12 ans et déjà « mort de rire »

ECRANS | Non, ça n'est pas une blague. Au mois d'avril, les salles de cinéma ligériennes font la part belle aux films pour les enfants. Par un têtu entêtement, le Festival tête de mule, convivial et éducatif, s'aventure dans l'humour noir. Entre rencontres, jeux, émotions, et réflexion, cette 12e édition continue à défendre un droit, une liberté ou une passion, même cachée derrière l’arme la plus redoutable : le rire.

Julie Chalayer | Dimanche 25 mars 2012

A peine entré dans l'âge de l'adolescence, il affirme plus que jamais sa personnalité. Cycle burlesque, séances 3D, journée Omar Sy, cycle Tim Burton, court-métrages, contes animés, nuit fantastique, la soirée Musique, rencontres avec les acteurs... la liste des animations est longue et captivante. Les plus grands s'enthousiasment de cette diversité, les plus petits profitent des séances et des ateliers ludiques.

Au-delà de l'écran…

Si vous avez envie d'initier votre marmaille au 7e Art et lui donner la fibre cinématographique, voici la bonne école. Enfin un Festival qui a compris que le cinéma c'est bien plus qu'un générique de début et un générique de fin. Un film, c'est un discours et une vision sur le monde. Qu'on le veuille ou non, chaque réalisateur, de la comédie jusqu'au film social, donne son interprétation de l'Histoire, de la société, ou des rapports humains. Peu importe le genre tant qu'il y a l'ivresse et le plaisir de la réalisation. Pour comprendre cette dimension du cinéma, il faut y être éduqué et accepter de voir un peu plus loin que 1h30 passée dans une salle obscure. L'amour du cinéma s'apprend, et l'interprétation filmique s'appréhende. Vous me direz qu'à 7 ans, on a d'autres préoccupations. Certes, mais c'est là que le Festival tête de mule intervient et joue le rôle du "professeur prouve tout". Avec un peu d'humour, un ton décalé et beaucoup de science (l'air de rien), les programmateurs réussissent à impliquer le public et à transformer les petits spectateurs en "acteurs" investis et réceptifs. «La durée de la séance ne se limite pas à celle du film : chacune débute avec une animation de 30 minDiffusions des bandes annonces et des virgules réalisées dans les ateliers, l'ambiance sonore et la déco de la salle créées par les enfants, les jeux de salles au pied de l'écran, les incrustations photo de Freddy Gioia, le Jury dans chaque catégorie, l'émission radio du Festival animée et diffusée par Radio Dio, l'atelier Mag TV du Festival...» voilà les secrets des organisateurs pour sensibiliser un public âgé de 5 à 12 ans. Pour le prendre au jeu, une série d'ateliers ouverts à tous est proposée, avec par exemple, de la post-synchronisation ou du cinéma d'animation. Tête de mule ne se prend pas… la tête et n'hésite pas à diffuser des films populaires (mais de qualité) comme The Artist. Quand on conçoit qu'il ne faut pas faire de l'élitisme un fil conducteur et que c'est en passant un bon moment que l'on peut créer des vocations, on se dit qu'il est parfois bon d'avoir son petit caractère !

12e Édition du Festival Tête de mule dans les cinémas ligériens, du 7 au 22 avirl 2012.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tête de mule, un festival "bêtes" et pas méchant

ECRANS | Le festival Tête de mule ne pouvait trouver meilleur lancement pour sa quinzième édition que l’extraordinaire Shaun le mouton, dernière production des studios (...)

Christophe Chabert | Mardi 31 mars 2015

Tête de mule, un festival

Le festival Tête de mule ne pouvait trouver meilleur lancement pour sa quinzième édition que l’extraordinaire Shaun le mouton, dernière production des studios Aardman et véritable petit bijou d’animation tout public. Non seulement le film est d’une inventivité constante — le choix, conforme à la série dont il s’inspire, de ne jamais mettre le moindre dialogue, n’y est pas pour rien — mais en plus il est d’un mauvais esprit salvateur, n’hésitant pas à fustiger la routine du quotidien pour promouvoir en retour le besoin d’aventures, de liberté et de désordre. Quelque part entre Zéro de conduite et Jacques Tati, Shaun le mouton est la star incontestée du festival. Dans sa compétition, on retrouvera quelques films bien aimés dans nos colonnes : Timbuktu, Les Combattants et Spartacus et Cassandra — que son jeune «héros» Spartacus viendra présenter au Méliès Sa

Continuer à lire