Peter Brook - Digest

Nadja Pobel | Mardi 29 novembre 2016

Photo : © Caroline Moreau



Battlefield

D'après le "Mahabharata", poème sacré indien, et Jean-Claude Carrière, ms Peter Brook et Marie-Hélène Étienne
Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Peter Brook en éclaireur

SCENES | Feinter avec la quatorzaine britannico-française, remplacer une autrice pour une autre pour s'arranger de cette contrainte. Étrange rentrée. Si les salles (...)

Nadja Pobel | Vendredi 11 septembre 2020

Peter Brook en éclaireur

Feinter avec la quatorzaine britannico-française, remplacer une autrice pour une autre pour s'arranger de cette contrainte. Étrange rentrée. Si les salles non subventionnées sont dans une totale misère dûe à la crise sanitaire, celles qui le sont, telles que ce grand centre dramatique national, ont le devoir de proposer, autant que faire se peut, ce qui était annoncé. C'est l'Histoire qui nous regardera à Villeurbanne. Peter Brook a connu son premier grand succès en France en 1957 avec une version de Titus Andronicus dans laquelle il distribuait... Laurence Olivier et Vivien Leigh ! Il trouvait dans la matière shakespearienne de quoi se nourrir. L'économie de moyen primait déjà. Mais c'est dans les années 1960 qu'il lorgne vers ce qui sera son mantra, l'espace vide, qu'il théorise dans un livre du même nom paru en 1968. Alors qu'il privilégie souvent les pièces dites secondaires du dramaturge élisabéthain, il écarte au dernier moment le décor de son adaptation du Roi Lear en 1962, préférant se concentrer « sur la présence des

Continuer à lire

Carole Karemera

SCENES | Avec quelles intentions Peter Brook vous a-t-il présenté cette (re)création ? Carole Karemera : Il avait deux éléments : repartager avec le (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 décembre 2016

Carole Karemera

Avec quelles intentions Peter Brook vous a-t-il présenté cette (re)création ? Carole Karemera : Il avait deux éléments : repartager avec le public français, de "l'ouest", l'histoire épique d'une autre partie du monde, une culture terriblement manquante ; et il y a ce désir de parler de ce moment après la bataille, le pourquoi de cette bataille aujourd'hui. Peter regarde l'état du monde dans lequel nous vivons. Il faut le questionner, le vivre, le traverser sans d'ailleurs avoir de solutions. Après la bataille... (NdlR : elle s'apprête à nommer des villes en ruine). En fait, non, je ne veux pas citer de lieu précis car il est question ici de toutes les femmes et tous les hommes qui traversent les guerres des semaines, des mois ou même un instant comme en France l'année dernière et cette année. Est-ce que vous avez vu en vidéo ce Mahabharata pour travailler Battlefield ? Nous, nous ne l'avons pas vu. Plus tard, au fil du travail, nous avons reçu des liens vidéo vers le film (NdlR, sorti en 1991). Chacun l'a vu quand il en avait besoin. Ce qui est très important, c'est qu'on s'inscrit dans

Continuer à lire

Le chant du désespoir de Peter Brook

SCENES | C'est une histoire vieille comme le monde, une fresque épique et sanguinaire écrite depuis des millénaires, 12 000 pages en sanskrit pour dire l'origine et (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 décembre 2016

Le chant du désespoir de Peter Brook

C'est une histoire vieille comme le monde, une fresque épique et sanguinaire écrite depuis des millénaires, 12 000 pages en sanskrit pour dire l'origine et le fondement de l'Inde. Et cette bataille au sein d'une même famille (les Bharata) entre cinq frères (les Pandavas) et leurs cousins (les Kauravas), cent fils du roi aveugle Dritarashtra. Re-rédigée par Jean-Claude Carrière, cette épopée avait donné lieu à une pièce fleuve présentée au festival d'Avignon 1985, dans un endroit défriché pour l'occasion : la carrière de Boulbon. À la question de savoir pourquoi Peter Brook, à 90 ans, remet le couvert, la réponse est sur scène très rapidement : le besoin de réaffirmer que rien ne change et que ce conflit si ancien a tant de résonances encore. Dans cette version considérablement raccourcie, Brook va à l'essentiel, dégageant son récit des descriptions trop précises des relations de cette dynastie. Il s'attache plutôt à situer son propos sur ce qu'il reste de l'homme : « Au diable la condition de l’Humanité ! » étant les premiers mots, en anglais sur-titré, de ces soixante-dix minutes attribués au roi orphelin de sa progéniture. D

Continuer à lire

Cinq œuvres à voir cette année

SCENES | P.P.P. La saison dernière, le TNG offrait une session de rattrapage pour l'époustouflant travail de Phia Ménard sur le corps et sa transformation – (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

Cinq œuvres à voir cette année

P.P.P. La saison dernière, le TNG offrait une session de rattrapage pour l'époustouflant travail de Phia Ménard sur le corps et sa transformation – Vortex – et sa version pour enfants, L'Après-midi d'un foehn. Chance ! Les Subsistances reprogramment des artistes ayant grandi chez eux, dont cette femme qui reviendra avec P.P.P. : stupéfiant travail de jonglage non plus avec du plastique et de l'air, mais des blocs de glace dont l'inévitable liquéfaction accompagne le récit de la mutation, du changement et de la maturation, éternels sujets sensibles et ô combien maîtrisés par la comédienne-circassienne. Aux Subsistances du 10 au 12 novembre Battlefield En 1985, à Avignon, Peter Brook créait Le Mahabharata, 9 heures pour revenir à l’histoire politique et sanglante de l'Inde ancienne. Avec Battlefield, le plus célèbre des metteurs en scène britanniques livre

Continuer à lire