Studio Hirundo : le monde en "Faces"

Sono Mondiale | Le vendredi 12 mars a paru "Faces" de Studio Hirundo, un album 6 titres disponible sur Soundcloud, Bandcamp et YouTube, réunissant une poignée d'individualités en exil. Un projet porté par un quatuor d'étudiants de Lyon 2 avec le soutien de l'association Singa et du Jack Jack. Une belle initiative qui a su se muer en projet artistique à la découverte à la découverte de voix fortes.

Stéphane Duchêne | Lundi 15 mars 2021

Photo : © Tania Guerrero Alburquenque


Au commencement est un projet académique dans le cadre du Master développement de projets artistiques et culturels internationaux à Lyon 2. Quatre étudiants tous musiciens et désireux de faire leur trou dans ce milieu autant qu'intéressés par les liens qu'entretiennent le social et l'artistique projettent une idée un peu folle : créer et enregistrer en cinq mois, à partir d'octobre 2020, un album multiculturel qui puisse être un vecteur d'expression et de visibilisation des personnes exilées, musiciens ou pas. Les quatre se rapprochent alors de l'association Singa, « association et mouvement citoyen qui propose des espaces de rencontres et d'échanges avec des personnes nouvellement arrivées et des membres de la société d'accueil », nous détaille Leïla, l'une des quatre étudiantes à la racine du projet. Rapidement, ils deviennent porteurs de projets pour Singa dans l'idée « de se regrouper autour de la musique et des textes et de montrer notre diversité. »

L'association se fait notamment le relais de l'appel à candidature qui voit affluer les participants. Parmi eux, Camara qui accepté de nous parler de sa motivation. Il s'est mis au théâtre et à l'écriture en arrivant en France il y a deux ans et aimerait, pourquoi pas, diffuser plus largement ses poèmes et écrits fictionnels. Il vient de Guinée, ne dira ni pourquoi ni comment, parce que ce n'est pas vraiment le sujet. Le sujet est dans les textes, au nombre de deux, qu'il a fourni pour deux morceaux en spoken word. « On n'a pas cherché à connaître les origines de chacun ou leur histoire, l'idée c'est de communiquer autrement. On se rencontre en tant qu'individualités et on monte des choses ensemble » explique Leïla qui confie ne pas toujours se souvenir d'où viennent untel ou unetelle et peut-être l'avoir oublié sciemment.

Débloquer les pudeurs

À aucun moment, ajoute-telle, le cahier des charges de Studio Hirundo, nom de baptème du projet, ne mentionnait que les œuvres proposées devait traiter du thème de l'immigration et des obstacles qu'elle rencontrent. Il n'empêche que tous les textes en parlent, qu'ils soient le fait d'un poète kosovar, d'un reggaeman guinéen ou de Camara qui livre Noir, une réflexion sur la symbolique profonde de cette couleur qui est aussi la sienne, et Walio Wali, un cri du colère sur la condition de migrant, né du spectacle effarant de l'évacuation de la place de la République par les forces de l'ordre l'automne dernier.

Reste qu'il a tout de même fallu débloquer les réticences et les pudeurs bien légitimes à s'exprimer sans frein et sans garde-fou sur ces sujets sensibles. Même pour Camara qui passe sa vie dans ses cahiers quand il ne lit pas Senghor, Laye ou Racine. Difficile d'« oser aborder quelque chose qu'on n'a jamais osé aborder en public et qu'un sans-papier se retient de dire de peur d'avoir des problèmes, d'être la cible de la police. On a traversé tellement de choses qu'on ne peut pas se permettre de tout gâcher » reconnaît le jeune homme pour qui parler de sa condition reviendrait presque à commettre un délit.

