Douces transes

SCENES | Quand il n'est plus d'imitation, l'art de la danse met en mouvement et en transformation certitudes, représentations et identités. Sur le modèle de la transe, l'artiste multimédia Ulf Langheinrich, invité du festival Sens dessus dessous, et la chorégraphe Vânia Vaneau, programmée par Chaos danse, nous proposent, chacun à leur manière, un accès à la métamorphose. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 25 mars 2014

Photo : Ulf Langheinrich


L'époque, vous l'aurez noté, est au "trans" : transculturalité, transnationalité, transdisciplinarité, transgenre, transidentité... L'étymologie latine indique qu'il s'agit d'une attirance pour «l'autre côté», anciennement celui des dieux et du surnaturel avec le chamanisme et les rites de possession, aujourd'hui celui de l'autre culture (métissage), de l'autre sexe, de l'autre à l'intérieur de soi (le «Je est un autre» de Rimbaud), de l'autre du réel (le virtuel, le simulacre numérique cher à Jean Baudrillard). Quand, dans son livre fracassant Les Renards pâles (Gallimard, 2013), Yannick Haenel imagine une insurrection politique, celle-ci prend la figure d'une grande marche tribale et masquée, proche de la transe, dont l'un des buts est d'échapper à la réduction à l'identique, au "même côté" : « Nous nous mêlions ainsi les uns aux autres, dans une confusion tranquille, sans chercher aucune unité. La communauté, si elle existe, déjoue la clôture ; et c'est ce qui avait lieu : l'absence d'identité absorbait l'espace ».

 

Le philosophe Michel Foucault le disait lui aussi à sa manière : «Ne me demandez pas qui je suis et ne me dites pas de rester le même : c'est une morale d'état civil ; elle régit nos papiers». Le "trans" est à la fois ultra contemporain et archi ancien : la recherche d'une modification de l'identité physique et psychologique remonte en effet aux différentes danses et rites de transe qu'ils soient vaudou, chamaniques, médiumniques... Le cinéaste Jean Rouch en a filmé d'extraordinaires au Niger, mais chaque contrée a les siens : derviche tourneurs en Turquie, tarentelle en Italie... Cette quête de la transcendance et de l'extase à travers le corps, cette modification de la conscience et recherche d'un état second a été retravaillée par certains pionniers de la danse contemporaine comme Isadora Duncan, Marry Wigman (danses extatiques en 1918), ou par tous ceux qui, par exemple, se sont attelés au lancinant Boléro de Ravel...

On veut trop être quelqu'un


Née au Brésil en 1982, ancienne danseuse de Maguy Marin pendant six ans, la Lyonnaise Vânia Vaneau se lance dans la création d'un premier solo, Blanc, placé explicitement sous le signe de la transe. «Je suis partie, nous confie la jeune chorégraphe, du thème de la transe et de la transformation, avec des recherches sur le chamanisme, les rituels, les ornements, les costumes et les peintures corporelles. J'ai fabriqué moi-même différents costumes avec l'idée organique qu'ils pouvaient constituer plusieurs couches de peaux, différentes identités successives... ». Seule sur scène, Vânia Vaneau sera donc néanmoins multiple, collective, accumulant différentes figures ou personnages, évoquant aussi la nature et quelques animaux : «Le blanc c'est la somme de toutes les couleurs. Ma pièce explore le fait que l'individuel est fait de plusieurs couches physiques, historiques, culturelles...».

