Le grand cirque des amants

Roméo et Juliette au TNP | Transformant les Capulet en forains ambulants, Juliette Rizoud livre une version saltimbanque de Roméo et Juliette, vive quoique sans émotion.

Nadja Pobel | Mardi 17 janvier 2017

Photo : © Michel Cavalca


Au train où va le texte (2h30 sans instant pour souffler, contre 3h20 dans la récente version d'Olivier Py par exemple) dans cette adaptation du classique des classiques par ailleurs peu monté, il n'y a pas vraiment de place pour faire émerger l'émotion ; notamment dans un dernier acte longuet et fatalement sans surprise, tant il constitue la partie la plus connue de cette histoire éternelle. Le rythme échevelé ne peut contrer l'impression de langueur qui règne sur la mort des amants.

Tout au long des actes précédents, Juliette Rizoud semble plus à son aise pour insuffler à son travail une vitalité d'autant plus prégnante qu'elle ne l'enferme dans aucune temporalité. Ses héros ne sont pas coincés dans l'époque élisabéthaine ni dans une contemporanéité trop affirmée – ce pourrait être intéressant d'en faire des personnages très actuels. Non, la jeune metteuse en scène, qui poursuit ici son cycle entamé avec Le Songe d'une Nuit d'été et la troupe de la Bande à Mandrin constituée avec ses camarades acteurs de la troupe du TNP, emprunte ses références au new burlesque, aux cabarets plus ou moins freaks du XIXe ou encore des années 30.

Les arènes de Vérone

Le spectacle des Capulet se donne dans leur roulotte ambulante, un circus posé devant une arène dont les bancs seront démontés, transformés en mur, en arcs signifiant une porte, la carriole faisant office de célébrissime balcon. C'est de là que vient l'intérêt de cette proposition : être ingénieuse sans faire étalage des astuces. Tout est à vue, sans que jamais cela ne parasite ce qui se passe sur le plateau central.

Les comédiens, abusant des hakas et autres ralentis confèrent à leur rôle une vraie jovialité en dépit de la guerre des clans ; le verbe cru de Shakespeare est restitué, notamment via la nourrice de l'héroïne (Yves Bressiant) qui incarne aussi toutes les nuances du genre. Juliette Rizoud, comédienne (Juliette ici, la fantastique Jeanne de Delteil aussi) et traductrice a su trouver une langue moderne tout en étant fidèle à la verve du dramaturge, n'hésitant pas à transformer Roméo en « raclure » dans la bouche de Tybalt.

De ces faits et, en reprenant à son compte le titre originel et long de la pièce, elle confère à cette soi-disant tragédie son indéniable aspect divertissant.

La très excellente et lamentable tragédie de Roméo et Juliette
Au TNP jusqu'au dimanche 22 janvier


La très excellente et lamentable tragédie de Roméo et Juliette

D'après Shakespeare, ms Juliette Rizoud
Théâtre National Populaire 8 place Lazare-Goujon Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jeanne, retour de flamme

SCENES | Ce n'est pas un spectacle neuf, loin de là. Pourtant, dans le flot de ce qui se joue en ce mois de mai, cela reste une proposition majeure. Christian (...)

Nadja Pobel | Lundi 30 avril 2018

Jeanne, retour de flamme

Ce n'est pas un spectacle neuf, loin de là. Pourtant, dans le flot de ce qui se joue en ce mois de mai, cela reste une proposition majeure. Christian Schiaretti, sur adaptation de son acolyte et directeur artistique au TNP Jean-Pierre Jourdain, fait entendre la langue d'un auteur qui lui est cher : Joseph Delteil. Créé à Reims en 1995, ce spectacle, avec Juliette Rizoud sur scène depuis 2010, perdure. La comédienne, au casting de nombreuses pièces de Schiaretti et metteuse en scène semi-convaincante d'un Roméo et Juliette version forain, est ici à son meilleur. Elle nous confiait au début de sa prise de rôle à quel point c'est « un summum de spectacle vivant ». En effet, le propos est constamment matière à jeu, avec les éléments du bord, à la manière des enfants jouant avec des cailloux. La volonté de raconter cette histoire par une na

Continuer à lire

Cas d'école

SCENES | « Ce soir nous nous dirons que nous sommes en classe. Le théâtre est toujours une lecture (…) le livre est son berceau. Le théâtre se fera ou devra (...)

