Chuchoter à l'oreille du spectateur

Théâtre | Avec deux créations parmi six spectacles, la 4e édition du festival Micro Mondes promet une nouvelle fois de laisser le théâtre infuser par tous les pores du spectateur. Les arts immersifs se dévoilent du 14 au 25 novembre.

Nadja Pobel | Mardi 7 novembre 2017

Inventer de nouveaux rapports public-artistes pour ne pas toujours être dans une classique dualité scène-salle. Le festival Micro mondes, à l'instar du directeur du TNG Joris Mathieu, s'y emploie depuis plusieurs années sans virer à la posture. Ils sont nombreux les créateurs à déconstruire ce lien pour le réinventer. Cela mène parfois les spectateurs à être acteurs de cette mutation comme avec le "spectacle" qui ouvre la manifestation Happy manif.

Casque sur les oreilles, les participants reçoivent des consignes pour interagir avec les autres et esquisser une chorégraphie. Cette idée de David Rolland fait furieusement écho au travail du Catalan Roger Bernat programmé dans une précédente édition, où il était question de s'approprier Le Sacre du printemps. Connue pour avoir fait le travail scénographique, son et lumière notamment d'Aurélie Van den Daele (Angels in America), la compagnie Invivo sort de résidence avec 24/7 et emmène en lisière de l'endormissement volontaire avec un travail sur le sommeil à partir de l'utilisation des casques à réalité virtuelle.

Sortez casqués

Leurs confrères de (mic)zzaj poursuivent eux leur exploration sonore (Danbé présenté en 2015), non plus en offrant des écouteurs à chacun mais avec un dispositif ambisonique reproduisant la perception humaine, tout en réfléchissant le son dans différentes directions, façon de plonger sensoriellement dans le roman de la Lyonnaise Anne Sibran, Je suis la bête et flouter les frontière entre l'humain et l'animal. La première aura lieu ici au TNG où l'an dernier Joris Mathieu avait fait disparaitre les antagonismes entre la machine et l'homme : Artefact. Il reprend ce spectacle abouti et jusquauboutiste où, au fil d'installations, la fin du comédien n'est pas seulement envisagée mais actée. Imprimante 3D, bras articulé : le futur s'affranchit allégrement du souffle mais le metteur en scène pointe du même coup le danger qu'il y a à ne pas pleinement s'approprier l'ici et maintenant.

Enfin, Monde, pour les enfants dès deux ans, sera également créé à l'occasion de ce festival biennale, une façon de découvrir ce qui pour eux fait monde avant qu'ils ne soient en âge d'immerger plus encore dans les autres spectacles.

Micro mondes
Au TNG Vaise et Ateliers d​u 14 au 25 novembre


Artefact

De Joris Mathieu, cie Haut et Court, 55 min
TNG - Les Ateliers-Presqu'île 5 rue Petit David Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Je suis la bête

D'après Anne Sibran, par la Cie(Mic)zzaj. Une enfant sauvage recueillie par une chatte va apprendre à survivre en forêt avant le retour à la civilisation
TNG-VAISE 23 rue de Bourgogne Lyon 9e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Happy manif

Chor David Rolland, création, dès 7 ans, 1h. Comment une ancienne salle des fêtes est devenue une école, une mairie, une caisse d'assurance maladie et enfin le Théâtre Nouvelle Génération ?
TNG-VAISE 23 rue de Bourgogne Lyon 9e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Dans la matrice

Théâtre | S’immerger dans un spectacle... voici tout le programme du festival biennal Micro Mondes, qui permet d’approcher les œuvres pour tous les sens. Point d’orgue : le ludique et inquiétant £¥€$ (Lies).