 

«On veut trop être quelqu'un écrivait Henri Michaux dans Plume. Il n'est pas un moi. Il n'est pas dix moi. Il n'est pas de moi. MOI n'est qu'une position d'équilibre (une entre mille autres continuellement possibles et toujours prêtes). Une moyenne de "moi", un mouvement de foule». Pensée du flux et du devenir, la transe fait basculer continuellement l'artiste de l'autre côté d'un miroir social aux images trop fixes ou aliénantes. La danse qui est mouvement, é-motion, passage d'un corps trivial à un corps élancé, paraît être l'un des médiums idoines pour cela. «La transe, dit encore Vânia Vaneau, est un appel à des forces invisibles, non perçues ordinairement. Elle peut nous faire changer de perception, d'état, et accéder à d'autres couches qui nous composent au-delà de notre vie quotidienne normale et banale». Blanc, à travers sa bande son notamment, fait aussi référence à ce drôle de mouvement littéraire et artistique brésilien né du Manifeste anthropophage de l'écrivain Oswald de Andrade (1890 -1954), publié en 1928. Le mouvement anthropophage prône non pas le rejet des cultures étrangères, mais au contraire leur appropriation, leur assimilation, en particulier des cultures européennes. Ceux qui auraient la chance d'aller à Paris prochainement pourront voir au Centre Georges Pompidou plusieurs salles consacrées à ce singulier courant dans le cadre de la nouvelle présentation des collections du Musée national d'art moderne.

Immersion


La transe, comme son concept y invite, passe elle-même d'un état artistique à un autre selon les époques. Elle a touché la musique électronique via la trance et distille ses effets de métamorphose et son projet poétique de «long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens» (Rimbaud) jusqu'aux plus high tech des arts multimédia.

 

Ex-membre du fameux duo Granular Synthesis dissout en 2003, l'Allemand Ulf Langheinrich (né en 1960) présente à Lyon à la fois un environnement sonore et vidéo 3D au Musée d'Art Contemporain (Land IV, 2008-2011) et une pièce chorégraphique à la Maison de la Danse dans le cadre du festival Sens Dessus Dessous (Movement C, créé en 2012). A propos de Land, il écrit : «Il existe un conflit entre l'intention de toucher un public par le biais d'une expérience artistique axée sur les sens et les lois et contraintes inévitables des arts médiatiques dépendant des logiciels et du matériel informatique (contrairement aux possibilités illimitées promises...). LAND tente de créer l'illusion : l'immersive et sublime sensation d'incertitude au moyen du son, de matières virtuelles projetées et du temps. Cette approche de la création visuelle repose sur mon expertise dans le domaine du son et, en fin de compte, sur une autre forme d'imagination sonore. Derrière cette réalité froide, technologique et synthétique se cache peut-être quelque chose de viscéralement chaud, de profond».

 

Sans aller jusqu'aux viscères et à la chaleur extatique, la pièce de l'artiste parvient effectivement à nous plonger dans une sorte d'état hypnotique des plus réussis, pendant une vingtaine de minutes. Pourtant, les images abstraites (au départ des prises de vue de vagues sur une côte du Ghana, retravaillées ensuite à l'ordinateur) et les nappes sonores de Ulf Langheinrich sont plutôt âpres, synthétiques, inhumaines. Nous sommes face à un paysage du "rien" et à une matière granuleuse d'images ne représentant nul figure ni récit. «Une terre pleine de pessimisme, un moule et une sculpture de gris numérique, une zone dense avant le vide final, avant le néant. C'est une terre devant un mur, une patrie pour aujourd'hui» écrit encore l'artiste.

Transsubstantiation


A la Maison de la danse, Ulf Langheinrich donnera un tour de manivelle supplémentaire à ses expérimentations entremêlant "physicalité", abstraction, environnements numériques, logiques mathématiques : une danseuse bien réelle, baignée de lumières et de sons, bombardée d'effets stroboscopiques et de projections 3D, va peu à peu se dissoudre sous les yeux des spectateurs, se métamorphoser en un simulacre flottant au-dessus de la scène. «Tout se dissout en vagues de pure lumière» promet Langheinrich. Une transsubstantiation laïque du réel en virtuel : «La répétition apparemment aléatoire et continue des mouvements chorégraphiés induit une dérive oscillant entre langueur et trouble alors que le spectateur observe un minimalisme incessant d'une extrême intensité. En fait, Movement C génère globalement la sensation d'une oscillation constante, étrangement agréable, comme celle que l'on ressent lorsqu'on est paisiblement allongé, touché par la fièvre et perclus de douleurs subtiles». 


