Thierrée, l'infiltré

Théâtre des Célestins | Renouant avec l'évanescence de ses premiers spectacles après le très mécanique Tabac rouge, James Thierrée arrive en préambule du festival UtoPistes avec sa nouvelle création La Grenouille avait raison dans un théâtre des Célestins plus éclectique et attractif que jamais, comme en témoigne par ailleurs la venue du prodige polonais Grzegorz Jarzyna.

Nadja Pobel | Mardi 17 mai 2016

Photo : © Hugues Anhes


À Genève, au Carouge où le mois dernier il a donné naissance à son sixième spectacle, La Grenouille avait raison, James Thierrée a retenu le souffle 1h20 durant des petits comme des grands. Personne ne caftait devant cette création qui rappelle à bien des égards, et ne serait-ce que par le titre, ses précédentes œuvres : La Symphonie du hanneton (l'harmonie est ici importante) ou La Veillée des abysses (nous sommes sous terre). Exit la démonstration de force dénuée d'émotion qu'était Tabac rouge. Retour aux fondamentaux. Et à l'animalité.

James Thierrée a un talent assez unique pour faire naître des créatures rampantes, "nageantes" ou volantes. Toutes renvoient ce sentiment aussi dérangeant qu'intimidant et fascinant d'envahir l'espace, le nôtre — quand bien même cela se déroule sur scène. Il se joue là, plus encore qu'avec les personnages humanisés, une sorte d'intrusion et de dérèglement du monde. Quelque chose qui grince. Ici, apparaît aux trois quarts de la pièce une bestiole de grande taille avançant sur le sol et dont la carapace est faite d'assiettes métalliques qui juste auparavant étaient l'objet d'une séquence foutraque et drôle de jonglerie.

Plus tôt, James Thierrée avait simplement fait courir ses doigts sur son visage comme dévoré par un mille-pattes. Et il s'était glissé sous les tapis au sol se transformant en insecte. En créant un décalage constant avec les situations modestes qu'il installe, il parvient à générer un trouble et sans doute que ce passage par la contraction de l'homme et de l'animal est le plus marquant de son travail. L'image finale — que l'on se gardera bien de vous décrire — est somptueuse et pourtant sommairement composée de quelques fils de fer et de fine bâches plastifiées.

À la verticale...

Ces éléments basiques s'opposent — ou plutôt se fondent — à un décor très chargé. Sous terre, pendent d'innombrables fils retenant des soucoupes anguleuses (une pieuvre ?) et bien peu stables. C'est le territoire d'une contorsionniste très reptilienne elle aussi. Que raconte cette Grenouille ? Rien de très linéaire si ce n'est, nous dit-on en préambule, qu'une malédiction aurait frappé une fratrie. Mais ce batracien imaginaire témoigne plutôt d'un monde enfoui, poussiéreux, endormi, abandonné à lui-même et clos.

Même les escaliers ne conduisent nulle part comme le corrobore l'une des plus belles séquences du spectacle, celle où des marches se déploient dans les airs. Aucune issue de secours n'est proposée, pas même aquatique — le bassin où se réfugie momentanément la circassienne Valérie Doucet est tout juste bon à la mener au bord de l'étouffement. La musique ? Elle n'est jouée que de manière très courte sur un piano qui semble n'avoir pas servi depuis plusieurs vies.

…de l'hiver

Pour surnager dans cet univers dévasté, reste pour James Thierrée cette part enfantine qui est l'ADN des spectacles de ses prestigieux parents, Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin avec le Cirque bonjour (70's), le Cirque imaginaire (70's-80's) puis le Cirque invisible (90's-00's) et qu'il a toujours utilisé dans les siens : la magie, le clown et le burlesque. Il s'amuse d'un rien comme dialoguer avec ses cheveux indisciplinés, se transformer en bombe aérosol ou faire un numéro de magie avec ses bras perdus dans un immense manteau dérobé à un rôdeur égaré.

Autre ressort commun à sa sphère et à celle de ses aînés : l'attrait pour les machines, avoué sans détour par le biais d'une voix off, qu'il prouve une nouvelle fois avec l'arrivée, vers la fin du temps imparti, d'un engin à quatre roues avec un bras articulé et démoniaque. Mais comme cet univers fantasmagorique et burtonien prend place dans un théâtre, c'est à cet art même qui l'a vu naître et fait grandir que Thierrée rend une forme d'hommage en faisant du traditionnel rideau de velours rouge une matière à jouer : il enveloppe dans ce drapé la chanteuse Mariama qui, de bout en bout, donne de la voix pour guider ceux qui s'expriment par leur corps. C'est aussi par les fentes de ce symbole du divertissement que le circassien entame et termine cette création qui lui ressemble.

