Jean-Rémi Chaize, un humoriste qui a du chien

Benjamin Mialot | Mardi 6 octobre 2015

Photo : Patrick Roy


Il y a cette grand-mère qui commente les dernières actualités familiales avec l'indiscrétion mêlée de conservatisme d'une gazette d'avant-guerre. Il y a cette desperate housewife qui surveille l'alimentation de sa fille avec autant de zèle et d'inventivité qu'un tortionnaire. Il y a cette dépressive refoulée pour qui la moindre visite chez le médecin est une palpitante aventure sociale. Toutes les femmes de la vie moderne, en Jean-Rémi Chaize réunies, qui les interprète avec une espèce de frénésie queer d'autant plus irrésistible qu'elle est mue par un souci de clarté supérieur à la moyenne.

Et pour cause ! Le garçon vient du théâtre contemporain – il est passé par l'ENSATT avant qu'elle ne baptise ses promotions en l'honneur de dramaturges et metteurs en scène. L'écriture de son premier seul-en-scène, On n'est pas des chiens, s'en ressent elle aussi : sans temps mort – impressionnante analyse de La Joconde dans ce sabir franco-anglo-espagnol qu'on pensait l'apanage des gérants d'auberge de jeunesse – et ludique – la déclaration d'amour en forme de patchworks de standards de la variété qui clôt le spectacle ferait fondre le duo Oskar et Viktor – elle est à ces personnages aux névroses à la fois fichtrement saugrenues et terriblement familières ce que l'emet est aux golems.

En particulier ce trentenaire qui fait le point sur sa vie sentimentale et chimique façon JT, pivot d'un spectacle qui balaye tout le spectre chromatique du rire (jaune, noir, etc.) d'un geste aussi vif que précis.

Jean-Rémi Chaize
Au Complexe du Rire jusqu'au 17 octobre



Le Complexe café-théâtre 7 rue des Capucins Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jean-Rémi Chaize : « Jouer un monstre, c’est juste génial »

Humour | Une galerie de personnages savoureux, un humour bien noir et, surtout, un sens très théâtral du comique : Jean-Rémi Chaize, nouveau venu dans le grand et vaste monde de ceux qui aspirent à faire rire, nous a embarqués direct avec son premier seul-en-scène, On n’est pas des chiens.

Aurélien Martinez | Mardi 2 mai 2017

Jean-Rémi Chaize : « Jouer un monstre, c’est juste génial »

Encore un comédien au parcours classique (vous sortez d’une grande école de théâtre lyonnaise) qui se lance dans l’humour… Pourquoi ce choix ? Jean-Rémi Chaize : Au départ, mon idée était plus de m’essayer au seul-en-scène que de me lancer dans l’humour. Je voulais me confronter au fait d’être un acteur seul sur scène. D’ailleurs, quand il a fallu écrire quelque chose, je n’ai pas forcément pensé à l’humour. Sauf que le spectacle est aujourd’hui rangé dans la catégorie humour… Oui, même si pour moi ce n’est pas que drôle. À la base, j’avais juste envie de jouer des personnages certes avec un petit potentiel comique, mais qui soient aussi tragiques ; un peu abîmés, cabossés, pas forcément entre guillemets normaux. Du coup, ils en deviennent drôles malgré eux. Car on rit beaucoup de la détresse de vos personnages, de leur mal-être, voire de leur inadaptation sociale… Je me suis vite rendu compte que de parler de choses normales ne me paraissait pas très intéressant. J’avais vraiment envie de parler de la faille, de ces gens qui sont dans une espèce d’obscurité, de névrose. Pour moi, le terr

Continuer à lire

Réveillon 2015 : du côté du café-théâtre

SCENES | ​Mieux vaut en rire, qu'ils disent. Dont acte : parmi les nombreuses occasions qui vous sont offertes de faire le deuil dans la bonne humeur de cette annus horribilis que fut 2015, voici les cinq qui méritent le plus votre attention.

Benjamin Mialot | Mardi 15 décembre 2015

Réveillon 2015 : du côté du café-théâtre

Milady au sous-sol Quelle tête en l'air ce Jacques Chambon ! Alors que Cendrillon faisait un matériau de nouvel an tout trouvé, c'est La Belle au bois dormant qu'il choisi de détourner, prolongeant le sommeil de la princesse jusqu'au XXIe siècle. Ça va que le résultat, romance anachronique pleine de pep's et de tendresse (grâce, notamment, à l'interprétation du couple Chrystel Rochas/Aurélien Portehaut, d'une complicité contagieuse), est à la hauteur de ses meilleurs travaux – tous fondés sur un même postulat réconciliateur. En tête le huis clos maritime Plein phare, d'ailleurs visible à la Comédie Odéon à 16h. Au Boui Boui à 17h30

Continuer à lire