Massimo Furlan au coeur des 7 Collines

Nadja Pobel | Mardi 19 juin 2018

Photo : © Pierre Nydegger


Dans la dense programmation circassienne (compagnies Dyptik, Puéril péril, CIA³, Circa...) et avant le concert si chaleureux de Goran Bregović avec ses 3 lettres à Sarajevo, voici que débarque aux 7 Collines l'hurluberlu Massimo Furlan. Cet Italo-Suisse ne travaille jamais seul. Il embarque toujours avec lui des non-professionnels du théâtre avec qui il bâtit un spectacle. À sa décharge (si toutefois cela était nécessaire), il n'est pas issu du sérail des arts vivants mais des Beaux-Arts de Lausanne.

Cette saison, il présentait à Lyon, pour le compte du festival Sens interdits, Hospitalités, avec des habitants d'un village du Sud-Ouest français qui racontaient, face public et en images, comment ils avaient accepté/craint/cédé à l'accueil d'une famille de migrants. Tout récemment encore, à Colombes, il rejouait la tragédie footballistique de Séville sans ballon et avec les autochtones entraînés pour l'occasion et guidés à l'oreillette, pour reproduire le France-RFA en demi-finale du Mondial 82.

À Saint-Étienne, il présente Travelling, expérimenté pour la première fois à Fribourg l'été dernier. Furlan invinte les spectateurs à grimper dans un bus affrété pour l'occasion pour une balade nocturne de lieux qui leur sont déjà souvent connus mais desquels il souhaite montrer l'envers du décor. En les éclairant au projecteur, il permet ainsi de découvrir furtivement un geste, une silhouette qu'il aura sciemment disposé ici ou là. Créant ainsi l'étrange, il brouille les repères spatio-temporels et immerge ses visiteurs d'un soir dans ce qu'il croyait connaître.

Travelling
Au Festival des 7 Collines à Saint-Étienne ​les jeudi 28 et vendredi 29 juin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival Sens Interdits : Interdit d'interdire

Théâtre | Exception dans le paysage théâtral lyonnais, le festival international Sens Interdits concentre, depuis dix ans, les maux du monde et fait place aux petites troupes comme à Matthias Langhoff. Du 19 au 29 octobre, 21 spectacles en version originale : coup de projecteur sur les humbles et renversants Hospitalités et Une longue peine.

Nadja Pobel | Mardi 17 octobre 2017

Festival Sens Interdits : Interdit d'interdire

C'est une conviction que Patrick Penot, directeur et fondateur de Sens interdits, a chevillée au corps et qu'il rappelait encore tout récemment : « rien ne fait plus réfléchir que le théâtre, car nous sommes là au milieu des autres ; le théâtre est une solitude partagée. » Ce ne pourrait être qu'une lapalissade, mais pour qui a déjà fait cette expérience avec un spectacle à hauteur de cette belle ambition, c'est un fait avéré. Pour qui s'est cogné aux parois d'un travail bâclé ou d'un texte imbitable, il est probable que cela lui ait été fatal. Ainsi va le destin d'un art si âpre souvent, si émouvant parfois. Même avec des propositions sans esbroufe. C'est le cas de Hospitalités créé en janvier dernier au théâtre de Vidy-Lausanne. Des chaises, des acteurs non-professionnels, mais acteurs de la cité au sens fort, et des images diffusées (celles de Jérémie Cuvillier, auteur d'un passionnant documentaire sur Thomas Ostermeier et sa Mouette l'an dernier pour Arte) sur l'un des "plus beaux villages de France", ceux dont au cœur d'un été étouffant, on trouve plus de charme qu'à une

Continuer à lire