Cyril Teste aux Célestins : "Nobody" knows

Théâtre | Son nom est Personne. Et probablement que le nôtre aussi. Dans cette performance filmique captant un open space déshumanisé, Cyril Teste renvoie dos à dos et face caméra celles et ceux qui travaillent, ordonnent, obéissent. Vertigineux.

Nadja Pobel | Mardi 6 juin 2017

Photo : © Simon Gosselin


C'est en pente ascendante que se termine la saison des Célestins et du TNG avec Nobody, spectacle co-accueilli qui a déjà traversé la France entière depuis sa création au Printemps des Comédiens de Montpellier en juin 2015, d'après les textes du dramaturge allemand Falk Richter. Adepte de l'utilisation de la vidéo pour grands et petits (voir son délicat Tête haute), Cyril Teste a embarqué toute la promotion de l'École nationale supérieure d'art dramatique de la ville héraultaise dans un espace de travail clos, mais entièrement vitré.

Jean Personne, consultant en restructuration d'entreprise organise la vie des autres, l'évalue et est lui-même noté par ses pairs, scruté, emprisonné dans cette bulle de verre qui sépare le public du plateau. À Noël, il est là et ne reçoit de courrier que de son conseiller financier. Et un appel de sa mère : « Comment ça va ? - Je sais pas, bien. » Cette réponse à double sens est l'essence du propos de cette création qui se fait miroir d'une société policée et, in fine, atrophiée.

Vernis transparent

En utilisant un espace de jeu classique qu'il réhausse d'un écran de cinéma sur lequel est projeté le film réalisé en direct par deux cadreurs et quatre caméras, Cyril Teste s'approche de ses personnages au plus près mais n'en tire finalement que peu d'informations tant il a construit leurs rôles comme des zombies. Ils ne savent pas ce qu'ils pensent, sont encouragés à ne pas penser et quand une comédie musicale se prépare pour agrémenter un séminaire, elle doit être « facile à comprendre et sans allusions à des partis politiques. » Va pour des histoires de « phoques sympas » et de pingouins sur patins à glace.

Ce constat violent de l'aseptisation du monde conduit à produire ce spectacle qui jamais ne craque. La révolution attendra. Même quand tout le monde a été viré sans cri ni larme, l'entreprise continue de vivre seule, comme une poule étêtée. Et la puissance de l'écran, qui agit comme un capteur magnétique détournant le regard du jeu qui se crée à l'étage inférieur, démontre que chacun est à même de se laisser bercer pour la restitution d'image de l'homme plutôt que de se confronter à l'homme-même.

Nobody
Aux Célestins du 13 au 17 juin


Nobody

D'après Falk Richter, ms Cyril Teste / Collectif MxM, 1h30. Jean Personne est consultant en restructuration d'entreprise
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festen recommencé

SCENES | Si par miracle vous aviez raté Festen au cinéma, le film dogme sorti en 1998, alors filez aux Célestins du 12 au 16 juin, et vous aurez la chance de découvrir (...)

Nadja Pobel | Mardi 5 juin 2018

Festen recommencé

Si par miracle vous aviez raté Festen au cinéma, le film dogme sorti en 1998, alors filez aux Célestins du 12 au 16 juin, et vous aurez la chance de découvrir ce récit via le travail de Cyril Teste. Le metteur en scène qui clôturait déjà la saison dernière de ce théâtre (en même temps que sa tournée) avec l’implacable et cinglant Nobody (l'aliénation et la déshumanisation du travail) revient avec le même acteur phare, tout droit sorti de l'ENSAD de Montpellier – Mathias Labelle – et une maîtrise parfaite de ce qu'il nomme la « performance filmique ». Sur le plateau, la troupe joue le film de Thomas Vinterberg (un dîner de famille bourgeoise et ses révélations), sur un écran au-dessus de la scène, les images filmées en temps réel des recoins de la demeure ou des expressions en gros plan de ce qui est à vue. Mieux : s'opère le lien avec les histoires passées avec une fluidité remarquable. Oublié l'effet olfac

Continuer à lire

Nobody's Watching

ECRANS | Comédien dans une série télé, Nico a plaqué l’Argentine du jour au lendemain pour tenter de percer à New York. Et ainsi s’éloigner d’une relation amoureuse (...)