Une crainte que Leïla et ses camarades ont constaté chez chacun des participants, quelque peu lissée toutefois en fonction des caractères de chacun et de leur expérience artistique : « Charles était déjà très à l'aise mais c'était peut-être un peu l'exception. Bliss, on a dû la pousser un peu alors que c'est une chanteuse incroyable, Dan est déjà un poète reconnu dans son pays » Mises en commun, « toutes ces pensées négatives ont disparu grâce au groupe et on a pu extérioriser tout ça. » conclut Camara.

De fait l'expérience est ouverte à tous, des plus motivés aux moins disponibles, parfois juste venus faire des chœurs. Du fait d'un timing insensé, les textes ou musiques proposés ont été ensuite choisis en fonction de leur degré d'aboutissement : « au début on s'est retrouvé avec les propositions de chacun, explique Leïla. On s'est rencontrés cinq fois seulement avant de faire trois répétitions, ce qui est très peu, puisqu'on s'était fixé de faire l'album en cinq semaines. Certains avaient des idées asses précises, comme sur Problems, le reggae qu'on trouve sur l'album pour lequel Charles est arrivé avec quelque chose de travaillé. Pareil avec les textes sur lesquels on a construit des choses assez différentes. Ça s'est fait autour des affinités musicales. »

Les quatre porteurs de projets participent à la composition et à l'enregistrement express, de même que Vincent Rémy, programmateur du Jack Jack, et Yann, son régisseur. Car entre-temps la salle brondillante est entrée dans la boucle et a offert sa scène et son studio pour accueillir répétitions et enregistrement. Celui-ci s'est déroulé sur deux jours, les 19 et 20 février dernier, pour mettre en boîte six morceaux très différents.

Conquérir son talent

Le résultat, eu égard au temps imparti et au fait que la plupart des participants sont amateurs, est surprenant : des piano-voix autour de quatre poèmes déclamés par leurs auteurs, parfois en VO (Le rêve du migrant) sur un accompagnement du pianiste Khayal, au reggae précité de Problems en passant par une très belle ballade bossa-folk, Summer sweet, portée par Bliss, chanteuse assez exceptionnelle du haut de ses... 15 ans.

Pour la suite, la petite troupe aimerait, quand le contexte sanitaire le permettra, pouvoir fêter l'aboutissement de Faces sur scène. Des contacts ont déjà été établis avec des événements lyonnais. De même que le rapprochement entre Singa et le Jack Jack pourrait pérenniser le projet sous la forme d'un partenariat entre les deux structures.

Et si Studio Hirundo n'avait au départ aucune vocation professionnalisante, on peut néanmoins penser qu'il a levé le voile sur quelques talents nommés Bliss, Charles, Dan Bozhlani, Khayal ou Camara, qui mériteraient qu'on leur prête attention. Parce que comme le dit Camara, outre la création d'une famille désormais formée par des gens qui ne se connaissaient pas, et pour certains isolés : « ce qu'on a ressorti de tout ça, c'est une certaine audace, une capacité à conquérir notre propre talent. »

Studio Hirundo, Faces (sur Bandcamp, Soundcloud et YouTube)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pablo Valentino, l’organique

Portrait | Digger passionné, Pablo Valentino convie des artistes éclectiques à ses côtés pour sa résidence Children Of The Drum — la plus ancienne du Sucre. On a rembobiné les années pour dresser le portrait de celui qui ne jure que par le groove, au Café du Rhône, qu’il a découvert dès son arrivée à Lyon il y a cinq ans. Story.

Anaïs Gningue | Mardi 15 octobre 2019

Pablo Valentino, l’organique

C’est l’histoire d’un gamin de Strasbourg tombé dans un bac à vinyles quand il était petit. Le funk et le disco tournent en boucle à la maison, sur la chaîne hi-fi made in 80's de son père. À dix ans, son oncle qui tient lui-même une émission le dimanche sur Radio Bienvenue Strasbourg (RBS), programme du reggae, du hip-hop à la A Tribe Called Quest ou Digable Planets, et lui file des CDs du rap français qui explose alors — Assassin, NTM… « La RBS m’a beaucoup influencé. Les DJs passaient non stop, sans pub ni annonce. Le matin ils jouaient du trip-hop, de la drum&bass, et l’après-midi des mixes de house de Chicago ou Detroit. Je les appellais pour avoir le nom des morceaux jusqu’à découvrir que la radio n’était pas si loin de chez moi » raconte Pablo. Son père imagine-t-il lancer sa carrière de digger lorsqu’il lui construit une table de mixag