Avant d'en arriver aux logiciels informatiques et à une grande maîtrise technologique, Ulf Langheinrich a réalisé à la fin des années 1980 des toiles aux motifs proches de ceux de Francis Bacon, peintre par excellence de la défiguration, de la catastrophe (le terme désigne le lieu où une fonction change brusquement de forme dans la théorie des catastrophes du mathématicien René Thom). Il travaille actuellement avec le chorégraphe japonais Saburo Teshigawara sur un opéra d'après le Solaris de Stanislaw Lem (création en 2015 au Théâtre des Champs Elysées à Paris), roman où les morts et les personnages de rêves, les images, prennent chair et os. Une transsubstantiation inverse de celle promise par Movement C à la Maison de la danse.


Movement C

Pau Ulf Alangheinrich et Maureen Law, 1h
Maison de la Danse 8 avenue Jean Mermoz Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Listen profoundly

Expo de Feldman, Langheinrich et Goebbels
Musée d'Art Contemporain Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La danse sur pointillés en cette rentrée

Danse | Avec des conditions de création et de diffusion toujours compliquées, la saison danse commence "sur pointillés", tout à la fois avec discrétion, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 11 septembre 2020

La danse sur pointillés en cette rentrée

Avec des conditions de création et de diffusion toujours compliquées, la saison danse commence "sur pointillés", tout à la fois avec discrétion, curiosité et avec des petits formats de spectacles... À l'Opéra, la nouvelle directrice du Ballet, Julie Guibert, a invité trente chorégraphes à créer trente solos pour chacun des danseurs de la compagnie. Sept premières pièces sont présentées en septembre, signées Yuval Pick, Jan Martens, Kylie Walters, Abril Diaz... À la Maison de la Danse, Dominique Hervieu, quant à elle, lance L'Automne de la Danse avec neuf rendez-vous gratuits étalés sur deux mois. On pourra y découvrir des sorties de résidence de la compagnie-trio Collectif Es avec une création autour de la musique et de l'esprit punk, de l'idée de groupe et de ses liens à l'identité individuelle. Ou du chorégraphe Fouad Boussouf (c

Continuer à lire

Chaos Danse toujours debout 

Danse | Malgré les déboires des budgets culturels publics et les difficultés financières des compagnies de danse, Chaos Danse tient toujours debout, et (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 19 mars 2019

Chaos Danse toujours debout 

Malgré les déboires des budgets culturels publics et les difficultés financières des compagnies de danse, Chaos Danse tient toujours debout, et inaugure même cette semaine rien moins que sa 17e édition ! Le festival tient toujours son cap artistique : une dizaine de spectacles de danse à prix plus que raisonnables (et même gratuits pour les étudiants), permettant de découvrir de jeunes talents et des chorégraphes émergents. Toutes les danses y sont invitées : du classique au hip-hop, de la danse contemporaine au spectacle de voltige... On pourra découvrir la Cabine d'essayage de Jessica Noita avec son espace claustrophobe où se jouent et se déjouent toutes les parures sociales, ou le curieux corps-à-corps entre la chorégraphe et danseuse Joana Schweizer et un piano volant. On retrouvera aussi quelques habituées du festival comme la compagnie de hip-hop lyonnaise Voltaïk et la compagnie Tiers Temps. Ou encore le jeune ballet du CNSMD dont le riche programme s'étirera de la valeur montante de la danse contemporaine Noé Soulier, à l'une des

Continuer à lire

Papaioannou, dresseur d'émotions au festival Sens Dessus Dessous

Danse | Dédié à la jeune création et aux rencontres entre la danse et d'autres disciplines, le 7e festival Sens Dessus Dessous débute cette semaine avec un spectacle prometteur : The Great Tamer de Dimitris Papaioannou !