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Nobody's Watching

Comédien dans une série télé, Nico a plaqué l’Argentine du jour au lendemain pour tenter de percer à New York. Et ainsi s’éloigner d’une relation amoureuse toxique avec son producteur. Mais aujourd’hui, créchant à droite et à gauche, il galère en accumulant les petits jobs au noir… Ce portrait doux-amer d’un personnage à la poursuite d’une chimère (réussir à New York !) n’est pas exempt de charme ; il en faut pour masquer la vérité d’une situation rongée au fil des saisons par la précarité, les désenchantements et la nécessité d’avaler des concessions. En définitive, Nico exerce davantage ses talents de comédien lorsqu’il doit simuler pour ses proches une situation florissante — ou, à tout le moins, prometteuse. Nobody’s Watching, “personne ne regarde“ se révèle autant un constat qu’une mise en garde à son attention : qu’il soit devant la caméra de la supérette où il subtilise de quoi manger ou en concurrence avec d’autres comédiens, Nico semble invisible dans cette grande cité. Tout semble lui contester sa place, voir son identité — tel ce responsable d

Continuer à lire

Thomas Ostermeier, de retour

SCENES | Il y a des années sans lui. Et fort heureusement, de nombreuses avec : Thomas Ostermeier sera aux Célestins en mai, avec un Professeur Bernhardi créé (...)

Nadja Pobel | Mardi 9 janvier 2018

Thomas Ostermeier, de retour

Il y a des années sans lui. Et fort heureusement, de nombreuses avec : Thomas Ostermeier sera aux Célestins en mai, avec un Professeur Bernhardi créé en décembre 2016 sans sa Schaubühne berlinoise. Alors que l'on apprend qu'il dirigera la Comédie française dans La Nuit des Rois, il adapte pour la première fois Schnitzler dans un décor-tableau signé de son éternel scénographe Jan Pappelbaum qui ressemble furieusement à ceux d'Un ennemi du peuple et de sa Mouette. Au TNP, la nouvelle coqueluche australienne associé à l'Odéon, Simon Stone présente sa version des Trois sœurs en attaque de saison. Reste à voir si elle a la magnificence de son Ibsen huis. Le Britannique Simon McBurney, qui nous avait laissé à distance avec The Encounter mais dont le Mnemonic infuse toujours seize ans après s

Continuer à lire

Quand la peur monte

SCENES | On ne s'en lasse pas : remettre Fassbinder au centre du jeu. Mort à 37 ans en 1982 en laissant une quarantaine de films, une vingtaine de pièces de théâtre, (...)

Nadja Pobel | Mardi 14 novembre 2017

Quand la peur monte

On ne s'en lasse pas : remettre Fassbinder au centre du jeu. Mort à 37 ans en 1982 en laissant une quarantaine de films, une vingtaine de pièces de théâtre, une série télé au long cours (ah ce Berlin Alexanderplatz !), il est des artistes qui manquent cruellement aujourd'hui. Alors Nordey, qui a trouvé avec Falk Richter un alter ego, joue à le replacer au centre du jeu, la question du genre directement abordée. Il est un Rainer/Stan face à sa mère/Laurent Sauvage reprenant la séquence incluse dans L’Allemagne en automne. Et déjà la question de l'accueil des migrants crée des engueulades : « tu ne peux pas juste les mettre dehors comme ça, ils sont censés aller où ? / Là d’où ils sont venus. / Là-bas il y a la guerre. Il n’y a rien, tout est détruit. / Alors ils doivent reconstruire leur pays. / Mais comment ? En pleine guerre / Je m’en fous ». Cologne est passée par là, la peur de certains Allemands se heurte au généreux « Wir schaffen das » (nous le pouvons) d'une Merkel soudain plus Ossies que CDU. Et Richter convoque l'Europe dans ce spectacle créé en mars 2016 au TNS (S