Nadja Pobel | Mardi 19 novembre 2019

Dans la matrice

Bienvenue dans une salle des marchés. Dans £¥€$ (Lies), assis à une table en demi-cercle façon casino, avec six autres comparses inconnus face à un croupier, voici le spectateur devenir acteur de la folie des traders. Premier acte : confier son argent réel à sa banque. Basique ? Oui. Mais rapidement, le rythme s’accélère, le vocabulaire se fait plus nébuleux (hedge fund, subprimes…) et démonstration est faite qu’élaborer des tactiques (ou suivre le mouvement) pour tenter de sauver/enrichir/survivre provoque de l’adrénaline. Jusqu’à l’inévitable faillite, la folie du jeu l’emporte. Implacable constat des Belges de Ontroerend Goed qui, dans un genre bien différent – pièce pour un seul spectateur – avaient déjà été à l’origine de l’audacieux A game of you, présenté à Micro Mondes 2015. Seul bémol : £¥€$ refermé, les mécanismes de la financiarisation sont toujours aussi opaques. Mais c’est probablement par une complexification retorse et intensionnelle que fonctionne ce système, au-dessus de la masse et tout contre elle. Embed

Continuer à lire

Micro Mondes, un festival de théâtre pour soi

SCENES | Il y a six ans, Céline Le Roux inventait Micro Mondes, un festival dédié aux arts immersifs, c'est-à-dire aux propositions qui permettent de vivre le théâtre autrement. Devenue co-directrice du TNG, "son" événement s’adosse logiquement à ce lieu en plein renouvellement identitaire.

Nadja Pobel | Mardi 24 novembre 2015

Micro Mondes, un festival de théâtre pour soi

Seul spectateur d’une représentation dont vous êtes partie prenante, vous déambulez dans un labyrinthe de six pièces et êtes amené, rideau après rideau, à réfléchir sur votre identité. Voilà le genre d'expérience troublante, intitulée A Game of You, à laquelle vous convie le festival Micro Monde par l'entremise des Belges de Ontroerend Goed. Avec Danbé, place à une forme en plein développement : un spectacle à écouter au casque où deux musiciens et une récitante donnent à entendre un texte co-écrit par Marie Desplechin et Aya Cissoko. Cette dernière, à travers la voix tout en nuances d’Olivia Kryger, raconte sa vie de gamine née à Ménilmontant dans la fin des années 70 qui va exprimer sur un ring la peine et la rage d’avoir perdu son père et sa sœur dans un incendie. Dans une ambiance intimiste, assis sur des coussins, les auditeurs sont ainsi touchés individuellement. Si ces deux créations s’adressent aux grands, les enfants constituent bien évidement un public très adapté à ces formes, des installations et jeux à leur hauteur conçus par les graphistes ibériques de Milimbo à Escargopol

Continuer à lire

Micro Mondes ou l’art en cinq dimensions

CONNAITRE | Des spectacles sensoriels dans de petites jauges : voici venir le festival Micro Mondes qui, pour sa deuxième édition, promet au spectateur d’être un peu plus acteur qu’à l’accoutumée. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 20 novembre 2013

Micro Mondes ou l’art en cinq dimensions

Elle avait déjà travaillé dans de grandes structures culturelles, de belles salles avec de beaux et impeccables spectacles. Puis un jour elle a vu Bucchetino. Céline Le Roux, directrice et fondatrice du festival Micro Mondes, dont la première édition s’est tenue il y a tout juste deux ans, se souvient encore de cette expérience incroyable. Romeo Castellucci, loin de la subversion de ses créations habituelles, avait reconstitué la maison du Petit Poucet et invitait les spectateurs à se coucher dans un des cinquante lits présents. Une fois la couverture repliée sur soi, on écoutait la conteuse nous dire cette histoire en respirant de véritables effluves d’eucalyptus et en entendant grincer l’escalier sous les pas du père montant voir ses enfants dans la pièce d’à-côté. Ce spectacle autant sensationnel que sensoriel nous a laissé comme à elle des souvenirs indélébiles. «Laisser des traces», c’est précisément ce que Céline Le Roux cherche dans ce festival des arts dits "immersifs" où le rapport au public est bouleversé, notamment du fait de jauges réduites (de une à cent personnes maximum). Toucher, jouer

Continuer à lire