les autres

Festival - Musique / Ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène le savent. Le Tricky kid débarque avec son passif inscrit sur son corps bardé d’impressionnants tattoos, marqué sur sa gueule renfrognée, gravé dans sa voix d’outre-tombe à même de faire frissonner les plus rétifs. Dans les mauvais jours, son mal-être le faisait arriver sous forte influence, grommelant ses lyrics avant de se tirer au bout d’une petite demi-heure. Mégalo, inconscient, méprisant ou intègre au dernier degré ? Probablement un peu de tout ça à la fois. Tricky n’a cure de l’aura puissante entourant son nom. En son temps, il préféra claquer la porte à la gueule des membres de Massive Attack, alors en pleine ascension fulgurante, plutôt que de subir les desiderata de l’industrie du disque. Avec la sublime chanteuse Martina Topley-Bird dans ses valises, il défricha ses obsessions musicales et accoucha du somptueux Maxinquaye, porté par les singles Aftermath et Hell is around the corner, qui portaient déjà en eux la quintessence de son style. Soit une fusion tous azimuts de ses influences sonores, du hip-hop au rock en passant par la soul et les premiers bidouillages électroniques, le tout avec un art consom

Continuer à lire