Continuer à lire

Chroniques d'un mal annoncé

SCENES | Ce pourrait être l'événement (encore) de cette année : Acceso, porté par Roberto Farias, un inconnu au bataillon, est une pièce dont on ne se remet pas qui sera (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

Chroniques d'un mal annoncé

Ce pourrait être l'événement (encore) de cette année : Acceso, porté par Roberto Farias, un inconnu au bataillon, est une pièce dont on ne se remet pas qui sera de nouveau à Lyon (aux Célestins, petite salle, du 8 au 19 novembre). On l'avait vu il y a un an ; le spectacle était programmé dans le si vivifiant festival Sens Interdits. Une heure durant, le comédien est seul sur une scène réduite au minimum et il circule, cherche à dire ce qu'a été, gamin, sa vie sous Pinochet : élevé par des prêtres qui le violaient mais lui donnaient, eux, de l'amour quand sa nation l'abandonnait. Le danger rôde dans la salle, accompagnant ce personnage qui maintenant ne craint plus rien. Farias épouse son rôle d'une manière absolument troublante, profondément déstabilisante. Pablo Larrain, cinéaste remarquable et remarqué (Ours d'argent pour

Continuer à lire

Berlinale 2015, jour 1. Ouverture polaire.

ECRANS | Nous voilà donc de retour à Berlin, accueilli par la neige, mais toujours enchanté par l’organisation toute germanique d’un festival absolument titanesque, (...)

Christophe Chabert | Vendredi 6 février 2015

Berlinale 2015, jour 1. Ouverture polaire.

Nous voilà donc de retour à Berlin, accueilli par la neige, mais toujours enchanté par l’organisation toute germanique d’un festival absolument titanesque, avec 170 films dans les diverses sections et une ouverture au public autant qu’aux professionnels. La Berlinale reste sur une édition 2014 très réussie, même si, c’est connu, sa compétition est toujours un peu de bric et de broc. Toujours est-il qu’à N+1, force est de constater que deux films de la sélection 2014 — The Grand Budapest hotel et Boyhood — se retrouvent dans la course à l’oscar du meilleur film, et que son ours d’or — Black coal — a révélé un cinéaste sur lequel il faudra compter dans les années à venir. On n’oublie pas non plus que c’est à Berlin qu’on a découvert deux films français importants de la saison, Dans la cour de Pierre Salvadori et L’Enlèvement de Michel

Continuer à lire

Jeux d’enfants

SCENES | «C’est l’histoire de deux gamins de 5 et 7 ans issus d’une famille recomposée qui, le soir du jour de l’an, ont décidé d’aller se marier en Afrique. Ils ont (...)

Benjamin Mialot | Lundi 3 décembre 2012

Jeux d’enfants

«C’est l’histoire de deux gamins de 5 et 7 ans issus d’une famille recomposée qui, le soir du jour de l’an, ont décidé d’aller se marier en Afrique. Ils ont pris leurs valises, embarqué la petite sœur comme témoin, et ont voulu prendre le train. Mais ils ont été interceptés à la gare par la police qui les a ramenés chez eux. Deux semaines après, ils ont recommencé, mais sans la petite.» Voilà comment le metteur en scène Cyril Teste, du collectif MxM, résume le fait divers à la base de Sun. Une histoire de gosses qui veulent s’échapper, parce que le monde est sans doute plus doux ailleurs, plein d’espoir et de promesses. «Nous, adultes, sommes nostalgiques, alors qu’eux ne le sont pas et n’ont pas à l’être.» Pourtant, Sun est tout sauf une bluette aseptisée façon Disney, recélant une face plus sombre. «C’est l’enfance dans toute sa complexité et sa noirceur. La plus belle critique que l’on m’ait faite est que je n’oubliais pas que tout ne se passe pas bien dans l’enfance.» De l’histoire au conte Sur scène, deux enfants et peu de mots. Mais beaucoup d’images, de sensations... «Ce projet, ce sont les

Continuer à lire