Continuer à lire

Olivier Cheravola : « je veux ouvrir le Jack Jack à d’autres promoteurs »

Bron | Doté depuis quelques semaines d'un nouveau programmateur, Olivier Cheravola, le Jack Jack – émanation spectacle de la MJC Aragon à Bron, lance une nouvelle saison prometteuse.

Sébastien Broquet | Mardi 24 septembre 2019

Olivier Cheravola : « je veux ouvrir le Jack Jack à d’autres promoteurs »

Vous débutez votre première saison pleine en tant que programmateur… Olivier Cheravola​ : Je ne fais pas que la programmation, je suis aussi en charge du développement du Jack Jack, notamment via notre dispositif d’accompagnement des groupes, qui est en place depuis trois ans. Ce nouveau poste résume la totalité de mon parcours précédent, en tant qu’artiste, ou avec le label Galant Records et le management de Supa Dupa, la programmation avec Surl... Quels changements avec votre arrivée, vous qui venez du hip-hop, dans cette salle rock ? Je viens m’inscrire dans ce qui a été fait depuis six ans. Mais c’est aussi un nouveau cycle, donc forcément des choses vont bouger. Mon souhait est de faire le lien entre ce que l’on peut appeler le rock, avec des musiques cousines ou filiales, comme le blues et évidemment mon background hip-hop. Mais je ne vais pas transformer la ligne éditoriale en une salle hip-hop, d’autant qu’il y a déjà Bizarre! pas loin de chez nous. Pour moi le rock est une musique noire, donc pour résumer : amener plus de blac

Continuer à lire

Par ici les sorties

Newcomers | Fidèle à sa volonté énoncée par ailleurs de continuer à miser sur la belle jeunesse entre défense et accompagnement des régionaux, le Ninkasi offre à deux formations (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 25 septembre 2018

Par ici les sorties

Fidèle à sa volonté énoncée par ailleurs de continuer à miser sur la belle jeunesse entre défense et accompagnement des régionaux, le Ninkasi offre à deux formations lyonnaises et au public curieux une double release party. Si Yeast a déjà un peu de bouteille avec déjà deux EP au compteur, Smne You Cn't Hve et Water et plus d'une centaine de concerts, et s'avance avec le troisième Dust of Light au rythme d'une pop aérienne qui n'est pas sans rappeler Phoenix, Two Faces fait davantage office de nouveau visage dans le trombinoscope musical lyonnais en dépit d'un premier EP en 2017. Le duo qui réactive avec force l'esthétique trip-hop dans une veine bien fat fut le lauréat 2016/2017 du Ninkasi Music Lab, la Ligue des Talents du lieu, et ne cesse de marquer les esprits depuis. Après une résidence chacun dans les murs de la salle où ils ont pu travailler leur live, c'est nulle part ailleurs que sur la scène du Kao, dont l'entrée sera aussi libre que gratuite, que viendront s'ébat

Continuer à lire

Ramadan Bozhlani : « je suis un poète sans papier »

Poésie | Dan Bozhlani, poète et écrivain publié en Albanie, a trouvé refuge à Lyon, mais n'a toujours pas de papiers. Demandeur d'asile en sursis, il continue d'écrire sans répit. Pour être vivant.