Nadja Pobel | Mardi 11 octobre 2016

Cas d'école

« Ce soir nous nous dirons que nous sommes en classe. Le théâtre est toujours une lecture (…) le livre est son berceau. Le théâtre se fera ou devra se faire. C'est un pari » entend-on en introduction de cette pièce. Chacun des comédiens, feuilles en main, prend place, aligné face au gradin de spectateurs et de quelques autres installés à des bureaux d'école sur le plateau. Mais de théâtre il y a peu. Cette proposition additionne certes un très beau texte et des actrices impeccables, il manque néanmoins un souffle, un metteur en scène. Avec honnêteté, il n'y en a d'ailleurs pas de crédité à cette reprise, c'est un travail collectif. Tout la sève réside dans les mots de Jean-Pierre Siméon et sa capacité à éveiller l'odorat, la vue simplement par la langue et à donner ainsi le sentiment d'être en Grèce sur les terres de ce drame. C'est donc tout à l'honneur de Christian Schiaretti que de s'acharner à s'entourer de poètes – et depuis longtemps déjà puisque ce compagnonnage a été entamé à la Comédie de Reims dans les années 90.

Continuer à lire

Théâtre-crochet

SCENES | Plaçant le verbe au cœur de tous ses spectacles, qu’ils soient des grosses productions (Coriolan, Ruy Blas , Mai, juin, juillet) ou de plus petites (...)

Nadja Pobel | Jeudi 20 décembre 2012

Théâtre-crochet

Plaçant le verbe au cœur de tous ses spectacles, qu’ils soient des grosses productions (Coriolan, Ruy Blas , Mai, juin, juillet) ou de plus petites formes (Le Laboureur de Bohème, les comédies de Molière, La Jeanne), Christian Schiaretti ne perd pas de vue ce principe avec Don Quichotte. Créée en décembre 2010, lors de la saison où il a mis en scène le triptyque du Siècle d’Or (avec le merveilleux texte de La Célestine et Don Juan), la pièce revient pour encore quelques jours au Théâtre National Pop

Continuer à lire

Juliette au pays des merveilles

SCENES | Elle dit avoir eu très jeune un sentiment répulsif au théâtre, «il m’enlevait mes parents et les pots de première étaient interminables». À l’époque, Juliette (...)

Nadja Pobel | Mercredi 9 mai 2012

Juliette au pays des merveilles

Elle dit avoir eu très jeune un sentiment répulsif au théâtre, «il m’enlevait mes parents et les pots de première étaient interminables». À l’époque, Juliette Rizoud n’a pas cinq ans. Ses parents, comédiens et membres permanents de la Comédie de Saint-Étienne, viennent de s’installer à Toulouse, où Juliette restera jusqu’à ses 18 ans. Mais au collège, à l’issue de la 3e, elle s’avoue à elle-même qu’elle ne peut pas aller contre son désir de théâtre. «Je m’amusais depuis des années déjà à lire des textes à haute voix, à me déguiser». Ce sera donc option "lourde" théâtre dans un lycée de la ville rose pour décrocher un bac littéraire en 2002. Choisir cette voie du théâtre fera plus peur à ses parents qu’à elle-même, dit-elle. «Je savais où je mettais les pieds, je n’étais pas dans le fantasme du star système et j’avais la chance d’être entourée, d’avoir des guides». Elle patiente en dilettante à la fac (avec des cours de danse et de chant à haute dose en parallèle) et attend d’atteindre ses 18 ans pour se présenter aux concours. Elle sait ce qu’elle veut : l’ENSATT, une école qu’elle connait car son père est passé par la rue Blanche (ancien no

Continuer à lire