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 26 février 2019

Papaioannou, dresseur d'émotions au festival Sens Dessus Dessous

Ancien étudiant aux Beaux-Arts né en 1964, metteur en scène des cérémonies des JO d'Athènes de 2004, auteur de 25 spectacles, le chorégraphe Dimitris Papaioannou est loin d'être un inconnu. Mieux : sa pièce pour onze interprètes, The Great Tamer (mot à mot : le grand dresseur), a fait un tabac au Festival d'Avignon en 2017. Une scène incurvée et instable, recouverte de plusieurs strates de grandes plaques grises, y fait office tout à la fois de champ de fouille archéologique, de cimetière et de sol anthropologique. « The Great Tamer explore une thématique archéologique : il s’agit de creuser et d’enterrer, puis de révéler des actions métaphoriques pour parler de l’identité, du passé, de l’héritage et de l’intériorité subconsciente. » indique Dimitris Papaioannou dans le dossier de presse. Enfouir et déterrer, perdre et retrouver, disparaître et ressurgir sont les couples rythmiques et thématiques de cette pièce tout à la fois légère et tragique. Distortions Nourri d'histoire de l'art, de tragédie grecque, d’histoire de la danse et du cirque,

Continuer à lire

Dominique Hervieu : « tant mieux si la danse s’empare des sujets actuels »

Sens Dessus Dessous | La Maison de la Danse se la joue Sens Dessus Dessous comme chaque début de printemps et s’offre un pas de côté régénérant pour voir de la danse autrement. Dominique Hervieu (sa directrice et programmatrice) invite à la curiosité pour (re)découvrir des artistes, souvent radicaux et jusqu’au-boutistes, qui expérimentent autour du mouvement vers de nouveaux territoires artistiques.

Anne Huguet | Mardi 20 février 2018

Dominique Hervieu : « tant mieux si la danse s’empare des sujets actuels »

Comment concevez-vous la programmation de Sens Dessus Dessous ? Dominique Hervieu : Ce qui m’importe ici, c’est de montrer d’autres aspects de la danse. Des œuvres moins fédératrices, à voir sur des jauges réduites (de 300 à 400 places). Ma programmation est bien sûr liée à l’actualité de la création. C’est aussi fonction des artistes que je souhaite accompagner. Je pense à Oona Doherty ou Jann Gallois (artistes associées dans le cadre du Pôle Européen de Création). S’ajoutent à cela les vrais coups de cœur. Comme Nacera Belaza. Elle viendra au Musée des Confluences faire vivre aux visiteurs une expérience assez unique. Il y a dans sa démarche un rapport vraiment contemporain associé à une dimension répétitive, spirituelle et même ethnographique. Les femmes, au cœur de votre programmation ? J’ai souhaité mettre en avant cette nouvelle génération de jeunes femmes chorégraphes (Jann Gallois, Oona Doherty) qui incarne un vrai renouveau féminin dans la création artistique internationale. Souvent issues du mouvement hip-hop, elles s’en éloignent et s’en émanci

Continuer à lire

Ces corps politiques

Festival Sens Dessus Dessous | En dépit des apparences et des idées reçues, le corps et la danse ont des liens assez directs et forts avec le politique et la vie de la cité. Le 6e Festival Sens Dessus Dessous réunit plusieurs chorégraphes sensibles à ces questions.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 28 février 2017

Ces corps politiques

Si vous êtes un lecteur du philosophe Michel Foucault, de l'anthropologue Marcel Mauss, du géographe Michel Lussault, ou tout simplement du Petit Bulletin (notre récent entretien avec Boris Charmatz), les liens entre danse, corps et politique n'ont pour vous plus rien d'étonnant ni de paradoxal. Rappelons les mots très simples que le chorégraphe Boris Charmatz employait dans nos colonnes pour en donner un exemple à la fois emblématique et actuel : « La danse peut rassembler beaucoup de gens dans le but de se questionner, de se remettre en mouvement, d'essayer des choses et de changer des postures. À l'heure où notre société est figée par le terrorisme, le chômage, la sécurité, la privatisation, la danse donne des possibilités d'assouplissement. »