Sébastien Broquet | Lundi 11 juin 2018

Ramadan Bozhlani : « je suis un poète sans papier »

Une force éclatante qui s'empare de la pièce, un regard clair et perçant posé sur vous et le ton décidé d'un homme qui sait ce qu'il veut, malgré tout : Ramadan Bozhlani dégage une présence peu commune, planqué sous sa casquette qui ne le quitte jamais ; « je la garde pour la photo, les gens ne me connaissent qu'avec ma casquette ». De son passé, on ne saura que peu, sinon que le jeune homme est né à Vushtrri, au Kosovo, pays qu'il a quitté suite à la guerre. Dan, comme on l'appelle, préfère parler d'avenir, qu'il imagine fertile pour mieux oublier le présent, accaparé par les turpitudes de l'administration française qui lui a refusé par deux fois l'asile, c'était à Bourg-en-Bresse où il est arrivé en septembre 2012. « À chaque fois, j’ai été déçu : réponse négative. Je vais déposer un nouveau dossier, cette fois à Lyon, en juillet. Je pense qu’ici ils peuvent accepter un poète. Lyon est un épicentre de culture et je suis dans cette ville depuis deux ans. » Lyon est devenue « ma ville de cœur et la France, ma seconde patrie. Les gens me demandent parfois pourquoi j’aime autant un pa

Continuer à lire

Margot Chevignard : « Notre bénéficiaire, c’est la société »

Initiatives | L'association Singa, dont une émanation est active à Lyon depuis 2015, n'œuvre pas pour les réfugiés. Elle agit avec. Et c'est toute la différence, cette inclusion, permettant à chacun d'apprendre à connaître l'Autre, de découvrir comment construire ensemble en combinant les compétences. Précieux.

Sébastien Broquet | Lundi 11 juin 2018

Margot Chevignard : « Notre bénéficiaire, c’est la société »

Singa ? Margot Chevignard : C’est une association née en 2012, à Paris, fondée par trois amis, Nathanaël Molle, Guillaume Capelle et Alice Barbe. Leur constat : les personnes réfugiées ont énormément de barrières bloquant leur intégration socio-économique dans leur société d’accueil. Pourquoi ? La plupart des Français qu’ils connaissaient sont payés pour les accompagner. Bizarrement, ils vivent en France, mais c’est difficile pour eux de rencontrer la société qui les accueille. En parallèle, il y a une image très négative des personnes réfugiées, les médias confondent les termes, on parle de vague, de flux… Alors que les réfugiés sont des personnes, avec des compétences, des expériences. Des envies. Toute cette partie est souvent éludée. Ils se sont dit : comment faire pour permettre une meilleure intégration ? L’idée : la rencontre. Les deux entendent beaucoup parler l’un de l’autre, mais ne se connaissent pas. Donc, créer des espaces pour permettre les rencontres et permettre aux personnes réfugiées une meilleure compréhension de la société dans laquelle ils vivent. Et offrir un autre regard aux accueillants. C’est de là que Singa est né. À Ly

Continuer à lire

Nasruddin Gladeema : « l’art est toujours sans frontières »

Documentaire | À 38 ans, Nasruddin Gladeema s’apprête à présenter le premier documentaire issu de sa société Nuvoscale Productions. Accompagné par Singa, il travaille à la Cordée Valmy (Lyon 9e) où ses co-workers l’appellent du diminutif Glad — heureux. Heureux, il l’est aujourd’hui.

Vincent Raymond | Lundi 11 juin 2018

Nasruddin Gladeema : « l’art est toujours sans frontières »

À quel moment avez-vous choisi de vous exprimer dans le champ artistique ? Nasruddin Gladeema : Officiellement, je suis un artiste depuis l’an dernier, 2017, quand j’ai créé Nuvoscale Productions, une entreprise spécialisée dans le domaine de la production audiovisuelle. Je la présente toujours comme une plateforme d’échanges créatifs entre des artistes “accueillants“ et d’autres qui arrivent et dont la situation administrative ou le statut varie entre réfugiés et migrants. Mais en fait, dès mon arrivée en France en 2011, alors que j’étais demandeur d’asile, j’ai cherché un chemin artistique pour me stabiliser. À quel endroit viviez-vous ? J’ai commencé ma vie en France à Grenoble — une ville incroyable pour moi, car entourée de montagnes. Je n’en avais jamais vues de pareilles puisque je suis né et ai grandi à Khartoum (Soudan) ; il n’y a pas de montagnes là-bas. Cet espace blanc en face de moi a donc été un premier grand changement. Et d’une certaine manière, mon premier projet artistique après mon arrivée à Grenoble a été de trouver un sens à ma présence en France.