La Grenouille avait raison
Aux Célestins du 24 mai au 5 juin puis du 11 au 23 octobre


La Grenouille avait raison

De James Thierrée, par la Cie du Hanneton, 1h30. Entre acrobatie, danse, musique, mime et théâtre, des personnages nous entraînent dans l'imaginaire des jeux d'enfants
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Chocolat

ECRANS | Avec quatre réalisations en dix ans — dont trois depuis juin 2011 — on va finir par oublier que Roschdy Zem a commencé comme comédien. Il aurait intérêt à ralentir la cadence : son parcours de cinéaste ressemble à une course forcenée vers une forme de reconnaissance faisant défaut à l’acteur…

Vincent Raymond | Mardi 2 février 2016

Chocolat

Rien de tel, pour un réalisateur désireux de s’assurer un consensus tranquille, qu’un bon vieux film-dossier des familles ou la biographie d’une victime de l’Histoire. Qu’importe le résultat artistique : il sera toujours considéré comme une entreprise morale nécessaire visant à rétablir une injustice et réduit à sa (bonne) intention de départ, si naïve qu’elle soit — on l’a vu il y a peu avec le documentaire mou du genou Demain de Cyril Dion & Mélanie Laurent, encensé pour les vérités premières qu’il énonce, malgré sa médiocrité formelle et sa construction scolaire. Chocolat est de ces hyper téléfilms néo-qualité française qui embaument la reconstitution académique et s’appuient sur une distribution comptant le ban et l’arrière-ban du cinéma, figée dans un jeu "concerné", dans l’attente de séquences tire-larmes. La bande originale de Gabriel Yared, étonnamment proche des mélodies de Georges Delerue — mais ce doit être un hasard, Yared étant plutôt connu pour ses “hommages” à John Williams — incitant fortement à l’usage du mouchoir. Un

Continuer à lire

Liberté

ECRANS | De Tony Gatlif (Fr, 1h51) avec Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thierrée…

Christophe Chabert | Mardi 16 février 2010

Liberté

Étrange concours de circonstances : à quelques semaines d’intervalle sortent sur les écrans des films qui, frontalement ou de biais, évoquent les camps de la mort. Avant l’insupportable "La Rafle" et le chiantissime "L’Arbre et la forêt", en même temps que le Scorsese, voici Tony Gatlif filmant la déportation des tziganes par la France de Vichy. Un sujet idéal pour le cinéaste, qui n’a cessé d’évoquer la mémoire des Roms dans ses films précédents. Trop, sans doute… Car on ne retrouve que par instants la liberté qui faisait le prix des meilleurs Gatlif. Si la mise en scène évite la complaisance et affirme même une assez belle tenue formelle, c’est bien le scénario, déconcertant de linéarité, qui plombe le film. Le maire humaniste joué par Marc Lavoine ou l’institutrice résistante incarnée par Marie-Josée Croze, personnages certifiés conformes à la réalité, ressemblent à l’écran à de purs stéréotypes de fiction. Gatlif se rattrape quand il filme la communauté tzigane, apportant un humour bienvenu et une vie qui passe autant par la musique — une scène dit en cinq minutes tout ce que Joann Sfar essaie maladroitement de résumer dans son Gainsbourg — que par la prestation éblouissante

Continuer à lire

La Nage du hanneton

SCENES | Le vent souffle sur les grandes tentures rafistolées qui entourent la scène. Les murs d'une cabane de métal brinquebalante s'écrasent dans un vacarme (...)

Nadja Pobel | Jeudi 10 septembre 2009

La Nage du hanneton

Le vent souffle sur les grandes tentures rafistolées qui entourent la scène. Les murs d'une cabane de métal brinquebalante s'écrasent dans un vacarme assourdissant, un son gronde à nos oreilles ; la menace est à venir. Mais à qui est confronté James Thierrée ? Lui-même. Seul en scène pour la première fois, il se démène face à son double caché dans une encablure de «porte» ou dans un miroir qui le colle de trop près. Face à cette hostilité imaginée, le comédien-musicien-acrobate-metteur en scène-magicien (il n'y a pas de mention inutile) marmonne à défaut de parler et se met en marche. Au sens propre. Il tente d'activer ses jambes parfois désobéissantes, cherche à contrôler leur rythme quand elle s'emballent dans un mouvement saccadé rappelant les films muets de son grand-père, Charlie Chaplin. Il essaye de s'imposer à lui-même, de se faire respecter, lui Raoul, roi sans lambris doré. Plus encore qu'aérien, James Thierrée se fait aquatique. Il croise des créatures marines stupéfiantes, fidèle au bestiaire fantasmagorique propre à ses précédentes créations élaborées avec sa Compagnie du Hanneton. Même la carcasse d'oiseau semble être un poisson des abysses passé au microscope. Con

Continuer à lire

Le Retour de Peter Pan

SCENES | Il a séduit les spectateurs avec ses deux premiers spectacles La Symphonie du hanneton et La Veillée des abysses, dans lesquels il présentait son univers onirique et enfantin. James Thiérrée débarque à Lyon avec sa nouvelle création, Au revoir Parapluie. Entretien. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Mercredi 18 avril 2007

Le Retour de Peter Pan

Au revoir Parapluie, votre dernière création, est inspirée du mythe d'Orphée. Allez-vous raconter une histoire ?James Thiérrée : Je suis plus dans la divagation que dans la narration. Je pars d'un cadre et puis je prends beaucoup de libertés. Au revoir Parapluie ce n'est pas l'histoire d'Orphée, mais un voyage. Bien sûr il y a des liens : le personnage principal va aller chercher la femme qu'il aime, mais le but n'est pas de raconter une histoire. Ce spectacle est en continuité avec les deux précédents, j'y développe un langage et un univers très personnels, assez abstraits. Je me méfie beaucoup des spectacles purement visuels qui tentent de trouver une caution avec une narration plus ou moins bancale. Les arts du cirque sont largement représentés dans vos spectacles, quelle place accordez-vous à la danse ?Dans cette nouvelle création, j'ai donné une place beaucoup plus importante à la danse. Comme je ne suis spécialiste en rien, je suis attiré par toutes les formes artistiques et j'ai estimé que j'avais le droit de tout faire... Pour moi, la danse n'est pas classique ou contemporaine, c'est

Continuer à lire