Continuer à lire

Peeping Tom : la danse des âmes fêlées

SCENES | Vader de l'étonnante compagnie Peeping Tom ouvre la nouvelle édition du Festival Sens Dessus Dessous, consacré aux formes chorégraphiques singulières et aux chorégraphes émergents.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 15 mars 2016

Peeping Tom : la danse des âmes fêlées

Quand l'âme humaine est malade ou fêlée, pour en faire le diagnostic comme pour tenter de la soigner, il est bon de la laisser s'exprimer à travers tous ses modes d'expression possibles, semble nous dire la compagnie franco-belge Peeping Tom. Concomitamment, ou successivement : par l'image (théâtrale, cinématographique ou encore surréaliste), par la parole dramatique, le chant et la musique, le mouvement et la danse. Vader (premier volet d'une trilogie sur la famille : Père-Mère-Enfants) nous plonge dans la grande salle des pas perdus d'une maison de retraite. Un espace à priori peu glamour que Peeping Tom met en scène comme une sorte de purgatoire, de limbes Lynchiennes, entre la vie et la mort, la fête et le désespoir. Un fils y traîne littéralement, en début de spectacle, son vieux père qui deviendra dans ces lieux une figure de "patriarche" : tour à tour mythique, moqué, divin, ridicule... Entre rêve et réalité Est-il un être d'exception ou un être délirant ? « La pièce joue sur ce fossé grandissant entre la perception et la réalité dans le corps en déclin et le cerveau sénile. Le temps semble rale

Continuer à lire

Un sacré printemps de danse

SCENES | C'est pour le moins un sacré début de printemps qui s'annonce à Lyon dans le domaine de la danse avec, notamment, la reprise de May B, chef-d’œuvre de (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 24 mars 2015

Un sacré printemps de danse

C'est pour le moins un sacré début de printemps qui s'annonce à Lyon dans le domaine de la danse avec, notamment, la reprise de May B, chef-d’œuvre de Maguy Marin, au Ramdam (du 7 au 11 avril) et la transmission de Drumming Live, pièce majeure d'Anne Teresa de Keersmaeker, au Ballet de l'opéra (du 7 au 11 avril). Auparavant, deux festivals regroupés sous l'intitulé "Printemps de la création" permettront aux amateurs de découvrir une multitude de chorégraphes émergents ou d'artistes proches de la danse. Á la Maison de la danse et hors ses murs, Sens dessus dessous nous fera voyager de l’œuvre choc de Christian Rizzo inspirée du folklore turc à la mémoire de l'Afrique du Sud chorégraphiée par Gregory Maqoma en passant par le plus local mais toujours drôle et truculent Denis Plassard. Le Lyonnais reprend Chalet d'après un texte d'André Baillon, œuvre dépeignant avec humour le quotidien d'un hôpital. Aux confins de la danse, le duo Your Majesties met lui en mouvements le discours de Barack Obama pour la réception du Prix Nobel de la paix en 2009, tandis que le trublion Antoine Defoort se lancera dans une désopilante conférence

Continuer à lire

Aux bords de la folie

SCENES | L'art, la danse et l'écriture qui aspirent à la transe, au mouvement des identités et des images, courent aussi le danger de l'informe, du trou noir d'un (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 25 mars 2014