Continuer à lire

Paroles de réfugiés

Conférence | Des réfugiés racontent leur parcours créatif.

Lisa Dumoulin | Samedi 24 juin 2017

Paroles de réfugiés

Une soirée pour découvrir le parcours de huit personnes réfugiées mais avant tout pleines de projets. Rwandais, syriens, bangladais, français, gabonais, et afghan, ils ont décidé de monter leur association, leur entreprise, de reprendre leurs études... Sur le format d'une conférence TED, ils présenteront leurs parcours atypiques. L'humoriste Karim Duval animera la soirée.

Continuer à lire

The Two Faces of January

ECRANS | D’Hossein Amini (EU-Ang-Fr, 1h37) avec Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscar Isaac…

Christophe Chabert | Mardi 17 juin 2014

The Two Faces of January

Dans les années 60 en Grèce, un petit arnaqueur américain officie comme guide touristique et se rapproche d’un couple bien sous tous rapports, lui très riche, elle très belle. Sauf que le mari est en fait un escroc recherché, cachant à sa femme la réalité de ses activités et embringuant le guide dans un jeu dangereux. Tiré d’un roman de Patricia Highsmith, The Two Faces of January prolonge le travail entrepris par feu-Anthony Minghella sur Le Talentueux Monsieur Ripley, à qui Hossein Amini, scénariste de Drive — ce qui est à la fois un bon et un mauvais présage, la valeur du film tenant surtout à la mise en scène de Winding Refn — reprend une évidente volonté de classicisme. De fait, The Two Faces of January tente de retrouver l’atmosphère des polars exotiques à l’ancienne, mais ne dépasse pas, dans sa mise en scène, le niveau d’un joli catalogue d’images glacées et racées, lissant tout le trouble de l’intrigue et réduisant les personnages à des stéréotypes sans épaisseur. Cette aseptisation touche particulièrement le jeu d’ordinaire fiévreux de Mort

Continuer à lire

Danse avec la Sioux

MUSIQUES | Si on dénonce souvent le copinage et le favoritisme, il faut parfois reconnaître que de temps à autre il peut avoir du bon. Car en plus de venir présenter son (...)

Dorotée Aznar | Mardi 8 avril 2008

Danse avec la Sioux

Si on dénonce souvent le copinage et le favoritisme, il faut parfois reconnaître que de temps à autre il peut avoir du bon. Car en plus de venir présenter son très chouette album de folk pastoral, Alela Diane en profitera pour nous présenter, en guise de première partie et de choriste, sa très chouette (et très jolie) copine Mariee Sioux. Laquelle n'est d'après nos informations pas plus mariée que sioux. Elle n'en a pas moins des origines indiennes dont l'écoute de son album Faces in the rocks ne permet guère de douter. Un disque qui n'a rien à envier à celui d'Alela Diane (qui avoue lui devoir son look de squaw) et mérite sans aucun doute de connaître le même succès. Habité par le souci animiste de dénicher le Grand Esprit sous le moindre caillou ou la moindre feuille morte, c'est-à-dire de chercher le Tout dans le souci du détail, Faces in the rock n'en est pas moins d'une simplicité évangélique : une guitare sous hypnose, de discrètes percussions, quelques flûtes et chœurs indiens pour attirer la pluie et bien sûr la voix de Mariee Sioux. Soit la grâce légère de Joni Mitchell, l'esprit ethnique de Buffy Sainte-Marie et ce qu'il faut de dévian

Continuer à lire