Solvo, le temps long des gitans

Benjamin Mialot | Mardi 23 décembre 2014

Esprit de troupe, es-tu là ? Si tu es là, frappe une fois. Et celui du Cirque Bouffon de répondre par de frénétiques roulements de caisse claire. Complice et enthousiaste, cette petite entreprise babélienne co-fondée en 1999 par un alumnus du Cirque du Soleil l'est effectivement. C'est même là que réside l'essentiel du capital sympathie de son troisième spectacle, dont la poésie saugrenue n'est pas sans évoquer celle du Matamore du Cirque Trottola et du Petit Théâtre Baraque.

Le hic, c'est qu'elle ne s'incarne que dans son décor, monticule de journaux froissés que quelques frémissements suffisent à transformer en îlot désert, et les interventions délicates et fantasmagoriques d'un Pierrot jongleur – en particulier un numéro de contact avec cerceau à l'exécution surnaturelle.

Le reste du temps, Solvo pêche par la maigreur de son propos – toute considération corporatiste mise à part, n'y avait-il pas supports plus appropriés que des quotidiens en voie de disparition pour déplorer la surinformation et le gaspillage de papier ? – et, surtout, la banalité de sa construction, chaque performance, fut-elle musicale, comique ou acrobatique, se retrouvant aussi peu valorisée qu'une transition.

Ça passe quand la grâce (inusable corde lisse) et l'originalité (amusante séquence de portés queer du duo La Main S'affaire) sont au rendez-vous. Ça casse quand la facilité – hors exercices de slapstick purs, le duo de clowns est aussi lourdingue que Shirley et Dino – et l'exagération – la bande-son balkano-andalouse façon Zaragraf, très prenante, est régulièrement sabotée par une Castafiore attifée en méchante de nanar SF – prennent le pas. Dans tous les cas, tout ça ne nous rendra pas la Familie Flöz.

Benjamin Mialot

Solvo
Jusqu'au 2 janvier aux Célestins


Solvo

Par Frédéric Zipperllin et Anja Krips, Cirque Bouffon, 1h30, dès 4 ans. Clowns, acrobates, jongleurs, musiciens et voltigeurs
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Karim Demnatt et le cirque Bouffon à l'assaut du château

L'Estival de la Bâtie | Né de la fusion en 2011 des Nuits de la Bâtie et de L’Été musical, l'Estival de la Bâtie continue d'arrimer au cœur du Forez quelques joyeuses compagnies dans (...)

Nadja Pobel | Mardi 21 juin 2016

Karim Demnatt et le cirque Bouffon à l'assaut du château

Né de la fusion en 2011 des Nuits de la Bâtie et de L’Été musical, l'Estival de la Bâtie continue d'arrimer au cœur du Forez quelques joyeuses compagnies dans le cadre du château du XVIe, son excentrique grotte de rocailles et dans ses jardins à l'italienne attenants. Cette année, le comédien Karim Demnatt viendra en voisin puisqu'il a fait ses armes à l'école de la Comédie de Saint-Étienne presque par effraction, nous confiait-il il y a quelques années tant il n'est pas issu, contrairement à nombre de ses camarades, d'un milieu intellectuel. Son guide est le plaisir du jeu. Sous la direction de Stanislas Nordey et plus encore de Laurent Pelly (Sindbad le marin, Le Roi nu...), il s'amuse. Et souhaite parallèlement se mettre à nu dans Brûler, très sensible texte qu'il a écrit et déjà montré aux Clochards Célestes en 2012 et qu'il jouera ici. Où il est question d'une vie entre France et Maroc (le pays de ses paren

Continuer à lire