Aux bords de la folie

L'art, la danse et l'écriture qui aspirent à la transe, au mouvement des identités et des images, courent aussi le danger de l'informe, du trou noir d'un miroir sans reflet. Le fondateur des Ballets C. de la B. (entité trans-disciplinaire par excellence, entre danse et théâtre), Alain Platel, s'est souvent confronté aux bizarreries de l'hystérie et de la déraison. Vsprs par exemple, en 2006, en reprenait les gestes singuliers aux secousses spasmodiques. Platel se veut plus largement le défenseur d'une «danse bâtarde», demandant à ses danseurs de puiser leurs mouvements au moment où ils se «blottissent dans ce coin de cerveau encore préservé de toute civilisation». Sa nouvelle pièce, Tauberbach, part à nouveau sur les traces de la folie, avec l'histoire d'Estamira, schizophrène brésilienne ayant développé son propre mode de communication et survivant au milieu d'une décharge à Rio de Janeiro. «Tauberbach est l'histoire d'une femme qui est épluchée. Une femme qui mène sa vie à l'intérieur de sa tête mais qui, au fur et à mesure, découvre son corps» précise ainsi Koen Tachelet, dramaturge de la pièce. Si Alain Plate

Continuer à lire

La danse s’éclate

SCENES | Après le passé (le Boom des années 80), la Maison de la danse se tourne vers l’avenir avec le festival Sens dessus dessous. Et invite cinq compagnies «qui (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 16 mai 2013

La danse s’éclate

Après le passé (le Boom des années 80), la Maison de la danse se tourne vers l’avenir avec le festival Sens dessus dessous. Et invite cinq compagnies «qui questionnent les formes scéniques, qui s’interrogent sur la fonction de l’art aujourd’hui et jouent avec les frontières des disciplines». On passera ainsi allégrement du nouveau one woman show (chant, danse, humour) d’Eugénie Rebetez, toute en rondeurs et truculences, aux manipulations mentales du magicien Thierry Collet ou à la "nature morte" dansée par le Nigérian Qudus Onikeku… Pour mieux brouiller les frontières encore, la compagnie belge Fabuleus reprendra son spectacle We Dance to Forget, fête déjantée nourrie pêle-mêle d'électro dancefloor, de rock et des grands classiques de la danse ! Au-delà de la révolte des chorégraphes de la non-danse des années 1990 (Alain Buffard, Boris Charmatz…), éclot une nouvelle génération d’artistes ouverts à bien des influences, bourrés d’énergie et n’hésitant pas à renouer avec l’expressionnisme, la narration, la "danse qui danse". On sera particulièrement attentif à la venue du Québécois Frédéri

Continuer à lire

Chaos toujours debout

SCENES | Pour la dixième année consécutive, sous la houlette de Françoise Maimone, le Festival Chaos danse (du 13 au 30 mars au Théâtre Astrée à l'Université Lyon 1) propose (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 8 mars 2012

Chaos toujours debout

Pour la dixième année consécutive, sous la houlette de Françoise Maimone, le Festival Chaos danse (du 13 au 30 mars au Théâtre Astrée à l'Université Lyon 1) propose de nous faire découvrir de jeunes compagnies ou des compagnies déjà confirmées, de Lyon ou d'ailleurs. Cette édition anniversaire rendra notamment hommage au chorégraphe Dominique Bagouet (1951-1992), artiste de la fragilité et des frontières incertaines entre l'émotion et l'humour des mouvements d'automates, à travers des lectures, des témoignages d'un danseur ayant travaillé avec Bagouet, et des projections vidéo de spectacles... On pourra y découvrir aussi la création récente et pluridisciplinaire de Denis Plassard (Encore quelques illusions) autour du monde de la magie et de ses codes, une pièce de Trisha Brown par le ballet du Conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD), une création de la compagnie stéphanoise PARC à partir d'une matière corporelle la plus «brute» possible, et plusieurs pièces du jeune et talentueux Yann Rabaland à la gestuelle si délicate et attentive à la composition musicale... Au total, huit soirées seront proposées par ce festival to

Continuer à lire

Chaos danse - Super Eros

SCENES | Trois belles occasions cette semaine de découvrir des chorégraphes peu connus ou de jeunes compagnies. Avec d'abord la 9e édition du festival Chaos Danse (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 10 mars 2011

Chaos danse - Super Eros

Trois belles occasions cette semaine de découvrir des chorégraphes peu connus ou de jeunes compagnies. Avec d'abord la 9e édition du festival Chaos Danse (du 15 mars au 1er avril au Théâtre Astrée) et des pièces signées par exemple Yan Raballand, François Veyrunes ou un hommage à Pina Bausch conçu par Françoise Maimone directrice artistique de l'événement. Au Studio de la Maison de la danse (du 17 au 19 mars), l'ancien danseur du Ballet de Lyon, Davy Brun, présente son duo baroque et musclé "A Contre danse" créé en 2008. Et, last but not least, l'alléchant festival «Super Eros» du Croiseur (jusqu'au 18 mars), plutôt orienté théâtre, propose aussi quelques performances et spectacles dansés. JED

Continuer à lire

Chaos toujours debout

SCENES | Danse / Sous la houlette de Françoise Maimonne et sous la bonne étoile de Nietzsche (le titre de l'événement est tiré d'une citation du philosophe :  Il faut (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 15 janvier 2010

Chaos toujours debout

Danse / Sous la houlette de Françoise Maimonne et sous la bonne étoile de Nietzsche (le titre de l'événement est tiré d'une citation du philosophe :  Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d'une étoile qui danse»), le festival Chaos Danse s'installe pendant trois semaines au sympathique Théâtre de l'Astrée sur le campus de la Doua. Comme les précédentes, la huitième édition mêle joyeusement compagnies professionnelles émergentes, compagnies plus confirmées et centres de formation. Soit au total une dizaine de spectacles en tous genres invitant les plus curieux d'entre vous aux découvertes chorégraphiques sortant des sentiers battus. Parmi la programmation 2010, on notera le retour du Teatri del Vento de Gaetano Battezzato pour une nouvelle création et la pièce pour jeune public du très délicat et éthéré Yan Raballand avec le Centre National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Mais aussi la reprise du très réussi «17 drops» de Yuval Pick, âpre duo-duel entre une danseuse et un danseur, où l'abstraction du décor et de la gestuelle s'entrelacent aux pulsions vitales les plus enfouies... Il faudra encore surveiller de près la création du collectif pluridisciplinaire P.A.R.C

Continuer à lire

Pratique du chaos

SCENES | Festival / «Pour pouvoir engendrer une étoile qui danse il faut en soi-même avoir quelque chaos »… C’est cette phrase du Zarathoustra de Nietzsche qui a (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 13 mars 2009

Pratique du chaos

Festival / «Pour pouvoir engendrer une étoile qui danse il faut en soi-même avoir quelque chaos »… C’est cette phrase du Zarathoustra de Nietzsche qui a inspiré à Françoise Maimone (ancienne directrice de feue-la salle Gérard Philippe) le nom du festival Chaos Danse. Créé en 2002, accueilli depuis quatre ans au Théâtre Astrée sur le campus de la Doua, ce petit festival reste discret et fort sympathique, à la croisée de la danse universitaire, de compagnies professionnelles et de centres de formation comme le TDMI, le CNSMD ou le Conservatoire de Lyon. Pour sa septième édition, Chaos Danse propose rien moins que trois créations, des rencontres universitaires de la danse et rassemble cinq compagnies professionnelles. Bon, il est vrai qu’il faut s’armer d’un peu de courage et d’un ticket de tramway pour se rendre à l’Astrée (salle très agréable d’ailleurs). Mais les surprises y sont nombreuses (le festival s’est ouvert avec une première création de la Cie Teatro del Vento tout à fait convaincante), les tarifs sont raisonnables et tout est gratuit pour les étudiants et lycéens ! Parmi la programmation à venir, nous vous conseillons la création de l’ancienne danseuse de Pina Bausch, Nin

Continuer à lire